What’s love got to do with Open Access? Un débat sur l’accès libre aux revues de sciences sociales

Open Access

Par Sabine Partouche et François Siino – En février dernier, plusieurs messages se sont croisés dans les boîtes mail autour des questions de l’Open Access (accès ouvert), reflétant visiblement des positions contradictoires face à une recommandation européenne. Celle-ci datait de juillet 2012 et allait dans le sens d’un accès ouvert aux résultats de la recherche scientifique financée sur fonds publics. Le premier appel, émanait du portail Cairn, inquiet des conséquences d’une mise à disposition gratuite trop rapide, et plaidait pour un régime spécial pour les revues de sciences humaines et sociales leur permettant de différer aussi longtemps que nécessaire cette ouverture. Au moment de sa diffusion, cette motion avait recueilli les signatures de 85 revues de SHS. Quelques jours plus tard, une tribune intitulée « Qui a peur de l’open access ? » était publiée dans Le Monde tandis qu’un deuxième appel lancé par Open Edition invitait les revues à ne pas signer la première motion, arguant qu’il s’agissait là d’ « un calcul à trop court terme face aux potentiels gains scientifiques, pédagogiques et, in fine, à la démocratisation de l’accès au savoir ». Le site « I love Open Access » recueillait à son tour des signatures[1]

Pour le peuple hétéroclite des praticiens quotidiens de l’édition électronique en SHS – responsables de revues, membres de comité de rédaction, secrétaires de rédaction… – il y avait dans ces discours opposés matière à perplexité. A fortiori, on l’imagine, pour l’ensemble des chercheurs et enseignants-chercheurs qui  sont pourtant à la fois les principaux consommateurs de revues scientifiques et leur principale source d’approvisionnement… si tant est que leurs activités leur aient laissé le temps de s’intéresser à la controverse !

Le débat n’est pourtant pas nouveau. Depuis que les technologies du numérique permettent une publication rapide et une large diffusion des résultats de la recherche, les revues tentent de concilier le souci de diffuser un savoir de qualité vers le public le plus large et celui de survivre (c’est-à-dire de sortir d’équilibres financiers toujours plus précaires), sans vraiment savoir si les deux termes sont complémentaires ou contradictoires. Et il n’est pas beaucoup plus facile d’y apporter une réponse simple aujourd’hui qu’hier. Car les prises de position mêlent des questions de principe (la recherche financée par l’argent public devrait être librement accessible à tous), d’efficacité des modèles économiques (quels modèles pour financer le travail d’édition qui a un coût ?), de concurrence ou complémentarité entre les divers supports (papier et supports numériques)… Se mêlent aussi les points de vue d’éditeurs papier et/ou électronique, de chercheurs (auteurs et responsables de publications), de bibliothécaires et documentalistes, de praticiens des technologies numériques, avec évidemment des combinaisons de ces différentes casquettes dont on ne mesure pas toujours les poids respectifs.

L’invitation lancée par Open Edition à une réunion rassemblant plusieurs des acteurs concernés par l’une et l’autre des deux motions tombait donc à pic ! C’était le 26 février dernier, à l’Institut de géographie à Paris…

Paris 26/03/2013À 17h30, tout le monde est là. Suspendue, dans ce bel amphithéâtre de l’Institut de géographie, l’audience se fige, le débat sur l’Open Access  peut commencer[2].

Qu’est-ce que l’Open access ?

« L’Open access est un accès en ligne sans entrave et sans délai ». Marin Dacos, directeur du Cleo, ouvre ainsi le débat en s’appuyant sur la définition donnée par le Massachusetts Institute of Technology (MIT). C’est donc un pas dans cette direction qu’a fait la Commission européenne en publiant en juillet 2012 une recommandation sur les questions de l’accès ouvert dont le but est de « publier en accès ouvert immédiat (ou, à défaut, dans un délai de 6 à 12 mois) l’ensemble des résultats des recherches financées par des fonds européens et, à terme, par des fonds publics ». L’objectif est double : « améliorer l’efficacité et l’impact du système d’enseignement et de recherche européen en facilitant la circulation des idées et positionner l’Europe dans un environnement de plus en plus compétitif[3] ». De plus, avec le Web, la diffusion des savoirs est bouleversée en profondeur : « Les péages avals placés au moment de la lecture sont moins efficaces d’un point de vue culturel et sociétal, mais aussi d’un point de vue heuristique ».

« Pour l’Open Access » ? …

Les SHS représentent une forte demande sociale. Pour Marin Dacos, comme les SHS « interprètent nos sociétés, nos cultures, notre passé et conditionnent notre rapport au présent, l’appétit citoyen pour le savoir partagé représente, à titre d’exemple, 28,5 millions de visites pour les plateformes d’OpenEdition pour l’année 2012 ». Alors, quels usages sont faits des contenus protégés par rapport aux contenus ouverts ? Un exemple tiré d’une revue de la plateforme : en 2009, 540 téléchargements, en 2010, 9624 téléchargements, en 2011, après un passage en accès ouvert, 4323 téléchargements… Le passage en texte intégral de l’article n’a pas diminué le nombre de téléchargements de l’article, malgré son temps de vie en ligne de 3 ans ; L’intérêt porté au texte a pu bénéficier de cette nouvelle acccessibilité sur un temps plus long.
Rendre possible des rencontres improbables à travers le lecteur inattendu est également une conséquence directe de l’Open Access.
Les freins sont liés à l’inquiétude, l’ignorance des tâches de l’édition, et Marin Dacos de rappeler que « l’édition n’est pas de la communication directe ». Le cloisonnement des corporations ainsi que des communautés rend la situation plus complexe encore. Une ultime confusion reste à éclaircir : la mise en ligne représente un coût qui ne peut venir financièrement en aide aux versions papiers[4]… Plusieurs modèles (pouvant se combiner) entrent en jeu : le modèle auteur/payeur, le modèle de mécénat, celui de souscription (pour un livre) et le modèle freemium. Plusieurs voies également : verte, dorée, et platine[5].

…ou « Pas pour tout de suite l’Open Access » ?

Suite à la journée, qui s’est déroulée le 11 février 2013 à Paris, « Les revues de sciences humaines et sociales survivront-elles aux mesures préconisées par la Commission européenne en matière d’Open Access ? », 120 revues ont donc signé l’appel de Cairn demandant une dérogation au régime général induit par la recommandation de la Commission européenne. Cette motion s’appuie sur une double exception, linguistique et disciplinaire.

Marc Minon rappelle que 85 000 articles sont en libre accès sur la plateforme Cairn qu’il dirige ce qui représente 70% d’articles. Il défend cependant l’idée de ne pas rendre obligatoire et d’imposer le passage en libre accès et ce pour plusieurs raisons : L’objet revue est un objet daté qui représente un coût, un travail éditorial conséquent auxquels s’ajoutent d’autres coûts (traduction, mise en page, promotion) supportés par les maisons d’édition ; alors, comment financer ces coûts ? Il craint la disparition des revues avec l’obligation du passage en libre accès. La consultation des articles de moins de 12 mois représente seulement 18% sur Cairn. Selon lui, il est impossible de généraliser le modèle d’accès ouvert : « N’interdisons pas un modèle mixte qui fonctionne au profit de nouveaux modèles ». Préciser le périmètre de l’application, communiquer, clarifier les objectifs, encourager la transparence, expérimenter… seraient recommandables.

Mais au bout du compte ?

S’ensuivent les témoignages des rédactions de la revue Tracés puis de la revue Cybergeo (revue électronique européenne de géographie conçue pour permettre une communication plus rapide de la recherche et pour promouvoir une discussion plus directe entre auteurs et lecteurs) pour lesquelles « modifier les pratiques de l’accès au savoir et de la communication au savoir » sont les clés de leur politique éditoriale.

Pour Patrick Boucheron, Association des éditeurs de la recherche et de l’enseignement supérieur (AEDRES), il serait utile de désidéologiser le débat, de mutualiser les moyens et de réclamer des moyens, sans oublier d’« être raisonnablement pessimiste » afin de trouver une alternative entre financement public intégral et aspect commercial.

Le consortium Couperin souligne l’aspect citoyen du libres accès financé sur fonds publics et la mission de garantir une bibliodiversité. Comment ? Par l’explication des concepts, par la reconnaissance et l’accompagnement des auteurs et des lecteurs. Les bibliothèques se doivent d’encourager la publication en ligne et de convaincre de ses effets positifs. Plus encore, médiatrices scientifiques, elles sont le support et le soutien de la valorisation et de la diffusion des savoirs.

Dominique Roux pour Bibliothèque scientifique numérique (plus précisément BSN 7). Créée en 2009, à l’initiative du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche en fédérant de nombreux acteurs des universités et organismes de recherche, la Bibliothèque scientifique numérique (BSN) veille à ce que tout enseignant-chercheur, chercheur et étudiant dispose d’une information scientifique pertinente et d’outils les plus performants possibles. Offrir de nouvelles techniques éditoriales qui libèrent le contenu et les formes éditoriales est  le noyau de réflexion mené par le groupe 7.

Claire Lemercier conclut avec une multitude de questions ouvertes et propose quelques pistes de réflexions : est-ce que les modèles existants fonctionnent ? Avec quelle accessibilité ? Comment ? Insister sur la création de valeur plutôt que sur le coût. Définir les métiers distinctement et lisiblement. Développer des modèles complémentaires. Respecter la bibliodiversité…

***

L’Open access une question d’amour ? D’engagement ? Certainement ! Mais aussi de politique, d’économie, de management, d’humanité, de recherche, d’auteurs, de lecteurs, d’édition, de médiation scientifique. Au fil des interventions passionnées et passionnantes, nous comprenons que, oui, l’Open access relève de tous ces domaines et la liste est loin d’être exhaustive. Cela explique en partie la complexité de cette « transpériode » où la question de pour ? … ou pas pour tout de suite l’Open access ? reste entière dans un environnement mouvant où construction et innovation tirent les acteurs de la chaîne du livre, et plus largement ceux du savoir, vers un avant où persiste une part d’incertain… D’ailleurs, à cette croisée de chemins, quels sont les options possibles : Rebrousser chemin ? Attendre et voir ? Ou ouvrir l’accès ?

Pour aller plus loin, écoutez l’émission « La grande table » par Caroline Broué sur France Culture
avec André Gunthert, Mathieu Potte-Bonneville et Antonio Casilli
Les revues de Sciences Humaines et Sociales peuvent-elles se permettre d’être gratuites ?

 

 


[1] Le site de l’appel « I love open access » a recueilli 2898 signatures (dont 153 revues). La motion « Cairn » comportait lors de son arrêt le 8 avril 2013 une liste de 120 revues.

[2] Pour ceux qui ne pouvaient pas y assister, Mathieu Rouault a eu l’excellente idée de mettre à disposition sur son blog Docteo, outre ses commentaires, les enregistrements des interventions.

[3]  Par exemple les portails Scielo : http://www.scielo.org ou Redalyc : http://redalyc.uaemex.mx/ qui donnent de l’avance à l’Amérique du Sud en termes d’accès ouvert et qui engrangent les bénéfices en terme de diffusion et d’impact de sa recherche.

[4] Et voilà, la question des modèles économiques qui arrive à grands pas : auteur-payeur = modèle de publication à compte d’auteur, mécénat = par une ou des subventions publiques ou par un mécénat privé, freemium = offre de services commerciaux proposée par-dessus les contenus en accès ouvert.

[5] Pour se retrouver dans les couleurs, lire attentivement le discours de Geneviève Fioraso (2e partie, 11e paragraphe).

 

Pour citer ce billet : Partouche Sabine et François Siino, « What’s love got to do with Open Access? Un débat sur l’accès libre aux revues de sciences sociales », Carnets de l’IREMAM, 23 avril 2013. [En ligne] http://iremam.hypotheses.org/2529 (date de consultation)

 



Citer ce billet
Sabine Partouche (2013, 23 avril). What’s love got to do with Open Access? Un débat sur l’accès libre aux revues de sciences sociales. Les carnets de l'IREMAM. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qf9u

Une réflexion sur « What’s love got to do with Open Access? Un débat sur l’accès libre aux revues de sciences sociales »

Les commentaires sont fermés.