Archives par mot-clé : art

Hassani Célia

Doctorante allocataire de recherche depuis le 01.10.2016

Contact : hassanicelia@gmail.com ; celia.hassani1@etu.univ-amu.fr

 

Directrice de thèse : Catherine Miller, Aix-Marseille Université/IREMAM

Co-directeur de thèse : Gilles Suzanne, Aix-Marseille Université/LESA

Sujet de thèse

Scènes artistiques libanaises et demande de politiques culturelles : quels enjeux sociétaux ?

Résumé

L’observation de l’émergence de politiques culturelles dans les pays du pourtour sud de la méditerranée rend compte des phénomènes de recompositions sociétales en cours et pose la question du rapport à l’art et de sa place dans les sociétés concernées.

Cette demande actuelle en matière de politiques publiques culturelles est un phénomène observable actuellement au Liban, mais aussi dans une grande partie des pays arabes. Plusieurs initiatives comparables ont vu le jour depuis une quinzaine d’années dans différentes sociétés arabes et, pour certaines, se sont renforcées dans le contexte des «printemps arabes».

Le cas de Beyrouth, en tant que scène artistique d’importance, est tout à fait révélateur de ce point de vue. Les questions de recherche que pose ce projet de thèse se nouent autour de cette corrélation entre déploiement de scènes culturelles et artistiques et consolidation des sociétés civiles. Il s’agira donc de montrer en quoi, à partir de différentes scènes sociales, celle des artistes, mais aussi celle des opérateurs culturels, des acteurs de la réception critique, voire même des publics, la nécessité d’une politique culturelle devient un objet de débat public en fonction duquel les acteurs justifient de ce qu’ils sont, pensent et sentent, mais aussi de ce qu’ils font.

Ce travail de thèse a trait à l’exploration et à l’interprétation de ce rapport de réciprocité entre mutation des formes artistiques et dynamiques sociales, en termes de production de pratiques artistiques et sociales, et de représentations individuelles et collectives, mais aussi d’élaboration de superstructures institutionnelles et politiques.

Affiliations scientifiques

Aix-Marseille Université/IREMAM

Aix-Marseille Université/LESA

Travaux universitaires

Subjectivités et altérités sur la scène culturelle de Beyrouth : cas des artistes palestiniens des camps de réfugiés, mémoire de Master 2, (sous la direction de Michel Agier), EHESS, Paris, 2012

Artistes palestiniens des camps de réfugiés de Beyrouth : situation d’interculturalité, mémoire de Master 2, (sous la direction d’Emmanuelle Savignac), Sorbonne Nouvelle, Paris 3, 2010

Langues

Français (langue maternelle)

Anglais (avancé)

Dialecte libanais (intermédiaire)

Formation

Master 2 (Recherche) Anthropologie Sociale et Ethnologie, École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris, (2011-2012)

Master 2 (Professionnel) Ingénierie des échanges interculturels, Université Sorbonne Nouvelle, Paris 3, (2009-2010)

Licence (Professionnelle) Médiation culturelle de l’art : Conception et mise en œuvre de projets culturels : filière musique, Aix-Marseille Université (2007-2008)

CORREA Elka

Doctorante de 2006 à 2014

.

Contact: kikito71@gmail.com

Directrice de thèse: Ghislaine Alleaume, IREMAM

Sujet de thèse

Nationalisme et modernisme à travers  l’œuvre de Mahmûd Mukhtâr (1891-1934)

.Ma recherche porte sur la vie et l’œuvre du sculpteur Mahmûd Mukhtâr.   Dans l’historiographie de l’art égyptien, l’on a d’abord considéré l’art figuratif arabe comme en « décalage chronologique ». Si cette idée s’étendit aussi fortement, c’est parce qu’au début du XXe siècle, la modernité trouve l’une de ses expressions les plus importantes dans l’art des « avant-gardes » européennes.  Mais, en réalité, au lendemain de la Grande Guerre, il émerge un mouvement de réaction favorable au retour à l’ordre classique. On qualifia dès lors de « modernistes », les œuvres d’art qui se trouvaient à mi-chemin entre ces deux tendances : le retour à l’ordre et les « avant-gardes ». C’est précisément dans ce contexte que se situe l’œuvre de Mukhtâr. De ce fait, l’objectif principal de cette thèse sera de replacer la production artistique de Mukhtâr dans les débats de son temps et de la comparer avec celle de ses collèges européens, pour remettre en question l’idée selon laquelle, l’art égyptien de l’entre-deux-guerres aurait eu un certain « retard » sur l’art européen.

Continuer la lecture de CORREA Elka