HASSAN Shaaban El-Sayed Abd Ellatif

Doctorant depuis 2009

.

Contact: chaabanelsayed@yahoo.fr

Directeur de thèse: Richard Jacquemond, IREMAM

.

Sujet de thèse

Esthétique du récit carcéral: étude comparée sur le récit de prison en France et dans le monde arabe (Égypte et Maroc)

.

Résumé

Univers tout à la fois mystérieux par les drames qu’il recouvre et proche par les crimes et délits qu’on y expie, la prison n’a cessé d’être présente dans la littérature, au point d’y voir naître des scènes et des personnages de légende. La prison demeure un recueil de scènes mythologiques en conformité avec l’imaginaire diffus qu’elle a laissé dans la conscience collective. Le roman de prison relève, plus particulièrement, d’une écriture qui cherche à embrasser et à comprendre un univers qui se dérobe. Il cherche à pénétrer cette logique absurde qui conduit de la révolte à l’enfermement, et de l’enfermement à la révolte. Ce genre de roman multiplie les exemples, les approches. Il évoque des fragments des existences marginales des détenus, de tristes histoires soit de l’auteur lui-même, soit des détenus qu’il évoque. Peu à peu des voix sortent du groupe, des lignes de fuite et d’espoir se dessinent. Des mots fédèrent des rêves de liberté. Le roman de prison produit une véritable forme littéraire essentielle, puisqu’il installe le mot avec toute sa force et son risque d’impuissance au cœur des vies, des vies mal barrées, raturées de plein fouet Nous avons donc deux contextes de détention et d’emprisonnement différents et par conséquent deux et même trois projets d’écriture distincts sur l’univers carcéral. De toute façon, les textes choisis font entendre la voix des  »longues peines » ou des écrivains de l’ombre dont la détention a parfois défrayé la chronique. Ces textes décrivent leurs efforts pour s’accrocher à la vie, leur cheminement intérieur, le regard qu’ils portent sur leurs années de prison. Les écrivains de ce genre de roman ont donc beau écrire à partir des contextes différents, ils ne pratiquent pas des repérages de cinéaste. Ils se confrontent à des situations, qui pour être librement consenties n’en demeurent pas moins des expériences existentielles. Ils y risquent leur langage et leur mémoire. Ce roman s’approche quelquefois des reportages, des témoignages honnêtes et authentiques, du journalisme romancé, au pire du  racolage misérabiliste. Le roman de prison raconte donc l’aventure de ce double échange entre la littérature et le réel. Malgré toutes ces variations contextuelles des deux milieux carcéraux en question, de nombreux invariants seront développés au cours de la recherche. Ces lieux communs surgissent de la spécificité de la littérature carcérale en tant qu’une écriture d’expérience et des récits de vie. Ces topoï seront particulièrement illustrés au dernier chapitre qui aborde les lieux communs thématiques et stylistiques des différents récits carcéraux arabes et français.  Dans les textes du corpus choisi, c’est à travers l’élaboration de l’écriture, dans la capacité de la langue à se faire réalité qu’ils amènent à notre surface présente toute l’obscurité  souterraine du monde. Ils peuvent être une fiction, une parenthèse, un équilibre précaire. Ils déploient des trésors d’imagination pour dépeindre un univers carcéral divers mais spécifique Ces récits tracent ainsi le parcours narratif valorisant la représentation de cet univers clos, coupé du monde comme  l’arène du cirque, montrer comment une telle expérience attestée a été vécue avant d’être surmontée. C’est pourquoi cette littérature qui se propose d’ériger l’événement historique procédant du témoignage à portée correctrice vient, d’une part, comme pour restituer à l’homme son humanité et d’autre part, se constitue en tant qu’outil de dénonciation de ce genre de pratiques inhumaines et de lutte contre toutes les formes par lesquelles elles se traduisent. Les témoignages racontent donc une tranche de vie concernant une personne ou un groupe de personnes dans des situations différentes. Procédant par narration, ces récits carcéraux, en tant que forme d’expression qui puise à ces deux genres régis par le pacte testimonial, s’inscrivent dans le cadre d’une interaction avec le récepteur. Ce qui montre que la littérature carcérale est la preuve incontestable qu’il existe chez l’homme un réflexe presque instantané de conservation qui s’oppose à la machine carcérale punitive aveuglée par la déshumanisation et l’humiliation des individus. L’ensemble de ces écrits ont leur spécificité en tant que récits d’expérience: ils valent d’abord aussi bien comme actes de  »fondre » les souvenirs et traverser les tourments que comme textes. Des écrits personnels d’anciens prisonniers. Ils y racontent le vécu personnel et collectif, des événements d’ordre politique et social, la peur et le traumatisme, non pour  »ressasser » mais pour métamorphoser leur vie brisée en écriture, en œuvre d’art. Car écrire, chez les anciens détenus du monde arabe, est un exercice de liberté d’être et d’agir; une liberté pour laquelle ils ont combattu au prix de plusieurs années de jeunesse passées derrière les murs.

.

Domaines de recherche

Littérature française et comparée

.

Langues

Français – Anglais – Arabe