Archives de catégorie : Au fil de la recherche

Les « droits du Prophète » : la sacralité de la personne prophétique dans l’islam d’après le Kitāb al-Shifā du Qāḍī ‘Iyāḍ (m. 544/1149)

Par Ruggero Vimercati Sanseverino chercheur associé à l’ IREMAM et au Centre Jacques Berque (Maroc)

Présentation du projet de recherche post-doc de Ruggero Vimercati Sanseverino

Comme l’a révélé l’affaire de la publication des caricatures du Prophète Muḥammad en 2005 et la véhémence des réactions qu’elle a suscitées, la sacralité du fondateur de l’islam revêt encore aujourd’hui une importance de premier ordre dans la sensibilité musulmane. Ce nonobstant, les fondements doctrinaux et la formation historique de cette conception sont encore peu étudiés. T. Andrae (1918), F. Meier (2005, publication posthume) et A. Schimmel (1981) ont le mérite d’avoir été parmi les premiers à avoir saisi la centralité de l’élément prophétique dans la religiosité islamique. Depuis, certains aspects, particulièrement ceux liés à la vénération du Prophète dans l’islam sunnite, ont fait l’objet d’une recherche académique, notamment sa signification dans le soufisme (M. Chodkiewicz, C. Addas, V. Hoffman), son institutionnalisation sous la forme du mawlid (N. Kapstein, H. Ferhat, M. Holmes Katz) ou encore la problématique qu’elle pose dans la modernité (C. Ernst, D. Brown). Dans ma thèse Fès et sainteté (808-1912) : hagiographie, tradition spirituelle et héritage prophétique (en cours de publication : Centre Jacques Berque/CNRS et Ministère Marocain des Habous), je montre comment l’élément prophétique, envisagée par le soufisme et l’hagiographie comme « héritage » transmis aux saints et retransmis par eux, fonde et perpétue une tradition de spiritualité et réaffirme en même temps la sacralité d’une ville. La science sacrée, le sharaf (ascendance prophétique) et la sainteté représentent autant de modalités par lesquelles cet héritage est transmis et réactualisé dans les diverses situations politiques, sociales et culturelles. L’étude a permis de relever que la figure prophétique constitue un élément qui est généralement ignoré, malgré son importance, dans les études traitant de la conception du sacré dans l’islam (J. Chelhod, L. Gardet, J. Ries).

Continuer la lecture de Les « droits du Prophète » : la sacralité de la personne prophétique dans l’islam d’après le Kitāb al-Shifā du Qāḍī ‘Iyāḍ (m. 544/1149)

Émotions et histoire dans les sociétés musulmanes

Chronique d’Ibn Iyas
Chronique d’Ibn Iyas

Kais Naouali et Pierluigi Lanfranchi animeront la première séance du séminaire  «Émotions et Histoire », le mercredi 19 décembre à la MMSH (Salle B279) de 17h-19h.

Le séminaire « Émotions et Histoire », à l’initiative du Centre Paul-Albert Février et de l’Iremam a pour ambition de promouvoir un objet d’étude novateur en histoire, celui de l’histoire des émotions et des affects. Cette première séance s’articule en deux temps. La première sera une discussion autour de l’étude de Ramsay MacMullen, Les émotions dans l’histoire, ancienne et moderne (2004). L’objectif  est de poser une première question méthodologique. Plus précisément, nous débuterons notre cheminement avec la question suivante : L’histoire des émotions peut-elle se faire ? Si c’est le cas, il semble qu’elle ne puisse faire l’économie d’une approche interdisciplinaire de la part des diverses disciplines des sciences humaines et sociales. À ce titre nous avons proposé à des étudiants, doctorants et chercheurs de différentes disciplines (histoire, littérature, philosophie, psychologie, sciences de gestion, histoire des religions etc.) de faire une lecture du livre de MacMullen, d’apporter leurs remarques autant que leurs critiques afin d’animer une réflexion et un débat collectif. Cette première étape, vise à ouvrir le débat sur la question épistémologique de l’émotion. En outre, nous nous proposons de mener une réflexion commune sur la possibilité ou non d’écrire l’histoire des émotions.

Continuer la lecture de Émotions et histoire dans les sociétés musulmanes

Vers un renouveau des études soudanaises en France?

Programme de la journée

Le Soudan, les deux Soudans depuis l’indépendance du Sud en juillet 2011, ont toujours été un objet de recherche marginal, si ce n’est insolite, dans le paysage académique français et plus largement francophone. Ceci est sans doute dû, dans une large mesure, à la situation de “marginalité multiple” (Ali Mazrui 1971) caractéristique du Soudan à l’ère contemporaine: il s’agit d’un espace frontière entre le Moyen-Orient et l’Afrique et, à l’intérieur du continent africain, d’une région charnière entre l’Afrique arabophone et l’Afrique anglophone, l’Afrique musulmane et l’Afrique chrétienne, l’Afrique de l’ouest et l’Afrique de l’est. A ce que mit en avant Mazrui il y a plus de quarante ans, il faut ajouter, en ce qui concerne l’expérience impériale/coloniale du Soudan, les impérialismes successifs que connut le pays (ottomano-égyptien de 1820 à 1885 et anglo-égyptien de 1899 à 1956), l’anomalie légale que constituait le Condominium anglo-égyptien et le rattachement du Soudan au Foreign Office britannique plutôt qu’au Colonial Office durant la première moitié du XXe siècle. En outre, le Soudan ne fut jamais la cible d’un mouvement de colonisation important en provenance de la métropole, à la différence du Kenya par exemple. C’est pourquoi le Soudan a suscité un intérêt limité dans l’ex-métropole britannique, tant dans la production littéraire et cinématographique “populaire” que dans l’univers académique. Enfin, l’obstacle linguistique a contribué à reléguer le Soudan à la périphérie des recherches universitaires francophones.

Continuer la lecture de Vers un renouveau des études soudanaises en France?

Iris Seri-Hersch

Iris Seri-Hersch est Maître de conférences en histoire contemporaine du monde arabe au Département d'études moyen-orientales, Aix-Marseille Université et chercheuse à l'IREMAM à Aix-en-Provence, France. Ses travaux portent sur l'histoire contemporaine du Soudan et de l'espace israélo-palestinien. Elle s'intéresse aux problématiques coloniales et impériales, aux questions éducatives, aux pratiques historiographiques, aux mémoires sociales et aux processus d'appropriation spatiale sur ces terrains en conflit.

More Posts - Website

Remonter « la route de la soie » entre la Chine et l’Algérie. Notes de terrain à Yiwu

 Yiwu - Exotic street (S. Belguidoum, 2012)
Yiwu – Exotic street (S. Belguidoum, 2012)

Ce séjour terrain effectué du 11 au 18 juillet 2012 à Yiwu (Chine) en compagnie d’Olivier Pliez, géographe et chercheur au LISST, s’inscrit dans le cadre d’une recherche en cours sur les routes, les réseaux et les places marchandes transnationales en Algérie (Espaces Urbains Transnationaux de l’Algérie Contemporaine – EUTAC).

Continuer la lecture de Remonter « la route de la soie » entre la Chine et l’Algérie. Notes de terrain à Yiwu

Entre migration et encerclement, une histoire sociale de Jisr al-Zarqa à l’ombre du conflit israélo-palestinien

Jisr al-Zarqa © Iris Seri-Hersch 2012

Mené dans le cadre d’un post-doctorat à l’IREMAM et au Moshe Dayan Center (Université de Tel-Aviv) soutenu par le Fonds national suisse de la recherche scientifique, ce projet de recherche vise à écrire une histoire sociale de Jisr al-Zarqa, village arabe situé sur la côte israélienne entre Tel-Aviv et Haïfa, juste au nord de la ville juive de Caesarea. Il s’agit, à partir d’un cas d’étude spécifique, de montrer comment des dynamiques locales s’articulent à des processus régionaux et internationaux historiquement situés. Seront ainsi mises en évidence des trajectoires migratoires non encore documentées au sein des espaces impériaux ottomans et britanniques, reliant les vallées du Nil et du Jourdain à la plaine côtière de la Palestine au cours des derniers siècles. Rapporté dernièrement par un journaliste israélien (Rapoport 2010), un récit intrigant et lacunaire concernant le parcours socio-politique des fondateurs de Jisr al-Zarqa sera passé au crible de la critique historique. Un groupe de réfugiés –supposément d’origine servile- « soudanais » ou « africains » serait venu s’établir dans une région marécageuse de la Palestine ottomane. Oeuvrant au drainage des marécages pour le compte de la Palestine Jewish Colonization Association dans les années 1920 et 1930, ces migrants seraient devenus, par une ironie de l’histoire, des « pionniers arabes » du sionisme. Envisageant de tels itinéraires à la fois dans le temps « court » (chute de l’Empire ottoman et conflit arabo-sioniste en Palestine mandataire) et dans une perspective régionale plus longue (histoire des migrations vers la Palestine/Israël aux 19e et 20e siècles), cette recherche compte apporter un regard nouveau, historiquement informé, sur l’arrivée récente de migrants soudanais en Israël, déclenchée notamment par la crise du Darfour (Anteby-Yemini 2009).

Continuer la lecture de Entre migration et encerclement, une histoire sociale de Jisr al-Zarqa à l’ombre du conflit israélo-palestinien

Iris Seri-Hersch

Iris Seri-Hersch est Maître de conférences en histoire contemporaine du monde arabe au Département d'études moyen-orientales, Aix-Marseille Université et chercheuse à l'IREMAM à Aix-en-Provence, France. Ses travaux portent sur l'histoire contemporaine du Soudan et de l'espace israélo-palestinien. Elle s'intéresse aux problématiques coloniales et impériales, aux questions éducatives, aux pratiques historiographiques, aux mémoires sociales et aux processus d'appropriation spatiale sur ces terrains en conflit.

More Posts - Website

Le « Temps de la coopération » est arrivé…

À propos de la parution d’un livre et d’un film
Le temps de la coopération. Sciences sociales et décolonisation au Maghreb [1] – 

Aux portes de l'université pendant le festival panafricain, Alger 1969
Aux portes de l’université pendant le festival panafricain, Alger 1969

La parution d’un ouvrage collectif est toujours le moment d’un inévitable regard en arrière où se conjuguent un réel soulagement et des doutes tardifs quant à l’ensemble des choix qui ont permis que l’entreprise arrive à son terme. Sentiments d’autant plus mêlés a fortiori lorsque, par certains aspects, le projet s’éloigne d’une entreprise académique classique.

Continuer la lecture de Le « Temps de la coopération » est arrivé…

Le droit d’appartenir. Liens sociaux et inscriptions locales en Méditerranée

Par Isabelle Grangaud, en collaboration avec Thomas Glesener –

Le champ des possibles, par Artefactica
Le champ des possibles, par Artefactica

Ce projet de recherche s’inscrit dans le prolongement d’un séminaire que Simona Cerutti et moi-même animons depuis plusieurs années à l’EHESS (Paris) et qui, sous divers angles, s’est questionné sur les droits de l’appartenance locale. Cette thématique a par la suite rencontré les préoccupations de l’historien Thomas Glesener, (TELEMME) dont les travaux portent entre autres sur la mobilité des élites dans le monde hispanique (XVIIe-XVIIIe siècle). C’est donc d’un commun accord, et en s’ouvrant à d’autres disciplines – l’anthropologie, la sociologie et la science politique – que nous avons décidé de présenter ce projet sur « le droit d’appartenir » en mars 2012, en réponse à l’appel à proposition du LabexMed piloté par la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme. Il a été accepté avant l’été par le Comité scientifique du Labex et voudrait préfigurer à terme un Groupement de recherche international (GDRI).

Continuer la lecture de Le droit d’appartenir. Liens sociaux et inscriptions locales en Méditerranée