Archives de catégorie : Points de vue

Fanny Colonna et les sciences humaines et sociales algériennes : une utopie en marche

Hommage à Fanny Colonna (1934-2014)

On sait comment la sociologie, qui fut parmi les disciplines les plus « choyées » par l’Algérie socialiste de Houari Boumediene, a été atrocement éprouvée par la mort, l’exil et la marginalisation depuis 1980. En effet, le terrorisme a ôté plusieurs vrais espoirs aux disciplines des sciences humaines et sociales ; certains sociologues ont eu la gorge tranchée, d’autres furent abattus à bout pourtant et plusieurs autres ont été poussés à l’exil. Presque en même temps, comme par malédiction Continuer la lecture de Fanny Colonna et les sciences humaines et sociales algériennes : une utopie en marche

Kamel Chachoua

En savoir plus sur Kamel Chachoua sur le site de l'Iremam

More Posts - Website

Révolutions et élection en Tunisie. Le réveil d’une société résistante

« Un Américain demande à un Tunisien quelles sont ses ambitions dans la vie. Celui-ci répond : ‘avoir une maison, un boulot, construire une famille’. L’américain lui objecte : ‘je t’ai demandé tes ambitions pas tes droits !’ »[1]

« Chaque jour j’entends parler d’une affaire montée de toutes pièces.
Pourtant le pouvoir sait qu’il s’agit là d’un citoyen honnête.
Regarde les flics taper sur les femmes voilées.
Est-ce que tu accepterais ça pour ta fille ? (…)
Il y a ceux qui volent aux yeux de tous.
Tu sais très bien qui sont ces gens.
Beaucoup d’argent devrait aller aux projets, aux réalisations,
aux écoles, aux hôpitaux, aux logements.
Mais les fils de chien avec l’argent du peuple
ils se remplissent le ventre, ils volent, ils pillent, ils se servent,
pas un siège ne leur échappe. Le peuple a tant à dire
mais sa voix ne porte pas. S’il n’y avait pas cette injustice,
je n’aurais pas besoin de parler », chanson de rap, El Général, « Rayes Lebled », 2010 (traduction de l’arabe) 

« Je suis de ceux qui sont libres et n’ont pas peur. Je suis de la voix de ceux qui ne renoncent pas. Je suis une épine dans la gorge de l’oppresseur. Je suis l’âme de ceux qui n’oublient pas. Je suis la voix de ceux qui ne meurent pas. Je suis les libres du monde uni, Je suis libre et ma parole est libre », extrait de chanson d’Emel Mathlouthi « klemti hourra » 2009 (traduction de l’arabe)

Le 21 décembre dernier, la Tunisie choisissait son deuxième président après la révolution de 2011. Le vote au suffrage universel a tranché en faveur de Béji Caïd Essebsi, ancien ministre de l’Intérieur sous le régime de Habib Bourguiba.

Cet article est le résultat de mon terrain de campagne durant la période électorale octobre-décembre 2014. Ces observations attentives et impliquées du quotidien jusque dans les coulisses du processus politique ont aussi été rendues possible grâce aux rencontres et à la réflexion effectuées pendant six années de recherche en Tunisie. Mon choix s’est porté principalement sur le suivi de la campagne du candidat Moncef Marzouki. J’ai pu assister à des réunions de campagne de son comité de soutien et au travail du comité local de la Manouba. Continuer la lecture de Révolutions et élection en Tunisie. Le réveil d’une société résistante

Mémoire de la répression en Tunisie. À propos de l’Université des sciences islamiques de la ‎Zeytouna‎

– Par Stéphanie Pouessel (chercheure à l’Institut Universitaire
européen et chercheure associée à l’IRMC) –

La Tunisie révolutionnaire aura-t-elle la vertu, pour autant qu’elle en sente la nécessité, de se plonger dans la relecture critique des dossiers de l’histoire politique des dernières décennies ? Si, pour nombre d’acteurs, une telle entreprise semble indispensable pour assurer la stabilité à venir du tissu politique[1], elle n’a encore fait qu’en sourdine son apparition dans le paysage postérieur à la dictature.

La célébration des 60 ans de l’Université des sciences religieuses Zeytouna[2] en mars 2014 n’a ainsi donné lieu qu’à un tout premier retour, fort prudent, sur l’histoire de la répression politique et religieuse. Continuer la lecture de Mémoire de la répression en Tunisie. À propos de l’Université des sciences islamiques de la ‎Zeytouna‎

Le Yémen en 2014 : le fédéralisme… contre les motos et les drones ?

ERC WAFAW – CNRS, IREMAM

« Partout dans le monde arabe, les disciples de Hassan al-Banna ont cherché à réaffirmer
la présence de l’Islam dans les constitutions.
Au Yémen, à l’opposé, ce sont eux qui ont contribué à introduire
la constitution dans l’islam »[1]

Émergeant de la vieille ville de Sanaa, la mosquée du président Ali Abdallah Saleh : un président sortant qui est néanmoins demeuré solidement accroché dans le paysage politique © F. Burgat, 2014.
Émergeant de la vieille ville de Sanaa, la mosquée du président Ali Abdallah Saleh : un président sortant demeuré néanmoins solidement accroché dans le paysage politique
© F. Burgat, 2014

Pas plus qu’ailleurs, la « jeunesse révolutionnaire » yéménite, à l’avant scène du lancement de la révolte populaire, n’a été capable d’en contrôler le cours et d’en retirer les fruits politiques. Plus encore qu’ailleurs elle a été largement soutenue d’abord mais surtout dépassée ensuite par les formations préexistantes de l’opposition. « On a compris que nous avions perdu la main en réalisant que la principale estrade dressée sur la place du changement était gérée par l’Islah, qui a controlé ainsi l’agenda des principales animations » témoigne en ce sens Ibtissam al-Muttawakil, enseignante de littérature et poétesse réputée.

Continuer la lecture de Le Yémen en 2014 : le fédéralisme… contre les motos et les drones ?

Francois Burgat

En savoir plus sur François Burgat, CNRS IREMAM - ERC WAFAW

More Posts - Website

La Libye en 2014 : du long « one man show » de Qadhafi, aux premiers pas de la société plurielle

ERC WAFAW – CNRS, IREMAM

"Éducation, justice, hygiène, équipement : les rêves  "ambitieux"  de la révolution libyenne" © F. Burgat, 2014
« Éducation, justice, hygiène, équipement : les rêves « ambitieux » de la révolution libyenne » © F. Burgat, 2014

« Le pouvoir au peuple », « Le peuple en armes » … « Des comités populaires partout »… Il est difficile de ne pas adopter la boutade qui circule à Tripoli trois ans après le soulèvement du 17 février 2011. L’utopique démocratie directe prônée par Qadhafi dans son petit Livre Vert serait-elle devenue réalité ? Si tel est le cas, cela n’a rien à voir avec les efforts de celui que sur la rive nord de la Méditerranée on avait un temps nommé « le bouillant colonel ». Mais tout, au contraire, avec son élimination physique sanglante sous les coups des milices révolutionnaires. C’est la levée du verrou que constituait en fait l’absolutisme du « Guide de la révolution » qui semble avoir fait entrer dans les faits la logorrhée démocratique derrière laquelle, pendant 42 ans, il avait masqué son pouvoir très personnel. Partout en Libye, les revendications politiques, si longtemps impossibles, se sont spectaculairement multipliées. Les nouvelles autorités, dûment élues, peinent à satisfaire le flot de demandes multiformes, au point qu’ici et là, les postures de défiance des nostalgiques de l’ordre qadhafien commencent à s’afficher. « Qadhafi, les Libyens en avaient peur et tout le monde obéissait. C’était un homme fort ! Moi Qadhafi, je l’aime ! Les Libyens, je pense qu’ils rêvent d’avoir quatre Qadhafi ! » ou encore « Les Tunisiens ont une armée ou une police, les Égyptiens en ont autant. Nous, on a rien ! Les policiers de Qadhafi, on s’en est débarrassé ! Mais il nous faut un État, il nous faut une police ».

Continuer la lecture de La Libye en 2014 : du long « one man show » de Qadhafi, aux premiers pas de la société plurielle

Francois Burgat

En savoir plus sur François Burgat, CNRS IREMAM - ERC WAFAW

More Posts - Website

De l’urbanisation sans urbanistes à l’urbanisation sans visionnaires

Par Sidi Mohammed el Habib BENKOULA[1] –

Un chemin en pente et en courbe du ksar Ghassoul © BENKOULA H.
Un chemin en pente et en courbe du ksar Ghassoul
© BENKOULA H.

Je crois que mes propos concernant cette question de l’urbanisation sans vision en Algérie à partir des exemples qui reviennent souvent dans la littérature architecturale diffusée, le M’Zab et le Gourna par exemple, n’auront de sens que si je les introduis par quelques détours du côté des approches qu’en donnent certains architectes du « vernaculaire », selon ses deux dimensions : urbaine et architecturale.
Il s’agit pour moi de donner une idée appropriée des savoir-faire locaux des anciens que je différencie de la production universalisée/universalisante et abstraite des architectes modernes. Les anciens ont édifié une œuvre pluriséculaire dont la forme urbaine reflète l’être collectif. Ils ont fabriqué des villes où s’entremêlent et fusionnent, selon notre conception post industrielle, les idées de l’idéal architectural et urbain qui servent de fonds de méditation aux modernes. Ces derniers ont tendance à oublier que l’idéal est généralement de l’ancien.

Continuer la lecture de De l’urbanisation sans urbanistes à l’urbanisation sans visionnaires

Ghazni Capitale de la Culture Islamique de la région asiatique 2013

Massullo_1

En 2013, lorsque Marseille-Provence était célébrée en tant que Capitale Culturelle Européenne, la ville de Ghazni, au-delà de la Méditerranée et des montagnes du Caucase, dans l’Afghanistan centre-oriental, était nommée par l’ISESCO (Islamic Educational and Scientific Organization) Capitale de la Culture Islamique de la région asiatique. La ville, située sur la route qui relie Kaboul à Qandahar, jouit d’un passé illustre et glorieux car, à l’époque médiévale, les Ghaznévides (fin 10e-début 12e siècle) l’avaient élue capitale d’un puissant empire qui s’étendait de l’Iran centre-occidental au sous-continent indien.

Continuer la lecture de Ghazni Capitale de la Culture Islamique de la région asiatique 2013

Martina Massullo

Doctorante en Epigraphie Islamique à l'IREMAM (Aix-Marseille Université) dans la cadre d'une cotutelle internationale avec l'Université des etudes de Naples "L'Orientale" (Italie).

More Posts