CHITI Elena

Doctorante de 2007 à 2013

Doctorante à l’IREMAM

Contact : tichene@gmail.com

Directrice de thèse : Ghislaine Alleaume, IREMAM, CNRS

 

Sujet de thèse

Écrire à Alexandrie (1879-1940). Capital social, appartenances, mémoire.

RÉSUMÉ

Ce travail de thèse a une double visée : historique et historiographique.

La visée historique : une analyse de la construction des appartenances en milieu alexandrin (fin XIXe – premier tiers du XXe siècle)

Alexandrie entre la fin du XIXe et le premier tiers du XXe siècle – ville-port intégrée dans les réseaux économiques et migratoires internationaux, terrain de confrontation entre le nationalisme égyptien naissant et les intérêts coloniaux – s’avère être un terrain privilégié pour l’étude des notions d’étranger, égyptien, ottoman, local, national, cosmopolite comme catégories mouvantes, produites par les acteurs.

Si les historiens du social se sont intéressés à ces constructions (pensons aux travaux récents de Will Hanley sur les sources judiciaires), l’histoire culturelle ne s’est pas encore penchée de façon systématique sur le sujet, en laissant le champ libre à un imaginaire qui fait de ces concepts – et notamment du cosmopolitisme – un refrain nostalgique ou une bannière idéologique, voire une fausse route où risque de s’égarer l’historien (comme remarquent à maintes reprises les contributeurs au volume Alexandria : real and imagined et notamment Khaled Fahmy).

Ce travail de recherche veut faire de l’imaginaire, en revanche, un objet d’histoire. Le regard est porté aux constructions des appartenances telles qu’elles émergent d’un corpus de textes de fiction en plusieurs langues (arabe, français, anglais, italien) produits par des acteurs de la vie culturelle alexandrine entre la fin du XIXe siècle et les années trente du XXe.

L’historicisation de ces constructions discursives est rendue possible par une mise en contexte préalable de ces acteurs culturels, notamment à travers une étude de leurs trajectoires personnelles, des sociabilités qui se nouent (ou pas) dans les milieux littéraires alexandrins et des critères sur lesquels se font et se défont les réputations littéraires. Si une approche en termes de « champ littéraire » semble en effet anachronique, l’enseignement de Bourdieu et de la recherche, notamment française, qui invite à porter un regard socio-historique aux milieux culturels reste en ce sens fondamental.

De même, une approche socio-historique à la survie ou à la disparition de ces réputations littéraires alexandrines au-delà de la période considérée permet d’aborder le champ de la mémoire sur des bases autres que celles de la nostalgie ou de l’idéologie.

La visée historiographique : une approche de la littérature comme « simple objet d’histoire »

Paul Veyne énonce la distinction fondamentale entre histoire et littérature (ou histoire littéraire classique) : « L’histoire s’intéresse à ce qui a été comme ayant été ; point de vue qu’on distinguera soigneusement de celui de l’histoire de la littérature ou de l’art, qui est une discipline axiologique, définie dans ses frontières par rapport aux valeurs : elle s’intéresse aux grands artistes, aux chefs d’œuvre » (VEYNE P., Comment on écrit l’histoire, p. 94).

Pourtant, une définition historienne de littérature est possible qui, abandonnée la visée axiologique, permette aux historiens de s’intéresser aux textes littéraires qui ont été comme ayant été, bons ou mauvais qu’ils soient, oubliés ou reconnus, et de les interroger comme des documents à part entière. C’est cette approche à la littérature comme « simple objet d’histoire » qui constitue la visée historiographique de mon travail et que j’aimerais pouvoir contribuer à banaliser et à répandre.

Dans le sillage de l’enseignement de Carlo Ginzburg (notamment des essais contenus dans Le fil et les traces), je plaide moi aussi pour « la lecture des vieux romans », y compris ceux dépourvus de valeur artistique, comme documents de leur temps : non pas pour que l’historien s’y fourvoie en y cherchant une vérité du récit, mais pour qu’il les aborde en tant que sources sur la construction d’un imaginaire.

Car il ne s’agit pas – loin de là – d’engendrer une opacité entre objet de recherche (la littérature de fiction) et discipline de référence (l’histoire culturelle). Et l’attention à la rigueur méthodologique, dès la construction du corpus, se doit d’être conséquente. Mais une fois cette rigueur garantie, les réticences de l’historien quant à la possibilité de faire de la littérature une source à part entière n’ont plus raison d’être.

 

 

DOMAINES DE RECHERCHE

Histoire culturelle de l’Égypte contemporaine

Sociabilités culturelles en contexte colonial

Historicisation de la notion de cosmopolitisme

Littérature comme objet d’histoire

Productions culturelles liées aux récentes révolutions arabes

Perceptions culturelles de la figure du traducteur et de la traduction

 

 

AFFILIATIONS  SCIENTIFIQUES

-Institut de Recherches et d’Etudes sur le Monde Arabe et Musulman (IREMAM), Aix-en-Provence

-Aix-Marseille Université, Aix-en-Provence

-Università Ca’ Foscari di Venezia (cotutelle de doctorat)

 

 

CONTRIBUTIONS À DES OUVRAGES COLLECTIFS

2013     

– « Invisibiliser le visible et visualiser l’invisible : les Alexandries d’Evaristo Breccia, entre ville barbare et ville idéale ». À paraître.

– «La littérature comme ‘simple objet d’histoire’. Éléments pour un débat historien », faisant suite à la participation au colloque «Croyance, vérité, mensonge » de 2012. À paraître.

– «Fin d’Empire en filigrane. Le cosmopolitisme dans les textes alexandrins en français (1900-1930) », faisant suite à l’Atelier «Alexandrie, cosmopolitismes » de 2010. À paraître.

2012     

– « Incontournable Durrell. Ou d’une saturation de l’espace-temps littéraire alexandrin », dans MADEOUF A. et CATTEDRA R. (éd.), Lire les villes, Presses universitaires François Rabelais de Tours, p. 109-118.

 – « Regard européen et printemps arabe. Le risque d’un déni de révolutions (le cas italien) », en ligne sur le site « Clé des Langues » de l’ENS de Lyon.

2011                     

– « Entre ambiguïté de la littérature et ambiguïté de l’histoire. Quelques réflexions sur un roman semi-historique de l’Alexandrin Matteo Marchi (1844-1918) », dans KĘDZIA-KLEBEKO B. et alii, Ambiguïté et ses contraires, Presses de l’Université de Szczecin, p. 34-45.

 

TRADUCTIONS D’OUVRAGES 

2011    

– MIKHAIL Dunya, La guerra lavora duro, San Marco dei Giustiniani (recueil de poèmes ; arabe vers italien). Titre original : Al-harb ta‘mal bi-jidd.  Traduction finaliste au Prix De Traduction de Poèsie Achille Marazza 2012 – Section « Opera Prima ».

– YAZBEK Samar, Lo specchio del mio segreto, Castelvecchi (roman ; arabe vers italien).Titre original : Lahâ marâyâ.

2010     

– MAJDALANI Charif, La casa nel giardino degli aranci, Giunti (roman ; français vers italien). Titre original : Histoire de la Grande Maison.

2009   

– MAHFUZ Nagib, Miramar, Feltrinelli (roman ; arabe vers italien). Titre original : Mîrâmâr.

2008   

– MERNISSI Fatema, Le 51 parole dell’amore, Giunti (récit ; français vers italien). Titre original : L’Amour dans les pays musulmans.

 

TRADUCTIONS EN REVUES

2013     

– “Sette poesie da Verrai di Faek Hweijeh” (introduction et traduction de l’arabe de sept poèmes du recueil Sa-ta’tîn de Faek Hweijeh), Smerilliana n. 15, à paraître.

2012

– “Sei poesie da Notti irachene di Dunya Mikhail” (introduction et traduction de l’arabe de six poèmes du recueil Al-Layâlî al-‘iraqiyya de Dunya Mikhail), Smerilliana n. 14, p. 13-29.

– “Quattro poeti (Tunisia, Egitto, Siria, Libia)” (traduction de l’arabe de quatre poèmes liés aux contestations arabes), Aspenia anno 17, n. 57, p. 232-238.

2011  

– Traduction de l’arabe du texte inédit “Awqât al-haqîqa awqât al-kidhb” de Khaled Khalifa, présenté au festival « La Milanesiana » le 27 juin et publié en avant-première par le Corriere della Sera. Disponible en ligne.

 

DIRECTIONS D’OUVRAGES

2012     

– Libano. Frammenti di storia, società, cultura, Mesogea.

2006     

– Avec E. Trevisan Semi. Mediterraneo e migrazioni oggi, Il Ponte.

 

COMMUNICATIONS À DES JOURNÉES D’ÉTUDES ET COLLOQUES INTERNATIONAUX 

2013     

– Participation au colloque « Egitto narrazioni plurali », Université Ca’ Foscari de Venise 11 mars, avec la communication: « Alessandria città di carta, o di un uso distorto del capitale culturale ».

2012

– Participation au colloque « Croyance, vérité, mensonge », Université de Szczecin (Pologne) 18-10 octobre, avec la communication : «La littérature comme ‘simple objet d’histoire’. Éléments pour un débat historien ».

2011

– Participation au colloque « Lire les villes », Université de Tours 16-17 juin, avec la communication : « Incontournable Durrell. Ou d’une saturation de l’espace-temps littéraire alexandrin ».

2010     

– Participation au colloque « L’ambiguïté et ses contraires », Université de Szczecin (Pologne), 16-17 octobre, avec la communication : « Entre ambiguïté de la littérature et ambiguïté de l’histoire. Quelques réflexions sur les romans semi-historiques de l’alexandrin Matteo Marchi ».

– Participation au World Congress for Middle Eastern Studies, Barcelone, 19-24 juillet, avec la communication : « Cosmopolitanism in the Alexandrian texts » (dans le cadre de la rencontre “A Social Sciences Approach to Alexandrian Cosmopolitanism: Stakes and Limits”).

– Participation à l’atelier « Alexandrie, cosmopolitismes », CEAlex, Alexandrie (Égypte), 28-29 avril, avec la communication : « Le cosmopolitisme revisité à travers les textes alexandrins en français (1900-1930) ».

2008     

– Participation au colloque « Nation, roman et traduction », IREMAM, Aix-en-Provence, 3-4 octobre, avec la communication : « Anton Shammas, 1986 – 1997 : de la reterritorialisation par l’hébreu à la déterritorialisation de l’hébreu ».

2006      

– Participation à l’École pour jeunes chercheurs «Observer le religieux aujourd’hui» organisée par le réseau de recherche européen RAMSES II (Université Hassan II, Casablanca, 25-30 novembre) avec la communication : «L’image du juif dans la littérature égyptienne contemporaine».

 

INTERVENTIONS DANS DES SÉMINAIRES DE RECHERCHE 

2012     

– Séance au séminaire de l’ENS-LSH de Lyon « Écrire les modernités arabes » (responsables : F. Abécassis, É. Dayre, G. Ladkany), 3 mai. Titre : « Littérature et politique : à propos de quelques écrivains et du printemps arabe ».

2010

– Participation au séminaire de l’IFEA d’Istanbul (Turquie), 21 décembre, titre de la séance : « Reconsidering Cosmopolitanism : New Temporalities and Qualitative Social Perspectives ».

2009     

– Séance au séminaire doctoral de l’IREMAM « Modernités en miroir » (responsables : G. Alleaume, G. Groc), 20 mars. Titre : « Quelques réflexions sur un changement de sens du patrimoine alexandrin, du Musée gréco-romain au Musée national d’Alexandrie ».

2008     

– Séance au séminaire doctoral de l’IREMAM « Modernités en miroir » (responsables : G. Alleaume, G. Groc), 21 mars. Titre : « The Empire writes back et les post-colonial studies. Enjeux et limites ».

 

ENSEIGNEMENT

2013    

– Séance au Master européen MIM (Crossing the Mediterranean : Cultural mediation towards investment and integration), Venise, 12 mars.    Titre : « Du printemps et d’autres révolutions. Regard européen et scène culturelle arabe ».

– Cours de traduction poétique arabe vers italien, Scuola Superiore per Mediatori Linguistici di Vicenza (Italie), Master in Traduzione Letteraria-Editoriale dall’Arabo, 9-10 mars.

2012      

-Cours de traduction journalistique arabe vers italien, Scuola Superiore per Mediatori Linguistici di Vicenza (Italie), Master in Traduzione Letteraria-Editoriale dall’Arabo, 11-12 mai.

2011     

– Cours de traduction poétique arabe vers italien, Scuola Superiore per Mediatori Linguistici di Vicenza (Italie), Master in Traduzione Letteraria-Editoriale dall’Arabo, 8-9 avril et 18-19 novembre.

– Séminaire universitaire de traduction littéraire arabe vers italien, Université de Macerata, siège de Civitanova (Italie), 16 mars, dans le cadre du cours de langue et littérature arabe organisé par M. E. Paniconi.

 

PRIX

2012     

– Finaliste au Prix de Traduction Poétique  – Achille Marazza (Opera Prima) pour la traduction de l’arabe à l’italien du recueil La guerra lavora duro (Al-Harb ta‘mal bi-jidd) de Dunya Mikhail.

2007

– Lauréate (deuxième prix) du Prix de Traduction « Le mie parole altrui » avec la traduction italienne du poème arabe “Akyâs ‘izâm” de Dunya Mikhail.

 

PROJETS DE RECHERCHE ACHEVÉS

2009     

– Projet de recherche annuel financé par le CNR italien. Titre: “L’altro spiegato ai ragazzi : qui e altrove” (L’autre expliqué aux enfants : ici et ailleurs) – analyse en parallèle de l’image de l’autre (arabe) dans la plus récente littérature jeunesse italienne, et de l’image de l’autre (occidental) dans la plus récente littérature de jeunesse égyptienne et marocaine.

 

LANGUES

Italien (écrit et parlé) : langue maternelle.

Français (écrit et parlé) : excellent.

Arabe : Arabe littéral (écrit et parlé) : excellent.

Dialectes levantins (en particulier jordanien et palestinien): excellent.

Dialecte égyptien : excellent.

Dialecte marocain : notions.

Anglais (écrit et parlé) : excellent.

Espagnol (écrit et parlé) : intermédiaire.

Hébreu (écrit et parlé) : intermédiaire.