Émotions et histoire dans les sociétés musulmanes

Chronique d’Ibn Iyas
Chronique d’Ibn Iyas

Kais Naouali et Pierluigi Lanfranchi animeront la première séance du séminaire  «Émotions et Histoire », le mercredi 19 décembre à la MMSH (Salle B279) de 17h-19h.

Le séminaire « Émotions et Histoire », à l’initiative du Centre Paul-Albert Février et de l’Iremam a pour ambition de promouvoir un objet d’étude novateur en histoire, celui de l’histoire des émotions et des affects. Cette première séance s’articule en deux temps. La première sera une discussion autour de l’étude de Ramsay MacMullen, Les émotions dans l’histoire, ancienne et moderne (2004). L’objectif  est de poser une première question méthodologique. Plus précisément, nous débuterons notre cheminement avec la question suivante : L’histoire des émotions peut-elle se faire ? Si c’est le cas, il semble qu’elle ne puisse faire l’économie d’une approche interdisciplinaire de la part des diverses disciplines des sciences humaines et sociales. À ce titre nous avons proposé à des étudiants, doctorants et chercheurs de différentes disciplines (histoire, littérature, philosophie, psychologie, sciences de gestion, histoire des religions etc.) de faire une lecture du livre de MacMullen, d’apporter leurs remarques autant que leurs critiques afin d’animer une réflexion et un débat collectif. Cette première étape, vise à ouvrir le débat sur la question épistémologique de l’émotion. En outre, nous nous proposons de mener une réflexion commune sur la possibilité ou non d’écrire l’histoire des émotions.

La seconde partie du séminaire portera plus précisément sur la question des émotions dans les sociétés médiévales musulmanes, dont l’approche reste encore inédite.

Etudier les émotions présente un intérêt totalement novateur dans le domaine de la recherche, en sciences sociales comme humaines. La révolution en psychologie et neurologie dans les années 1980-1990 a produit une véritable effervescence dans les sciences humaines, en premier lieu en philosophie, puis en anthropologie et enfin en histoire.
En 2006 deux chercheurs, Damien Boquet et Piroska Nagy, lancent un programme de recherche intitulé « EMMA » (Les émotions au Moyen Âge). L’étude des affects et des émotions dans les sociétés médiévales occidentales a trouvé sa légitimité. Celle-ci s’est forgée autour d’une production scientifique internationale, autour d’études fondatrices, échelonnées sur plusieurs années. Le programme « EMMA » a alors confirmé l’intérêt grandissant des médiévistes de l’Occident pour la vie affective. Néanmoins, si l’historiographie des émotions pour l’histoire des sociétés occidentales est en pleine expansion, et sa légitimité définitivement acquise, particulièrement depuis le programme évoqué, tout reste à faire pour d’autres sociétés.

Une aire culturelle essentielle manque à l’appel, celle des sociétés musulmanes médiévales. L’objet d’étude que constitue les émotions, ainsi transposé aux sociétés musulmanes médiévales est encore inédit, il constituera un aspect décisif pour apporter un regard global sur la vie affective médiévale et méditerranéenne. L’étude des sociétés musulmanes ne doit pas souffrir d’un retard épistémologique supplémentaire, l’histoire de ses émotions commence donc. La réflexion que nous proposons est un élargissement des horizons du programme « EMMA »  à de nouveaux champs, qui doivent eux aussi bénéficier des renouvellements épistémologiques les plus novateurs en histoire.
Notre ambition à travers ce séminaire est de montrer que la question des émotions, pour l’histoire des sociétés musulmanes médiévales, apportera une compréhension nouvelle de ces sociétés, et que cette voie nouvelle de la recherche présente une multiplicité de perspectives, que le chercheur peut choisir d’entreprendre.
À ce titre, c’est la chronique d’ibn Iyâs (1448-1522), source sur laquelle nous menons nos recherches de Master II, que nous avons choisie afin de réfléchir à la question de l’émotion dans les sociétés musulmanes médiévales.

Notre exposé commencera par une présentation de l’axe que nous projetons de mener pour notre réflexion de second cycle, celui des émotions collectives populaires, afin de nous interroger sur le rôle de ces émotions communes, et la manière dont elles s’intègrent dans la dynamique de prétentions des grands acteurs de cette société, hiérarchiquement au dessus du peuple. Nous partirons donc des émotions collectives populaires, à partir de quelques cas déterminés, afin de comprendre le rôle qu’elles entretiennent dans la dynamique des rapports avec les autres acteurs de la société, et de comprendre si oui ou non les émotions collectives populaires sont instrumentalisées, contrôlées ou orientées (par exemple par l’acteur politique, l’État, les soldats mamlûks, le pouvoir judiciaire etc.). En outre, nous montrerons comment les émotions collectives populaires semblent entretenir un rôle central dans l’équilibre de la société cairote, sous administration mamlûke.

L’écrit en terre d’Islam médiéval a généré une production savante, et des textes, profondément différents de ceux l’Occident. La production poétique arabe, entre autres, a connu une histoire bien différente de celle produite dans l’Occident médiéval. La chronique mamlûke, elle, se divise en deux parties essentielles, celle du récit narratif, et celle d’une production poétique présentée dans le corps de la chronique mamlûke. Le récit pour les années présentées a été traduit par l’historien G. Wiet en français, il y a plus de soixante ans[1], mais cet historien a volontairement omis la production poétique de sa traduction. Il n’en voyait peut-être pas l’intérêt. L’histoire est en effet fille de son temps, et l’historien n’échappe pas la règle. Les objets et vues épistémologiques ont changé, l’intérêt pour les représentations et pratiques ont déplacé les matériaux d’investigations, les sources, à des typologies nouvelles. Le matériau poétique est devenu un support de réflexion essentiel pour l’historien qui s’intéresse aux questions de représentations et de pratiques. Par ailleurs, il est évident que l’aspect poétique de la source que nous étudions est un puits incommensurable d’affects, d’émotions, de sentiments et de matérialisations sous-jacentes d’expressions populaires. Nous avons donc traduit l’intégralité de la production poétique pour les années qui nous concernent, de 1500 à 1517.

La chronique mamlûke présente une particularité, inhérente à l’écrit en terre d’Islam médiéval, celui de l’hybridation de l’écrit, ici historique, croisé avec une production poétique. Cette rencontre entre le récit proprement historique et la poésie donne naissance à un croisement de genre totalement atypique. Ce croisement ne se trouve d’ailleurs que dans l’ère civilisationnelle étudiée. Particulièrement lorsque le rôle fondamental qu’entretient la poésie, depuis bien des temps en terres d’Islam, est mis en évidence. Seulement, très peu de travaux scientifiques historiques ont été réalisés pour éclairer, étudier et analyser l’histoire des sociétés musulmanes à partir de ce type d’écrit et ce type de matériau.

La production poétique que nous nous proposons d’utiliser n’émane pas d’un poète unique, elle est le résultat d’une sélection opérée par le chroniqueur ibn Iyâs, auquel il ajoute sa propre production poétique. Cette poésie ne constitue pas le diwân entier d’un auteur, et c’est là nous le pensons tout son intérêt. Elle est une poésie plurielle, émanant d’un nombre important de poètes, dont l’identité est très difficilement constituable.

La réflexion sur les émotions que nous proposons, prend naissance sur cette double identité de la chronique, dont celle poétique fut trop souvent omise du champ de l’historien, à ce double genre où la rencontre a lieu au sein-même de la source, afin d’écrire l’histoire. Ibn Iyâs, en se faisant poète, assume l’émotion et le sentiment populaire, pour les retranscrire dans une rime chargée de plaintes et d’accusations. Comme nous nous en apercevons, elle complète le récit narratif car son désir surgit très clairement, il reste celui de transmettre l’information à son lecteur, elle est une véritable « littérature journalistique » (Braudel) constituée sous forme de vers. Ainsi, sa poésie traite, et c’est là tout l’intérêt, très souvent de l’émotion populaire, des plaintes comme des joies du peuple.

Ibn Iyâs, poète, est ainsi l’intermédiaire entre le vécu émotionnel, la charge affective vécue par le peuple, et le lecteur contemporain. Cette production poétique est un véhicule direct de représentation et d’expression de l’émotion vécue par la collectivité. La production poétique qui traite d’une émotion collective et populaire, suite à un événement donné, utilise donc le registre émotif. Nous touchons là une matière inestimable pour la réflexion que nous proposons.

Toutefois, l’étude des émotions collectives et populaires n’épuise en rien l’objet des émotions pour l’étude de la société égyptienne médiévale. Notre étude n’est pas exhaustive. Nous tenterons ainsi de montrer, à partir de la chronique mamlûke,  en quoi l’étude des émotions peut présenter de multiples perspectives et nous présenterons quelques sujets parallèles qui témoignent des multiples axes à travers lesquelles l’étude des émotions peut être élaborée.

*****

Kais Naouali est étudiant en Master II d’histoire médiévale, il est titulaire d’une double formation au département d’Histoire et DEMO (Département d’études moyen-orientales) à Aix-Marseille Université. Il a été boursier pour l’étude de la langue arabe au DEAC du Caire pendant une année, puis a passé une seconde année à l’IBLV de Tunis, dans le cadre d’un programme annuel, « ‘Âdab wa Ḥaḍâra », accès sur la langue arabe classique. Ses recherches de second cycle sous la direction de Nicolas Michel porte sur « les émotions collectives populaires dans la société égyptienne du XVème siècle ».


[1] Gaston Wiet, Histoire des Mamlouks circassiens, tome II, (872-906), Le Caire, Ifao, 1945; Journal d’un bourgeois du Caire. Chronique d’Ibn Iyas, tome 1, Paris, Armand Colin, 1955; tome 2, Paris, Sevpen, 1960. Pour l’édition arabe voir Moḥammed Moṣṭafâ (éd.), Ibn Iyâs, badā’i‘ az-zuhūr fī waqā’i‘ ad-duhūr, Le Caire, al- Hay’a al-miṣriyya al-‘âmma li-l-kitâb, 1984, 5 tomes.

 

Pour citer ce billet : Naouali Kais, « Émotions et histoire dans les sociétés musulmanes », Carnets de l’IREMAM, 11 décembre 2012. [En ligne] http://iremam.hypotheses.org/1249 (date de consultation)

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *