Mille et Une Histoires… Conversation avec l’historien Jean-Claude Garcin

 

Jean-Claude Garcin 2014Jean-Claude Garcin est spécialiste d’histoire et de civilisation musulmane, ancien professeur des universités à Aix-en-Provence. À l’occasion de la parution de l’ouvrage Pour une lecture historique des Mille et Une Nuits. Essai sur l’édition de Būlāq (1835), 2013, Sindbad/Actes Sud, 805 p., il a bien voulu nous faire part de la genèse de ce projet et revenir sur le long et riche parcours d’historien qui a fait de lui un des meilleurs spécialistes du monde arabe médiéval (entretien filmé par Sabine Partouche et François Siino).

***

Histoire d’un ouvrage : Pour une lecture historique des Mille et Une Nuits

Pourquoi, comment un livre sur l’édition de Būlāq, première édition des contes des Mille et Une Nuits, parue en 1835, en Égypte, et rédigé par un cheikh du XVIIIe siècle ? Dans cette première partie de l’entretien, Jean-Claude Garcin présente en détail les interrogations, les articulations, les fils conducteurs qui, comparables aux diverses strates d’un chantier de fouilles archéologiques, l’ont mené vers la naissance de cette lecture historique des contes des Mille et Une Nuits. À l’origine de cette recherche, une datation incohérente le pousse à développer une méthode s’appuyant sur les indices contextuels. Comment dater un texte ? Pour Jean-Claude Garcin, les espaces parcourus, l’habitat, le vocabulaire de la piété, le politique sont autant d’indices d’un contexte historique représentant une série de données concordantes, ou non, permettant ainsi une possible datation du manuscrit étudié.
Il nous invite, ensuite, à plonger dans l’univers des contes et plus précisément dans celui du religieux du XVIIIe siècle, auteur de l’édition de Būlāq. Quels discours cherche-t-il à transmettre à travers cette édition ? Que signifiait un conte pour les lecteurs/auditeurs de l’époque ? Grâce à la comparaison entre les textes arabes retenus par le cheikh et certaines versions antérieures des contes, l’historien comprend le constant souci qu’avait l’auteur d’effacer ce qu’il estimait sociologiquement dangereux : la magie, l’homosexualité, le non respect de la Loi islamique…
C’est à travers cette recherche que Jean-Claude Garcin n’a alors de cesse, pendant 6 ans, de croiser et recroiser indices et expériences issues de son parcours scientifique pluridisciplinaire. Une étonnante résonance s’instaure entre le chercheur et l’objet de sa recherche.

 

Un parcours d’historien dans la Méditerranée arabe

Dans une seconde partie de l’entretien, Jean-Claude Garcin revient sur son parcours d’historien de la Méditerranée arabe. L’agrégé d’histoire qui voulait faire du chinois et de l’histoire contemporaine est devenu un spécialiste de l’Égypte et du monde arabe médiéval. Comme souvent, ce sont les hasards, les rencontres, les occasions qui guident un parcours tout autant que les curiosités intellectuelles. Ici, c’est aussi un parcours géographique composé de longs séjours dans le monde arabe, où l’étude du passé doit compter avec les événements marquants de l’histoire contemporaine : enseignant en Tunisie au moment de la bataille de Bizerte, dernier heurt militaire de la décolonisation du pays ; chercheur dans l’Égypte de Nasser et témoin du déclenchement de la guerre israélo-arabe de 1967… Jean-Claude Garcin est également en poste en Algérie entre 1967 et 1970, l’un des rares enseignant-coopérant à même d’enseigner l’histoire en langue arabe dans un pays où les débuts de l’arabisation suscitent de vifs débats. Ces multiples expériences nourriront l’enseignement et les travaux de recherche qu’il mène à Aix-en-Provence à partir de 1972. En conclusion de cette conversation, il livre une réflexion sur les perspectives qui sont aujourd’hui offertes aux jeunes chercheurs qui s’engagent dans une carrière de recherche.

 

À noter…

La parution prochaine d’une version plus synthétique, au format poche, ouverte à un lectorat plus large, de l’analyse historique menée par Jean-Claude Garcin sur les contes des Mille et Une Nuits.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *