Gauches-islamistes en Algérie : Entretien avec Mourad Dhina, ex-dirigeant du Front Islamique de Salut

En complément de leur participation au colloque « Gauches-Islamistes : pourquoi tant de haine ? Historicité et actualité, défis et réponses à la fracture idéologique des oppositions arabes » (5, 6 et 7 mai 2015 à Aix-en-Provence), les participants – acteurs politiques, membres ou ex-membres de formations islamistes et non islamistes – ont répondu aux questions de François Burgat et d’Abou Bakr Jamaï sur la problématique spécifique de leurs relations avec leurs concurrents dans le contexte de leurs engagements intellectuels et militants respectifs.

Mourad Dhina
Mourad Dhina

Agé de 54 ans, titulaire d’un PhD en physique des particules du MIT, collaborateur de l’Institut fédéral suisse de technologie et de l’organisation européenne pour la recherche nucléaire, Mourad Dhina est directeur exécutif d’Alkarama, une Fondation suisse de défense des droits de l’homme travaillant sur le monde arabe, et membre fondateur (2007) du mouvement algérien d’opposition Rachad. Entré dans l’opposition au lendemain du coup d’État de janvier 1992, Lire la suite Gauches-islamistes en Algérie : Entretien avec Mourad Dhina, ex-dirigeant du Front Islamique de Salut

De miel et de coloquinte : Hommages à Pierre Larcher (1)

Conçus comme trois “billets-feuilletons”, ces textes rapportent l’introduction de Catherine Miller et les interventions de Giovanni Canova (Università degli studi di Napoli “L’Orientale”), de Katia Zakharia (Lyon II/GREMMO) et de Pierre Larcher (AMU/IREMAM) lors la remise des Mélanges en hommage à Pierre Larcher qui s’est déroulée au cours du Workshop international : Matériaux pour l’établissement de grammaires descriptives de l’arabe fuṣḥā écrit contemporain : Entre norme(s) et pratiques au cours des 50 dernières années

Premier épisode  : Allocution introductive de Catherine Miller  (en audio en fin de ce billet) et  de Giovanni Canova, Rédacteur en chef des Quaderni di Studi Arabi

***

Je m’appelle Giovanni Canova, je viens de Venise et de Naples, je m’excuse pour mon français que, malheureusement, je n’ai pas beaucoup d’occasions de pratiquer. En tous cas, merci à Catherine Miller (elle m’a dit qu’on s’était rencontrés en 2000 à Marrakech ; c’était justement un colloque…) [intervention de Catherine Miller : on a même pris un taxi ensemble de l’aéroport à l’hôtel parce qu’il n’avait pas changé d’argent…] Rires. Giovanni Canova : D’accord, d’accord, il y a une histoire. Et, merci bien sûr à l’IREMAM et à ses responsables pour cette invitation. Alors, pourquoi je suis là avec vous aujourd’hui ? Bon. Pour les Quaderni que nous avons dédiés à Pierre Larcher comme chercheur en poésie arabe, mais surtout c’est une attestation d’amitié et en même temps un hommage au chercheur. On se connaît depuis longtemps parce qu’on a eu beaucoup d’échanges Erasmus entre Venise, Naples et Aix et c’est justement en avril qu’on a fait un colloque ensemble sur la poésie arabe à Naples où Pierre nous a fascinés avec son interprétation de Ta’abbata Sharran et la ġūla, qu’il va publier dans les Quaderni ou bien dans les Actes. Lire la suite De miel et de coloquinte : Hommages à Pierre Larcher (1)

De miel et de coloquinte : Hommages à Pierre Larcher (2)

Conçus comme trois “billets-feuilletons”, ces textes rapportent les interventions de Giovanni Canova (Università degli studi di Napoli “L’Orientale”), de Katia Zakharia (Lyon II/GREMMO) et de Pierre Larcher (AMU/IREMAM) lors la remise des Mélanges en hommage à Pierre Larcher qui s’est déroulée au cours du Workshop international : Matériaux pour l’établissement de grammaires descriptives de l’arabe fuṣḥā écrit contemporain : Entre norme(s) et pratiques au cours des 50 dernières années le 5 juin 2015 à la Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme (MMSH).

Deuxième épisode : Allocution de Katia Zakharia, directrice scientifique des Mélanges, De miel et de coloquinte
(enregistrement audio en fin de billet)

***

 

« Cher Pierre,
Chers amis, collègues et étudiants
J’aimerais commencer par quelques mots de remerciement.

Ils s’adressent d’abord à l’IREMAM et à ses deux directrices respectives, mesdames Ghislaine Alleaume et Catherine Miller. Sans leur soutien, amical, scientifique et matériel, cette rencontre n’aurait pas pu avoir lieu et la publication du numéro spécial des Quaderni que nous offrons à Pierre aurait été plus compliquée à mettre en œuvre. En effet, le projet initial devait être, aurait dû être, pris en charge de manière réellement partagée, par l’IREMAM et le GREMMO, équipe dont je suis encore pour quelques jours membre titulaire ; et le recueil devait, aurait dû être, édité par les Publications de la Maison de l’Orient. Lire la suite De miel et de coloquinte : Hommages à Pierre Larcher (2)

De miel et de coloquinte : Hommages à Pierre Larcher (3)

Conçus comme trois “billets-feuilletons”, ces textes rapportent les interventions de Giovanni Canova (Università degli studi di Napoli “L’Orientale”), de Katia Zakharia (Lyon II/GREMMO) et de Pierre Larcher (AMU/IREMAM) lors la remise des Mélanges en hommage à Pierre Larcher qui s’est déroulée au cours du Workshop international : Matériaux pour l’établissement de grammaires descriptives de l’arabe fuṣḥā écrit contemporain : Entre norme(s) et pratiques au cours des 50 dernières années le 5 juin 2015 à la Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme (MMSH).

Troisième épisode : Allocution de Pierre Larcher, Professeur de linguistique arabe à l’Université d’Aix-Marseille
(enregistrement audio en fin de billet)

***

Aix-en-Provence, 5 Juin 2015

Je dois commencer mon allocution par une action de grâces, plus simplement des remerciements. Merci tout d’abord à Katia Zakharia, qui, si j’ai bien compris, est à l’origine de cet « hommage » littéraire, comme elle fut à l’origine des Mélanges non moins littéraires qui m’ont été offerts l’an passé sous le titre de  De miel et de coloquinte. Merci ensuite à Giovanni Canova, sans lequel ces Mélanges n’auraient pas vu le jour. Merci enfin aux institutions qui se sont associées à cette entreprise : l’IREMAM, que je peux remercier ici au travers sa directrice Catherine Miller, le GREMMO de Lyon et l’Istituto per l’Oriente C. Nallino de Rome, qui publient les Quaderni di Studi Arabi où ont été édités ces Mélanges. Lire la suite De miel et de coloquinte : Hommages à Pierre Larcher (3)

Les paradoxes d’une guerre complexe : Gaza 2014

En contradiction avec le sentiment de déjà-vu exprimé sur le moment par bon nombre d’observateurs, la dernière en date des guerres menées par Israël contre la Bande de Gaza présente de profondes différences avec les opérations de 2009 et de 2012 [1]. Avec le recul d’une année, déterminer son originalité conditionne ainsi la justesse de son décryptage.

L’asymétrie des destructions et des pertes humaines, certes, demeure une constante [2] de même que le refus des cabinets israéliens successifs d’envisager un mode de relation avec la Bande de Gaza autre que violent. Pareille habitus les a conduits jusque-là à périodiquement jouer l’escalade pour, selon leur version, rétablir la dissuasion militaire. Une telle dissuasion, en réalité, vise fondamentalement à entretenir leur refus d’apporter une solution politique et diplomatique au conflit israélo-palestinien.

Dans la succession des guerres lancées par Israël contre la Bande de Gaza, pourtant, « Bordure protectrice » [3] présente une originalité certaine : sa complexité, source de paradoxes divers dans l’instant comme dans la durée. Cette étude visera donc à interroger cette originalité afin de proposer l’historiographie la plus congruente possible avec les réalités du moment comme avec celles des dernières années. J’aurai ainsi l’occasion de montrer en quoi les réponses apportées aux interrogations portant sur le bornage de la guerre dans le temps comme à celles de l’identité et du rôle de ses acteurs conditionnent la pertinence de l’historiographie. En retenant l’hypothèse d’une guerre offensive de la part d’Israël à laquelle l’Égypte s’est associée, et par ricochet mais dans une bien moindre mesure la présidence palestinienne et le Fatah, je serai à même d’en mettre au jour les paradoxes. Un an plus tard, leur multiplication dans une succession pleine de contradictions semble conduire à la ré-investiture officielle du Hamas en tant que maître de Gaza. Lire la suite Les paradoxes d’une guerre complexe : Gaza 2014

Le bel âge : Trois ans déjà ! Séminaire Amazighs – Tamazight / Berbère(s) :

Responsable : Salem Chaker, Professeur à l’Université d’Aix-Marseille/Iremam (berbère)
Contact : chaker@mmsh.univ-aix.fr  ou  salem.chaker@univ-amu.fr

Le séminaire, initié par S. Chaker à la rentrée 2012, fonctionne régulièrement depuis trois années universitaires maintenant (26 séances sur trois ans). On voudrait en proposer ici un premier bilan, au moins factuel ; on laissera aux observateurs extérieurs et aux étudiants le soin de formuler une évaluation plus qualitative !

On nous permettra cependant quelques réflexions sur le contexte global et la visée générale du séminaire :

– En premier lieu, il met fin à une situation paradoxale puisqu’il n’existait pas à Aix de séminaire consacré spécifiquement au domaine berbère, alors que le pôle aixois est, depuis longtemps, perçu à l’extérieur comme le « second pôle français des études berbères », au point que certains collègues étrangers, sans doute de tempérament un peu optimiste, ont parlé de « l’École berbérologique d’Aix-en-Provence »…

– Il est aussi une affirmation de la légitimité et de l’autonomie d’un champ, modeste certes au plan de sa surface académique, mais ancré dans la tradition universitaire et scientifique française et européenne, depuis au moins un siècle et demi ; et désormais bien présent en tant que tel dans l’Université maghrébine (Tizi-Ouzou, Bejaia, Bouira, Agadir, Oujda, Fès, Rabat…).

– Il a voulu être un lieu de transmission et de réflexion autour d’un capital scientifique pluridisciplinaire considérable, remarquablement représenté à Aix à travers une documentation de premier ordre, un fonds d’archives berbérisantes originales encore largement inexploité, des publications de référence internationale comme l’Encyclopédie berbère ; et susciter chez nos chercheurs en formation « l’envie scientifique », et même, on l’espère, l’émerveillement : il y a tout cela à Aix !

– Il a surtout associé en permanence le va-et-vient entre savoirs constitués, réflexion théorique et observation (directe) des réalités du terrain, trop souvent niées, occultées, brouillées par le discours idéologique et la « norme » étatique omniprésents en Afrique du Nord sur toute matière linguistique, culturelle ou historique.

Mais revenons aux faits. Lire la suite Le bel âge : Trois ans déjà ! Séminaire Amazighs – Tamazight / Berbère(s) :

De Ghannouchi à Baghdadi.‎ Le printemps an IV, entre contre-révolution et confessionnalisation

– par François BURGAT, CNRS IREMAM ERC WAFAW

En avril 2015, quatre années après le début du « printemps arabe », le paysage régional incite ses analystes à une modestie… raisonnée. Aucune des grandes transformations à l’œuvre aujourd’hui n’était totalement absente du spectre des premières prévisions : ni la puissante dynamique contre révolutionnaire d’abord, ni les louvoiements stratégiques et éthiques des Occidentaux, dans le choix de leurs partenaires, égyptiens ou syriens notamment[1]. Ces quatre années ont vu s’affirmer spectaculairement la capacité de « l’Islam politique » à franchir à nouveau avec succès, le seuil, tunisien cette fois, de la démocratie et, à l’opposé, se dresser la puissante lame de fond jihadiste. Contrairement à une représentation largement répandue, les débordements de violence extrémiste ne peuvent aucunement être expliqués par la seule poussée de ce radicalisme religieux. Toutes les formes de torture [2], des assassinats de masse sur une base sectaire aux viols systématiques, la famine programmée, ou l’usage d’armes de destruction massive contre des civils, ont bel et bien été le fait d’un État, et exercées au nom de « la légalité » aussi bien que de la défense, « des minorités » ou même « de la laïcité ». Lire la suite De Ghannouchi à Baghdadi.‎ Le printemps an IV, entre contre-révolution et confessionnalisation