Remonter « la route de la soie » entre la Chine et l’Algérie. Notes de terrain à Yiwu

 Yiwu - Exotic street (S. Belguidoum, 2012)
Yiwu – Exotic street (S. Belguidoum, 2012)

Ce séjour terrain effectué du 11 au 18 juillet 2012 à Yiwu (Chine) en compagnie d’Olivier Pliez, géographe et chercheur au LISST, s’inscrit dans le cadre d’une recherche en cours sur les routes, les réseaux et les places marchandes transnationales en Algérie (Espaces Urbains Transnationaux de l’Algérie Contemporaine – EUTAC).

Yiwu, ville de la province du Zhejiang, située à 280 km au sud est de Shanghai, s’est affirmée depuis le début des années 2000 comme l’une des principales places d’où partent les « nouvelles routes de la soie »[1] fournissant en produit de consommation courante (small commodities) et vêtements bon marchés une grande part du marché mondial. Les enquêtes que nous menons en Algérie depuis plus de trois ans montraient que le rôle et le poids de Yiwu s’amplifiaient au point de devenir la principale destination des entrepreneurs marchands algériens, supplantant d’autres places telles que Marseille (dont le rôle est devenu marginal), et surtout celles du Moyen-Orient et Dubaï. Acteurs essentiels de ce nouveau dynamisme commercial urbain, les entrepreneurs marchands ont remonté la route des produits et mis en place d’efficaces et discrets réseaux d’approvisionnement.
Remonter à notre tour ces « nouvelles routes de la soie » devait permettre de mieux comprendre comment, à partir de ces routes, ont pu se constituer en Algérie des places marchandes au rayonnement national et aux connections internationales. El Eulma et Aïn Fakroun, deux localités de l’Est algérien, illustrent la montée en puissance de ce nouveau type de ville.

Ce séjour terrain visait deux grands objectifs :
– Etudier les évolutions de Yiwu et notamment du quartier « exotique », lieu de polarité pour le commerce avec les pays arabes et musulman. Olivier Pliez avait déjà effectué une mission exploratoire en 2009 et réalisé des relevés précis.
– Enquêter auprès des commerçants algériens pour mieux saisir les trajectoires, les profils et les formes de structuration des réseaux.
Au-delà de la seule observation in situ, ce séjour a ouvert sur de nouvelles interrogations concernant ces entrepreneurs migrants, leur adaptation à la société chinoise et la pérennisation de leur présence.

Yiwu, le comptoir mondial des « small commodities »

Futian market - Yiwu (S. Belguidoum, 2012)
Futian market – Yiwu (S. Belguidoum, 2012)

L’essor de Yiwu remonte aux années 1990. Profitant de la très forte activité des nombreuses PMI disséminées dans les campagnes du Zhejiang, la localité se spécialise dans la commercialisation de leurs produits. Elle arrive à détourner de Guangzhou et de Shenzhen des parts de marché en proposant des services plus souples notamment dans la passation des commandes et la rapidité de la livraison. Rapidement Yiwu s’impose comme la capitale chinoise des small commodities. Plusieurs centres d’expositions permanentes abritant des milliers de magasins d’usine accueillent chaque mois des centaines de milliers de commerçants venus du monde entier[2]. Des grandes foires internationales sont organisées chaque année. Aujourd’hui, la ville compte plus d’un million d’habitants et vit essentiellement de cette activité commerciale. Des commerçants et hommes d’affaires de tous les continents installent des bureaux pour organiser à la source l’acheminement des commandes.

Immersion dans Yiwu et son « quartier musulman ».

Au niveau urbain, cette dynamique marchande donne lieu à des spécialisations spatiales que les autorités de la ville essaient d’organiser. Ainsi à la fin des années 1990 un petit quartier, situé dans Binwang, prés du premier centre d’exposition, (actuellement fermé pour rénovation) se spécialise dans le commerce spécifique avec le monde arabe et musulman. C’est aussi en bordure de ce quartier que les autorités ont installé le bureau de l’immigration.

Yiwu - Exotic Street vue d'ensemble (S. Belguidoum, 2012)
Yiwu – Exotic Street vue d’ensemble (S. Belguidoum, 2012)

Ce quartier, appelé Exotic street, du nom de sa rue principale, est constitué de plusieurs îlots traversés par cinq rues parallèles toutes bordées de boutiques aux enseignes écrites en chinois, en arabe et en anglais. Une place carrefour, avec ses restaurants et hôtels ioughourts, arabes et turcs, en constitue le centre de gravité. Les îlots sont reliés entre eux par des rues et ruelles qui en se croisant forment des placettes. Boutiques de vêtements, de tissus, d’articles religieux, (une rue entière est dédiée à ce commerce), bureaux de transitaires, hôtels, restaurants et salons de coiffure se succèdent. Ces commerces sont tenus par des commerçants chinois, égyptiens, turcs, syriens et libanais. Le seul restaurant géré par un Algérien, situé à une extrémité du quartier vient de fermer à cause du lancement d’une opération de rénovation urbaine dans cette partie du quartier.
L’ambiance urbaine est particulière : enseignes en arabe et en chinois, restaurants « hallal », public nombreux et cosmopolite au sein duquel on reconnaît, par les tenues vestimentaires et les langues parlées, des Ouïghours, des Huis, des Kazakhs, des Arabes, des Turcs et des Africains. On fume le narguilé et boit le thé ou le café aux terrasses des restaurants et les marchands de brochette (hallal), vendeurs à la sauvette occupent les trottoirs. Les différents accents arabes s’entendent et se mélangent.

Exotic street (S.Belguidoum, 2012)

Les principales nationalités fréquentant Yiwu ont leurs hôtels-restaurants, servant comme lieu deBoutique de vêtements musulmans - Yiwu (S.Belguidoum, 2012) contacts pour les nombreux commerçants de passage. C’est dans ces restaurants, mais aussi les salons de coiffure (on en dénombre une quinzaine dans le quartier) que les commerçants ou les résidents se donnent rendez-vous, traitent des affaires, ou tout simplement échangent des nouvelles. Les gérants des boutiques sont étrangers où chinois, mais le personnel est essentiellement ioughourt et communique en arabe. C’est surtout en fin de journée, quand s’installe le marché de nuit et que les commerçants reviennent des centres d’exposition, que le quartier s’anime, les restaurants et leurs terrasses se remplissent.

Marché de nuit - Yiwu (S.Belguidoum, 2012)

Le quartier est un condensé de l’activité de Yiwu, un microcosme où se retrouvent les commerçants de passage et les nouveaux migrants, mais c’est bien dans toute la ville qu’on les retrouve. Ainsi, entre Exotic street et Futian market, tout le long des deux kilomètres de l’avenue, comme à l’intérieur des tissus qu’elle traverse, des boutiques et des bureaux de trading aux enseignes en arabe marquent cette présence.

 

Portraits et trajectoires : une nouvelle génération d’entrepreneurs migrants

DM Coffee, lieu de rencontre des Algériens (S.Belguidoum, 2012)
DM Coffee, lieu de rencontre des Algériens (S.Belguidoum, 2012)

La découverte de Yiwu par les commerçants algériens se fait à la fin des années 1990. Des figures pionnières, originaires d’El Eulma, y ouvrent leur bureau de trading[3]. A l’instar des Egyptiens, Syriens, Libanais et Turcs, nationalités les plus nombreuses, un restaurant  est ouvert par un transitaire Eulmi[4]. Il jouera un grand rôle dans la prise en charge des commerçants de passage. Fermé depuis plusieurs mois, il n’avait toujours pas été remplacé par un autre établissement lors de notre venue.  Mais les lieux de rencontre des Algériens nous sont très vite signalés : un snack et deux hôtels chinois à proximité d’Exotic street.

Rôtisserie - Yiwu (S.Belguidoum, 2012)
Rôtisserie – Yiwu (S.Belguidoum, 2012)

Les commerçants de passage sont très nombreux. Leur présence est continue toute l’année, même si c’est au moment des grandes foires que l’affluence bat son plein.[5] La durée de leur séjour est variable mais n’excède pas dix jours : le temps de prospecter et de passer commande. Le recours aux transitaires, appelés traders, leur permet de réaliser rapidement leurs transactions commerciales. Les commerçants qui viennent pour la première fois, ont forcément une adresse, un contact. Pris en charge dès leur arrivée, ils finalisent leurs commandes rapidement.

Les « traders » algériens, dont il est difficile d’évaluer  le nombre précis, sont de plus en plus nombreux à s’installer. A la suite des pionniers, d’autres Eulmis, mais aussi des jeunes venus d’autres localités de l’Est (Sétif, Bordj Bou Arredj, Constantine) ou de Kabylie et d’Alger, les imiteront. Ils seraient quelques centaines (on nous a avancé avec certitude le nombre de 500). Après les Egyptiens, les Syriens, les Libanais et les Turcs, les Algériens seraient la communauté la plus importante.

A partir des nombreux échanges que nous avons eus, sous forme d’entretiens libres et d’entretiens semi directifs (une dizaine ont pu être réalisés) une première typologie peut être esquissée. Deux types d’acteurs constituent cette communauté permanente : les gros traders et une myriade de nouveaux installés prêts à tenter leur chance.

Une vingtaine de « gros bureaux », les pionniers venus au début des années 2000, ont pignon sur rue. Ils traitent les grandes affaires d’exportation vers l’Algérie et sont en relation avec une importante clientèle. Ils font travailler une main d’œuvre locale mais aussi des jeunes (parents ou amis) venus d’Algérie. Depuis deux ou trois ans, se développe une nouvelle génération de petits traders et qui  tout en entrant en concurrence avec les gros bureaux, profitent de l’importance des flux commerciaux avec l’Algérie pour tenter de se faire leur place.

Venus directement d’Algérie, fils ou frères de commerçants importateurs, ou ayant « appris le métier » avec un parent déjà installé à Guangzhou ou Kuala Lumpur en Malaisie, leur installation se fait dans le cadre d’une stratégie permettant à l’entreprise familiale d’avoir un point d’appui permanent en Chine. En attendant d’avoir un carnet de clients réguliers, ils opèrent sans déclaration, s’associant à des transitaires chinois ou travaillant avec les gros traders algériens. Des dizaines de traders non déclarés travaillent ainsi à leur compte.

Contrairement aux pionniers qui ont appris le chinois sur le tas, les nouveaux venus suivent dès leur arrivée des cours de chinois dans des écoles privées. Nous en avons dénombré une bonne dizaine dans Yiwu qui proposent pour 800 euros des cours intensifs de chinois (180 heures en 6 mois).

Vers une installation durable ?

Dix ans après les premières installations, on assiste à  un processus indéniable de constitution d’un comptoir algérien durable, alimenté par une population jeune (22 à 35 ans), entreprenante et prête à se fixer comme le montrent certains signes. La disponibilité des logements et les revenus convenables garantis par le trading (2,5% de commission pour chaque transaction) leur permet de louer des appartements et de prendre pied dans la société chinoise. La moitié de nos enquêtés ont une présence en Chine supérieure à 5 ans et aucun n’a exprimé son intention de rentrer en Algérie. Si l’apprentissage méthodique de la langue est un signe révélateur de cette installation, les mariages avec des ressortissantes chinoises semblent être un élément encore plus tangible.

Ecole de langue - Yiwu (S.Belguidoum, 2012)
Ecole de langue – Yiwu (S.Belguidoum, 2012)

Ainsi, deux de nos enquêtés sont mariés à des chinoises – musulmanes tiennent ils à nous préciser. Signe de leur volonté d’inscrire leur installation dans la durée ? Une chose est certaine, cette présence algérienne a dépassé la phase de la simple prospection. Ces premiers mariages avec des Chinoises facilitent une intégration sociale et créent de nouveaux ancrages dans une société où, contrairement à la France, pays traditionnel de l’émigration algérienne, ces nouveaux migrants n’ont pas ou peu de référents culturels. Essentiellement liés aux affaires, les rapports à la société chinoise restent encore limités. La religion et la fréquentation des mosquées[6] est une des passerelles utilisées pour atténuer les effets d’une altérité avec une société ou paradoxalement l’adaptation pour ces entrepreneurs migrants ne semble pas poser, du moins pour le moment, de problèmes majeurs.

 

Premiers résultats et perspectives

Les données collectées ont été particulièrement riches. Elles confirment nos hypothèses sur le rôle de Yiwu, la structuration des réseaux et l’installation durable d’un comptoir. Dans l’immédiat ce terrain nous a permis de finaliser un article qui sera publié dans la revue Diaspora (décembre 2012). De nouvelles perspectives de programme de recherches sont également ouvertes au sein desquelles les trajectoires comparées du commerce transnational en Égypte et en Algérie devraient permettre de faire apparaître ses mutations récentes dans le bassin méditerranéen.


[1] La Route de la Soie est une métaphore que nous utilisons pour mettre en relief cette forme de mondialisation discrète qui articule par des connections en réseau différentes places marchandes à travers le monde et, en ce qui concerne notre objet d’étude, les places asiatiques, celles du Moyen-Orient, de Dubaï et des pays du Maghreb.

[2] Il existe quatre centres d’exposition dans la ville. Celui de Futian, dernier en date, est le plus important abritant à lui seul 10 500 boutiques d’usines qui proposent une gamme de 500 000 produits différents. Les boutiques usines ne sont pas seulement regroupées dans les centres d’exposition. On les retrouve dans toute la ville et notamment dans le centre et tout le long des grands axes.

[3] Le travail de trading consiste à accompagner le commerçant auprès des fournisseurs, servir de traducteur, participer aux négociations, s’occuper des documents douaniers, vérifier la conformité de la marchandise et la mise en conteneur, organiser le transport maritime, servir de garant auprès des fournisseurs pour les délais de paiement.

[4] D’abord appelé El Andaloucia puis, après un changement de propriétaire, El Bahdja.

[5] 34 000 commerçants importateurs sont enregistrés en Algérie. 80% des importations des produits de consommation non alimentaire proviennent de Chine (source : douanes algériennes)

[6] Des associations liées à la mosquée de la ville proposent des activités sportives. Par exemple, des tournois  de football sont organisés.

 

Pour citer ce billet : Belguidoum Saïd, « Remonter ‘la route de la soie’ entre la Chine et l’Algérie. Notes de terrain à Yiwu », Carnets de l’IREMAM, 26 octobre 2012. [En ligne] http://iremam.hypotheses.org/836 (date de consultation)

 


4 réflexions au sujet de « Remonter « la route de la soie » entre la Chine et l’Algérie. Notes de terrain à Yiwu »

  1. J’ai lu votre écrit, c’est une bonne investigation dans ce domaine qui permet de déceler les secrets des parcours et des entrelacements des échanges entre l’Algérie et cette région prometteuse.
    J’espère voir d’autres recherches dans ce sens.
    Quelles natures dans la ville durable ?

    Bonne chance.

  2. Je m’intéresse à un produit de la mer algérienne : le corail rouge de Méditerranée et à son commerce passé ou récent par les routes de la soie, vers l’Asie, sous forme d’éléments de parure.
    Merci de bien vouloir m(indiquer si vous savez quelque chose à ce sujet.

    Bien à vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *