Archives par mot-clé : histoire

Débat sur l’abandon du Musée d’histoire de la France et de l’Algérie à Montpellier

musee de Montpellier France AlgerieLe 14 mai 2014, le  nouveau maire de Montpellier, Philippe Saurel (socialiste dissident), a annoncé dans une conférence de presse sa décision d’arrêter le projet de musée d’histoire de la France et de l’Algérie à Montpellier, qui devait ouvrir dans un an dans l’Hôtel Montcalm, pour le remplacer par un musée d’art contemporain.

Continuer la lecture de Débat sur l’abandon du Musée d’histoire de la France et de l’Algérie à Montpellier

Le séminaire « la situation coloniale revisitée : enjeux historiques, enjeux contemporains » se déplace à Oran

Deux générationsL’organisation d’une séance du séminaire inter-laboratoires « la situation coloniale revisitée » sous forme de journées d’études au Centre national de recherche en anthropologie sociale et culturelle, CRASC, les 20 et 21 janvier 2013 permettait, tout en déplaçant le séminaire à Oran, de décentrer la réflexion et d’ouvrir de nouvelles perspectives sur l’analyse des situations coloniales. Construire des perspectives communes de recherche et éventuellement parvenir à élaborer un programme commun sur l’enseignement de la colonisation était l’objectif principal de cette initiative.[1]
Continuer la lecture de Le séminaire « la situation coloniale revisitée : enjeux historiques, enjeux contemporains » se déplace à Oran

Les relations franco-israéliennes pendant la guerre du Liban (1975-1990) au regard de la politique arabe française initiée à partir de 1962

Présentation de l’avancement des travaux de Roland Lombardi, doctorant IREMAM

.

Ruines romaines de Byblos, le Liban à la croisée des civilisations. © Roland Lombardi 2012
Ruines romaines de Byblos, le Liban à la croisée des civilisations.  ©Roland Lombardi 2012

.Au-delà de mon intérêt personnel pour les questions touchant le Moyen-Orient, l’histoire des relations franco-israéliennes ainsi que la « politique arabe » de la France, ce sujet de thèse est né de plusieurs observations.

Continuer la lecture de Les relations franco-israéliennes pendant la guerre du Liban (1975-1990) au regard de la politique arabe française initiée à partir de 1962

Le(s) cosmopolitisme(s) dans l’Égypte moderne et contemporaine : pour une approche historienne d’un objet polémique

Logo-MMSH-Picto-COULEUR_300dpi_RVBAppel à communications

Journée d’études, Aix-en-Provence, 27 septembre 2013

Cette journée d’études fait suite à une première réflexion, entamée à Alexandrie en 2010, sur la portée heuristique du concept de «cosmopolitisme» en histoire sociale et culturelle de l’Egypte moderne et contemporaine. Il s’agira de prolonger l’analyse des usages, des discours qui permettent de le penser, au-delà mais aussi en lien avec les cas d’études alexandrins, en élargissant le champ de la recherche aux autres villes égyptiennes.

Date limite pour le dépôt des propositions : 28 avril 2013.

Consulter l’argumentaire et les modalités de soumission sur le site de l’IREMAM: http://iremam.cnrs.fr/spip.php?article1911

Programme de la journée d’études

Angelos Dalachanis

Chercheur post-doctorant LabexMed / IREMAM

More Posts

À la découverte d’archives privées dans une oasis égyptienne

Mission à Kharga, décembre 2012 –

J’ai effectué en décembre 2012 un séjour d’une semaine à la mission archéologique de l’Institut français d’archéologie orientale (Ifao) à Douch, au sud de l’Oasis de Kharga, la plus méridionale des oasis égyptiennes du désert libyque. Ce séjour faisait partie d’une mission plus longue en Égypte, dans le cadre du programme de recherche « Archives privées dans l’Égypte ottomane et contemporaine », inscrit au quinquennal 2012-2016, dont je suis responsable. Kharga est à la source de ce programme. J’avais en effet été contacté il y a plusieurs années par Sylvie Denoix, directrice des études à l’Ifao, pour m’occuper d’un ensemble d’archives privées qui lui avaient été signalées, et dont le détenteur, résidant à Kharga, voulait confier le classement à l’Ifao. Cette proposition rejoignait des préoccupations plus anciennes de ma part sur la conservation et la disparition des papiers privés en Égypte. La mise à jour d’ensembles d’archives d’époque ottomane est en effet tout à fait exceptionnelle dans ce pays, pour des raisons qui méritent d’être élucidées. Puis l’accès à des archives privées inédites, et de préférence anciennes, est un rêve partagé par beaucoup d’historiens ; et c’était l’occasion d’élargir l’enquête, de coordonner les efforts du petit nombre de personnes qui s’y intéressent, et pourquoi pas, de les réunir avec les détenteurs de papiers de famille qui ont accepté de les confier aux mains d’historiens.

Continuer la lecture de À la découverte d’archives privées dans une oasis égyptienne

Nicolas Michel

En savoir plus sur Nicolas Michel sur le site de l'Iremam.

More Posts - Website

Rethinking the Long 19th Century in the Ottoman Empire

Call for Papers

Graduate Workshop in Ottoman Studies at the University of Oxford, May 11, 2013

The Ottoman Studies Group at Oxford (OSGO), in cooperation with Ertegun House and the Middle East Center (MEC) at St. Antony’s College, is organizing a one-day graduate workshop in Ottoman Studies at the University of Oxford on May 11th, 2013. This one-day workshop aims to provide a forum for graduate students who focus on the Ottoman Empire from the late 18th to the early 20th century to present their research, exchange ideas and develop scholarly networks. Keynote speaker Professor Benjamin Fortna will open the workings of this workshop.

Continuer la lecture de Rethinking the Long 19th Century in the Ottoman Empire

Iris Seri-Hersch

Iris Seri-Hersch est Maître de conférences en histoire contemporaine du monde arabe au Département d'études moyen-orientales, Aix-Marseille Université et chercheuse à l'IREMAM à Aix-en-Provence, France. Ses travaux portent sur l'histoire contemporaine du Soudan et de l'espace israélo-palestinien. Elle s'intéresse aux problématiques coloniales et impériales, aux questions éducatives, aux pratiques historiographiques, aux mémoires sociales et aux processus d'appropriation spatiale sur ces terrains en conflit.

More Posts - Website

La militarisation du Sud de l’Empire : l’exemple du Fezzan libyen pendant la gestion coloniale de l’Italie et de la France de 1935 à 1951

Le Fezzan a joué pendant plusieurs siècles un rôle important en tant que zone intermédiaire entre Tripoli et l’Afrique noire ; la région, traversée par de nombreuses routes commerciales, profita du passage de marchandises et d’esclaves provenant des pays de l’hinterland. D’un point de vue géographique, il s’agit d’un groupe important d’oasis du Sahara central, situé sur le méridien de la Tripolitaine et du lac Tchad reliant le bilad al-Sudan avec la Méditerranée. Une zone d’échanges et de contacts entre trois groupes nomades (les pasteurs arabo-musulmans du nord, la confédération des Touaregs Ajjer de l’ouest tandis qu’au sud, la zone touche une partie du parcours de certaines fractions de populations noires appelées Tebou), des groupes sédentaires habitant dans des villages tels que Mourzouk, Brak et Sebha et des agriculteurs d’oasis vivant dans des hameaux de huttes de palmes. Les organisations sociales et spatiales liées au commerce transsaharien ont disparu avec l’affirmation du dernier Tanzimat ottoman (1835) et la prise de Tripoli par les Italiens (1911) : la région perdit de son importance et s’appauvrit progressivement. Elle fut occupée militairement par l’Italie seulement au début des années 1930 par la colonne Graziani, dans le cadre des opérations de reprise d’autorité et de création du nouveau Quatrième rivage de l’Empire. L’administration coloniale créée par Italo Balbo décida de diviser les territoires méridionaux libyens en quatre sous-commandements, gérés à partir de la fin de 1934 (par le  Décret Royal n° 3 décembre 1934/XIII n° 2012 , « Territorio Militare del Sud ») depuis Hun, dans la Jufrah, par un commandement général ; le Fezzan historique était situé pour les Italiens dans trois de ces avant-postes : Brak, Ghat et Murzuch. Chacun de ces trois sous-commandements comprenait des mudiriyyat  (cinq à Brak, quatre à Ghat et à Murzuch) ; les commandants y exerçaient le pouvoir politique, administratif et militaire, assistés d’adjoints et avec l’aide de certains carabiniers, tandis que le mudir représentait le lien entre la population fezzanaise et l’administration militaire ; il y avait quatre médecins militaires italiens à Brak, Ghat, Sebha et Murzuch. Concernant la scolarisation, on comptait quatre écoles italo-arabes et des kuttab, fermées au début de 1940 ; l’école était dirigée par un enseignant métropolitain et un enseignant  arabe.

Subdivisions provinciales de la Libye à l’époque de l’administration d’Italo Balbo (1934-40)
Source: ASMAE, Affari politici 1934-55, Elenco III cartone 54 fascicolo 20.

  Continuer la lecture de La militarisation du Sud de l’Empire : l’exemple du Fezzan libyen pendant la gestion coloniale de l’Italie et de la France de 1935 à 1951

Tommaso Palmieri

Doctorant de l'IREMAM en cotutelle avec l'Université de Pise (Italie)

More Posts