De miel et de coloquinte : Hommages à Pierre Larcher (2)

Conçus comme trois « billets-feuilletons », ces textes rapportent les interventions de Giovanni Canova (Università degli studi di Napoli “L’Orientale”), de Katia Zakharia (Lyon II/GREMMO) et de Pierre Larcher (AMU/IREMAM) lors la remise des Mélanges en hommage à Pierre Larcher qui s’est déroulée au cours du Workshop international : Matériaux pour l’établissement de grammaires descriptives de l’arabe fuṣḥā écrit contemporain : Entre norme(s) et pratiques au cours des 50 dernières années le 5 juin 2015 à la Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme (MMSH).

Deuxième épisode : Allocution de Katia Zakharia, directrice scientifique des Mélanges, De miel et de coloquinte
(enregistrement audio en fin de billet)

***

 

« Cher Pierre,
Chers amis, collègues et étudiants
J’aimerais commencer par quelques mots de remerciement.

Ils s’adressent d’abord à l’IREMAM et à ses deux directrices respectives, mesdames Ghislaine Alleaume et Catherine Miller. Sans leur soutien, amical, scientifique et matériel, cette rencontre n’aurait pas pu avoir lieu et la publication du numéro spécial des Quaderni que nous offrons à Pierre aurait été plus compliquée à mettre en œuvre. En effet, le projet initial devait être, aurait dû être, pris en charge de manière réellement partagée, par l’IREMAM et le GREMMO, équipe dont je suis encore pour quelques jours membre titulaire ; et le recueil devait, aurait dû être, édité par les Publications de la Maison de l’Orient.

De miel et de coloquinte. Mélanges en hommage à Pierre Larcher  Quaderno di Studi Arabi. Nuova serie 8, 2013  Katia Zakharia (dir.)  Instituto per l’Orientale - IREMAM - GREMMO  2014, 208 p.
De miel et de coloquinte. Mélanges en hommage à Pierre Larcher
Quaderno di Studi Arabi. Nuova serie 8, 2013
Katia Zakharia (dir.)
Instituto per l’Orientale – IREMAM – GREMMO
2014, 208 p.

Ce n’est pas sans un brin de tristesse et un certain embarras que je dois à l’honnêteté d’indiquer que le soutien du GREMMO à ce projet a été à peine symbolique, mais il convient que je le dise car cela souligne par opposition l’implication de l’IREMAM. Mais le GREMMO n’a pas commis que cette seule erreur et, malheureusement, la fermeture de l’UMR à compter de la prochaine rentrée est désormais actée.

Laissons les choses qui fâchent et revenons à notre rencontre. Le soutien de la direction de l’IREMAM à l’ensemble de ce projet a pu avoir sa pleine efficacité grâce d’abord au personnel de l’IREMAM ; je ne citerai pas toutes les personnes mises à contribution mais au moins mesdames Sabine Partouche et Christine Miretti. Merci également à Manuel Sartori qui a pris à cœur l’organisation de ce moment d’échange. Merci enfin à Catharina Pinon et Frédéric Imbert qui se sont avec une amicale complaisance laissés nommer volontaires pour assurer certains aspects logistiques.

Cela étant, nous ne serions pas là aujourd’hui autour d’une publication en hommage à Pierre Larcher, poéticien, poétologue et traducteur de poésie, sans une initiative de Giovanni Canova que je veux également remercier vivement. En effet, les publications de la MOM, particulièrement engorgées, avaient pris un retard considérable et annonçaient au mieux une éventuelle publication pour fin 2016. Giovanni a suggéré de consacrer, à cette publication un volume thématique des Quaderni, un des piliers de la publication scientifique arabisante. Cette initiative, dans laquelle Giovanni s’est directement impliqué avec l’équipe de la revue, y compris pour la mise en forme des épreuves en un temps record, a permis la parution en automne dernier de notre volume De miel et de coloquinte.

Les contributeurs à ce volume ont en commun d’avoir, d’une manière ou d’une autre, été en contact direct avec les travaux de Pierre Larcher sur la poésie arabe archaïque, ou d’en avoir débattu avec lui. Cela a son importance car il en résulte que nous n’y avons pas associé tous les fins connaisseurs de poésie ancienne même quand il s’agissait de collègues ou d’amis.

En pensant à cette rencontre, la première idée qui s’est imposée à moi est celle de la transmission et je demeure, sur ce sujet, résolument moyenâgeuse.  André Miquel n’a pas pu se joindre à nous aujourd’hui, mais il est présent in absentia. Parce qu’il tenait à être là, comme pour nous rappeler que c’est dans l’accomplissement du disciple que se réalise aussi le maître. Et le disciple, devenu maître, transmet à son tour. Cette chaîne construit une généalogie symbolique qui, toutes différences gardées par ailleurs, n’est pas sans évoquer la ‘an’ana du monde arabo-musulman.

C’est pourquoi la présence parmi nous de nombreux doctorants de Pierre Larcher, certains encore au début du chemin, me conduit inévitablement, avec mes trois fois vingt ans et des poussières, à introduire ici le terme leçon. Si leçon il devait y avoir, c’est que le chemin est long, passionnant mais ardu, fait lui aussi de miel et de coloquinte, et qu’il est préférable pour le parcourir de ne pas penser être déjà arrivé avant même d’être parti. Certains poèmes traduits par Pierre sont, à leur insu, des métaphores parlantes de la recherche : long voyage de nuit dans un désert parfois hostile et, soudain, pour un petit moment, l’oasis.

La transmission, c’est aussi la transmission des textes et le travail de traduction, de translation, engagé par Pierre Larcher y contribue. En écoutant hier matin les informations, en apprenant qu’un mal non identifié est venu à bout, en quelques jours, dans les plaines du Kazakhstan, de plus de 120 000 antilopes ayant migré du Proche-Orient, je me suis dit que la poésie archaïque et sa version traduite, en seraient bientôt la seule trace vivante.

Toujours en réfléchissant à cette petite intervention, une autre notion s’est imposée à moi, celle d’interdisciplinarité. Dans notre monde académique, selon la formule d’un ami, « les linguistes ne frayent pas avec les poètes ». Notre rencontre de ce jour est par divers aspects une des exceptions à cette situation. Aujourd’hui, nous bénéficions de l’hospitalité de jeunes linguistes dont nous squattons, si j’ose dire, la journée de travail ou selon leurs termes, leur workshop international

Mais je dois dire que j’ai eu la chance dans mon parcours de voir quelques rares autres exceptions. Qu’il me soit permis de saluer ici la mémoire du linguiste André Roman, qui a dirigé ma thèse en littérature sur les Maqâmât de Harîrî. C’est à l’intérêt de Roman pour mon travail que je dois d’avoir croisé le chemin de Pierre Larcher.

La démarche qui consiste à tenir rigoureusement les frontières disciplinaires ou conceptuelles dans la recherche mais à les abolir là où elles sont ostracisme ou fermeture d’esprit, cette approche attentive de la poésie avec les outils de la linguistique tiennent à la personne et à la personnalité de Pierre. Bien sûr, il se dit linguiste et il l’est. Mais il est bien plus poète qu’il ne le pense, et les qualités de ses traductions qui entendent si bien le texte, dans tous les sens d’entendre, ne sont pas seulement celles d’un spécialiste des faits de langue. Il  sait y percevoir et en rendre « la musique avant toute chose » et il y insère l’ingrédient mystérieux qui fait que « tout le reste est littérature. »

 L’interdisciplinarité, c’est aussi l’attention portée par Pierre à la réception de la poésie arabe en occident, que ce soit dans le monde des orientalistes ou dans celui des penseurs influencés par ce qui venait d’orient. La présence parmi les contributeurs au volume et parmi nous de Stéphane Baquey vient le rappeler. Enfin, l’interdisciplinarité se manifeste encore dans la collaboration de Pierre avec Philippe Cassuto pour une réflexion interlangues et avec Claude Gilliot autour des délicates questions de la langue du texte coranique.

Mon cher Pierre, je conclurai par une note un peu plus personnelle. Durant ma scolarité au Liban, j’ai mémorisé des milliers de vers. Le chiffre n’est pas exagéré, c’était encore l’usage et cela ne me déplaisait pas. Mais il  m’arrivait parfois, devant certains poèmes archaïques, d’avoir le sentiment d’ânonner des séquences dans une langue inconnue et quelques passages me tombaient dessus « comme un roc, tout d’un bloc ».  Je dirai, au risque d’une formulation étymologiquement hasardeuse, que c’est par le truchement de tes traductions que j’ai vu s’ouvrir la porte vers un univers poétique dont je pressentais l’existence, mais qui se dérobait à moi. Cela peut sembler un curieux détour. Mais le fait est qu’en regardant de près tes traductions, en revenant au texte arabe pour comprendre tes choix, en lisant à voix haute tes alexandrins déniaisés, j’ai porté un nouveau regard sur ces textes, ce qui m’a permis d’y trouver ce qui, jusque-là, demeurait enfoui pour moi. Pour cela, mon dernier mot avant de te  laisser la parole sera « merci ».

Katia Zakharia, MMSH, le 5 juin 2015

Katia Zakharia, Salle Duby, MMSH, 5 juin 2015
Katia Zakharia, Salle Duby, MMSH, 5 juin 2015

 

Pour écouter l’intervention intégrale de Katia Zakharia


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *