« Chronique berbère ». Conversation avec Antoine Chéné, réalisateur d’un documentaire sur le Haut-Atlas marocain

Antoine Chéné est photographe et cinéaste. Entre 2009 et 2011, il a réalisé un film documentaire sur un village du Haut-Atlas marocain présenté pour la première fois lors d’une séance du séminaire « Filmer les Suds » à la MMSH, le 6 avril 2012. Pour en savoir plus sur la naissance de ce projet et sur sa réalisation, Kamel Chachoua l’a rencontré et livre dans ce billet l’entretien qu’il a eu avec lui.  La rédaction des carnets remercie Antoine Chéné d’avoir permis la publication d’extraits inédits de son film (La rédaction).

* * *

 

Antoine Chéné, Alla, Haut Atlas marocain
Antoine Chéné, Alla, Haut Atlas marocain

Vous êtes photographe  dans un laboratoire d’archéologie à Marseille depuis plus de trente ans… En faisant ce film vous avez changé d’instrument et vous  êtes  passé  d’un  appareil photographique à une caméra. Pourriez-vous dire comment vous êtes venu à cette fonction passionnante de photographe en archéologie et nous évoquer ce passage de l’appareil photographique à la caméra  et de la photographie archéologique au film ethnologique ?

Oui, j’ai fait ma carrière professionnelle au CNRS, comme photographe spécialisé en archéologie. Mais c’est le hasard qui m’y a conduit. Certes, après mes études secondaires, j’ai passé trois années à l’école Louis Lumière dans la section photo après avoir hésité un peu pour entrer en section cinéma. Ce qui m’intéressait, c’était la prise de vue et je m’imaginais faire de la photo industrielle ou publicitaire, même si j’adorais le portrait. Et puis j’ai répondu à une annonce et je me suis retrouvé à Aix-en-Provence,  dans un milieu universitaire avec des historiens et des archéologues. J’ai beaucoup aimé ce travail où je photographiais des monuments, des statues, vases, des monnaies et toutes sortes d’objets alors que je ne connaissais pas du tout ce milieu et que je ne m’y intéressais pas du tout auparavant. J’y ai fait aussi beaucoup de photos sous-marines sur les épaves antiques chargées d’amphores et j’ai aussi eu l’occasion de faire la couverture photo des peintures et gravures préhistoriques lors de la première mission d’études dans la grotte « Cosquer » à Marseille en 1991.

Durant toutes ces années le désir de réaliser des films était toujours présent, et c’est en 1975 que j’ai pu faire mon premier film professionnel. C’était un film tourné en grande partie sous l’eau, en 16mm, qui relatait le déroulement d’une fouille sous-marine avec les découvertes et les techniques de travail. Ce film a eu un certain succès mais est resté sans lendemain faute de moyens. Ce n’est qu’avec l’avènement de la vidéo dans les années 1990 que j’ai eu à nouveau la possibilité de faire du « cinéma ». Bien sûr, ce furent des documentaires archéologiques à caractère pédagogique et didactique. Ensuite, après 12 ans passés en Égypte, affecté à un laboratoire du CNRS à Karnak comme responsable du service photo, où j’ai pu réaliser là aussi quelques films, je suis rentré en France en prenant ma retraite. À ce moment là,  j’ai décidé d’investir dans du matériel  vidéo de bonne qualité, pour continuer à titre personnel et sans objectif bien précis, à réaliser des documentaires.

De façon naturelle, ne faisant pas preuve d’une imagination débordante, les seuls sujets qui me venaient à l’esprit, c’était de faire partager le plaisir que j’éprouvais le plus souvent à la rencontre des gens simples évoluant dans un cadre original et « beau ». Et c’est comme cela, qu’au hasard d’un premier séjour dans les montagnes du Haut-Atlas marocain je fus conquis par les habitants chaleureux de cette région magnifique…

Pourquoi ce titre Chronique berbère ?

Pour moi ce terme de chronique me semble bien adapté à ce que je voulais donner à partager aux spectateurs de mon film. Je voulais qu’ils ressentent le temps qui s’écoule dans ces villages de montagne. « Chronique », du grec « kronos », temps, évoque pour moi, la durée de la journée, les saisons qui passent et les années qui se succèdent. Mon film donnant à voir en particulier, les petits événements de la journée, le rythme des saisons et les fêtes qui les ponctuent, il m’a semblé que ce terme de « chronique » était  adapté. C’est dans ce sens que j’ai utilisé ce mot.

Pourquoi et pour qui avez-vous réalisé ce film?

Pour moi, pour me faire plaisir d’abord, sans savoir ce qu’il pouvait devenir. Bien sûr, j’imaginais bien le montrer autour de moi, aux amis et, avec un peu d’appréhension, aux spécialistes du monde berbère. Mais je me suis lancé dans ce tournage parce que j’ai aimé tout de suite ces paysages et les villageois de ces montagnes qui ont une vie si rude mais si peu polluée par les excès du mode de vie moderne. Ce sont des gens vrais. Alors, après un premier séjour là-bas sans aucun projet, j’ai voulu en savoir plus et partager un peu ce qui faisait leur quotidien et surtout garder des traces. Et tant mieux si les spectateurs, quels qu’ils soient, ressentent l’émotion que j’ai éprouvée moi-même lors de mes séjours là-bas.

Il s’agit de quel village exactement ?

Ce village se situe à environ 80 kilomètres au Sud de Marrakech,  à proximité de Ijoukak, sur la route d’Asni au Tizi’n test. A partir d’Ijoukak il faut marcher environ une heure dans la montagne pour atteindre Alla, petit village d’une quarantaine de familles aujourd’hui, dans lequel j’ai tourné mon film.

Vous êtes parti dans ce village avec l’intention de faire ce  film ou pour une autre raison ?

Non, la première fois que je suis allé là-bas, c’était pour des vacances, pour marcher dans la montagne et profiter des paysages de la région pendant une dizaine de jours. Nous sommes partis (ma femme et moi) avec trois couples amis, dont un, avait aménagé une maison à Ijoukak au fond de la vallée et était déjà bien intégré auprès des gens du coin. Ils y étaient si bien qu’ils avaient aussi particulièrement apprécié le village d’Alla, à tel point qu’ils y avaient racheté une maison en très mauvais état. Pour la rendre habitable ils s’étaient adressés à Brahim qui avait mis ses connaissances en maçonnerie à leur service.

Pendant ce premier séjour nous avons parcouru les sentiers de montagne et traversé de nombreux villages et c’est Brahim qui nous guidait dans cette région où il connaissait quasiment tout le monde. C’est donc durant presque toutes ces journées où Brahim nous accompagnait que j’ai découvert les villages dominant Ijoukak et en particulier Alla. Tout en marchant, au début dans un français hésitant, j’ai pu avoir de longues discussions avec Brahim qui, répondant à mes questions,  m’expliquait le mode de vie de ces villages berbères.

Je n’avais avec moi qu’un appareil photo, n’ayant pas voulu à l’époque, m’encombrer d’une caméra, d’autant qu’à ce moment là je n’avais aucun projet de film documentaire. Ce n’est qu’une fois de retour en France, avec le recul, et en me remémorant les rencontres et les images de ce premier séjour, que la possibilité d’y tourner un film a germé en moi…

Qu’est-ce qui vous a  le plus saisi lors de ce premier contact ?

La beauté et les couleurs des paysages et des villages. Et puis surtout la gentillesse et la spontanéité des gens rencontrés, et en premier lieu, Brahim et sa famille qui laissait entrevoir une personnalité riche, dynamique et directe. Je ne connaissais pas  la vie dans ces montagnes du Haut-Atlas marocain et les premières rencontres et discussions m’ont donné envie de partager un peu plus de leur temps, pour mieux comprendre leur mode d’existence.

En effet Brahim est le personnage central  de ce documentaire, c’est un homme attachant, il incarne  la persistance sereine d’un monde et d’un mode de vie villageois bien entamé depuis longtemps par l’économie monétaire, les technologies moderne et la ville. Lui et sa famille  comme tout le village vivent sur  le même territoire, dans la même surface, avec les mêmes traditions, dans le même type d’habitat ; ils ont encore  la même mosquée, la même organisation sociale et vivent apparemment et essentiellement de l’activité agricole comme il y a un siècle. Ils sont vraiment aussi coupés du monde qu’on le voit, que tu nous le montres ? Je  dis cela car on voit qu’il y a des interrupteurs, donc une télévision et peut-être même une parabole ? On voit aussi les jeunes filles bien habillées et strictement  voilées comme celles que l’on croise à Casablanca ou même à Aix-en-Provence …     

Oui, c’est vrai que Brahim et sa famille vivent à peu près de la même façon, sans doute, qu’il y a une centaine d’année. Et Brahim est attaché à ce mode de vie et à cet environnement. Pour autant ils ne vivent pas en dehors du « monde moderne ».  Brahim  et son fils Mohamed connaissent l’un et l’autre les grandes villes du sud du Maroc, mais ils ont fait le choix de rester dans la montagne malgré la rudesse de cette existence. Ils vont rarement à Marrakech, mais descendent au souk, dans la vallée, une fois par semaine. Ce sont les hommes qui font les courses, les femmes se déplacent peu, parfois pour rendre visite à la famille dans les villages environnants. Pourtant leur fille, dont on voit la cérémonie du mariage, va habiter Rabat.

Ce village d’Alla a l’électricité, et quelques maisons sont équipées d’une télé avec parabole mais la rumeur du monde semble leur parvenir d’une façon atténuée, comme à travers un filtre. Il faut dire que le travail des champs et auprès des animaux laisse peu de temps libre pour regarder la télé. Et le soir on se couche tôt après avoir regardé des programmes locaux ou des feuilletons égyptiens.

Quant aux femmes, si elles sont habillées de façon stricte, c’est qu’elles suivent la tradition et il ne peut être question pour l’une d’elle de se distinguer ici dans ces montagnes en arborant un style d’habit perçu comme choquant dans ces villages où les traditions sont le ciment de cette société de paysans montagnards berbères. C’est d’ailleurs pour maintenir ces traditions vivantes que Brahim se bat. Depuis le tournage des dernières séquences du film, il y a maintenant deux ans, il y a eu des changements dans l’organisation de vie de Brahim. L’an dernier, il a décidé de vendre tout son troupeau de chèvres. Il n’était pas imaginable, pour lui, que son neveu continue à passer son temps à garder le troupeau et qu’il faille continuer à le payer pour ce travail. Alors, misant sur la possibilité de voir des touristes et randonneurs parcourir les sentiers montagneux qu’il connaît par cœur, il a mis une bonne partie de l’argent récupéré par la vente des chèvres dans la construction d’une maison dont le rez-de-chaussée est occupé par une petite boutique. Il est vrai que dans le fond de la vallée il y a déjà une maison d’hôtes, mentionnée dans le « Guide du Routard ». Il semble bien que, sans renier ses traditions, Brahim fait ainsi le choix d’évoluer vers la modernité.

On le voit, en effet, ressusciter un moulin hydraulique de ses propres mains. Comment est né ce projet de reconstruction de l’ancien moulin ? Belle coïncidence aussi pour vous ! Vous étiez sur place !  

La première fois que j’ai vu ce qui restait du moulin – des murs écroulés envahis d’herbes hautes – je n’imaginais pas qu’un an plus tard, en retournant sur place, j’assisterai aux premiers essais. En fait, Brahim souhaitait le remettre en état depuis quelque temps et c’est grâce à l’aide financière de nos amis qu’il a pu mener à bien ce projet en le reconstruisant lui-même. Évidemment quand j’ai su cela, j’ai immédiatement voulu savoir comment cela marchait… Et après la démonstration, j’ai encore attendu 6 mois pour le voir fonctionner vraiment avec du maïs.

Vous avez filmé des moments , des lieux, des scènes anthropologiquement importantes, comme celle qui montre  tout le processus de fabrication de la poterie mais aussi la fête de l’Aîd El Kebir, le mariage de la fille de Brahim, une journée d’école avec un enfant  du village, le métier à tisser, les travaux dans les champs…  bref, une sorte de tableau ethnographique et ethnologique  qui retrace l’essentiel de la vie religieuse, économique, scolaire et symbolique du village de Alla  comme dans le livre Jours de Kabylie de Mouloud Féraoun. Filmer un jour de fête  importante comme l’Aîd  ou le mariage, j’imagine que c’était compliqué pour vous du point de vue éthique, technique et pratique, non ?    

Non, ça ne s’est avéré pas si compliqué que cela parce que très vite j’ai pu établir un rapport de confiance avec Brahim et donc par voie de conséquence avec toute sa famille et aussi quelques habitants du village. Lors de la fête notamment c’est lui, Brahim, qui me tenait au courant de tout ce qui allait se passer. Il m’a indiqué le bon point de vue pour filmer la prière des hommes sur le promontoire dominant les maisons, sans pour autant les déranger. Auprès des jeunes, déguisés  avec la peau de chèvre, j’ai pu filmer sans problème car il est aussi celui qui donne les conseils pratiques aux enfants pour qu’ils puissent garder ces coutumes.

Pour ce qui est du mariage (auquel j’étais invité) pas de problème non plus, j’ai pu filmer pratiquement toute la journée. En dehors des scènes de préparation et d’habillage de la mariée tout m’a été ouvert, je faisais partie de la fête. Je n’étais pas un simple spectateur. Les gens du village n’étaient pas surpris de me voir car ils me connaissaient déjà.

Pourtant, certains invités des villages voisins qui ne me connaissaient pas, ont été étonnés de me voir là avec une caméra et certaines femmes notamment, n’ont pas voulu que je les filme. Bien sûr je n’ai pas insisté. Sur le plan technique pas de véritable problème. Il faut juste être très disponible et à l’affût. Mais pour les 6 ou 7 minutes de la séquence « mariage » j’ai dû tourner environ une heure et demie…

A l’école c’est toujours Brahim qui m’a servi de guide. Pourtant je suis arrivé sans trop prévenir et Brahim a expliqué à l’institutrice ce que je faisais et ce que je souhaitais. Ce jour là, je ne m’en étais pas rendu compte, c’était le dernier jour de classe avant les congés et la maîtresse attendait le « camion » qui allait la descendre dans la vallée pour qu’elle prenne le bus pour  partir en vacances. Sur ma demande elle a accepté de redistribuer les cahiers et de faire la classe avant de partir. Et les enfants ont, eux aussi, bien voulu retravailler un peu !

J’ai bien aimé aussi tourner la séquence des potiers, d’abord parce qu’ils étaient très sympathiques et tout à fait accueillants à mon égard. Ils étaient aussi contents de pouvoir montrer leur savoir-faire et de parler de leur métier. Et je dois dire que moi-même, tout en filmant, j’étais passionné par cette technique et ces mains qui transformaient un bloc de terre informe en objet indispensable et d’usage quotidien dans chaque foyer.

Pour ce qui est de la vieille dame « au tapis », j’ai eu beaucoup de chance. En effet, aucune femme dans le village d’Alla, ne maîtrise plus la technique du tissage. Par chance la « tisseuse » était là pour garder, pendant quelques semaines, la maison de sa fille. Et cette vieille dame, originaire d’un village plus au sud savait encore tisser. Je lui ai donc commandé un tapis… Elle s’est montrée à l’aise et plutôt contente, elle aussi, de se laisser filmer et de montrer sa technique ancestrale.

Il faut dire aussi que, à part une ou deux séquences, j’étais tout à fait seul avec ma caméra, face ou à côté de mes interlocuteurs, ce qui faisait qu’ils m’oubliaient très vite.

En fait, je dois beaucoup à Brahim qui, je pense, appréciait la curiosité que je manifestais à l’égard de sa famille et plus largement de l’ensemble des habitants de ces villages et de leurs coutumes. Il a compris très vite que mon film s’inscrivait dans son projet non formulé, de maintenir et de faire vivre les traditions du peuple berbère de la montagne.

Qu’est-ce qui fait que se soit Brahim et pas un autre homme du village d’Alla qui se donne ce rôle  actif et désintéressé  de préserver ce patrimoine villageois et collectif ? Et aussi, selon vous qui avez  côtoyé  longuement et intimement Brahim, comment les gens d’Alla font-ils dans la pratique quotidienne pour concilier  entre les  impératifs de la tradition et les  exigences de la modernité ? Comment vivent-ils cette double contrainte ou cette double vie pour dire vite ? 

Je crois que c’est simplement qu’il est profondément attaché à ses racines. Je pense aussi que ses déplacements pour trouver du travail dans certaines grandes villes du Maroc alors qu’il était jeune l’ont fait choisir définitivement le mode vie « paysans des montagnes » plutôt que celui, urbain, qu’il a connu un temps mais auquel il a renoncé peu de temps après son mariage. Certains autres hommes du village qui ont connu aussi la ville, ont sans doute moins pris conscience de la lente désertification de la montagne. Lorsqu’on parcourt la montagne avec Brahim il fait vraiment partager l’amour qu’il a pour ces paysages et ces villages, sans faire de prosélytisme mais tout simplement par le regard qu’il pose autour de lui.

Il faut dire aussi que s’il prend tant d’initiatives, c’est qu’il a été désigné par les habitants du village : « président » de l’association qui le gère. Et s’il se plaint parfois qu’il reçoit peu d’aide active de la part des autres villageois, cela s’explique peut-être par le fait que la moyenne d’âge de la population de ces montagnes est assez élevée malgré les jeunes enfants qui parcourent les sentiers pour aller à l’école.  Et que par conséquent il se trouve peu d’hommes valides pour participer à certains travaux collectifs qui sont parfois considérés comme non indispensables ou dont l’intérêt n’est pas immédiatement compris…

Je ne pense pas que les gens d’Alla aient vraiment des problèmes pour concilier le mode de vie « moderne » et celui traditionnel de la montagne. En fait, même avec la télévision, ils sont vraiment ancrés dans ce qui fait leur vie au quotidien, avec les soins à apporter aux cultures, aux bêtes, descendre faire les achats au souk du mercredi etc… Le rythme  que leur imposent toutes ces tâches immuables et indispensables à leur survie, leur laisse peu de place pour penser à autre chose que leur quotidien.

Certes l’électricité leur a facilité la vie, mais n’a pas changé fondamentalement le cours de leur existence, c’est la tradition qui l’emporte même s’ils essaient de profiter des bienfaits de la modernité s’ils le peuvent ; je pense notamment aux soins médicaux qui nécessitent, pour qu’ils soient de bonne qualité, de se déplacer dans une grande ville.

Est-ce que les gens d’Alla ont vu votre film ? Quelle était la réaction de ceux qui l’ont vu ?

Les gens d’Alla, non, mais la famille de Brahim, oui. En fait on a pensé, et Brahim avec nous, qu’il était préférable que seule la famille de Brahim le voie, car comme lui et sa famille étaient les « vedettes » du film nous avons craint que cela suscite des jalousies de la part des autres habitants d’Alla. Je n’ai pas assisté à la projection, (ou plutôt à la vision sur leur vieux téléviseur grâce à un vieux lecteur de DVD), de mon film. Mais le couple de nos amis ayant  une maison là-bas, y étaient et nous ont rapporté leurs réactions.

D’abord, nous ont-ils dit, beaucoup d’émotion chez Brahim. Notamment lorsque son neveu, le jour du mariage de sa fille, évoque le temps à venir lorsque Brahim « sera passé dans l’autre vie » et qu’il viendra sans doute dans le village pour la retraite. Ils ont tous écouté et regardé sans mot dire les images, même ceux qui ne comprenaient pas le commentaire. Ils étaient tous bouche bée devant l’écran semblant découvrir leur propre existence.

Chose étonnante encore, Brahim passe souvent dans le village des potiers, mais n’avait jamais vu dans le détail l’ensemble de la fabrication des poteries. Il a découvert toutes ces techniques dans le détail grâce au film. Quelques mois après qu’ils aient vu le film, j’ai eu l’occasion de passer par Alla, mais j’ai eu très peu de commentaires directs de la part de Brahim. A ma question de savoir comment il l’avait trouvé il m’a seulement répondu : « C’est bien ». Comme si il gardait ses sentiments et ses impressions pour lui seul…

C’est très émouvant! Est-ce que vous l’avez montré ailleurs au Maroc, car votre film sur le village d’Alla dit et sous entend aussi  beaucoup de choses sur toutes les sociétés berbères et le monde rural maghrébin d’aujourd’hui en général ? Il est aussi à mon avis un outil de travail pour les praticiens des sciences humaines et sociales, c’est dommage qu’il ne soit pas encore diffusé ni au Maroc ni au Maghreb alors qu’il est d’un intérêt évident  pour  l’ensemble du monde méditerranéen.

Oui, c’est dommage. Il n’a pas été montré au Maroc. Je l’avais proposé à ARTE et j’ai eu, il y a deux semaines environ, une discussion téléphonique intéressante avec la responsable des documentaires. Malheureusement ils ne prendront pas le film bien qu’elle l’ait trouvé intéressant, avec de belles images. Elle m’a dit qu’il y avait de l’émotion… mais pas assez, que le montage lui semblait un peu linéaire, donc qu’elle ne le prenais pas. Je viens de le proposer à la chaîne « Voyage », on verra…

Vous ne l’avez pas proposé à des chaines au Maroc, en Algérie, ou en France par exemple ?

Non, ni en Algérie, ni au Maroc. Je l’ai proposé à la chaîne « Berbère télévision » en France, ils étaient intéressés mais quasi gratuitement, j’ai donc préféré attendre, je verrai si je réitère ma proposition  auprès d’eux plus tard.

Comment avez-vous surmonté les difficultés liées à la langue que ce soit pour échanger lors du tournage comme au moment du montage ? Je me permet cette question pour vous car les anthropologues ne la posent jamais entre eux.

Au début j’ai été un peu surpris, car j’ai essayé de parler un peu de mon « arabe égyptien », mais je me suis vite aperçu  que là-haut dans le village personne ne me comprenait. Ce n’était pas mon arabe qui était en cause, encore que l’arabe égyptien n’est pas toujours compris au Maroc, mais c’était le fait que dans la montagne on ne parle que le berbère et l’arabe n’est pas employé.

Brahim commençait à parler un peu français et au fur et à mesure des 4 séjours que je fis pour le film ses progrès furent très nets. Il est vrai qu’après le premier séjour de tournage, j’ai eu parfois un peu de mal à « traduire » les propos de Brahim. Ses tics de langage, certains mots parfois mal utilisés, une syntaxe approximative perturbaient la compréhension de ses explications, à tel point qu’il me fallait l’écouter à de nombreuses reprises pour le comprendre.  Nous eûmes ensuite de véritables discussions lors du dernier séjour. En revanche,  Mina, une jeune femme travaillant dans la maison de la vallée chez mes amis français, m’a bien aidé en traduisant sur place les propos de la dame au tapis. Mais à Alla aucune femme ne parlait français et il n’y avait aucune possibilité de leur parler directement.

La scène  du rituel de mariage était belle et riche aussi du point de vue sociologique. Cela dit, elle donne une impression d’agressivité  symbolique par sa somptuosité et  ses couleurs surtout qui n’épouse pas le paysage écologique, anthropologique et sociologique traditionnel d’Alla. C’est la scène et le moment qui montrent un point commun avec la ville, un mariage « bling bling »,  non ?

C’est vrai que ça peut paraître un mariage « bourgeois » un peu décalé dans le cadre de cette montagne et de ces villages pauvres. Mais de fait, je pense que la cérémonie du mariage est un moment fort pour toute la famille, surtout pour celle de la mariée, qui va voir la jeune femme quitter le cadre de son enfance et de son adolescence. Alors ce moment plein d’émotions et de grands changements, il faut le valoriser. Et la richesse des habits de la mariée qui change trois fois de robe – de trois couleurs différentes – (je n’ai pas pu les montrer toutes dans le film, faute de temps), les maquillages du visage, des mains et des pieds sont là pour témoigner de l’importance, je crois, de ce moment fort pour toute la famille. Et puis aussi bien sûr, ces rites de fête répondent à la tradition et aux coutumes berbères auxquelles, pour tous ces paysans montagnards et en particulier pour Brahim, il n’est pas question de déroger.

Il y a dans votre manière  de filmer une attention très  précise au détail  des pratiques humaines et des objets physiques  en particulier. Vous vous attardez sur  des scènes et des pratiques  comme la fabrique de la poterie, la cuisson du pain, le carnaval,  la construction,  comme aussi sur le rituel de l’Aïd el Kebir, celui du mariage, le tissage, toutes choses  qui donnent au film une  dimension réflexive et scientifique.  Ce que exprime d’ailleurs très bien  Brahim en disant qu’il avait découvert, grâce à votre film, le détail de la fabrication de la poterie, alors qu’il passait devant  et connaissait ce lieu et l’artisan depuis son enfance. Personnellement,  je me demande s’il n’y a pas un lien entre cette passion et cet intérêt  que vous portez aux détails des pratiques et des objets et votre profession de photographe  en archéologie qui était votre fonction principale au CNRS en France comme vous l’avez  évoqué.

Oui, sans doute, ma pratique de photographe d’archéologie m’a certainement donné le réflexe de chercher la compréhension de l’objet dans le détail et dans les différents points de vues qu’on peut en avoir. Mais je pense plus profondément que c’est mon propre intérêt, mon propre désir pour la connaissance de l’autre qui me pousse à approfondir la relation pour mieux partager ce qui me semble universel dans nos existences, par delà nos modes de vie parfois bien éloignés les uns des autres. Ce qui me pousse à regarder  de près, à apprécier les gestes qui font l’existence des uns et des autres, c’est l’empathie que  j’éprouve envers les personnages qui me semblent authentiques. Ça a été le cas avec Brahim de façon quasi immédiate. Pour cela ma caméra, une fois qu’elle a été apprivoisée par mes interlocuteurs, est un atout et une aide, je me cache derrière elle pour vaincre ma réserve naturelle. Ma caméra est un »trait d’union » qui me lie à l’autre en me facilitant le contact pour mieux le connaître.

Qu’est ce que  la réalisation de ce film sur Alla a fait ou a apporté à votre regard sur le Maroc  et sur ce qu’on appelle cavalièrement  la mondialisation ?

À chaque fois que je me trouve dans ce genre de situation, à l’écart du monde dit civilisé, et cela peut arriver même en France, c’est le recul, le silence, par rapport à l’agitation de notre monde moderne qui me frappe et m’émeut. Je pense que nous sommes nombreux à ressentir cela dans de telles circonstances. Et là, j’ai le sentiment de me confronter à l’essentiel, débarrassé des choses sans importance qui font pourtant bien souvent partie de notre quotidien dans notre vie « moderne et civilisée ». Au Maroc j’ai, bien sûr, retrouvé tout cela dans la quiétude de ces montagnes. Mais ce qui pour moi a été le plus important fut la rencontre avec ces gens de la montagne et surtout de Brahim et sa famille  car il y eut de vrais échanges qui ont débouché sur une réelle amitié. Aujourd’hui, après cette expérience où j’ai eu le temps de me « poser » dans ce village d’Alla, je me demande parfois si j’ai encore envie de voyager, si ce n’est que pour passer à côté des gens sans avoir le temps de rentrer en contact avec eux. Je rêverais maintenant de pouvoir passer, (éventuellement avec ma caméra) un ou deux mois, ou plus (!) immergé dans un village, pour me fondre avec les habitants et apprendre à les connaître. Il y a tant à apprendre des autres.

Actuellement  vous êtes en mission archéologique dans un village en  haute Égypte. C’est un autre climat, une autre discipline et  je pense aussi que vous  êtes, sans doute, dans une autre posture, une autre ambiance que celle que vous avez vécue à Alla dans le Haut Atlas marocain…

Oui, ce que je fais à Louqsor, en Égypte n’a pas grand chose à voir avec « Chronique Berbère ». En Égypte, je participe à une mission archéologique depuis une dizaine d’années, à raison d’une vingtaine de jours par an. Là, je suis les travaux de fouille et de remontage de monuments et de statues monumentales et je devrais pouvoir faire le montage de ce film dans un an, après une nouvelle mission. Sur cette opération de fouille et de travaux archéologiques il ne s’agit plus de rendre compte de la vie d’un village mais de tenter de faire comprendre et de donner à voir ce qui était construit sur le site, il y a 3500 ans, tout en s’attachant sur le travail de toute l’équipe, cadres et ouvriers, qui présente parfois de fortes similitudes avec ce qui se passait là au temps de Pharaons. Les vieilles pierres auront leurs places, mais ce sont les acteurs humains qui les feront vivre. Au Maroc je filmais pratiquement tout seul dans le calme de la montagne du Haut-Atlas. En Égypte, où sur la fouille, il y a une fourmilière de 200 personnes autour de moi, les contacts sont moins personnalisés mais très sympathiques aussi.


Kamel Chachoua

En savoir plus sur Kamel Chachoua sur le site de l’Iremam

More Posts - Website

4 réflexions sur « « Chronique berbère ». Conversation avec Antoine Chéné, réalisateur d’un documentaire sur le Haut-Atlas marocain »

  1. Merci pour ce documentaire…
    C’est juste a coté que nous avions choisi de partir avec nos enfants ( Ourika ).
    Enfin il n’est pas exclu d’aller un jour a Alla….
    Nous allons au maroc fin avril, mais je suis sur que nous y retournerons……

  2. bravo superbe reportage,je connais très bien ces montagnes,j’y vais depuis longtemps!Et j’étais ravie de voir mes potiers ,mes amis d’ijoukak!

  3. Merci Kamel, tu as su approcher le réalisateur avec autant de pudeur et de curiosité qu’il en a eu lui-même vis-àvis des gens de Alla !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *