De miel et de coloquinte : Hommages à Pierre Larcher (3)

Conçus comme trois « billets-feuilletons », ces textes rapportent les interventions de Giovanni Canova (Università degli studi di Napoli “L’Orientale”), de Katia Zakharia (Lyon II/GREMMO) et de Pierre Larcher (AMU/IREMAM) lors la remise des Mélanges en hommage à Pierre Larcher qui s’est déroulée au cours du Workshop international : Matériaux pour l’établissement de grammaires descriptives de l’arabe fuṣḥā écrit contemporain : Entre norme(s) et pratiques au cours des 50 dernières années le 5 juin 2015 à la Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme (MMSH).

Troisième épisode : Allocution de Pierre Larcher, Professeur de linguistique arabe à l’Université d’Aix-Marseille
(enregistrement audio en fin de billet)

***

Aix-en-Provence, 5 Juin 2015

Je dois commencer mon allocution par une action de grâces, plus simplement des remerciements. Merci tout d’abord à Katia Zakharia, qui, si j’ai bien compris, est à l’origine de cet « hommage » littéraire, comme elle fut à l’origine des Mélanges non moins littéraires qui m’ont été offerts l’an passé sous le titre de  De miel et de coloquinte. Merci ensuite à Giovanni Canova, sans lequel ces Mélanges n’auraient pas vu le jour. Merci enfin aux institutions qui se sont associées à cette entreprise : l’IREMAM, que je peux remercier ici au travers sa directrice Catherine Miller, le GREMMO de Lyon et l’Istituto per l’Oriente C. Nallino de Rome, qui publient les Quaderni di Studi Arabi où ont été édités ces Mélanges.

Certains trouveront étrange qu’on me rende un hommage, qualifié de littéraire, au milieu d’un colloque de linguistique arabe pure et dure. Je veux y voir deux raisons :

La première est que je suis officiellement professeur de linguistique arabe et que les organisateurs de ce colloque ont tous été ou sont encore mes doctorants. Ont été, pour les plus âgés – Alain, Marie, Manuela, Manuel et Catharina (ce n’est pas un ordre hiérarchique, ni descendant, ni montant, c’est l’ordre chronologique de soutenance de leurs thèses !). Est encore, pour le plus jeune, Francesco, mais la fin est proche ! C’est d’ailleurs là ma plus grande satisfaction, celle du devoir accompli, celle qu’ont les parents, quand ils voient les enfants quitter le nid familial et voler de leurs propres ailes : « comme un vol de gerfauts hors du charnier natal… », dit le poète français, d’origine hispanique, José Maria de Heredia.

La seconde raison est que si je suis linguiste, j’ai toujours eu un tropisme littéraire. Je le dois à ma formation initiale et à mon premier cursus universitaire, les humanités, ce qu’on appelle en français les lettres classiques (le latin, le grec…).  En effet, je suis passé des humanités aux langues orientales, de la Sorbonne aux Langues O, où j’ai étudié l’arabe et l’hébreu, puis, l’arabe l’ayant emporté, je suis passé des Langues O à la Sorbonne nouvelle et de l’arabe moderne à l’arabe classique. Là, j’ai rencontré André Miquel et la poésie arabe : André Miquel qui devait venir, mais la santé de son épouse l’en a, au dernier moment, empêché : mes pensées vont vers lui.

En même temps, j’ai aussi rencontré la linguistique. C’est tout naturellement que j’ai rejoint mes deux disciplines, l’ancienne et la nouvelle, en essayant sur la poésie préislamique les principes de la poésie jakobsonnienne (et j’ai été très touché d’entendre hier Kristen citer Jakobson et ses six fonctions du langage, dont la fonction poétique). Ce fut là mon premier travail universitaire, un mémoire de maîtrise (aujourd’hui master), en 1972.

Mais la linguistique m’a aussi conduit à m’intéresser à la tradition linguistique arabe, et spécialement aux aspects énonciatifs et pragmatiques de cette tradition, qui font l’objet de ma thèse, soutenue en 1980. Dans les années 1980, j’ai commencé à publier mes premiers articles de linguistique arabe, tout en passant d’un poste à l’autre à l’étranger, puis en France.

Et voilà qu’au début des années 1990, tout en poursuivant et même en diversifiant mes activités en matière de linguistique arabe, je suis revenu à la poésie arabe : pourquoi et comment ?

Comment ? Par un autre biais, celui de la traduction. Mais si je pratique la traduction poétique, celle-ci est linguistiquement fondée : fondée sur une analyse linguistique et stylistique du vers. Le traducteur, même littéraire, ici, reste ou plutôt est d’abord un linguiste.

Pourquoi ? Si je fais de l’introspection, la raison pour moi ne fait pas de doute. C’est, comme la philosophie pour Boèce, une consolation. Consolation d’un trop long séjour dans le monde arabe, en Syrie, en Libye, au Maroc, puis à nouveau en Syrie, doublé d’une dégradation de la situation politique de ce monde. Regardons les choses en face. J’appartiens à une génération d’arabisants, enfants du baby-boom, qui est maintenant ou va bientôt être à la retraite. Nous avons eu le douteux privilège de voir le monde que nous étudions, non pas se construire, mais se détruire pays après pays, passer de ce qui était le plus souvent des « prisons des peuples » (mais par idéologie ou complaisance on feignait de ne pas le voir) au champ de ruines : Liban, Algérie, Irak, Libye, Syrie, Yémen… Un instant, il y eut l’espoir du « printemps arabe », mais celui-ci fut comme la fleur dans la Consolation à Monsieur du Périer sur la mort de sa fille (elle s’appelait Marguerite) du poète français Malherbe : « et rose elle a vécu ce qui vivent les roses / l’espace d’un matin »…

Laissez-moi terminer par un souvenir personnel (qui est une métaphore ou une métonymie : en poésie, disait Jakobson, toute métaphore est un peu métonymie et vice-versa). J’ai visité Palmyre pour la première fois en 1969 (oui, vous avez bien entendu : nineteen sixtynine). J’étais seul. J’ai passé la nuit dans le théâtre. Vous savez tous ce qu’il est advenu de Palmyre, et qui m’a remis en mémoire ces vers du poète préislamique al-Nâbigha al-Dhubyânî, extraits de son poème yâ dâra Mayyata (c’est la divinité qui s’adresse à Salomon à propos des peuples de la terre), v. 22 (2e hémistiche)-v.23 :

qum fî l-barriyati fa-h’dudhâ ‘ani l-fanadî
wa-khayyisi l-l-jinna ’innî ’adhintu lahum
yabnûna Tadmura bi-l-s’uffâh’i wa-l-‘umudî

« Debout, parcours la terre, empêche-les d’errer !
Et dompte les génies, à qui j’avais permis
Qu’ils bâtissent Tadmor, de dalles et de colonnes ! »

Je vous remercie.

Pierre Larcher

Pour écouter l’intervention intégrale de Pierre Larcher


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *