La recherche espagnole sur le monde arabe et musulman. Bilan 2012, Tétouan. Appel à contributions ouvert pour 2013

Par Irene González et Laura Gago – fimam tetuan 2

Le Foro de Investigadores del Mundo Árabe y Musulmán (FIMAM, Forum de chercheurs du monde arabe et musulman) est un lieu de rencontre fondé en 1995 par un groupe de chercheurs universitaires espagnols ayant pour intérêt commun le monde arabe et islamique. Le FIMAM accueille des chercheurs issus de différentes disciplines scientifiques qui étudient les réalités sociales, culturelles, économiques et politiques des sociétés et des pays arabo-musulmans. Depuis sa création, les membres du FIMAM se réunissent chaque année afin de favoriser la circulation et l’échange des connaissances au travers de nombreuses présentations de recherches en cours. Depuis la première rencontre qui a eu lieu à Castellon (Espagne) en 1995, de nombreuses thématiques relatives au monde arabe et musulman ont été traitées dans une perspective critique.

Les 9 et 10 novembre 2012, une rencontre extraordinaire s’est déroulée à Tétouan. À l’occasion du premier centenaire du Protectorat franco-espagnol au Maroc, un congrès monographique intitulé Colonialisme, Néocolonialisme et Post-colonialisme : processus, discours et mémoire s’est tenu dans l’ancienne capitale du Protectorat espagnol, Tétouan. Cette rencontre a rassemblé de nombreux chercheurs internationaux : marocains, américains, allemands, hollandais, argentins et espagnols, afin de partager et de confronter l’état de leurs recherches, d’analyser les expériences de travail communes, mais aussi de discuter des hypothèses d’analyse des différents cadres, tels que, par exemple, l’histoire, l’art, la politique, les constructions identitaires et l’analyse de discours. À partir d’une perspective critique, des différents processus passés et actuels dans le monde arabe, comme la colonisation, la décolonisation, la postcolonisation, l’anticolonisation, la néocolonisation et la colonialité ont été abordés dans ce colloque.

Cette rencontre a été inaugurée par la conférence du Professeur Bernabé López García (Université Autonome de Madrid) sur « Le Protectorat espagnol au Maroc : de sa méconnaissance à la manipulation ». Puis, des séances thématiques on été organisées autour de différents sujets : la femme dans le monde arabe avec la participation d’Enrique Bengoechea Tirado (Université de Valence, Espagne), Nadia Hindi (Université de Grenade, Espagne) et Francisco Freire (Université Nova de Lisboa, Portugal) ; les questions d’identité, pensée et historiographie dans l’expérience coloniale ont été abordées par Juan Antonio Macias Amoretti (Université de Grenade, Espagne), Mustapha El Qadery (Université Mohammed V du Rabat, Maroc), Etty Terem (Rhodes College, États Unis), Jorge Ramos Tolosa (Université de Valence, Espagne), Mehdi Sajid (Unversity of Bonn, Allemagne), Naim Zaidi (Université d’Alger 3, Algérie), Keina R. Espiñeira (Université Complutense du Madrid, Espagne) et Francisco Javier Martínez Antonio (Centro Superior de Investigaciones Científicas CSIC, Espagne) ; la politique espagnole lors du Protectorat au Maroc et la mémoire collective ont été analysées par Juan Antonio Inarejos (Centro Superior de Investigaciones Científicas CSIC, Espagne), Laura Feliu (Université du Barcelone, Espagne), Josep Cañabate Pérez (Université Autonome de Barcelone, Espagne), Erika Tapp (Universiy of Philadelphia, États Unis), et Alejandro Muchada (Université de Séville, Espagne) ; l’analyse discursive et textuelle des différentes formes écrites et non écrites avec l’intervention de Juan José Vagny (Université National de Cordoba, Argentine), Manuel C. Feria (Université de Grenade, Espagne), Juan Pablo Arias (Université de Malaga, Espagne) et Rocio Velasco de Castro (Université d’Extremadura, Espagne) ; et l’enseignement avec la participation de Katja Torres (Université Pablo Olavide de Séville, Espagne), Umar Ryad (Leyden University, Holland) et Irene González González membre de l’IREMAM et du GRESAM (Université de Castilla-La Mancha, Espagne).

Cette dernière section s’est consacrée à l’éducation et à la formation de la population marocaine dans le Protectorat français et espagnol et à l’importance de la langue. Katja Torres, dont le travail s’appuie sur les études menées par Mohamed Benhlal, a parlé du rôle de la laïcité dans la politique berbère française à travers la formation d’un corps de l’armée d’origine berbère dans les écoles militaires françaises de l’Atlas. L’intervention d’Irene González s’est axée sur la politique éducative de l’Espagne dans son protectorat du Nord du Maroc dans laquelle l’éducation a été conçue comme un instrument actif au service de la colonisation. Enfin, Umar Ryad a montré le lien entre les orientalistes allemands et leur rôle dans la propagande arabe pour le régime nazi à travers Radio Berlin.

La prochaine rencontre du FIMAM aura lieu à Salamanca (Espagne) le 30 et 31 mai 2013. L’appel à contributions est dès à présent ouvert ; vous pouvez trouver plus informations sur l’adresse suivante : https://sites.google.com/site/fimames/


Irene González González

Post-doctorante espagnole à l'IREMAM. Historienne et spécialiste sur la politique éducative y culture de l'Espagne au Nord du Maroc pendant le Protectorat (1912-1956)

More Posts - Website

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *