De miel et de coloquinte : Hommages à Pierre Larcher (1)

Conçus comme trois « billets-feuilletons », ces textes rapportent l’introduction de Catherine Miller et les interventions de Giovanni Canova (Università degli studi di Napoli “L’Orientale”), de Katia Zakharia (Lyon II/GREMMO) et de Pierre Larcher (AMU/IREMAM) lors la remise des Mélanges en hommage à Pierre Larcher qui s’est déroulée au cours du Workshop international : Matériaux pour l’établissement de grammaires descriptives de l’arabe fuṣḥā écrit contemporain : Entre norme(s) et pratiques au cours des 50 dernières années

Premier épisode  : Allocution introductive de Catherine Miller  (en audio en fin de ce billet) et  de Giovanni Canova, Rédacteur en chef des Quaderni di Studi Arabi

***

Je m’appelle Giovanni Canova, je viens de Venise et de Naples, je m’excuse pour mon français que, malheureusement, je n’ai pas beaucoup d’occasions de pratiquer. En tous cas, merci à Catherine Miller (elle m’a dit qu’on s’était rencontrés en 2000 à Marrakech ; c’était justement un colloque…) [intervention de Catherine Miller : on a même pris un taxi ensemble de l’aéroport à l’hôtel parce qu’il n’avait pas changé d’argent…] Rires. Giovanni Canova : D’accord, d’accord, il y a une histoire. Et, merci bien sûr à l’IREMAM et à ses responsables pour cette invitation. Alors, pourquoi je suis là avec vous aujourd’hui ? Bon. Pour les Quaderni que nous avons dédiés à Pierre Larcher comme chercheur en poésie arabe, mais surtout c’est une attestation d’amitié et en même temps un hommage au chercheur. On se connaît depuis longtemps parce qu’on a eu beaucoup d’échanges Erasmus entre Venise, Naples et Aix et c’est justement en avril qu’on a fait un colloque ensemble sur la poésie arabe à Naples où Pierre nous a fascinés avec son interprétation de Ta’abbata Sharran et la ġūla, qu’il va publier dans les Quaderni ou bien dans les Actes.

De miel et de coloquinte. Mélanges en hommage à Pierre Larcher  Quaderni di Studi Arabi. Nuova serie 8, 2013  Katia Zakharia (dir.)  Instituto per l’Orientale - IREMAM - GREMMO  2014, 208 p.
De miel et de coloquinte. Mélanges en hommage à Pierre Larcher
Quaderni di Studi Arabi. Nuova serie 8, 2013
Katia Zakharia (dir.)
Instituto per l’Orientale – IREMAM – GREMMO
2014, 208 p.

Alors, nous avons dédié, grâce à Katia, ce numéro des Quaderni à Pierre. C’était une bonne occasion pour voir ce qu’il avait fait [dans l’étude de la poésie]. Il y a une bibliographie très importante que peut-être tous les linguistes ne connaissent pas : jusqu’en 2013, il y avait 63 titres sur la poésie. Je vois de l’étonnement dans la salle ; on croyait que Pierre, avec sa grande position en tant que linguiste, c’était déjà assez. Mais non, ce n’est pas assez ! Il y a aussi la poésie et c’est très important pour lui. Alors, il n’y a pas avec nous son maître qui nous a montré dans ses recherches, comme la Géographie humaine est [liée à] la poésie. C’est-à-dire que pour connaître la géographie humaine, il faut connaître la poésie et pour connaître la poésie, il faut aussi connaître l’homme, son environnement et l’histoire. Et Pierre, qu’est-ce qu’il ajoute à ces mots ? Pierre nous dit que pour connaître la langue arabe, il faut connaître la poésie et en même temps pour connaître la poésie, il faut connaître la langue. C’est une chose qui peut sembler tout à fait normale mais, malheureusement, avec la spécialisation dans nos études d’aujourd’hui, ce n’est pas tellement facile de trouver un équilibre, ou bien une compétence, mais une passion aussi, pour s’occuper de la poésie ou faire des recherches sur la poésie. La spécialisation, on connaît nos élèves, ce qu’ils demandent comme thèse, comme sujet de recherche, c’est surtout lié à l’actualité, le problème de la femme et le terrorisme, et bien sûr aussi les langues, les dialectes surtout, mais [désormais, l’accès au] terrain est plus difficile. Autrefois, c’était surtout une recherche de cabinet, avec Silvestre de Sacy et les autres. Mais il y a eu un moment où on pouvait faire de la recherche de terrain, comme moi, ou Pierre, en Syrie, en Lybie, connaître les Bédouins, connaître les poètes, rester avec eux, voir la façon de vivre, la vie qu’ils menaient et tout ça. Maintenant, ce n’est plus possible, ou bien seulement dans peu de pays. C’est trop difficile, c’est trop risqué, et enfin c’est très grave pour les études de terrain de ne pas avoir la possibilité de ce contact avec les gens. Alors on se réfugie dans son cabinet comme le montrait Silvestre de Sacy, les bibliothèques et les archives ou bien dans certaines occasions, on cherche l’étudiant [originaire de ces régions] qui vient étudier chez nous et peut travailler dans leur langue, leur dialecte, leur littérature.

Qu’est-ce que c’est, cette passion de la poésie pour Pierre ? Il écrit, je ne me rappelle plus où, que c’est « quelque chose en plus ». C’est-à-dire que la linguistique, la poétique ou la philologie ne suffisent pas pour s’occuper de poésie et la traduire, essayer de donner une nouvelle traduction, parfois en suivant une longue tradition, chez les autres chercheurs du passé, il faut avoir quelque chose de plus. Et je crois que Pierre a bien montré ce que ça signifie.

Je me permets dans cette conférence de linguistes de répéter, de lire quelque chose que Silvestre de Sacy disait en 1826 :

« Parmi les motifs qui recommandent l’étude de la poésie arabe, […] pour bien connaître une langue,[…]il faut l’embrasser dans toute son étendue ; ce qui […] signifie qu’il ne faut être étranger – à aucune des formes du discours, à aucune des expressions employées par les bons écrivains, prosateurs ou poètes, qui composent la littérature de cette langue. L’étude de la poésie est indispensable à quiconque aspire à acquérir une connaissance parfaite de la langue,… »

Et c’est surtout vrai pour comprendre la vie des Arabes, leur mentalité, leur culture au temps antérieur à Mahomet. Alors, il y a une grammaire, il y a une prosodie, il y a quelque chose qui est déjà formé et très important, par bien sûr une grammaire, il y a un système de langue qui est déjà assez parfait à ce moment-là. Et on trouve des fragments de poésie un peu partout, dans les œuvres religieuses, de droit, de fiqh, bien sûr de littérature, d’histoire. Alors, comment traiter ces morceaux si on n’a pas, nous dit Silvestre de Sacy, si on fait comme la traduction de Bal un persan qui a traduit l’histoire de tabari mais sans les vers, sans la poésie. Qu’est ce qui reste ? Il reste l’histoire, mais ce n’est pas une histoire dans l’idée qu’en ont les Arabes, qu’en ont eu les anciens Arabes où la poésie est un peu partout.

Alors, c’est une citation très importante de Silvestre de Sacy mais qui est, je crois, toujours valable. Et la carrière, ou bien ce qu’André Miquel appelait le parcours de notre ami Pierre, le parcours pour arriver à la poésie, il faut avoir le « plus » dont je parlais tout à l’heure et aussi un certain respect d’une tradition qu’on doit appeler orientaliste, même si le terme aujourd’hui n’est pas bien vu.  Et, si je vois le parcours, cet itinéraire de recherche de notre ami Pierre, André Miquel a eu sûrement une influence très importante pour la poésie arabe, ce sont des mots à lui : « tandis que mon lourd passé philologique m’amenait pour ainsi dire naturellement vers la discipline reine des sciences humaines alors, la linguistique »… Mais enfin, le résultat c’était une application aux Mu‛allaqāt, une recherche dont le début était en 1971, jusqu’à 1982, avec une expérience de terrain en Syrie, Lybie, Maroc, surtout en Lybie, Pierre a pu voir quoi ? Que ce qu’on pouvait trouver dans la poésie était encore bien vivant. Bien sûr, c’est les paysages, la faune, la flore, le matériel de la vie bédouine et les hommes. Et comment ? Ce sont des mots à lui :

« […] le sentiment que la linguistique même si elle vous nourrit ne saurait pas autant remplir une vie académique m’ont ramené aux Mu‛allaqāt, mais par une autre voie, celle de la traduction. Il m’a alors semblé que c’était une bien meilleure façon d’en parler que toutes les études sémiologiques du monde. » [Pause]

Un moment de réflexion, parce que ce n’est pas moi qui le dis, c’est Pierre, c’est votre linguiste. [Rire]
[Giovanni Canova, 5 juin 2015]

Giovanni Canova, Quaderni di Studi Arabi,Salle Duby, MMSH, 5 juin 2015
Giovanni Canova, Quaderni di Studi Arabi,Salle Duby, MMSH, 5 juin 2015

Pour écouter l’enregistrement audio de l’introduction de Catherine Miller

Pour écouter l’intervention intégrale de Giovanni Canova


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *