Archives par mot-clé : Libye

De Ghannouchi à Baghdadi.‎ Le printemps an IV, entre contre-révolution et confessionnalisation

– par François BURGAT, CNRS IREMAM ERC WAFAW

En avril 2015, quatre années après le début du « printemps arabe », le paysage régional incite ses analystes à une modestie… raisonnée. Aucune des grandes transformations à l’œuvre aujourd’hui n’était totalement absente du spectre des premières prévisions : ni la puissante dynamique contre révolutionnaire d’abord, ni les louvoiements stratégiques et éthiques des Occidentaux, dans le choix de leurs partenaires, égyptiens ou syriens notamment[1]. Ces quatre années ont vu s’affirmer spectaculairement la capacité de « l’Islam politique » à franchir à nouveau avec succès, le seuil, tunisien cette fois, de la démocratie et, à l’opposé, se dresser la puissante lame de fond jihadiste. Contrairement à une représentation largement répandue, les débordements de violence extrémiste ne peuvent aucunement être expliqués par la seule poussée de ce radicalisme religieux. Toutes les formes de torture [2], des assassinats de masse sur une base sectaire aux viols systématiques, la famine programmée, ou l’usage d’armes de destruction massive contre des civils, ont bel et bien été le fait d’un État, et exercées au nom de « la légalité » aussi bien que de la défense, « des minorités » ou même « de la laïcité ». Continuer la lecture de De Ghannouchi à Baghdadi.‎ Le printemps an IV, entre contre-révolution et confessionnalisation

Francois Burgat

En savoir plus sur François Burgat, CNRS IREMAM - ERC WAFAW

More Posts - Website

La Libye en 2014 : du long « one man show » de Qadhafi, aux premiers pas de la société plurielle

ERC WAFAW – CNRS, IREMAM

"Éducation, justice, hygiène, équipement : les rêves  "ambitieux"  de la révolution libyenne" © F. Burgat, 2014
« Éducation, justice, hygiène, équipement : les rêves « ambitieux » de la révolution libyenne » © F. Burgat, 2014

« Le pouvoir au peuple », « Le peuple en armes » … « Des comités populaires partout »… Il est difficile de ne pas adopter la boutade qui circule à Tripoli trois ans après le soulèvement du 17 février 2011. L’utopique démocratie directe prônée par Qadhafi dans son petit Livre Vert serait-elle devenue réalité ? Si tel est le cas, cela n’a rien à voir avec les efforts de celui que sur la rive nord de la Méditerranée on avait un temps nommé « le bouillant colonel ». Mais tout, au contraire, avec son élimination physique sanglante sous les coups des milices révolutionnaires. C’est la levée du verrou que constituait en fait l’absolutisme du « Guide de la révolution » qui semble avoir fait entrer dans les faits la logorrhée démocratique derrière laquelle, pendant 42 ans, il avait masqué son pouvoir très personnel. Partout en Libye, les revendications politiques, si longtemps impossibles, se sont spectaculairement multipliées. Les nouvelles autorités, dûment élues, peinent à satisfaire le flot de demandes multiformes, au point qu’ici et là, les postures de défiance des nostalgiques de l’ordre qadhafien commencent à s’afficher. « Qadhafi, les Libyens en avaient peur et tout le monde obéissait. C’était un homme fort ! Moi Qadhafi, je l’aime ! Les Libyens, je pense qu’ils rêvent d’avoir quatre Qadhafi ! » ou encore « Les Tunisiens ont une armée ou une police, les Égyptiens en ont autant. Nous, on a rien ! Les policiers de Qadhafi, on s’en est débarrassé ! Mais il nous faut un État, il nous faut une police ».

Continuer la lecture de La Libye en 2014 : du long « one man show » de Qadhafi, aux premiers pas de la société plurielle

Francois Burgat

En savoir plus sur François Burgat, CNRS IREMAM - ERC WAFAW

More Posts - Website

La militarisation du Sud de l’Empire : l’exemple du Fezzan libyen pendant la gestion coloniale de l’Italie et de la France de 1935 à 1951

Le Fezzan a joué pendant plusieurs siècles un rôle important en tant que zone intermédiaire entre Tripoli et l’Afrique noire ; la région, traversée par de nombreuses routes commerciales, profita du passage de marchandises et d’esclaves provenant des pays de l’hinterland. D’un point de vue géographique, il s’agit d’un groupe important d’oasis du Sahara central, situé sur le méridien de la Tripolitaine et du lac Tchad reliant le bilad al-Sudan avec la Méditerranée. Une zone d’échanges et de contacts entre trois groupes nomades (les pasteurs arabo-musulmans du nord, la confédération des Touaregs Ajjer de l’ouest tandis qu’au sud, la zone touche une partie du parcours de certaines fractions de populations noires appelées Tebou), des groupes sédentaires habitant dans des villages tels que Mourzouk, Brak et Sebha et des agriculteurs d’oasis vivant dans des hameaux de huttes de palmes. Les organisations sociales et spatiales liées au commerce transsaharien ont disparu avec l’affirmation du dernier Tanzimat ottoman (1835) et la prise de Tripoli par les Italiens (1911) : la région perdit de son importance et s’appauvrit progressivement. Elle fut occupée militairement par l’Italie seulement au début des années 1930 par la colonne Graziani, dans le cadre des opérations de reprise d’autorité et de création du nouveau Quatrième rivage de l’Empire. L’administration coloniale créée par Italo Balbo décida de diviser les territoires méridionaux libyens en quatre sous-commandements, gérés à partir de la fin de 1934 (par le  Décret Royal n° 3 décembre 1934/XIII n° 2012 , « Territorio Militare del Sud ») depuis Hun, dans la Jufrah, par un commandement général ; le Fezzan historique était situé pour les Italiens dans trois de ces avant-postes : Brak, Ghat et Murzuch. Chacun de ces trois sous-commandements comprenait des mudiriyyat  (cinq à Brak, quatre à Ghat et à Murzuch) ; les commandants y exerçaient le pouvoir politique, administratif et militaire, assistés d’adjoints et avec l’aide de certains carabiniers, tandis que le mudir représentait le lien entre la population fezzanaise et l’administration militaire ; il y avait quatre médecins militaires italiens à Brak, Ghat, Sebha et Murzuch. Concernant la scolarisation, on comptait quatre écoles italo-arabes et des kuttab, fermées au début de 1940 ; l’école était dirigée par un enseignant métropolitain et un enseignant  arabe.

Subdivisions provinciales de la Libye à l’époque de l’administration d’Italo Balbo (1934-40)
Source: ASMAE, Affari politici 1934-55, Elenco III cartone 54 fascicolo 20.

  Continuer la lecture de La militarisation du Sud de l’Empire : l’exemple du Fezzan libyen pendant la gestion coloniale de l’Italie et de la France de 1935 à 1951

Tommaso Palmieri

Doctorant de l'IREMAM en cotutelle avec l'Université de Pise (Italie)

More Posts

PALMIERI Tommaso

Doctorant de 2010 à 2015

Cotutelle avec l’Université de Pise (Italie)

Boursier Eiffel/ Campus France 2012/2013

.

Contact: t.palmieri@libero.it

Web Page: http://univ-amu.academia.edu/TommasoPalmieri

Directrice de thèse: Fabienne Le Houérou, IREMAM

Codirecteur de thèse: Maurizio Vernassa, Université de Pise

 

Titre définitif de la thèse

Etude comparative de l’administration militaire de l’Italie et de la France au Fezzan libyen. Un cas de modèle colonial en continuité (1930-1951)

Continuer la lecture de PALMIERI Tommaso

Tommaso Palmieri

Doctorant de l'IREMAM en cotutelle avec l'Université de Pise (Italie)

More Posts