Archives par mot-clé : Algérie

El Eulma (Algérie), anatomie d’une place emblématique du commerce transnational

Par Saïd Belguidoum[1], Saïd Chouadra[2], Nadir Alikhodja[3]

El Eulma est devenue la place emblématique du commerce transnational en Algérie. En une vingtaine d’années, ce qui était un petit marché de gros et demi-gros de la droguerie et de la quincaillerie s’est imposé comme le lieu incontournable de l’approvisionnement en biens domestiques et en petit outillage industriel de toute l’Algérie. Son souk « Dubaï », également appelé Shâra’ par la population locale, est la principale centralité commerciale des biens domestiques de tout le pays, attirant Continuer la lecture de El Eulma (Algérie), anatomie d’une place emblématique du commerce transnational

Fanny Colonna et les sciences humaines et sociales algériennes : une utopie en marche

Hommage à Fanny Colonna (1934-2014)

On sait comment la sociologie, qui fut parmi les disciplines les plus « choyées » par l’Algérie socialiste de Houari Boumediene, a été atrocement éprouvée par la mort, l’exil et la marginalisation depuis 1980. En effet, le terrorisme a ôté plusieurs vrais espoirs aux disciplines des sciences humaines et sociales ; certains sociologues ont eu la gorge tranchée, d’autres furent abattus à bout pourtant et plusieurs autres ont été poussés à l’exil. Presque en même temps, comme par malédiction Continuer la lecture de Fanny Colonna et les sciences humaines et sociales algériennes : une utopie en marche

Kamel Chachoua

En savoir plus sur Kamel Chachoua sur le site de l’Iremam

More Posts - Website

Gauches-islamistes en Algérie : Entretien avec Mourad Dhina, ex-dirigeant du Front Islamique de Salut

En complément de leur participation au colloque « Gauches-Islamistes : pourquoi tant de haine ? Historicité et actualité, défis et réponses à la fracture idéologique des oppositions arabes » (5, 6 et 7 mai 2015 à Aix-en-Provence), les participants – acteurs politiques, membres ou ex-membres de formations islamistes et non islamistes – ont répondu aux questions de François Burgat et d’Abou Bakr Jamaï sur la problématique spécifique de leurs relations avec leurs concurrents dans le contexte de leurs engagements intellectuels et militants respectifs.

Mourad Dhina
Mourad Dhina

Agé de 54 ans, titulaire d’un PhD en physique des particules du MIT, collaborateur de l’Institut fédéral suisse de technologie et de l’organisation européenne pour la recherche nucléaire, Mourad Dhina est directeur exécutif d’Alkarama, une Fondation suisse de défense des droits de l’homme travaillant sur le monde arabe, et membre fondateur (2007) du mouvement algérien d’opposition Rachad. Entré dans l’opposition au lendemain du coup d’État de janvier 1992, Continuer la lecture de Gauches-islamistes en Algérie : Entretien avec Mourad Dhina, ex-dirigeant du Front Islamique de Salut

Francois Burgat

En savoir plus sur François Burgat, CNRS IREMAM – ERC WAFAW

More Posts - Website

Fanny Colonna, une passion algérienne

– Par Kamel Chachoua, Mohand Akli Hadibi, Azzedine Kinzi et Loïc Le Pape –

La disparition soudaine de Fanny Colonna, décédée le lundi 17 novembre 2014 à Paris nous révèle, l’existence d’une tradition et d’une génération de social scientists algérienne que nous avons du mal à connaître et à reconnaître à cause de ses racines, de ses courants et de ses divisions, quelquefois même considérées comme impures. Fanny Colonna est en effet le produit de cette double histoire coloniale et nationale, de la tradition sociologique algérienne qu’elle a su, mieux que beaucoup d’autres, conserver et dépasser. Née dans un village de l’intérieur de l’Algérie en 1934, d’une lignée d’émigrants de la colonisation à la fin du XIXe siècle, du sud de la France, elle a su et pu opérer des choix professionnels et militants qui allaient à l’encontre de sa prime éducation sociale, politique et familiale. Continuer la lecture de Fanny Colonna, une passion algérienne

Kamel Chachoua

En savoir plus sur Kamel Chachoua sur le site de l’Iremam

More Posts - Website

Débat sur l’abandon du Musée d’histoire de la France et de l’Algérie à Montpellier

musee de Montpellier France AlgerieLe 14 mai 2014, le  nouveau maire de Montpellier, Philippe Saurel (socialiste dissident), a annoncé dans une conférence de presse sa décision d’arrêter le projet de musée d’histoire de la France et de l’Algérie à Montpellier, qui devait ouvrir dans un an dans l’Hôtel Montcalm, pour le remplacer par un musée d’art contemporain.

Continuer la lecture de Débat sur l’abandon du Musée d’histoire de la France et de l’Algérie à Montpellier

Le séminaire « la situation coloniale revisitée : enjeux historiques, enjeux contemporains » se déplace à Oran

Deux générationsL’organisation d’une séance du séminaire inter-laboratoires « la situation coloniale revisitée » sous forme de journées d’études au Centre national de recherche en anthropologie sociale et culturelle, CRASC, les 20 et 21 janvier 2013 permettait, tout en déplaçant le séminaire à Oran, de décentrer la réflexion et d’ouvrir de nouvelles perspectives sur l’analyse des situations coloniales. Construire des perspectives communes de recherche et éventuellement parvenir à élaborer un programme commun sur l’enseignement de la colonisation était l’objectif principal de cette initiative.[1]
Continuer la lecture de Le séminaire « la situation coloniale revisitée : enjeux historiques, enjeux contemporains » se déplace à Oran

De l’urbanisation sans urbanistes à l’urbanisation sans visionnaires

Par Sidi Mohammed el Habib BENKOULA[1] –

Un chemin en pente et en courbe du ksar Ghassoul © BENKOULA H.
Un chemin en pente et en courbe du ksar Ghassoul
© BENKOULA H.

Je crois que mes propos concernant cette question de l’urbanisation sans vision en Algérie à partir des exemples qui reviennent souvent dans la littérature architecturale diffusée, le M’Zab et le Gourna par exemple, n’auront de sens que si je les introduis par quelques détours du côté des approches qu’en donnent certains architectes du « vernaculaire », selon ses deux dimensions : urbaine et architecturale.
Il s’agit pour moi de donner une idée appropriée des savoir-faire locaux des anciens que je différencie de la production universalisée/universalisante et abstraite des architectes modernes. Les anciens ont édifié une œuvre pluriséculaire dont la forme urbaine reflète l’être collectif. Ils ont fabriqué des villes où s’entremêlent et fusionnent, selon notre conception post industrielle, les idées de l’idéal architectural et urbain qui servent de fonds de méditation aux modernes. Ces derniers ont tendance à oublier que l’idéal est généralement de l’ancien.

Continuer la lecture de De l’urbanisation sans urbanistes à l’urbanisation sans visionnaires