Débat sur l’abandon du Musée d’histoire de la France et de l’Algérie à Montpellier

musee de Montpellier France AlgerieLe 14 mai 2014, le  nouveau maire de Montpellier, Philippe Saurel (socialiste dissident), a annoncé dans une conférence de presse sa décision d’arrêter le projet de musée d’histoire de la France et de l’Algérie à Montpellier, qui devait ouvrir dans un an dans l’Hôtel Montcalm, pour le remplacer par un musée d’art contemporain.

Le projet initial, intitulé Musée de l’histoire de la France en Algérie 1830-1962, avait été lancé par Georges Frêche, maire de Montpellier, en 2003, à contre-courant de « L’Année de l’Algérie en France », pour honorer la mémoire communautaire des Français d’Algérie et fidéliser leur électorat. Parti sur de mauvaises bases, le projet fit rapidement polémique et connut diverses péripéties, comme la démission de membres du Conseil scientifique. Transféré de la ville de Montpellier à l’Agglomération fin 2005, le projet était dans l’impasse lorsqu’en 2009, un an avant sa mort, Georges Frêche décida de le relancer sur une base plus scientifique que mémorielle, en montrant « les ombres et les lumières » de l’histoire. Il missionna à cette fin en 2010 une nouvelle directrice du projet, Florence Hudowicz, conservateur du patrimoine, conseillée sur le plan scientifique par le professeur Charles-Olivier Carbonel. Lorsque la maladie rendit celui-ci indisponible, la conservatrice fit appel en 2011 à Jean-Robert Henry pour l’aider à poursuivre l’élargissement de la problématique du musée et faire de celui-ci un lieu de rencontre entre les différentes mémoires générées par l’histoire des rapports entre la France et l’Algérie jusqu’à nos jours. Cette approche fut validée fin 2012 par M. Jean-Pierre Moure, nouveau président de l’agglomération, qui en informa la Présidence de la République à la veille du voyage de M. Hollande en Algérie et en reçut les encouragements à poursuivre dans cette voie (cf. en pièce-jointe la lettre de L’Elysée). M. Moure demanda par ailleurs à J. R. Henry d’aider à composer un Conseil scientifique composé de spécialistes de l’Algérie. Ceci fut fait en octobre 2013, pour des nominations intervenues en janvier 2014. Mais l’implication de scientifiques avait commencé bien avant, sur la base du bénévolat des chercheurs et universitaires titulaires.

Sans tenir compte du travail réalisé, et sans concertation avec l’équipe qui pilotait le projet, ni avec les chercheurs impliqués, Philippe Saurel a annoncé, au cours d’une conférence de presse tenue le 14 mai, mettre fin au projet, contrairement à l’intérêt qu’il avait marqué pour lui durant sa campagne électorale. Les raisons de cette décision soudaine et improvisée ne sont pas claires. M. Saurel invoque des retards dans les travaux du chantier immobilier, mais en réalité, il n’a jamais cherché à s’informer de l’état d’avancement du projet auprès des personnes qui pouvaient l’informer de façon exacte. Par ailleurs, le musée d’art contemporain, à qui il compte réattribuer l’espace destiné au musée sur l’Algérie, est à peine à l’état d’ébauche.

Le Conseil scientifique du Musée, nommé par le prédécesseur de M. Saurel, n’a eu d’autre ressource que de réagir par une lettre ouverte, suivie peu après par une pétition lancée par des universitaires de Montpellier, qui a été signée par plus de 4 000 personnes, dont beaucoup de professionnels de la culture et de l’art. L’association nationale des professeurs d’histoire et de géographie y a également souscrit, et d’autres institutions ont apporté leur soutien à la poursuite du musée. Ces réactions ont suscité par ailleurs de nombreux articles de presse (une soixantaine) en France et en Algérie ainsi que des émissions radio comme « La Fabrique de l’histoire » sur France Culture (à partir de 8:35 min).

Malgré toutes ces réactions, M. Saurel fait entendre qu’il n’a pas l’intention de revenir sur une décision qu’il compte faire valider par le Conseil d’agglomération du 19 juin prochain. De leur côté, les chercheurs impliqués ont décidé de tenir le 17 juin à Montpellier une conférence de presse sur le sujet.

Annexes et documents

– Pour signer la pétition :

https://www.change.org/fr/p%C3%A9titions/monsieur-philippe-saurel-non-%C3%A0-l-abandon-du-mus%C3%A9e-d-histoire-de-la-france-et-de-l-alg%C3%A9rie?recruiter=98410530&utm_source=share_petition&utm_medium=email&utm_campaign=petition_invitation

Lettre ouverte du 16 mai 2014

Communiqué de presse sur l’état de la pétition

Liste des articles de journaux

Associations ayant apporté leur soutien


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *