Périples au Maghreb

L’anthropologue Jacques Vignet-Zunz rend compte, dans ce billet, de l’ouvrage dirigé par Fabienne Le Houérou, Périples au Maghreb. Voyages pluriels de l’Empire à la Postcolonie (XIXe-XXIe siècle), Paris, L’Harmattan, coll. Mondes en Mouvement, 2012, 322 p.

***

Ouvrage-Le-houerou_periplesMaghrebC’était une gageure que de vouloir réunir et organiser en un ensemble pertinent la grande variété des types de déplacements qu’a connue la région méditerranée sur un siècle et demi. Si l’ouvrage dirigé par Fabienne Le Houérou y a réussi c’est d’abord parce que celle-ci s’appuie sur une solide expérience en matière d’observation et d’analyse des effets, attendus ou inattendus, de la migration. L’auteure a pu observer des situations disparates au fil de terrains antérieurs et ainsi aiguiser un regard original sur cette modalité particulière d’un phénomène mettant en rapport Europe et Afrique. Cela pouvait aller du tableau insolite de ces laissés-pour-compte de la vague coloniale, les « ensablés » italiens d’Ethiopie, à d’autres périples plus récents, Sud-Sud cette fois, comme celui des Subsahariens vers le monde arabo-musulman.

À première vue, de cette lecture, se dégage l’impression d’un rassemblement hétéroclite qui réunit des voyages de découverte, des expériences douloureuses nées de l’exil et des épiphénomènes nés de la confrontation pacifique des cultures. Et pourtant cela valait la peine d’embrasser d’un même regard tout ce qui relevait du phénomène de mobilité des populations, sans faire de la diversité des mobiles le cœur de l’étude. De voir d’étonnantes similitudes et, au contraire, se maintenir ou se renforcer les contradictions. Mais la coordinatrice de l’ouvrage sait bien, et elle le dit, combien il est difficile de penser et de conceptualiser la migration.

Le prix de ce recueil c’est qu’à chaque fois c’est la rencontre avec l’Autre qui est mise en scène. Un Autre qui n’est pas juste un voisin, mais un voisin dont on est séparé par un mur, que ce mur soit celui des incompréhensions que secrètent nécessairement la diversité culturelle et/ou l’inégalité des revenus, ou qu’il soit l’effet de l’antérieure domination brutale de l’un sur l’autre.

Cet ouvrage confirme bien que la Méditerranée est coupée de murs. Certes, ce n’est pas la seule région au monde dans ce cas. Les déplacements de population, individuels et aléatoires mais le plus souvent en groupes et à travers des réseaux, sont de toutes les époques et de toutes les latitudes, sans interruption depuis, au moins… le paléolithique. Le XIXe siècle n’a-t-il pas été celui du grand déversement des foules affamées d’Europe sur plusieurs continents ? Au XXe siècle, la planète n’a-t-elle pas connu des dizaines de millions de personnes déplacées, en une longue histoire de migrations forcées, forcées par la guerre, l’occupation, la faim… ? Cela ne rend que plus urgent de scruter, région par région, continent par continent, un phénomène de masse généralisé mais aux modalités variables.

Ces déplacements sont frappés du sceau de la violence. Mais à plus petite échelle, il arrive que le déplacement – forcé à l’origine, c’est-à-dire dans son principe – ouvre la porte à l’échange, à une timide reconnaissance de l’autre. Plusieurs communications l’illustrent, où l’émotion transparaît. Puis la fin de la seconde guerre mondiale, bientôt suivie de la fin des empires coloniaux, apportent un apaisement relatif, ou apparent, et dégagent ainsi la voie à d’autres « reconnaissances » et à d’autres confrontations, sans que ne soient évacués pour autant les signes de l’affrontement originaire. Ce que montrent encore plusieurs communications.

Pour en rendre compte, iI a fallu dépasser une division majeure, la distinction entre deux modes du face à face, celui trouvant son origine dans l’essor des empires coloniaux et celui qui lui a succédé – sans tout effacer. Ce dernier, sous la forme d’un tourisme des couches moyennes européennes vers le soleil, les bas coûts et les proximités linguistiques, a pris un tour particulier – mais qu’on retrouve sous d’autres cieux, comme en Asie du Sud-Est – vers les secteurs du loisir et de la santé qui outrepassent la plus classique balnéarisation. Les incompréhensions perdurent mais relèvent davantage de la différence culturelle – telle qu’on peut la trouver partout où se produisent les vagues saisonnières de « l’économie du loisir » (et déjà vers l’arc nord-méditerranéen qui réunit le Portugal à la Turquie) – que d’affrontements enracinés dans un passé meurtri : les murs ne sont pas que de béton.

Cependant, pour intéressante que soit cette visite guidée des nouvelles formes de l’expansion du nord vers le sud, l’inégalité reste bien leur marque indélébile. Elles poussent Fabienne Le Houérou à interroger sur le fond la nature de cette mondialisation d’un autre genre :

« Les inégalités de déplacements […] ne peuvent-elles pas être interprétées tel un legs colonial ? »
Ne faut-il pas y voir :
« d’anciens colons face à d’anciens colonisés qui, par le biais du nouveau marché des vacances, se retrouvent » ?

Les pages de l’histoire sont longues à tourner.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *