Hommage à Daniel Panzac par Roger Establet

Daniel PANZAC

Agrégé de l’Université, docteur ès Lettres, directeur de recherche émérite au CNRS, Daniel Panzac était historien de l’Empire ottoman et membre de l’IREMAM depuis 1985. Après des travaux sur l’évolution démographique et sanitaire, il a poursuivi des recherches sur la place et le rôle de la mer dans ce vaste ensemble politique. Il avait obtenu en 2010 le prix d’Histoire et de sociologie Diane Potier-Boès décerné par l’Académie française pour son ouvrage : La Marine ottomane. De l’apogée à la chute de l’Empire (1572-1923) , Paris, CNRS éditions, 2009, 560 p. Il est décédé le 7 décembre 2012.

Je me suis lié d’amitié avec Daniel Panzac à la fin des années 1970. Il était l’ami de mon meilleur ami aixois, Roger Benoliel. Et j’ai été séduit par son humour, son goût de la vie, la variété de ses intérêts, le couple rayonnant qu’il formait avec Paulette. C’est ma femme, historienne, qui m’a signalé l’importance des travaux de recherche de mon nouvel ami.

C’est que Daniel Panzac, agrégé d’histoire, est entré dans la recherche par la voie de l’enseignement secondaire, suivant en cela les traces de Lucien  Febvre, de Georges Duby, de Fernand Braudel, d’Emmanuel Leroy-Ladurie. C’est une voie d’accès difficile, mais féconde pour la recherche.

Les élèves de Troisième sont tournés d’abord vers les dernières merveilles du progrès. L’enseignant d’histoire n’en mesure que mieux la nécessité de leur livrer quelques unes des clés du présent. Il est nécessaire de transmettre, comme le dit dans sa belle étymologie latine le mot « tradition ». La communication aux élèves s’est tout naturellement prolongée, chez Daniel, dans une énorme bibliographie savante, que l’IREMAM a magnifiquement publiée.

Le secondaire contraint l’enseignant à des tâches précises, minutées ( cours, conseils de classe, examens, rencontres avec les parents). Il faut donc avoir un usage parcimonieux et organisé de son temps libre.  En nous promenant à Venise et à Istanbul,  Daniel Panzac me montrait, à côté des monuments prestigieux qui attirent le regard et les touristes, des bâtiments austères.

– « C’est là que j’ai passé une bonne partie de mes vacances ».

C’était les Archives, bien sûr.

Entré officiellement dans la recherche en 1985, Daniel Panzac a parfaitement rempli sa mission.

Son oeuvre personnelle est immense : 9 livres  – 10 si l’on compte l’ouvrage sous presse dont Daniel a, par ses derniers mots, donné le titre définitif – 77 articles publiés dans les revues savantes de nombreux pays. Il a aussi contribué à la construction de la société savante, en dirigeant de nombreux ouvrages collectifs et en organisant de nombreux colloques internationaux.

Il me reste le souvenir très vif de ce 4 Juillet 1992, où se terminait, près de Celony, le Sixième Congrès international des études ottomanes. On pouvait y voir Robert Mantran et André Raymond, entourés d’une cohorte de disciples de tous les âges. Plus loin Edhem Eldem et Robert Ilbert devisaient sur leurs débuts de carrière. A un bout de table, deux chercheurs de nationalités différentes échangeaient leurs adresses, pour s’apercevoir qu’ils se connaissaient déjà, par articles interposés.

Ouvrage La marine ottomane, Daniel PanzacDe cette belle journée ensoleillée, il me reste le fierté d’avoir vu un laboratoire aixois, l’IREMAM, au centre de la planète scientifique. Daniel Panzac a fait en sorte qu’il en reste, selon l’expression du maître de tous les historiens , « une acquisition pour toujours » : il a réuni les quelque 150 communications en un volume de 882 pages publiés par Peters.

De cet immense et continu labeur, Daniel ne laissait rien paraître dans ses relations amicales. Bien convaincu que l’histoire de l’Empire ottoman est très utile pour s’orienter dans nos bulletins d’information quotidiens, il ne jugeait pas nécessaire de faire valoir sa compétence sur le marché des positions médiatiques. Comme le vieux philosophe Spinoza, bien meilleur en cela que les nouveaux, Daniel Panzac pensait sans doute  :  » Il ne s’agit ni de rire ni de pleurer, il s’agit de comprendre ».

Cependant quelque chose d’ottoman avait filtré dans sa vie privée : le sens raffiné de l’hospitalité. Daniel Panzac n’avait jamais bu une goutte de vin ; et pourtant, j’ai fait à sa table la découverte de vignobles parfaitement choisis.

Le savant va nous rester. L’ami nous manquera toujours.

Roger Establet

 

Pour citer ce billet : Establet Roger, « Hommage à Daniel Panzac », Carnets de l’IREMAM, 21 décembre 2012. [En ligne] http://iremam.hypotheses.org/1346 (date de consultation)

 


Une réflexion au sujet de « Hommage à Daniel Panzac par Roger Establet »

  1. Je lis l ouvrage de Daniel Panzac « la marine ottomane », il est excellent! Je découvre à chaque page, et pourtant je suis « dans l’Histoire » depuis 30 ans…je l ai même utilisé pour mes classes de 4eme au collège ! Quelle peine d apprendre le déces de cet Historien ! Mes condoléances à ses proches…. Erick Gèze, professeur du collège de Roquefort, Landes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *