Nazar !

Extrait de l’album « Le carnet du dessinateur » 

Regards sur quarante ans de littérature pour la jeunesse dans le monde arabe, à Marseille

« Depuis toujours, je garde des « petits riens » qui peuvent sembler sans importance mais qui me rappellent certains moments de mon existence. Quand je les regarde, les jours anciens se mettent à revivre dans leur moindre détail. Sur cette page (ci-contre), j’ai mis quelques échantillons que j’ai pu conserver » écrit Muhî al-Dîn al-Labbâd en ouverture de son Carnet du dessinateur  [1],  recueil de considérations autobiographiques et de réflexions culturelles et artistiques de l’un des plus grands illustrateurs du monde arabe. Muhî al-Dîn al-Labbâd (1940-2010) était un monsieur de grande taille et d’un volume imposant surnommé « Monsieur Millimètre » par ses pairs tant son travail était réfléchi et précis jusqu’au moindre détail. Doué d’une culture visuelle sans frontière, riche des milliers de « petits riens » glanés une vie durant, il militait néanmoins pour l’émergence d’une image arabe consciente de ses origines. Il travaillait à recenser et égrainer ces origines : les tombeaux peints de la vallée du Nil, certes, mais aussi les tatouages sur la peau, les maisons décorées en Egypte à l’occasion du pèlerinage à la Mecque, les illustrations de la geste hilalienne et les miniatures des Maqâmât d’al-Harîrî, ou encore pêle-mêle, les dessins animés des pays de l’Est, les affichistes soviétiques, Tintin, les caricatures de Siné et toute chose dessinée pouvant nourrir un amoureux de l’image narrative.

Au lendemain de la naksa, l’humiliante défaite de 1967, Muhî al-Dîn al-Labbâd et nombre d’artistes de sa génération se tournèrent vers les enfants. Ils s’engagèrent dans une réflexion sur leur place dans les sociétés arabes et sur la nécessité de leur proposer des livres ancrés dans leur monde et dans leur quotidien. Ils étaient caricaturistes de presse, peintres, journalistes, auteurs de nouvelles ou de pièces de théâtre. Ils devinrent éditeurs, auteurs et illustrateurs de livres pour enfants. Ce faisant, ils décrivaient et dessinaient leur avenir idéalisé. La littérature créée pour les enfants arabes dans les années 70 est profondément animée par le souffle idéologique de son temps. Elle pose les jalons structurels, thématiques et graphiques qui influencent et inspirent la production contemporaine.

« Al-Baît », illustrations d’al-Labbâd, 1975

L’apparition de ce processus de création arabe en littérature pour la jeunesse au tournant des années 70, ainsi que l’évolution de ses formes, problématiques et modes d’expression artistiques jusqu’à aujourd’hui, sont au cœur du travail de recherche que je mène actuellement à l’IREMAM dans le cadre de mon doctorat, sous la direction de Richard Jacquemond, et dont le blog Lire le livre permet d’avoir un plus vaste aperçu.
Cette thèse se situe dans la lignée de mon expérience professionnelle dans le monde de l’édition française et arabe depuis quinze ans, particulièrement avec la maison d’édition jeunesse Le port a jauni que j’ai fondée et dirige à Marseille depuis 2002. Le port a jauni publie des albums bilingues, qui jouent avec le double sens de lecture du français et de l’arabe (le livre tourne, se déroule comme un calendrier, ou encore peut se lire de droite à gauche et de gauche à droite comme un palindrome linguistique…).
En 2009, Nathalie Guimard de l’association Fotokino est « tombée » sur le petit livre Al-Baît illustré par Muhî al-Dîn al-Labbâd, puis amoureuse du graphisme autant que du projet artistique de cet illustrateur. Lors, elle m’a proposé d’imaginer une manifestation en commun, de poser nos « regards » sur la littérature de jeunesse dans le monde arabe. Ce projet a pris corps aujourd’hui sous la forme d’une « bibliothèque éphémère » ouverte au Studio Fotokino à Marseille depuis le 24 janvier et jusqu’au 17 février 2013.

De Dâr al-Fatâ al-‘Arabî (première maison d’édition spécifiquement dédiée à la jeunesse, créée à Beyrouth en 1974 grâce à des financements palestiniens) aux publications d’aujourd’hui, en passant par l’œuvre de Muhî al-Dîn al-Labbâd et sa magnifique revue Nazar !, cette exposition propose un voyage graphique, linguistique, sociologique dans une littérature engagée, auquel vous êtes chaleureusement conviés !

Exposition « Regards sur quarante ans de littérature jeunesse dans le monde arabe » au Studio Fotokino, 33 allées Gambetta, Marseille 1er, ouvert du mercredi au dimanche de 14h à 18h30. L’association Fotokino, créée en 2000 à Marseille, se consacre à la diffusion de travaux artistiques dans le champ des arts visuels. Sa programmation se situe au croisement des disciplines et s’attache à décloisonner les pratiques artistiques et les publics en proposant tout au long de l’année des rendez-vous liés aux arts graphiques, à la photographie, à la peinture, à l’illustration, au cinéma, à la création vidéo ou sonore…
Les livres des éditions Le port a jauni destinés aux enfants, mais pouvant plaire aussi aux adultes, sont en vente dans toute bonne librairie ou sur le site.


[1] Extrait du Carnet du dessinateur, écrit et illustré par Muhî al-Dîn al-Labbâd, traduit de l’arabe (Égypte) par Yves Gonzalez-Quijano, Mango/IMA, 1999

 

Pour citer ce billet : Chèvre Mathilde, « Nazar ! », Carnets de l’IREMAM, 2 février 2013. [En ligne] http://iremam.hypotheses.org/1890 (date de consultation)

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *