Gauches – Islamistes en Égypte

* par Stéphane Lacroix
(IEP Paris – WAFAW)

En mai 2015, le colloque  « Gauches-Islamistes : pourquoi tant de haine ? Historicité et actualité, défis et réponses à la fracture idéologique des oppositions arabes » se tenait à Aix-en-Provence sous l’égide du programme WAFAW (When Authoritarianism Fails in the Arab World, European Research Council), de l’Institut américain des universités (IAU), de l’Institut de recherche et d’études sur le monde arabe et musulman (Iremam), et de la Fondation Camargo. Stéphane Lacroix, organisateur du panel Égypte, donne les clés de lecture permettant de contextualiser les discussions animées et les entretiens réalisés avec les deux participants égytiens Amr Ezzat, jeune activiste et blogueur, et Abdel Mawgoud al-Dardiri, cadre en exil des Frères musulmans… Voir aussi les billets précédents  Gauche-islamistes en Algérie…
  « Se réveiller conservateur, s’endormir progressiste » : le dialogue entre mouvements de gauche et islamistes en Tunisie

***

Colloque Wafaw 2015 : Gauches-Islamistes pourquoi tant de haine ?

Issu du quartier populaire cairote d’Imbaba, Ezzat a dès son adolescence été socialisé dans la mouvance islamiste avant de se rapprocher de la gauche, après l’université. Blogueur très influent (son compte Twitter @amrezzat compte aujourd’hui plus de 200 000 abonnés), il a été l’une des voix du soulèvement de 2011 et a participé aux mobilisations successives contre le Conseil suprême des forces armées (CSFA). Après avoir soutenu à la présidentielle de 2012 le dissident frériste Abd al-Mun‘im Aboul Foutouh, qui cherche alors à créer une éphémère plateforme politique réunissant gauche et islamistes, il devient un farouche opposant au président élu Mohamed Morsi. Il est par ailleurs chercheur à l’Égyptien Initiative for Personal Rights (EIPR), l’une des principales ONG indépendantes d’Égypte, dont plusieurs membres ont été arrêtés et dont l’existence est menacée depuis l’arrivée au pouvoir du maréchal Sissi.

Le parcours d’al-Dardiri est plus classique. Né à Louxor, il fait sa carrière politique au sein de l’organisation des Frères musulmans et devient en 2011 porte-parole du comité des affaires étrangères du parti Justice et Liberté, fondé par la confrérie. Il obtient par ailleurs un siège au parlement égyptien lors des législatives de 2011. Depuis le coup d’État de juillet 2013, il est en exil aux États-Unis, un pays qu’il connaît bien puisque — à l’instar d’autres figures des Frères musulmans comme Mohamed Morsi — il y a fait ses études, obtenant un doctorat en cultural studies de l’Université de Pittsburgh. Il est un membre régulier des délégations de Frères musulmans égyptiens plaidant la cause de la confrérie dans les capitales occidentales.

Si la période post-2011 a creusé le fossé entre la gauche et les islamistes en Égypte, la relation entre les deux mouvances a été profondément antagonique dès l’origine. Sous Nasser, la gauche au pouvoir persécute les islamistes, qui sont emprisonnés par milliers. Sous Sadate, qui se fait appeler « le président croyant », les islamistes sont libérés et jouissent d’une bienveillance relative de la part des autorités dès lors qu’ils participent à l’opération de « dénassérisation » menée par le régime. Militants de gauche et islamistes se livrent une lutte impitoyable sur les campus — lutte qui tourne très vite à l’avantage des seconds, ce qui alimentera le ressentiment des premiers. Le bras de fer se poursuit sous Moubarak, cette fois selon un clivage « séculier »/islamiste – la mouvance séculière (‘ilmani) regroupant, outre la gauche historique (nassériens, socialistes et communistes), une foule de mouvements dits « libéraux ». Si cette dernière est bien représentée dans le champ médiatique, le champ intellectuel dans une certaine mesure dans les milieux économiques, elle souffre d’une érosion massive de son ancrage social au profit des islamistes. Le débat qui oppose islamistes et « séculiers » est donc loin de traverser la scène politique égyptienne « par le milieu », ce qui n’enlève rien à son importance, au moins sur le plan symbolique.

À rebours de cette fracture historique, le crépuscule de la période Moubarak avait pourtant permis des collaborations d’une ampleur inédite entre activistes des deux bords. Au milieu des années 2000, le mouvement Kifaya se donne pour ambition de fédérer l’opposition à Moubarak, toutes couleurs confondues, sous un slogan simple : Assez ! Plusieurs « rencontres pour l’Égypte » sont organisées à la fin des années 2000 dans ce même esprit. Une coopération militante entre Frères musulmans et socialistes révolutionnaires voit le jour sur les campus. On parle alors même d’un possible soutien de la confrérie à une candidature du libéral Mohamed al-Baradei à la présidentielle.

La révolution de janvier 2011 est d’une certaine manière le point culminant de cette éphémère lune de miel. Pendant dix-huit jours, jeunes militants de gauche et Frères, secondés par une pléthore d’autres forces politiques islamistes et libérales, occupent, ensemble, la place Tahrir. Le 11 février, Moubarak démissionne, remettant le pouvoir au Conseil suprême des forces armées, chargé de superviser la transition démocratique. À l’euphorie du moment révolutionnaire succèdent les divisions, sur fond de méfiance grandissante entre les deux camps qui se prêtent les pires intentions. Beaucoup déplorent en public cette inéluctable polarisation, mais les mêmes ne cessent de l’alimenter.

Ce qui frappe avant tout dans les propos de Amr Ezzat et Abdel Mawgoud al-Dardiri, c’est que, des cinq années écoulées, chacun offre une vision radicalement opposée. Pour Ezzat, les islamistes sont tout sauf des démocrates puisque ce qu’ils proposent n’est rien d’autre qu’une version islamisée de l’autoritarisme qui a cours en Égypte depuis l’indépendance, et que — en dépit des potentialités du moment révolutionnaire — ils n’ont pas su renouveler leur discours. Ezzat, comme beaucoup dans la gauche égyptienne, reproche en outre aux Frères une alliance objective avec l’armée et « l’État profond » aux dépens des « révolutionnaires » sous le CSFA, puis sous Morsi. Pour al-Dardiri, en revanche, les islamistes sont les seuls vrais démocrates d’Égypte, ce qu’ils ont démontré en parvenant au pouvoir pacifiquement après avoir recueilli une large majorité dans les urnes. Mais leurs adversaires, mauvais perdants, ont tout fait pour les faire échouer : en les empêchant d’exercer le pouvoir, puis en s’alliant aux militaires et à « l’État profond » pour les renverser, quitte à faire dérailler le fragile processus démocratique.

On sent chez al-Dardiri la colère suscitée par ce qui est à ses yeux une véritable trahison. Trahison qu’Ezzat, sans se bercer d’illusions, se montre prêt à assumer, même s’il reconnaît volontiers les erreurs de son camp. À lire ces contributions, on mesure combien les blessures de l’Égypte sont profondes. Et combien, sur ce champ de ruines qui ne peut profiter qu’au régime militaire, il sera difficile de rebâtir une société politique.

Amr Ezzat (au centre de la photo), 2015

Entretien avec Amr Ezzat

« Pour répondre à cette problématique de la haine qui séparerait gauches et islamistes, il faut rappeler que le courant islamiste est, de manière générale, un courant autoritaire qui a pour objectif de construire un autoritarisme de nature islamique, dans lequel les musulmans ont le pouvoir. Le projet islamiste ne peut prendre forme que si des mesures autoritaires sont mises en place dans l’espace public pour préserver l’identité islamique, ce qui se traduit inévitablement par des restrictions de la liberté d’expression ou de pensée ou des discriminations. Cela ne vient en réalité que décliner sous une forme islamisée ce qu’on appelle en Égypte l’autoritarisme étatiste, c’est-à-dire le culte de l’État pensé comme exerçant une forme de contrôle paternaliste sur la société, au prix de mesures draconiennes prises pour maintenir l’ordre public, la stabilité et la sécurité.

Autoritarisme islamiste et autoritarisme étatiste dans la Révolution

Dans les sociétés nées de la dislocation du califat islamique, puis de la colonisation et enfin des indépendances, l’idée d’un autoritarisme islamiste comme prérequis au retour d’un âge d’or historique et du rayonnement civilisationnel est profondément ancrée dans la culture, l’histoire et la pratique quotidienne. L’autoritarisme étatiste est quant à lui l’héritage de systèmes très divers, pour répondre aux tentatives de modernisation ou de libération nationale. Reste que les courants démocratiques qui tenteraient de répondre aux problématiques de la société sans recourir ni à l’autoritarisme islamiste, ni à un modèle précolonial, ni à un modèle étatique autoritariste et postcolonial, sont encore en gestation. Leur ancrage culturel et historique est faible, ils sont surtout les témoins de l’affrontement entre autoritarismes étatiste et islamiste qui ne remettent en cause ni les fondements de l’État dans son rapport à l’ordre public, aux libertés, aux droits ni, dans une certaine mesure, sa vision économique. Les partisans de l’autoritarisme islamiste sont multiples ; de ceux qui acceptent partiellement les exigences de la démocratie aux autres, plus nombreux, qui souhaitent la mise en place de mesures autoritaires s’inscrivant dans un cadre islamique (la sharia, le fiqh et l’imaginaire hérité du califat). Il existe enfin des courants civils opposés à l’autoritarisme islamiste, mais qui sont en accord avec l’autoritarisme étatiste, et donc prêts à travailler de concert avec ce dernier pour endiguer les islamistes.

L’un des problèmes du mouvement de libération et d’ouverture vers le changement démocratique réside dans le fait que, s’il est à l’origine un mouvement d’opposition à l’autoritarisme étatiste, il doit maintenant faire face à l’émergence d’un autoritarisme islamiste. Le refus de l’autoritarisme islamiste (à cause de sa volonté d’accaparer les ressources de l’autoritarisme étatiste) est l’un des traits caractéristiques des forces appelant au changement démocratique. À l’inverse, la compromission, sous bien des aspects, avec les autoritarismes islamiste ou étatiste est, quant à elle, la marque de fabrique des courants civils conservateurs, dénués de véritable ambition démocratique.

La Révolution de 2011 a cependant rassemblé de nombreux acteurs qui ont accepté d’amender leur position politique, afin de dépasser leurs craintes mutuelles liées à la probabilité que l’autre établisse une pratique autoritaire (étatiste ou islamiste). C’est particulièrement visible chez les nouvelles forces qui ont émergé durant la Révolution et qui ont eu la possibilité de se structurer. Un problème essentiel demeure pour autant : ces forces sont toujours en cours de formation. Elles se composent des groupes suivants : les nouveaux groupes de jeunesse de gauche et libéraux, les nouveaux partis de gauche, l’Alliance populaire socialiste (qui se compose elle-même de groupes de jeunesse de gauche, de groupes et de personnalités issues de la gauche traditionnelle et du parti Tagammu‘) et le Parti social-démocrate (composé de groupes de gauche et de libéraux, de technocrates et de notables des forces politiques traditionnelles régionales et de militants coptes proches de l’Église). On retrouve aussi le Parti « Égypte forte », qui compte dans ses rangs des membres du courant islamiste ainsi que des militants des Frères musulmans ayant fait scission et des militants de gauche. En face, les forces traditionnelles qui n’acceptent pas de relever les défis démocratiques et qui campent sur leurs positions sont les forces étatistes et le courant islamiste. Les frères et certains salafistes s’abritent parfois derrière un discours d’appel au consensus, mais le gros du courant islamiste a rassemblé ses forces dans une direction qui ne lui permet pas de répondre de manière convaincante aux exigences démocratiques.

Le graffiti (celui qui délègue reste au pouvoir, litt. “ne meurt pas”) entend dénoncer le caractère superficiel de la transition politique, l'auteur considérant que le pouvoir est seulement délégué par Moubarak à ses “mandataires” successifs. Au fil de ses mises à jour, il met successivement en scène, dans ce rôle, le Maréchal Tantawi (2011) puis deux des candidats à sa succession, Amr Moussa et Ahmed Chafiq, puis enfin Mohamed Badie, le guide suprême des Frères musulmans (2012).

Egypt protests graffiti, 10dec12

Le graffiti (celui qui délègue reste au pouvoir, litt. “ne meurt pas”) entend dénoncer le caractère superficiel de la transition politique, l’auteur considérant que le pouvoir est seulement délégué par Moubarak à ses “mandataires” successifs. Au fil de ses mises à jour, il met successivement en scène, dans ce rôle, le MaréchalTantawi (2011) puis deux des candidats à sa succession, Amr Moussa et Ahmed Chafiq, puis enfin Mohamed Badie, le guide suprême des Frères musulmans (2012).

De l’importance de la « haine » dans la fabrique du politique

Les bases militantes du courant islamiste ont freiné les tentatives de certains cadres, qui travaillaient à réduire l’autoritarisme et le communautarisme de leur politique en se rapprochant des nouvelles forces politiques. Ce rapprochement représentait le seul espoir possible vers une nouvelle voie démocratique, mais il impliquait de museler un certain nombre de poids lourds du courant islamiste qui mobilisaient les foules pour affronter les militants séculiers afin de mettre en place le projet islamiste. De leur côté, les forces étatistes ont pâti de leur échec à l’amorce de la Révolution, mais elles ont pu recouvrer leur force, leur position et leur influence en raison de la peur inspirée par la présence politique des islamistes, et parce que ces derniers ont préféré se rapprocher d’eux que des « laïcs ». En effet, les forces étatistes sont loin d’être uniquement composées de sécularistes radicaux, on trouve même en leurs seins des éléments qui manifestent une proximité avec certains aspects de l’autoritarisme islamiste ou qui souhaitaient obtenir un compromis avec eux. Les rangs des nouvelles forces libérales et de gauche ne furent pas épargnés par la peur des islamistes. Cette peur rend difficile la recherche de consensus avec une partie du courant islamiste, ou même la confrontation ouverte avec eux. Au final, cette contradiction interne a conduit à des scissions affaiblissant la capacité de confrontation de ces nouvelles forces et a provoqué leur ralliement à l’armée et aux forces étatistes, afin de faire tomber les Frères musulmans au pouvoir.

En se rapprochant des forces étatistes et non des forces démocratiques, les Frères ont pris des décisions qui leur ont aliéné une partie du soutien populaire (comme le décret constitutionnel édicté par Mohamed Morsi le 5 décembre dans lequel il proclamait l’immunité des décisions de l’exécutif face à tout recours judiciaire et s’autorisait à prendre « toute mesure nécessaire pour protéger la révolution »), il se sont également alliés avec les forces autoritaristes islamo-étatistes (Al-Azhar) et les salafistes, ont opéré un rapprochement avec l’armée, la police et l’appareil judiciaire lors de la rédaction de la constitution, éloignant ainsi toute tentative de rapprochement démocratique et précipitant leur fin. Les groupes démocratiques ont, de leur côté, échoué à maintenir leur cohésion dans la lutte contre le gouvernement des Frères et à conserver les acquis de leur renversement après le 30 juin. Les forces étatistes (et en premier lieu l’armée) accaparèrent les postes clefs de l’État, provoquant le retrait des courants démocratiques puis des technocrates qui en étaient proches (al-Baradei, vice-président démissionnaire, puis les grandes figures du gouvernement d’al-Beblawi, premier Premier ministre nommé après le coup d’État). La distribution des postes s’est faite en fonction des démonstrations de loyauté à l’égard de l’armée et de l’État. À l’opposé, les islamistes se sont d’abord cramponnés à leur légitimité électorale, puis ils se sont mobilisés avant de finalement opposer leur violence à celle de l’État, écartant ainsi un peu plus la possibilité de voir exister un mouvement démocratique sur la scène politique.

Dans ces conditions, les forces nées de la Révolution ne peuvent devenir majoritaires, même dans un avenir proche. Cela ne pourra se faire qu’à travers une large alliance qui regrouperait une partie des forces étatistes, post-islamistes (par exemple certains militants du parti « Égypte forte » ou encore du parti « al-Wasat ») et avec le soutien du courant islamiste dans son ensemble. Mais à l’heure actuelle, il est difficile de parler d’un rapprochement entre forces démocratiques et islamistes en Égypte. Bien au contraire, seule une division historique semble poindre à l’horizon, puisque dans les grandes batailles autour de la liberté, de l’établissement de la démocratie, et de la fin de l’autoritarisme, nul ne peut se bercer d’illusions quant à un partenariat avec le courant autoritariste islamiste. La prédominance politique et sociale de ce courant est la raison de l’échec des paris révolutionnaires et de l’absence de changement démocratique. Exprimer la haine de ce projet et de ses racines est bien plus efficace que de rechercher un rapprochement rapide. Il peut sembler tragique que les urnes et les formes traditionnelles du processus de transformation démocratique soient destinées à ne pas permettre le changement. Pour éviter que l’expérience révolutionnaire ne s’éteigne, il faudra que des décisions courageuses soient prises au sein du camp islamiste, ou qu’un nouveau rapport de force puisse limiter ses ambitions et le convaincre de rester loin du pouvoir dans les périodes transitoires. »

Abdel Mawgoud al-Dardiri

Entretien avec Abdel Mawgoud al-Dardiri

« Un observateur honnête du monde arabe reconnaîtra que les islamistes respectent davantage les valeurs démocratiques que leurs adversaires politiques, lesquels sont allés jusqu’à s’allier avec l’armée, n’ayant pas compris que la volonté du peuple, bien qu’ayant ses limites, reste une bien meilleure option que la dictature militaire. Je veux ensuite affirmer qu’il n’existe pas de haine intrinsèque des islamistes démocrates contre la gauche, les libéraux, les laïcs, les traditionalistes ou toute autre force politique égyptienne. Notre position est claire depuis que notre fondateur Hassan Al-Banna a reconnu, à l’occasion des élections parlementaires de 1944, que le régime parlementaire était le plus à même de permettre la mise en œuvre des valeurs de l’Islam : justice, égalité et liberté pour tous les citoyens du pays. Dans la relation avec les acteurs qui ne sont pas d’accord avec notre projet, nous faisons notre sa position de principe : « la coopération sur les sujets sur lesquels nous sommes d’accord et la tolérance et le dialogue serein sur les sujets sur lesquels nous divergeons ».

Principales caractéristiques du dialogue entre les islamistes et la gauche

La relation entre les islamistes et la gauche est marquée par un fort degré de compétition, qui a parfois pu mener à l’hostilité mutuelle, particulièrement au sein des universités et des syndicats égyptiens. Pourtant, dès le milieu des années 1980, un rapprochement entre les différentes forces de l’opposition égyptienne s’est opéré. Les Frères musulmans se sont coordonnés avec les communistes et les partis al-Tajammu’, al-Wafd, al-Amal et le parti nassérien sur un certain nombre de positions politiques et pour s’organiser contre le régime de Hosni Moubarak. En 1991, Le Caire a accueilli le Dialogue islamo-nationaliste, auquel ont participé de nombreuses figures des Frères musulmans, du courant nationaliste et de la gauche. Ce colloque a réuni ce qui sera le noyau fondateur de la Conférence nationaliste islamique : des leaders des courants nationalistes et islamistes de différents pays arabes. Jusqu’à aujourd’hui, cette conférence demeure un cadre privilégié pour assurer la coordination entre ces forces. Dans les années 1990, les Frères musulmans et la gauche ont participé ensemble à de nombreuses mobilisations, qui leur semblaient présenter un intérêt commun. Parallèlement, les Frères musulmans se sont retirés de plusieurs cantons pour les céder à des figures emblématiques de la gauche, comme Abu al-Izz Al-Hariri à Alexandrie et Khalid Muhyi al-Din à Qalyubiya, puis d’autres lors des élections parlementaires suivantes, même si, par la suite, la concurrence politique entre les deux courants finira par l’emporter sur la coordination. Néanmoins, entre 1995 et 2012, le milieu syndical, notamment chez les journalistes, voit naître des coopérations entre les deux courants. Cette coopération jette les bases de l’alliance qui contribuera à renverser le régime de Moubarak, les deux courants réussissant à ouvrir leur syndicat aux différents groupes, partis politiques et mouvements de manifestants, et à en faire une tribune libre pour tous. Par ailleurs, les deux courants se sont coordonnées dans le mouvement d’opposition Kifaya (assez !, en arabe) et le Front national pour le changement, ainsi que dans une série de rencontres intitulées le Dialogue pour l’Égypte. Ces initiatives ont constitué le prélude aux événements de la Révolution de janvier 2011.

Permanence du pouvoir militaire 2012

La participation commune des partis et des courants politiques égyptiens (tels les Frères musulmans et la gauche) a fait prendre conscience aux Égyptiens du degré de corruption du régime de Moubarak, au pouvoir depuis 30 ans. Les Frères musulmans et la gauche ont ainsi participé aux rencontres de coordination des manifestations avant le 25 janvier, pour réclamer des réformes politiques, l’annulation des élections parlementaires de 2010 (clairement truquées par le régime), la fin de la violence policière, et de l’état d’urgence, l’exercice des libertés publiques, etc. Ces manifestations se sont transformées en une véritable révolution, dont le paroxysme fut atteint durant le Vendredi de la colère (yawm al-ghadab) le 28 janvier, à partir duquel Frères musulmans et gauche occupèrent, avec les autres forces politiques et la jeunesse, la place Tahrir, jusqu’à la chute de Moubarak le 11 février 2011.

Une entente à l’épreuve de l’après-Révolution

Les raisons qui ont conduit au creusement des divergences entre ces deux forces après la Révolution, par rapport à l’ère Moubarak, sont nombreuses. Les islamistes ont manifesté leurs désaccords avec les autres forces à propos du programme de la période transitoire. Le différend a commencé autour du référendum sur les modifications de la constitution, qui s’est tenu le 19 mars 2011. Les islamistes ont voté pour, tandis que la gauche et les libéraux s’y sont opposés pour le résultat suivant : 77 % des électeurs se sont prononcés en faveur des réformes, 23 % contre. Le différend résidait dans l’évaluation des priorités ; pour les islamistes, il fallait avant tout organiser des élections parlementaires afin que l’armée passe le pouvoir au peuple. La gauche souhaitait quant à elle s’atteler avant toute chose à la rédaction d’une nouvelle constitution. Les conséquences de cette division furent l’organisation de manifestations distinctes ou le retrait de la plupart des forces de gauche (à l’exception du parti al-Karama, de tendance nationaliste nassérienne) de la Coalition démocratique dirigée par les Frères musulmans. La gauche, en refusant la coalition avec les Frères musulmans est entrée en compétition féroce avec eux, néanmoins les islamistes récolteront 75 % des sièges, contre 25 % pour la gauche et les libéraux, lors des élections législatives de 2011-12. Les deux tendances sont ensuite entrées en désaccord à propos de certains articles de la Constitution, ainsi que sur le candidat à présenter pour l’élection présidentielle. Devant l’absence de consensus, les islamistes se sont regroupés derrière Mohamed Morsi, Abdel Moneim Abou al-Fotouh, et Mohamed Selim al-Awwa. De son côté, la gauche a soutenu Hisham Bastawissi, le député Abu al-Izz al-Hariri, et Khaled Ali. Mohamed Morsi remporte l’élection le 30 juin 2012. La gauche et les libéraux s’opposent à lui dans les semaines suivant sa victoire, ne lui donnant pas l’occasion d’appliquer son programme présidentiel.

Évaluer l’expérience des islamistes au pouvoir

Les islamistes n’ont pas eu l’opportunité d’exercer le pouvoir, ce qui rend difficile l’appréciation de leur expérience en tant que gouvernants. Malheureusement, les autres forces, qu’elles soient de gauche ou libérales, ont échoué dans leur première expérience de la démocratie. Elles n’ont pas donné aux islamistes l’opportunité d’appliquer leur programme et se sont alliées avec l’armée pour faire avorter l’expérience démocratique, pensant que l’armée leur remettrait le pouvoir. Rappelons néanmoins que les islamistes n’ont jamais censuré une opinion, ni fermé un journal, ni emprisonné un journaliste ou un individu pour son opinion. Au cours leur mandat, bien que trop court, les Égyptiens ont joui d’une liberté qu’ils n’avaient jamais eue.

Les opposants au président Morsi n’ont pas laissé la volonté populaire, exprimée dans les urnes, s’exercer. Ils ont sollicité l’armée pour intervenir et faire un coup d’État contre le premier président civil démocratiquement élu. Ils ont partagé le pouvoir avec l’armée et la plupart se sont tus face aux violations commises par les militaires, les emprisonnements et les procès iniques. Cependant, certains d’entre eux commencent à rejoindre les islamistes et les forces d’opposition contre la dictature de l’armée, en particulier les socialistes révolutionnaires qui ont publié un communiqué courageux dans lequel elles assument la faute qu’elles ont commise en s’alliant avec l’armée contre le pouvoir démocratique. Pour elles, considérer que le conflit en Égypte serait entre les Frères musulmans et l’armée représente une faute stratégique, car il s’agit là d’un combat entre « le grand ennemi, la dictature de l’armée contre-révolutionnaire » et les forces démocratiques. Elles estiment également que le slogan « À bas les traîtres : l’armée, la bande de l’ancien régime et les Frères musulmans » n’exprime pas la réalité du conflit politique égyptien, où l’armée s’est alliée à la bande de Moubarak pour écraser les Frères musulmans et les autres forces révolutionnaires et démocratiques. Cette vision proposée par les socialistes révolutionnaires est juste. À partir du moment où tout le monde reconnaît la souveraineté du peuple et l’obligation de faire appel à lui en cas de différent, il est possible d’être d’accord sur les grands sujets, tout en conservant les particularités de chacun, sans y renoncer. En partant de là, une coopération entre les différents courants peut se profiler pour faire tomber les acteurs du coup d’État, retrouver la liberté et exercer la démocratie sur la base des valeurs de la Révolution égyptienne : Pain, liberté, dignité et justice.

Une vision « islamiste » de l’État ?

En tant qu’islamistes démocrates, nous refusons l’État théocratique et l’État militaire. Nous croyons au modèle de l’État civil basé sur la liberté, la justice sociale et l’égalité entre tous, sans distinction de religion, de sexe, de race, ou d’orientation politique. Les minorités religieuses, ethniques, ou autres y ont les mêmes droits et les mêmes devoirs que la majorité. Dans leurs relations internationales, les Égyptiens (et les Arabes et les musulmans en général) doivent en finir avec leurs complexes d’infériorité. Ils doivent traiter d’égal à égal avec l’étranger, dans le respect mutuel et la recherche de l’intérêt commun. Pour l’Égypte, comme pour tous les pays arabes et les autres régions du monde, il faut vouloir des institutions fondées sur la transparence et sous contrôle de la société, sur les valeurs démocratiques, de liberté, de justice et de dignité.

Il est temps que le conflit historique entre les Européens, les Arabes et les musulmans prenne fin. Il faut en finir avec l’hostilité des musulmans envers l’Occident, de même que ce dernier doit mettre à fin à l’esprit des croisades et de la colonisation. Les relations doivent être basées sur autre chose qu’un éternel conflit. Il faut chercher le bien commun, ce qui représente déjà beaucoup, et discuter de nos divergences, ce qui n’est pas non plus une mince affaire, sans qu’une des deux parties prenne l’autre de haut, ou n’éprouve un sentiment d’infériorité. »

Fondation Camargo Les participants à la rencontre WAFAW IUA Gauches Islamistes mai 2015


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *