Fanny Colonna et les sciences humaines et sociales algériennes : une utopie en marche

Hommage à Fanny Colonna (1934-2014)

On sait comment la sociologie, qui fut parmi les disciplines les plus « choyées » par l’Algérie socialiste de Houari Boumediene, a été atrocement éprouvée par la mort, l’exil et la marginalisation depuis 1980. En effet, le terrorisme a ôté plusieurs vrais espoirs aux disciplines des sciences humaines et sociales ; certains sociologues ont eu la gorge tranchée, d’autres furent abattus à bout pourtant et plusieurs autres ont été poussés à l’exil. Presque en même temps, comme par malédiction, l’âge, la maladie et les accidents ont prélevé leur part, qui semble d’ailleurs anormalement élevée, durant cette même décennie. Tous ou presque eurent des existences éphémères et ont laissé des travaux inachevés. Bien qu’ils aient vécu souvent dans un microcosme étroit, celui des trois capitales universitaires d’Alger, de Constantine et d’Oran, ils ont tous vécu et travaillé de façon solitaire et surtout dispersée. Ces disparitions successives, meurtrières et prématurées posent plus que jamais la question de la rupture et de la continuité générationnelle dans les sciences humaines et sociales en Algérie.

Hommage à Fanny Colonna, Oran, 4/10/2016
Hommage à Fanny Colonna. © CRASC

Il est vrai que depuis une dizaine d’années, les facultés de sciences sociales fleurissent partout en Algérie et le nombre d’étudiants et d’enseignants augmente d’année en année. Mais derrière cette apparente accalmie et cette trompeuse embellie disparaissent dans une indifférence générale de grands espoirs d’une science sociale véritablement nationale. Pour l’instant, les programmes scolaires et universitaires ne contiennent que rarement les noms et les travaux de chercheur(e)s algérien(ne)s en sciences humaines et sociales. Pire encore, ces dernières n’ont presque aucune interaction scientifique véritable et durable avec les sciences humaines et sociales des pays voisins du Maghreb et de l’Afrique en général. En dehors du cordon ombilical qui relie chacune des communautés scientifiques nationales de ces trois pays à la France, on ne voit, plus de cinquante ans après les indépendances, aucune autre initiative d’échange international auto-construite et autoproduite à partir du Maghreb.

Ce détour « funéraire » pour évoquer Fanny Colonna, l’une des sociologues algériennes les plus flamboyantes, les plus élégantes, qui a été, sa vie durant, animée par un désir ardent et constant de contacts et d’échanges avec la communauté scientifique d’Algérie, de France et d’ailleurs, peut paraître déplacé, ou à tout le moins mal venu. Mais quand on serre de près ses travaux, on se rend vite compte qu’elle incarne bien cette problématique de l’interruption et de la continuité générationnelle en sciences humaines et sociales en Algérie et dans tout le Maghreb. En effet, une large part de ses travaux, et notamment ses toutes dernières publications, évoquent abondamment la transmission générationnelle des pratiques et des échanges Sud/Sud dans ces disciplines. Fanny Colonna figure parmi celles et ceux qui ont constamment œuvré pour faire advenir une science humaine et sociale sans « tabous » ni « complexes » à l’égard de la science coloniale, autonome vis-à-vis de la science de la « planète nord » (France/Occident) et en lien étroit avec les sciences sociales du Maghreb et du Sud en général. En effet, Fanny Colonna avait très tôt plaidé, de façon plus au moins ouverte, pour un « bon usage » de la science coloniale, « contre » la thèse officielle d’interruption décrétée lors du XXIVème congrès de sociologie tenu au printemps 1974 à Alger (Le mal de voir, Paris, 1976). Elle avait aussi, à sa façon, engagé une rencontre audacieuse et fructueuse entre les jeunes sociologues du Maghreb et du monde arabe à Paris en 1990 dont les actes ont été publiés, un an après, en 1991, dans un numéro de la revue Peuples méditerranéens. Enfin, et dans le même sillage, elle avait muri et construit une belle réflexion sur les échanges Sud/Sud en sciences humaines et sociales, après la réalisation d’une grande enquête avec des jeunes doctorants algériens sur le retour des diplômés égyptiens dans leurs villes et/ou villages natals (Les provinces égyptiennes, Sindbad ; 2004).

Hommage à Fanny Colonna. © CRASC
Hommage à Fanny Colonna. © CRASC

Au-delà de cette réflexion sur la science de la science sociale coloniale et nationale, ce qui caractérise, plus particulièrement encore, l’approche sociologique ainsi que le choix des objets scientifique de Fanny Colonna, c’est son aversion pour le « misérabilisme » qui, pour des raisons sociologiques et historiques compréhensibles, domine souvent l’approche et la posture des chercheur(e)s à propos de l’Algérie. Bien qu’elle « refoule » une sensibilité toute humaine et féminine à l’égard de la misère et de la souffrance, elle n’a jamais succombé à l’idée d’en faire un argument ou un sujet d’agitation et/ou de lamentation politique.

Fanny Colonna sur le terrain dans l'Aurès, 1989 (K.Chachoua)
Fanny Colonna sur le terrain dans l’Aurès, 1989 (K.Chachoua)

C’est ainsi qu’elle avait énergiquement contesté la thèse de la société aurasienne à la limite de la famine et de la nudité défendue par Germaine Tillion suite à son terrain des années 1930 dans l’ahmar kheddou. C’est avec la même fougue qu’elle s’en est prise à la thèse du « déracinement » (Pierre Bourdieu & Abdelmalek Sayad ; Minuit, 1964) qu’elle voulait « démolir » à tout prix, en montrant, grâce à l’exemple de l’Aurès et de la société kabyle, l’invincibilité et la résistance que nourrissait localement les « Savants Paysans » (OPU ; Alger, 1987) et l’élite « moyenne » et « locale » en particulier. Quand Pierre Bourdieu évoquait dans un billet en hommage à Mouloud Mammeri (Libération ; 1989) un homme « divisé avec lui-même », Fanny Colonna fait le portrait d’un homme façonné et passionné par la culture orale berbère et parfaitement à l’aise avec la modernité.

Si son attitude politique vis-à-vis du mouvement berbère fut discrète et prudente, elle était cependant, ouvertement critique envers la thèse anthropologique d’une Kabylie orale et a-scripturaire développée Mouloud Mammeri ; un modèle qu’elle cherchait à « tourmenter » depuis son terrain dans l’Aurès qu’elle aimait définir comme une société « de langue berbère et de culture arabe ».

Colloque sur Malek Bennabi, Alger, 1986 (Fonds Fanny Colonna, Médiathèque de la MMSH)
Colloque sur Malek Bennabi, Alger, 1986 (Fonds Fanny Colonna, Médiathèque de la MMSH)

Ce n’est pas tout, car Fanny Colonna appartient à la génération des années 1930. Pour les algériens musulmans, il s’agit là d’une génération sociologiquement pionnière. Une génération, souvent d’origine rurale et montagnarde qui avait découvert, l’instruction et l’école moderne par l’illettrisme, le travail par le chômage, la politique par la ségrégation et la prison, la ville par l’exil et l’émigration. C’est aussi la génération qui fut aux commandes du nouvel État algérien indépendant et qui avait délégitimé les savoirs et les groupes locaux intérieurs au profit des savoirs et des idéologies extérieurs (socialiste, africaine, panarabe).

Pour Fanny Colonna, la vulgate marxiste, la sociologie positiviste et l’idéologie nationaliste et réformiste des années 1970 avaient peu « d’égards » pour les cultures locales. Tout l’intérêt mêlé d’admiration sociologique qu’elle portait a des hommes, pourtant assez différents, comme, Mouloud Mammeri, Mustapha Lacheraf et Abou Al Qassim Saadallah, auxquels elle avait consacré un brillant article, tient tout entier à leur enracinement local, leur engagement marginal et leur déploiement pan-national.

Hommage à Fanny Colonna, Oran, 4/10/2016
Hommage à Fanny Colonna. © CRASC

Fanny Colonna est aussi et surtout une sociologue qui aimait être physiquement sur le terrain ; faire des enquêtes, tenir un journal de bord, fouiller, observer et échanger pour comprendre les vies ordinaires. C’est aussi, une passionnée d’histoire et du xixe siècle, cette « île chronologique », pour reprendre son expression. Elle connait les courants, les noms, les fonctions, les grades, les carrières, les textes de la période coloniale bien plus finement que de nombreux historiens. Elle évitait de faire étalage de cette érudition, mais les quelques travaux qu’elle nous a laissés sur Emile Masqueray (Edisud ; 1983), Jean Baptiste Capeletti, le meunier de l’Aurés (Sindbad ; 2010), et enfin, son livre posthume sur le bagne de Calvi (Sindbad ; 2015), nous donnent à voir une sociologue qui croise subtilement et admirablement l’archive historique, l’enquête sociologique et le récit littéraire.

Enfin, cette femme qui connaissait, un à un, les grands noms de spécialistes en sciences humaines et sociales du Maghreb, de l’Algérie et du monde musulman (C.Geertz, E.Gellner, J.Goody, J.Berque, P.Bourdieu, M.Mammeri, M. Lacheraf, P.Pascon, A.Hammoudi…), était aussi une sociologue attentive à l’égard des jeunes chercheur(e)s et étudiant(e)s algérien(ne)s. Elle connaissait et se rappelait du titre et du nom de l’auteur du moindre mémoire de licence ou de DEA soutenu dans telle ou telle discipline des sciences humaines et sociales en Algérie ou en France et en lien avec l’un de ses objets ou de son terrain, l’Aurès en l’occurrence.

Hommage à Fanny Colonna. © CRASC
Hommage à Fanny Colonna. © CRASC

Mais cette présence vigoureuse et cette connaissance rigoureuse des lieux, des noms et des publications, ses positions et ses humeurs sulfureuses, ainsi que ses nombreuses altercations professionnelles lui ont valu (ainsi qu’à d’autres) d’être successivement « jetée » de l’université d’Alger, « chassée » du CRAPE, « limogée » du département des langues et cultures amazigh de l’université de Tizi-Ouzou. Au sein du CNRS français, où elle avait gravi tous les échelons, elle changeait de laboratoire plus fréquemment que la moyenne des chercheurs en sciences humaines et sociales ; une « règle d’hygiène », disait-elle un jour, avec son large sourire.

Inhumée à Constantine en décembre 2014, Fanny Colonna a laissé un bel héritage scientifique. Elle a débroussaillé, nivelé, labouré et semé comme de nombreux autres chercheur(e)s algérien(ne)s le « champ » des sciences humaines et sociales qui n’a, pour l’instant, ni maître ni disciple et encore moins une école. Pour cette raison, et à cause de cette vacance, il faut sans attendre se hâter de « rentrer cette récolte » avant qu’elle ne moisisse et ne pourrisse dehors. Il faut, en effet, faire l’inventaire des noms et des travaux, un à un, sans oublier aucun texte publié ou manuscrit. Il faut penser à poursuivre les terrains interrompus, finir les projets inachevés, ré-éditer et traduire à part ou en volume ceux qui sont prêts pour leurs donner une unité thématique et disciplinaire dans une édition et une collection respectable. Enfin, il faut aussi songer à les introduire dans les programmes scolaires et les usages universitaires car, comme le dit si bien un proverbe kabyle traduit par Abdelmalek Sayad, « citer c’est ressusciter ».

Kamel Chachoua (CNRS/IREMAM)

Texte écrit à l’occasion de la journée d’hommage organisée le 4/10/2016 par le Centre de recherche en Anthropologie sociale et culturelle (CRASC-Oran), l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM-Aix-en-Provence) et le Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques (CNRPAH-Alger).


Kamel Chachoua

En savoir plus sur Kamel Chachoua sur le site de l'Iremam

More Posts - Website

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *