Rencontres de la Halqa, association des doctorants sur les mondes musulmans aux époques moderne et contemporaine

Jeudi 6 et vendredi 7 juin 2013, la Halqa organise à Paris (Inalco et IISMM-EHESS) ses premières rencontres des doctorants travaillant sur les mondes musulmans aux époques moderne et contemporaine.

Répondant à l’objectif de l’association, ces journées ont pour but principal de favoriser les échanges entre les jeunes chercheurs, par-delà les barrières disciplinaires, géographiques ou chronologiques de leurs sujets de recherche. Ce sera en particulier l’occasion d’exposer des travaux et de discuter de questions épistémologiques entre doctorants inscrits en France. Peu de structures y favorisent en effet la confrontation de recherches qui ont pour dénominateur commun de porter sur des sociétés marquées par la culture islamique dans toute sa variété, avec toutes les doxa-s qu’entraîne ce point commun.

Il ne s’agit donc pas de reconstruire un cercle orientaliste étudiant toutes les sociétés au prisme d’un invariant islamique, mais de proposer un cadre de discussion scientifique original et utile : une rencontre de doctorants et jeunes docteurs confrontés à des problématiques scientifiques (les sources, les langues, les terrains, les évolutions disciplinaires et la mondialisation de la recherche) et des questions pratiques (la thèse) communes ; une ouverture géographique et disciplinaire large, permettant de sortir des regroupements académiques traditionnels en France et de confronter nos travaux sur une échelle élargie qui a toute sa cohérence.

Lors de ces journées, nous proposons aux membres (doctorants et jeunes docteurs) qui le souhaitent de présenter dans une forme brève (15 mn suivies d’une discussion) leurs travaux, en mettant au choix l’accent sur un point ou une question précise de leur recherche, ou en exposant une problématique plus générale illustrée par le sujet qu’ils étudient.

Les discussions auront pour objectif de favoriser les échanges sur les problématiques communes entre doctorants et jeunes docteurs, de faire un état des lieux de recherches menées par les doctorants en France sur les mondes musulmans aux époques moderne et contemporaine.

Ces présentations pourront, pour ceux qui le désirent, être ensuite publiées sur le site de l’association. Nous proposons quatre axes de discussion, non exclusifs car toute proposition sera bienvenue.

L’islam au prisme de la recherche en sciences sociales : quel « islam » rencontrons-nous dans nos recherches ? A travers quels objets et par quelles approches étudier son inscription dans le champ social et culturel ? Les attentes sociales sont souvent focalisées sur le caractère islamique des sociétés du Maghreb à l’Indonésie, et force est de reconnaître qu’il est souvent invoqué par les sources et les personnes que nous rencontrons au cours de nos recherches. Il est particulièrement difficile pour des travaux de recherche d’aborder ce point sans tomber dans des ornières exposées à la critique (orientalisme, focalisation sur l’islamisme…) ni nier à la référence islamique un rôle important dans les discours et les structures sociales. 

Approches épistémologiques, problèmes de « terrains » et de sources : La diversité des approches et les frontières académiques peuvent structurer mais aussi limiter nos travaux et nos études. Le foisonnement des réflexions théoriques et méthodologiques est l’écho de positionnements très variés, personnels, pour chaque chercheur. Quels sont les problèmes soulevés par l’étude des mondes musulmans, de leurs terrains et de leurs sources, et sont-ils spécifiques ? La conjugaison d’approches issues des différentes disciplines, et la comparaison des “terrains” et des époques se révèlent être souvent très fécondes, mais difficiles à mener au sein d’une thèse.

Circulations et transferts culturels : La recherche en sciences sociales privilégie désormais le décloisonnement des cadres d’études, et la comparaison de nos objets avec des travaux portant sur d’autres univers. Les échanges (intellectuels, artistiques, commerciaux et militaires), les réseaux et les circulations qui en ont été les vecteurs constituent depuis longtemps un objet de recherche privilégié sur les mondes musulmans. Les récents développements sur l’histoire transnationale ou mondiale font du cadre de nos recherches un objet problématique en soi, que l’on choisisse de l’élargir ou de travailler sur une micro-échelle. Quels sont les objets et les cadres pertinents pour étudier nos « objets » de recherches, et les comparer à d’autres ? Quels sont les apports de la géographie, de l’étude des logiques territoriales et réticulaires pour nos recherches ?

Empires, nations, formes du politique dans les mondes musulmans : L’actualité des révolutions arabes remet à l’honneur les questionnements sur les formes politiques de sociétés où l’islam joue un rôle référentiel majeur. Ils se couplent à d’autres réflexions sur l’histoire impériale, les politiques coloniales et l’histoire des idées et des idéologies politiques. Quels sont les thèmes de recherche privilégiés et les cadres d’analyse adoptés ? Quelles remises en cause a pu produire le printemps arabe, et à quels débats anciens ces questions renvoient-elles ? 

Pour l’organisation de ces journées, fondatrices de l’association Halqa, nous demandons aux membres et personnes intéressées de répondre (halqadesdoctorants@gmail.com) avant le 31 mars :

– en nous informant de leur souhait de participer à ces journées et/ou d’adhérer à l’association

– en nous adressant, s’ils le désirent, une proposition de communication (titre et 5 mots clés).

Les frais de participation aux journées seront de 15 euros (incluant les repas et, pour les participants non parisiens, l’hébergement). Ils vaudront adhésion à l’association.

>> Programme des rencontres

.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *