Lectures estivales: une sélection d’articles Routledge sur le « Printemps arabe revisité ».

tandf-online-logo

routledge-logo-normalized

Le site de Taylor & Francis Online a récemment mis en libre accès une sélection d’articles (en anglais) sur le « Printemps arabe revisité », parus entre 2011 et 2013 dans les revues scientifiques de la maison d’édition Routledge. Les articles sélectionnés sont divisés en trois sections :

  1. Key Responses. Font partie de cette section les articles portant sur les réactions des pays du Moyen-Orient, comme la Lybie, ou en dehors de cette aire géographique, l’Inde par exemple, aux évènements du « Printemps arabe », sur les perspectives théoriques élaborées suite aux situations révolutionnaires, sur les perceptions du « Printemps arabe » au sein de mouvements émergents etc. Les articles sont ainsi répartis en cinq sous-sections : général, Europe et autres nations, Afrique du nord, Syrie et Turquie. On signale parmi les articles de cette section, celui de Roger Owen (2012) « The Arab ‘Demonstration’ Effect and the Revival of Arab Unity in the Arab Spring », Contemporary Arab Affairs, vol. 5 (3), p. 372-381 ; et de Michelle Pace & Francesco Cavatorta (2012) « The Arab Uprisings in Theoretical Perspective : an Introduction », Mediterranean Politics, vol. 17 (2), p. 125-138.
  2. Political Impacts. Il s’agit de travaux portant sur les changements que la notion de « politique » a connues depuis les insurrections arabes. Parmi les articles sélectionnés, on recommande celui de Mona Farag (2012) « Egypt’s Muslim Brotherhood and the January 25 Revolution : New Political Party, New Circumstances », Contemporary Arab Affairs, vol. 5 (2), p. 214-229 ; et celui de Dani Badran (2013) « Democracy and Rhetoric in the Arab World », Journal of the Middle East and Africa, vol. 4 (1), p. 65-86.
  3. Social Impacts. Cette section présente les travaux qui se focalisent sur les aspects sociaux du « Printemps arabe » : la citoyenneté, la démocratie, l’utilisation des réseaux sociaux, les classes sociales, le rôle des jeunes, des femmes etc. Il faut signaler à ce titre l’article de Mervat F. Hatem (2012) « The Arab Spring Meets the Occupy Wall Street Movement : Example of Changing Definitions of Citizenship in a Global World », Journal of Civil Society, vol. 8 (4), p. 401-415 ; et celui de Paola Rivetti (2013) « Democracy and Secularism in Iran : Lessons for the Arab Spring ? », Mediterranean Politics, vol. 18 (1), p. 125-132.
  4. Strategy and Security. La dernière section est consacrée aux articles qui abordent les questions liées aux stratégies politiques et à la sécurité humaine, comme celui de Theodor Tudorolu (2013) « The Arab Spring : Last Episode of the Cold War », Contemporary Politics, vol. 19 (3), p. 304-320.

Loin de vouloir être exhaustive, cette sélection de travaux scientifiques offre au lecteur un éventail large et varié de réflexions, analyses, définitions, perspectives politiques, sociales, économiques, et de case studies issus de contextes différents : local, global, occidental, oriental etc.

Il ne reste au lecteur que de profiter de la pause estivale pour se faire happer par ces nouvelles (et néanmoins, pas toujours innovantes) lectures sur le « Printemps arabe » afin de suivre l’évolution des événements politiques toujours en cours dans la région avec sens critique et clairvoyance.


Chiara Diana

Chiara Diana est doctorante en histoire sociale de l'Egypte moderne et contemporaine, à l'IREMAM, Aix-en-Provence, France. Son sujet de doctorat porte sur les politiques éducatives et sociales pour la création d'un système d'éducation et protection pour la petite enfance en Egypte, avec une attention particulière aux programmes de développement d’organismes internationaux (UNESCO, Banque Mondiale, UNICEF, USAID). Elle s’intéresse aussi à la citoyenneté et l'activisme des enfants dans l’Egypte post-Moubarak.

More Posts - Website

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *