Révolutions et élection en Tunisie. Le réveil d’une société résistante

« Un Américain demande à un Tunisien quelles sont ses ambitions dans la vie. Celui-ci répond : ‘avoir une maison, un boulot, construire une famille’. L'américain lui objecte : 'je t'ai demandé tes ambitions pas tes droits !' »[1]

« Chaque jour j’entends parler d’une affaire montée de toutes pièces.
Pourtant le pouvoir sait qu’il s’agit là d’un citoyen honnête.
Regarde les flics taper sur les femmes voilées.
Est-ce que tu accepterais ça pour ta fille ? (…)
Il y a ceux qui volent aux yeux de tous.
Tu sais très bien qui sont ces gens.
Beaucoup d’argent devrait aller aux projets, aux réalisations,
aux écoles, aux hôpitaux, aux logements.
Mais les fils de chien avec l’argent du peuple
ils se remplissent le ventre, ils volent, ils pillent, ils se servent,
pas un siège ne leur échappe. Le peuple a tant à dire
mais sa voix ne porte pas. S’il n’y avait pas cette injustice,
je n’aurais pas besoin de parler », chanson de rap, El Général, « Rayes Lebled », 2010 (traduction de l’arabe) 

« Je suis de ceux qui sont libres et n'ont pas peur. Je suis de la voix de ceux qui ne renoncent pas. Je suis une épine dans la gorge de l'oppresseur. Je suis l'âme de ceux qui n'oublient pas. Je suis la voix de ceux qui ne meurent pas. Je suis les libres du monde uni, Je suis libre et ma parole est libre », extrait de chanson d’Emel Mathlouthi « klemti hourra » 2009 (traduction de l’arabe)

Le 21 décembre dernier, la Tunisie choisissait son deuxième président après la révolution de 2011. Le vote au suffrage universel a tranché en faveur de Béji Caïd Essebsi, ancien ministre de l’Intérieur sous le régime de Habib Bourguiba.

Cet article est le résultat de mon terrain de campagne durant la période électorale octobre-décembre 2014. Ces observations attentives et impliquées du quotidien jusque dans les coulisses du processus politique ont aussi été rendues possible grâce aux rencontres et à la réflexion effectuées pendant six années de recherche en Tunisie. Mon choix s’est porté principalement sur le suivi de la campagne du candidat Moncef Marzouki. J’ai pu assister à des réunions de campagne de son comité de soutien et au travail du comité local de la Manouba. Continue la lecture

Fanny Colonna 3

Fanny Colonna, une passion algérienne

- Par Kamel Chachoua, Mohand Akli Hadibi, Azzedine Kinzi et Loïc Le Pape -

La disparition soudaine de Fanny Colonna, décédée le lundi 17 novembre 2014 à Paris nous révèle, l’existence d’une tradition et d’une génération de social scientists algérienne que nous avons du mal à connaître et à reconnaître à cause de ses racines, de ses courants et de ses divisions, quelquefois même considérées comme impures. Fanny Colonna est en effet le produit de cette double histoire coloniale et nationale, de la tradition sociologique algérienne qu’elle a su, mieux que beaucoup d’autres, conserver et dépasser. Née dans un village de l’intérieur de l’Algérie en 1934, d’une lignée d’émigrants de la colonisation à la fin du XIXe siècle, du sud de la France, elle a su et pu opérer des choix professionnels et militants qui allaient à l’encontre de sa prime éducation sociale, politique et familiale. Continue la lecture

la Tunisie vainc. Premier pays démocratique du monde arabe

Mémoire de la répression en Tunisie. À propos de l’Université des sciences islamiques de la ‎Zeytouna‎

- Par Stéphanie Pouessel (chercheure à l'Institut Universitaire
européen et chercheure associée à l'IRMC) -

La Tunisie révolutionnaire aura-t-elle la vertu, pour autant qu’elle en sente la nécessité, de se plonger dans la relecture critique des dossiers de l’histoire politique des dernières décennies ? Si, pour nombre d’acteurs, une telle entreprise semble indispensable pour assurer la stabilité à venir du tissu politique[1], elle n’a encore fait qu’en sourdine son apparition dans le paysage postérieur à la dictature.

La célébration des 60 ans de l’Université des sciences religieuses Zeytouna[2] en mars 2014 n’a ainsi donné lieu qu’à un tout premier retour, fort prudent, sur l’histoire de la répression politique et religieuse. Continue la lecture

WafawTunisie2

Révolutions arabes à distance : redessiner les contours de l’engagement des diasporas, exilés et migrants dans le monde arabe

Compte rendu de la conférence WAFAW
- Par Claire Beaugrand (Ifpo, Territoires palestiniens)
et Vincent Geisser (Ifpo, Beyrouth ; CNRS) -

Le programme WAFAW (When Authoritarianism Fails in the Arab World)[1] a tenu, en partenariat avec l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman d’Aix-en-Provence (Iremam) et l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (Irmc), son premier colloque annuel, les 16 et 17 octobre 2014 à la Bibliothèque nationale de Tunis. Sous la direction scientifique de Claire Beaugrand et Vincent Geisser (chercheurs à l’Institut français du Proche Orient, Ifpo), il avait pour thème : Diasporas, migrants et exilés : quels rôles dans les révolutions et les transitions politiques du monde arabe ? Le colloque scientifique a été prolongé par une table-ronde « acteurs/chercheurs des diasporas », co-organisée avec la Jasmine Foundation[2]. Continue la lecture

Archives ouvertes... Quand Hyper articles en ligne (HAL) rencontre Aix-Marseille Université ‎‎(AMU)‎

- Par Laurence Lablache et Sabine Partouche -

Jeudi 9 octobre 2014, nous avons assisté à une réunion d’information/sensibilisation au dépôt dans HAL[1]. Ce billet fait suite aux intéressants débats entre les participants et tente de synthétiser les spécificités de la version 3.0 et du nouvel espace HAL-AMU[2].

***

Hal1Le 14 octobre dernier, la version 3.0 de HAL a été lancée. À l’instar d’autres universités et institutions, Aix-Marseille Université a rejoint l’univers de l’archive ouverte avec ses 24 661 références d’articles dont 7 591 en plein texte[3] et ses 77 laboratoires référencés dont 14 constitués en collection. Continue la lecture

Musée d'Histoire de la ville de Beyrouth (chantier, 2010). Cliché F.Siino

Sciences sociales, révolutions, conflits…

Une discussion autour des travaux de Candice Raymond et Vincent Romani à l’Ifpo de Beyrouth

Les bouleversements intervenus depuis 2010 dans certains pays arabes n’ont pas eu seulement des conséquences politiques sur les scènes nationales et internationales. Ils ont également eu de fortes répercussions dans le champ intellectuel, et plus précisément chez tous les spécialistes des sciences sociales qui s’intéressent à ces pays depuis plusieurs décennies. Comme pour tout événement aussi massif et inattendu, il en a résulté dans un premier temps une « rupture d’intelligibilité »[1] (un temps remplie pour les besoins médiatiques par la parole empressée d’experts plus ou moins auto-proclamés), mais aussi la possibilité pour toutes les disciplines de réajuster leurs grilles de lectures, de construire de nouvelles interprétations, de dégager de nouvelles pistes de recherche… Continue la lecture

IMG_4303

DIEU ET L’ANTHROPOLOGUE, Selon Albert Piette

Albert Piette est l’auteur de deux ouvrages importants sur le fait religieux : La religion de près, l’Activité religieuse en train de se faire (Paris, Metaillé, 1999) et Le fait religieux, une théorie de la religion ordinaire (Paris, Economica, 2003). Il a présenté une série de conférences les vendredi 13 et samedi 14 juin 2014, à l’invitation du Centre d’Etude et d’Interprétation des Faits Religieux (CEDIFR) à l’Université Saint-Joseph (Beyrouth, Liban), dans le cadre du programme de recherche « Rituels religieux au Liban, entre partage et cloisonnement communautaire ». Cet texte, rédigé dans le cadre d'un postdoctorat du Labexmed (n° 10-LABX-0090). en propose le compte-rendu.

Continue la lecture