Consulter à Istanbul les archives ottomanes et mandataires de Syrie

par Brigitte Marino et Anaïs Massot [1] –

Inaccessibles depuis cinq ans en raison de la guerre qui sévit actuellement en Syrie, un grand nombre de sources ottomanes et mandataires conservées au Centre des archives de Damas sont désormais consultables au Centre de recherches sur l’Islam à Istanbul et ce, grâce à un accord de coopération conclu entre la Turquie et la Syrie avant la guerre.

Du Centre des archives historiques (Markaz al-wathâ’iq al-târîkhiyya) à Damas…

Entrée du Centre des archives historiques à Damas (Photo, ‎©‎ Z. Alset)
Entrée du Centre des archives historiques à Damas (Photo, ‎©‎ Z. Alset)

Fondé en 1959, le Centre des archives historiques de Syrie est installé depuis le début des années 1970 dans une demeure ottomane située dans le quartier de Sûq Sârûjâ, à Damas. Construite au cours du XIXe siècle, cette demeure, acquise par la famille Azem vers 1870, a failli être détruite par un incendie en 1956. Classée Monument historique en 1961, elle est acquise en 1969 par la Direction générale des antiquités et des musées de Syrie qui entreprend de la restaurer[2]. Le Centre des archives qu’elle abrite depuis lors dans une de ses parties comprend actuellement diverses sources des époques ottomane et mandataire dont le nombre s’est considérablement accru au fil du temps grâce à la collecte de documents dispersés dans diverses villes de Syrie. Le fonds le mieux connu est celui des registres ottomans.

Un premier inventaire des registres des tribunaux ottomans a été publié en 1966 par Jon Mandaville. À cette époque, le Centre des archives de Damas conservait quelques registres des tribunaux religieux (maḥâkim shar‘iyya) d’Alep et de Damas. Les registres de Hama et de Homs se trouvaient quant à eux respectivement au Palais Azem de Hama et au Tribunal de Homs[3]. Cela était encore le cas en 1973 ; selon les indications fournies par Abdul-Karim Rafeq, les registres des tribunaux de Damas étaient alors au nombre de 804 et ceux d’Alep au nombre de 297. Le fonds d’Alep comprenait aussi 63 registres d’ordres sultaniens[4].

Dans un article publié en 1985 par Da‘d al-Ḥakîm, directrice du Centre des archives de Damas pendant plus d’une trentaine d’années jusqu’à son décès survenu en 2005, on peut apprécier l’accroissement du fonds des registres des maḥâkim shar‘iyya : on en compte alors 622 pour Alep, 1 553 pour Damas et 64 pour Hama ; 21 registres de Homs, émanant en fait du Tribunal de première instance (maḥkama bidâya), sont aussi classés dans ce fonds[5].

Les registres de Homs, dont on peut trouver une présentation dans la thèse que Vanessa Guéno a consacrée à cette ville, émanent des instances mises en place lors des réformes juridiques entreprises dans l’Empire ottoman au XIXe siècle [6], tout comme les 54 registres du « Centre des tribunaux de la loi divine » (Merkez-i niyâbet-i-šer‘iyye, 1308-1335/1890-1917) dont le contenu a été décrit dans un article publié par Josef Matuz [7].

Dès les années 1970, la question de l’inventaire, de la reproduction et de la consultation de ces registres commence à se poser. Grâce à une initiative de ‘Adnân al-Bakhît qui avait pu apprécier l’importance de ces sources dans le cadre de sa thèse sur la province de Damas au XVIe siècle, soutenue à Londres en 1972[8], l’Université jordanienne a entrepris une opération de microfilmage des registres des maḥâkim shar‘iyya de diverses villes de Syrie et de Palestine et de nombreux microfilms sont, depuis, consultables au Centre des archives de Amman. La liste de ces registres figure dans un catalogue publié en 1984 ; on y trouve, entre autres, la liste des registres d’Alep et de Damas[9].

En 1999, Brigitte Marino et Tomoki Okawara ont, quant à eux, publié un catalogue des registres des maḥâkim shar‘iyya de Damas, Alep et Hama[10] qui est désormais consultable sur internet (http://www.e-corpus.org/fre/notices/107753-Catalogue-des-registres-des-tribunaux-ottomans-conserv%C3%A9-s-au-Centre-des-archives-de-Damas.html). Ce catalogue, plus détaillé que le précédent, fait notamment apparaître les différentes parties de volumes composites (mushawwash), non seulement pour les 55 volumes de Damas identifiés comme tels mais aussi pour de nombreux volumes de Damas et des autres villes qui sont apparus composites au cours de leur consultation attentive. Certains d’entre eux comprennent plusieurs dizaines de parties issues de divers registres qui ont été reliées ensemble lors de leur collecte et qui sont désormais identifiées en fonction de leurs dates.

Au cours des années 2000, la question de la préservation de l’ensemble des sources historiques conservées au Centre des archives de Damas prend un tournant décisif. En effet, lors d’un incendie survenu dans la maison voisine du Centre, les autorités syriennes ont pris conscience du danger que courraient les documents conservés dans cette demeure ottomane peu sécurisée. La nécessité de produire une copie de ces registres s’est rapidement imposée et c’est ainsi qu’ont été photographiés plusieurs fonds qui ont été rapidement consultables sur ordinateur.

Après avoir attiré l’attention de la Jordanie dans les années 1970, le Centre des archives de Damas a, au cours de la période 2005-2010, suscité l’intérêt de la Turquie. À cette époque, dans le cadre d’un accord de coopération entre la Turquie et la Syrie, les fichiers numériques des sources photographiées à Damas ont été délivrés à la Turquie et sont désormais consultables au Centre de recherches sur l’Islam (Islam Araştirmalari Merkezi, Isam) à Istanbul.

…au Centre de recherches sur l’Islam (Islam Araştirmalari Merkezi) à Istanbul

 Dans le catalogue de l’Isam, consultable sur internet (http://ktp.isam.org.tr/?url=kaynaksicil/), les sources syriennes figurent dans la rubrique “Database for kadi registers catalogue” (Kadı sicilleri Kataloğu VT). Dans cette base de données qui comprend divers types de registres, plusieurs villes syriennes sont représentées : Damas (registres de la Cour d’appel, registres du Palais de justice, registres des tribunaux mixtes, registres des tribunaux religieux, registres d’ordres sultaniens, registres du Tribunal de commerce), Alep (registres des tribunaux religieux et registres d’ordres sultaniens), Hama (registres des tribunaux religieux), Homs (registres du Tribunal de première instance) et Lattaquié (un registre). La plupart de ces registres datent de l’époque ottomane mais, pour Damas, les registres des tribunaux mixtes datent de l’époque mandataire et ceux du Palais de justice s’étalent sur les deux périodes.

 

Ville Catégories de registres Période (années hégiriennes) Période (années grégoriennes) Nombre de registres
Damas

(Dimaşk)

Istinaf sicilleri

(registres de la Cour d’appel)

1300-1334 1882-1916 142
Kasrüladli sicilleri

(registres du Palais de justice)

1279-1363 1862-1944 399
Muhtelita sicilleri (arabe)

(registres des tribunaux mixtes)

/ 1918-1923 81
Muhtelita sicilleri (français)

(registres des tribunaux mixtes)

/ 1920-1932 94
Müşevveş sicilleri

(registres composites)

1000-1298 1591-1881 55
Sicilleri

(registres des tribunaux religieux)

991-1340 1583-1922 1 549
Evamir-i sultaniye

(registres d’ordres sultaniens)

1194-1328 1780-1910 11
Ticari sicilleri

(registres du Tribunal de commerce)

1301-1341 1883-1923 156
Alep

(Halep)

Sicilleri

(registres des tribunaux religieux)

956-1353 1549-1935 628
Cedid sicilleri

(nouveaux registres)

1337-1347

/

1918-1929

1927-1943

 

14
Evamir-i sultaniye

(registres d’ordres sultaniens)

1101-1303 1689-1885 67
Hama Sicilleri

(registres des tribunaux religieux)

942-1296 1535-1879 64
Homs

(Humus)

Sicilleri

(registres du Tribunal de première instance)

1302-1337 1884-1919 20[11]
Lattaquié (Lazkiye) Sicilleri

(-)

1254 1838 1[12]

 

À ces registres, il convient d’ajouter un registre établi à Ghazza (Gazze, 1273-1277/1856-1860), lui aussi conservé au Centre des archives de Damas[13].

Pour les provinces ottomanes du Bilâd al-Shâm, on trouve par ailleurs à l’Isam, les copies numérisées de dix registres établis à Jérusalem (Kudüs, 936-1009/1529-1601)[14] ainsi que huit registres établis à Tripoli (Liban) (Trablusşam) ; un de ces registres date du XVIIe siècle (1077-1078/1666-1667) et les sept autres du XVIIIe siècle (1163-1177/1750-1764)[15]. Il faut espérer que l’ensemble des registres établis et conservés à Jérusalem et Tripoli soient bientôt disponibles.

Damas - Maḥkama shar‘iyya - Registre 507 (1275-1276"1859-1860)
Damas – Maḥkama shar‘iyya – Registre 507 (1275-1276″1859-1860)

À l’Isam, étudiants, enseignants et chercheurs peuvent consulter ces registres sur ordinateur et obtenir sur CD-Rom des copies limitées au tiers du volume de chaque registre.

Les copies des registres syriens désormais consultables au Centre de recherches sur l’Islam à Istanbul ne constituent certes pas l’ensemble des diverses sources disponibles au Centre des archives de Damas mais elles en représentent une grande partie. En attendant de pouvoir retourner en Syrie pour y consulter les registres originaux, les recherches sur la Syrie ottomane et mandataire, plus que jamais nécessaires, peuvent donc se poursuivre malgré la destruction actuelle de cette région du monde et de toutes les sources historiques qui n’avaient pas fait l’objet d’une sauvegarde avant la guerre.

[1] La première partie de ce billet a été rédigée par Brigitte Marino (Aix-Marseille Université/CNRS-IREMAM) et la seconde par Anais Massot (EHESS-Césor/Leiden University).

[2] Sur la restauration de cette demeure, voir Qaṣṣâr Banî al-Marja M., « A‘mâl al-tarmîm fî al-Bayt al-Shâmî ‘Dâr Khâlid al-‘Aẓm’ », al-Ḥawliyyât al-athariyya al-‘arabiyya al-sûriyya, 1985, 35, p. 455-465.

[3] Mandaville J., « The Ottoman Court Records of Syria and Jordan », Journal of the American Oriental Society, 1966, 86/3, p. 311-319.

[4] Rafeq A.-K., « Les registres des tribunaux de Damas comme source pour l’histoire de la Syrie », Bulletin d’études orientales, 1973, 26, p. 219-226.

[5] Ḥakîm D. al-, « al-Wathâ’iq al-shar‘iyya ka-maṣdar li-baḥth al-ḥayât al- iqtiṣâdiyya fî al-‘ahd al-‘uthmânî : thalâtha wathâ’iq min Dimashq tu‘âlij dhâlika », al-Majalla al-târîkhiyya al-maghribiyya, 1985, 39-40, p. 391-401.

[6] Guéno V., Homs durant les dernières décennies ottomanes : les relations ville-campagne à travers les archives locales, Thèse de doctorat, Université de Provence, Aix-en-Provence, 2008, p. 71-81, 371-373. L’auteur de cette thèse a toutefois découvert, chez un particulier, un registre qui émane du maḥkama shar‘iyya de cette ville et dont les actes ont été établis dans la dernière décennie du XIXe siècle ; Guéno V., Homs, p. 66-71, p. 373.

[7] Matuz J., « Les registres du Centre des tribunaux de la loi divine de la Syrie », Istituto Universitario Orientale, Seminario di Studi Asiatici, 1982, 19, p. 367-378.

[8] Bakhit A., The Ottoman Province of Damascus in the Sixteenth Century, Beyrouth, Librairie du Liban, 1982.

[9] Bakhît ‘A., Kashshâf iḥṣâ’î zamanî li-sijillât al-maḥâkim al-shar‘iyya wa al-awqâf al-islâmiyya fî Bilâd al-Shâm, Amman, al-Jâmi‘a al-urduniyya, 1984, p. 65-80, p. 103-128.

[10] Marino B. et Okawara T., Catalogue des registres des tribunaux ottomans conservés au Centre des archives de Damas, Damas, Institut français d’études arabes, 1999, 260 p. + 68 p. Dans ce catalogue figurent aussi des registres de Homs, que le Centre des archives a classé par erreur dans le fonds des maḥâkim shar‘iyya alors qu’il s’agit en fait de registres émanant du Tribunal de première instance.

[11] Parmi ces registres de Homs, le registre n° 3 émane du Tribunal de première instance de Ghazza et le registre n° 8 émane du Tribunal de commerce de Damas ; Marino B. et Okawara T., Catalogue, p. 217.

[12] Nous ignorons la provenance de ce registre qui, à notre connaissance, n’a jamais été identifié au Centre des archives de Damas.

[13] Au début des années 1980, A.-K. Rafeq signale que ce registre a été apporté du Palais de justice de Damas au Centre des archives par un employé de ce Centre. Selon lui, ce registre a pu être transféré de Gazza à Damas pour permettre des vérifications concernant quelque affaire ; Râfiq A.-K., « Ghazza. Dirâsat ‘umrâniyya wa ijtimâ‘iyya wa iqtiṣâdiyya min khilâl al-wathâ’iq al-shar‘iyya. 1273-1277/1857-1861 », in Râfiq ‘A.-K., Buḥûth fî al-târîkh al-iqtiṣâdî wa al-ijtimâ‘î li-Bilâd al-Shâm fî al-‘aṣr al-ḥadîth, p. 1.

[14] Sur les registres du tribunal religieux de Jérusalem (416 registres établis entre 936 et 1335/1529-1917), voir Sroor M., Fondations pieuses en mouvement. De la transformation du statut de propriété des biens waqfs à Jérusalem (1858-1917), Damas, Presses de l’Ifpo, 2010, p. 26-30.

[15] Selon un inventaire établi au début des années 1980, les registres du tribunal religieux de Tripoli (1077-1300/1666-1883) sont au nombre de 70 ; Tadmurî U. et al., Wathâ’iq al-maḥkama al-shar‘iyya bi-Tarâbulus. Al-sijill al-awwal, 1077-1078/1666-1667, Tripoli, al-Jâmi‘a al-lubnâniyya, 1982, p. [3-4].


2 réflexions au sujet de « Consulter à Istanbul les archives ottomanes et mandataires de Syrie »

  1. Bonjour,

    Le site e-corpus est actuellement indisponible: il y a-t-il un autre moyen d’accéder à cet ouvrage en ligne?

    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *