Archives de catégorie : Recherches en cours

À la découverte d’archives privées dans une oasis égyptienne

Mission à Kharga, décembre 2012 –

J’ai effectué en décembre 2012 un séjour d’une semaine à la mission archéologique de l’Institut français d’archéologie orientale (Ifao) à Douch, au sud de l’Oasis de Kharga, la plus méridionale des oasis égyptiennes du désert libyque. Ce séjour faisait partie d’une mission plus longue en Égypte, dans le cadre du programme de recherche « Archives privées dans l’Égypte ottomane et contemporaine », inscrit au quinquennal 2012-2016, dont je suis responsable. Kharga est à la source de ce programme. J’avais en effet été contacté il y a plusieurs années par Sylvie Denoix, directrice des études à l’Ifao, pour m’occuper d’un ensemble d’archives privées qui lui avaient été signalées, et dont le détenteur, résidant à Kharga, voulait confier le classement à l’Ifao. Cette proposition rejoignait des préoccupations plus anciennes de ma part sur la conservation et la disparition des papiers privés en Égypte. La mise à jour d’ensembles d’archives d’époque ottomane est en effet tout à fait exceptionnelle dans ce pays, pour des raisons qui méritent d’être élucidées. Puis l’accès à des archives privées inédites, et de préférence anciennes, est un rêve partagé par beaucoup d’historiens ; et c’était l’occasion d’élargir l’enquête, de coordonner les efforts du petit nombre de personnes qui s’y intéressent, et pourquoi pas, de les réunir avec les détenteurs de papiers de famille qui ont accepté de les confier aux mains d’historiens.

Continuer la lecture de À la découverte d’archives privées dans une oasis égyptienne

Nicolas Michel

En savoir plus sur Nicolas Michel sur le site de l'Iremam.

More Posts - Website

Nazar !

Extrait de l’album « Le carnet du dessinateur » 

Regards sur quarante ans de littérature pour la jeunesse dans le monde arabe, à Marseille

« Depuis toujours, je garde des « petits riens » qui peuvent sembler sans importance mais qui me rappellent certains moments de mon existence. Quand je les regarde, les jours anciens se mettent à revivre dans leur moindre détail. Sur cette page (ci-contre), j’ai mis quelques échantillons que j’ai pu conserver » écrit Muhî al-Dîn al-Labbâd en ouverture de son Carnet du dessinateur  [1],  recueil de considérations autobiographiques et de réflexions culturelles et artistiques de l’un des plus grands illustrateurs du monde arabe. Muhî al-Dîn al-Labbâd (1940-2010) était un monsieur de grande taille et d’un volume imposant surnommé « Monsieur Millimètre » par ses pairs tant son travail était réfléchi et précis jusqu’au moindre détail. Doué d’une culture visuelle sans frontière, riche des milliers de « petits riens » glanés une vie durant, il militait néanmoins pour l’émergence d’une image arabe consciente de ses origines. Il travaillait à recenser et égrainer ces origines : les tombeaux peints de la vallée du Nil, certes, mais aussi les tatouages sur la peau, les maisons décorées en Egypte à l’occasion du pèlerinage à la Mecque, les illustrations de la geste hilalienne et les miniatures des Maqâmât d’al-Harîrî, ou encore pêle-mêle, les dessins animés des pays de l’Est, les affichistes soviétiques, Tintin, les caricatures de Siné et toute chose dessinée pouvant nourrir un amoureux de l’image narrative.

Continuer la lecture de Nazar !

La militarisation du Sud de l’Empire : l’exemple du Fezzan libyen pendant la gestion coloniale de l’Italie et de la France de 1935 à 1951

Le Fezzan a joué pendant plusieurs siècles un rôle important en tant que zone intermédiaire entre Tripoli et l’Afrique noire ; la région, traversée par de nombreuses routes commerciales, profita du passage de marchandises et d’esclaves provenant des pays de l’hinterland. D’un point de vue géographique, il s’agit d’un groupe important d’oasis du Sahara central, situé sur le méridien de la Tripolitaine et du lac Tchad reliant le bilad al-Sudan avec la Méditerranée. Une zone d’échanges et de contacts entre trois groupes nomades (les pasteurs arabo-musulmans du nord, la confédération des Touaregs Ajjer de l’ouest tandis qu’au sud, la zone touche une partie du parcours de certaines fractions de populations noires appelées Tebou), des groupes sédentaires habitant dans des villages tels que Mourzouk, Brak et Sebha et des agriculteurs d’oasis vivant dans des hameaux de huttes de palmes. Les organisations sociales et spatiales liées au commerce transsaharien ont disparu avec l’affirmation du dernier Tanzimat ottoman (1835) et la prise de Tripoli par les Italiens (1911) : la région perdit de son importance et s’appauvrit progressivement. Elle fut occupée militairement par l’Italie seulement au début des années 1930 par la colonne Graziani, dans le cadre des opérations de reprise d’autorité et de création du nouveau Quatrième rivage de l’Empire. L’administration coloniale créée par Italo Balbo décida de diviser les territoires méridionaux libyens en quatre sous-commandements, gérés à partir de la fin de 1934 (par le  Décret Royal n° 3 décembre 1934/XIII n° 2012 , « Territorio Militare del Sud ») depuis Hun, dans la Jufrah, par un commandement général ; le Fezzan historique était situé pour les Italiens dans trois de ces avant-postes : Brak, Ghat et Murzuch. Chacun de ces trois sous-commandements comprenait des mudiriyyat  (cinq à Brak, quatre à Ghat et à Murzuch) ; les commandants y exerçaient le pouvoir politique, administratif et militaire, assistés d’adjoints et avec l’aide de certains carabiniers, tandis que le mudir représentait le lien entre la population fezzanaise et l’administration militaire ; il y avait quatre médecins militaires italiens à Brak, Ghat, Sebha et Murzuch. Concernant la scolarisation, on comptait quatre écoles italo-arabes et des kuttab, fermées au début de 1940 ; l’école était dirigée par un enseignant métropolitain et un enseignant  arabe.

Subdivisions provinciales de la Libye à l’époque de l’administration d’Italo Balbo (1934-40)
Source: ASMAE, Affari politici 1934-55, Elenco III cartone 54 fascicolo 20.

  Continuer la lecture de La militarisation du Sud de l’Empire : l’exemple du Fezzan libyen pendant la gestion coloniale de l’Italie et de la France de 1935 à 1951

Tommaso Palmieri

Doctorant de l'IREMAM en cotutelle avec l'Université de Pise (Italie)

More Posts

Les « droits du Prophète » : la sacralité de la personne prophétique dans l’islam d’après le Kitāb al-Shifā du Qāḍī ‘Iyāḍ (m. 544/1149)

Par Ruggero Vimercati Sanseverino chercheur associé à l’ IREMAM et au Centre Jacques Berque (Maroc)

Présentation du projet de recherche post-doc de Ruggero Vimercati Sanseverino

Comme l’a révélé l’affaire de la publication des caricatures du Prophète Muḥammad en 2005 et la véhémence des réactions qu’elle a suscitées, la sacralité du fondateur de l’islam revêt encore aujourd’hui une importance de premier ordre dans la sensibilité musulmane. Ce nonobstant, les fondements doctrinaux et la formation historique de cette conception sont encore peu étudiés. T. Andrae (1918), F. Meier (2005, publication posthume) et A. Schimmel (1981) ont le mérite d’avoir été parmi les premiers à avoir saisi la centralité de l’élément prophétique dans la religiosité islamique. Depuis, certains aspects, particulièrement ceux liés à la vénération du Prophète dans l’islam sunnite, ont fait l’objet d’une recherche académique, notamment sa signification dans le soufisme (M. Chodkiewicz, C. Addas, V. Hoffman), son institutionnalisation sous la forme du mawlid (N. Kapstein, H. Ferhat, M. Holmes Katz) ou encore la problématique qu’elle pose dans la modernité (C. Ernst, D. Brown). Dans ma thèse Fès et sainteté (808-1912) : hagiographie, tradition spirituelle et héritage prophétique (en cours de publication : Centre Jacques Berque/CNRS et Ministère Marocain des Habous), je montre comment l’élément prophétique, envisagée par le soufisme et l’hagiographie comme « héritage » transmis aux saints et retransmis par eux, fonde et perpétue une tradition de spiritualité et réaffirme en même temps la sacralité d’une ville. La science sacrée, le sharaf (ascendance prophétique) et la sainteté représentent autant de modalités par lesquelles cet héritage est transmis et réactualisé dans les diverses situations politiques, sociales et culturelles. L’étude a permis de relever que la figure prophétique constitue un élément qui est généralement ignoré, malgré son importance, dans les études traitant de la conception du sacré dans l’islam (J. Chelhod, L. Gardet, J. Ries).

Continuer la lecture de Les « droits du Prophète » : la sacralité de la personne prophétique dans l’islam d’après le Kitāb al-Shifā du Qāḍī ‘Iyāḍ (m. 544/1149)

Remonter « la route de la soie » entre la Chine et l’Algérie. Notes de terrain à Yiwu

 Yiwu - Exotic street (S. Belguidoum, 2012)
Yiwu – Exotic street (S. Belguidoum, 2012)

Ce séjour terrain effectué du 11 au 18 juillet 2012 à Yiwu (Chine) en compagnie d’Olivier Pliez, géographe et chercheur au LISST, s’inscrit dans le cadre d’une recherche en cours sur les routes, les réseaux et les places marchandes transnationales en Algérie (Espaces Urbains Transnationaux de l’Algérie Contemporaine – EUTAC).

Continuer la lecture de Remonter « la route de la soie » entre la Chine et l’Algérie. Notes de terrain à Yiwu

Entre migration et encerclement, une histoire sociale de Jisr al-Zarqa à l’ombre du conflit israélo-palestinien

Jisr al-Zarqa © Iris Seri-Hersch 2012

Mené dans le cadre d’un post-doctorat à l’IREMAM et au Moshe Dayan Center (Université de Tel-Aviv) soutenu par le Fonds national suisse de la recherche scientifique, ce projet de recherche vise à écrire une histoire sociale de Jisr al-Zarqa, village arabe situé sur la côte israélienne entre Tel-Aviv et Haïfa, juste au nord de la ville juive de Caesarea. Il s’agit, à partir d’un cas d’étude spécifique, de montrer comment des dynamiques locales s’articulent à des processus régionaux et internationaux historiquement situés. Seront ainsi mises en évidence des trajectoires migratoires non encore documentées au sein des espaces impériaux ottomans et britanniques, reliant les vallées du Nil et du Jourdain à la plaine côtière de la Palestine au cours des derniers siècles. Rapporté dernièrement par un journaliste israélien (Rapoport 2010), un récit intrigant et lacunaire concernant le parcours socio-politique des fondateurs de Jisr al-Zarqa sera passé au crible de la critique historique. Un groupe de réfugiés –supposément d’origine servile- « soudanais » ou « africains » serait venu s’établir dans une région marécageuse de la Palestine ottomane. Oeuvrant au drainage des marécages pour le compte de la Palestine Jewish Colonization Association dans les années 1920 et 1930, ces migrants seraient devenus, par une ironie de l’histoire, des « pionniers arabes » du sionisme. Envisageant de tels itinéraires à la fois dans le temps « court » (chute de l’Empire ottoman et conflit arabo-sioniste en Palestine mandataire) et dans une perspective régionale plus longue (histoire des migrations vers la Palestine/Israël aux 19e et 20e siècles), cette recherche compte apporter un regard nouveau, historiquement informé, sur l’arrivée récente de migrants soudanais en Israël, déclenchée notamment par la crise du Darfour (Anteby-Yemini 2009).

Continuer la lecture de Entre migration et encerclement, une histoire sociale de Jisr al-Zarqa à l’ombre du conflit israélo-palestinien

Iris Seri-Hersch

Iris Seri-Hersch est Maître de conférences en histoire contemporaine du monde arabe au Département d'études moyen-orientales, Aix-Marseille Université et chercheuse à l'IREMAM à Aix-en-Provence, France. Ses travaux portent sur l'histoire contemporaine du Soudan et de l'espace israélo-palestinien. Elle s'intéresse aux problématiques coloniales et impériales, aux questions éducatives, aux pratiques historiographiques, aux mémoires sociales et aux processus d'appropriation spatiale sur ces terrains en conflit.

More Posts - Website

Le droit d’appartenir. Liens sociaux et inscriptions locales en Méditerranée

Par Isabelle Grangaud, en collaboration avec Thomas Glesener –

Le champ des possibles, par Artefactica
Le champ des possibles, par Artefactica

Ce projet de recherche s’inscrit dans le prolongement d’un séminaire que Simona Cerutti et moi-même animons depuis plusieurs années à l’EHESS (Paris) et qui, sous divers angles, s’est questionné sur les droits de l’appartenance locale. Cette thématique a par la suite rencontré les préoccupations de l’historien Thomas Glesener, (TELEMME) dont les travaux portent entre autres sur la mobilité des élites dans le monde hispanique (XVIIe-XVIIIe siècle). C’est donc d’un commun accord, et en s’ouvrant à d’autres disciplines – l’anthropologie, la sociologie et la science politique – que nous avons décidé de présenter ce projet sur « le droit d’appartenir » en mars 2012, en réponse à l’appel à proposition du LabexMed piloté par la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme. Il a été accepté avant l’été par le Comité scientifique du Labex et voudrait préfigurer à terme un Groupement de recherche international (GDRI).

Continuer la lecture de Le droit d’appartenir. Liens sociaux et inscriptions locales en Méditerranée