Journée d’études doctorales: la mise à l’écart en contexte migratoire

Vendredi 7 décembre 2012 de 9h à 18h, aura lieu à la MMSH (salle 101) une journée d’études doctorales intitulée la mise à l’écart en contexte migratoire : marges, tactiques et représentations (programme).

Organisée par un groupe de huit doctorants, dont deux rattachés à l’IREMAM (Arnaud Garcette et Annalaura Turiano) cette journée fait partie des initiatives lancées dans le cadre du programme transversal MIMED: Lieux et territoires des migrations en Méditerranée XIXe –XXe siècles.

Le programme MIMED ambitionne à construire un réseau de chercheurs, issus de différentes disciplines et institutions, autour des questions des migrations en Méditerranée. En croisant des perspectives diachroniques et géographiques, le programme se propose de confronter des approches et des méthodologies différentes pour enrichir une pratique de recherche trop souvent disciplinaire et géographiquement ciblée.

La journée du 7 décembre aborde la question des migrations, prenant comme angle d’analyse la mise à l’écart des étrangers dans l’espace méditerranéen. Visant à faire dialoguer différentes disciplines – la géographie, la sociologie, l’anthropologie et l’histoire – cette rencontre s’interroge sur les formes multiples que peut prendre la mise à l’écart des migrants.

Cette dernière se traduit généralement par différentes formes d’isolement spatial et culturel qui, dans le contexte actuel, doivent beaucoup aux modalités de contrôle de la mobilité. Dans ses formes les plus extrêmes, elle s’inscrit dans l’espace sous la forme d’infrastructures pensées spécifiquement pour ce dessin (dispositifs de séparations entre la Palestine et Israël, camps aux frontières extérieures et intérieures de l’espace européen, centres « d’accueil », fermes grillagées…).

Cependant, loin d’envisager les espaces ainsi créés comme totalement ségrégués ou isolés, la journée part du constat que ces espaces sont connectés entre eux et envisage la mise à l’écart non comme une force s’exerçant du haut vers le bas (Etat, institutions, employeurs) mais comme une interaction  entre ces derniers et les migrants.

Ainsi,  la mise à l’écart donne naissance à différentes formes d’adaptations telle que les modalités de contournement déployées par les migrants ou les « passeurs » des frontières. Les migrants peuvent chercher à se réapproprier de leur trajectoire ou tirer profit des lieux où ils sont confinés. Des systèmes de « débrouille » quasi institutionnalisés se développent, visant à composer avec un environnement de contraintes et d’opportunités. Il sera donc question, dans les présentations de la journée, des tactiques et des stratégies mises en place par les différents acteurs en présence dont les interrelations et les interactions complexes et multiples seront mises en avant.

Il ne s’agira pas uniquement de s’interroger sur les représentations des migrants dans les espaces publics et médiatiques et sur la manière dont elles participent ou mettent en question la mise à l’écart, mais aussi de partir du regard des migrants et d’interroger leurs discours et leur représentations quant à leur propres conditions. L’objectif envisagé est aussi de déconstruire des discours à priori antagonistes.

Sept doctorants aborderont la question de la mise à l’écart à partir de leurs terrains de recherche respectifs menés dans différentes zones géographiques et sur plusieurs époques. La journée s’achèvera par la conférence de Maurizio Ambrosini autour du thème des politiques urbaines de gestion de la diversité dans différentes villes européennes.

 


[1] Université de Milan, coordinateur du LIMeS


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *