Saisir les sociétés arabes par la langue… Conversation avec Catherine Miller

Par Sabine Partouche et François Siino

Catherine Miller, 2013Catherine Miller est sociolinguiste et directrice de recherche à l’IREMAM (CNRS). Dans un entretien filmé réalisé en juillet 2013 par Sabine Partouche et François Siino pour les Carnets de l’Iremam, elle évoque ses récentes recherches menées sur le terrain marocain lors d’un séjour de 4 ans au Centre Jacques Berque de Rabat. Elle revient également sur sa formation et son parcours scientifique, depuis le Sud Soudan et l’Égypte jusqu’au Maghreb, sur les conditions concrètes de la recherche sur ces différents terrains marqués par les phénomènes de contact linguistique. Enfin, elle livre ses réflexions sur les évolutions contemporaines de la discipline, au moment où de plus en plus de jeunes chercheurs du monde arabe questionnent leurs sociétés sous l’angle des langues et de leurs pratiques.

 

***

 

1. 2008-2012 : une enquête marocaine (20 mn)

Dans cette première partie de l’entretien, Catherine Miller évoque un long séjour de recherche effectué sur le terrain marocain entre 2008 et 2012. Arrivée en poste au Centre Jacques Berque de Rabat, elle constate que malgré des crispations encore très fortes sur la langue arabe, les choses évoluent très vite, notamment dans les médias, les milieux artistiques… Paradoxalement les avancées les plus rapides sont intervenues vis-à-vis de la langue amazigh (berbère) alors que l’arabe dialectal (darija) est l’objet de fortes résistances. Or, la réalité de la langue est à l’évidence celle d’un contact et de circulations entre arabe, tamazight et français. Et lorsque des séries télévisées mexicaines commencent à être doublées en dialecte marocain, c’est bien le signe que les choses bougent…


2. Sud Soudan, Égypte, l’école du terrain
(28 mn)

Lorsqu’elle fait un retour sur sa formation et son parcours scientifique, Catherine Miller explique comment le choc de la réalité du terrain (au Darfour, puis en Égypte) et le manque relatif d’outils théoriques adaptés à des situations très évolutives (par exemple, le cas du Juba Arabic, sorte de lingua franca parlée au Sud Soudan) l’ont conduit à construire son approche de façon très ouverte, en immersion de longue durée sur ces terrains.
Au-delà des influences intellectuelles et des modèles qui l’ont guidée dans ce cheminement parfois chaotique, elle évoque également les « leçons de vie » et les apprentissages personnels que le chercheur ne peut manquer de retirer d’expériences aussi marquantes.

 

 3.  Comment se déroule un terrain de sociolinguistique ? (14 mn)

Pour Catherine Miller, le terrain est avant tout un quotidien. Bien plus que nouer des contacts, trouver des personnes ressources acceptant d’être interviewées, enregistrer, rassembler des aides à la traduction et à la transcription, il s’agit de vivre avec son terrain. Saisir l’ensemble des expressions d’une société, être attentive à tout et à rien de précis en même temps afin de capter l’indicible essence d’un espace social dans sa globalité. Comment s’adapter lorsque le contexte est difficile et tendu ? Début de réponse avec l’exemple d’un terrain, au Caire, dans les années 1990, où Catherine Miller cherche à rencontrer des personnes de Haute-Égypte afin de travailler sur le contact dialectal. Son « guide » est un jeune avocat qui cherche désespérément à se marier. Alors qu’elle tente lors des interviews de le ramener inlassablement sur le thème qui la préoccupe, elle prend alors conscience que… la question du mariage est une porte d’entrée inespérée pour sa recherche.

Des conseils aux jeunes chercheurs ? Pas forcément. Aujourd’hui, les jeunes chercheurs ne disposent pas toujours du temps nécessaire et de la liberté de s’approprier un terrain en profondeur. Mieux formés, ils disposent en revanche d’un éventail d’outils plus large et peuvent bénéficier du travail en équipe favorisant l’interdisciplinarité. Plus performants dans leur rendu, le temps gagné laisse tout de même le champ libre à des parcours atypiques.

4.  La recherche dans le monde arabe, évolutions et révolutions ( 18 mn)

Le Soudan, une chance, selon Catherine Miller. Elle y a réalisé son premier terrain dans un contexte de politique linguistique clairement pro-arabisante avec, en même temps, une grande ouverture d’esprit. Aujourd’hui, ça bouge ! Ce sont de jeunes chercheurs arabophones qui vont de plus en plus renouveler la discipline. Internet joue un rôle important à travers la mise en ligne de la langue arabe. Même si 2011 n’est pas une rupture, les révolutions arabes ont confirmé des frémissements déjà sensibles depuis les années 1990 : explosion de slogans, discussions sur Facebook, les gens n’hésitent plus à jouer avec les langues…
Aujourd’hui, Catherine Miller s’intéresse aux questions théoriques posées par les Pidgin créole et au rôle des linguistes dans la construction et la catégorisation des langues. Qui décide qu’un groupe social forme une ethnie ? Qui décide que leur parler constitue une langue ? Enfin, sur une note plus personnelle, elle nous fait partager des rencontres et des ambiances qui restent jusqu’à aujourd’hui associées à ses voyages…

 

Catherine Miller vient de publier :
Évolutions des pratiques et des représentations langagières dans le Maroc du XXIe siècle

Montserat Bénitez, Catherine Miller, Jan Jaap de Ruiter, et Youssef Tameur (dir.), Paris, L’Harmattan (2 volumes), septembre 2013, 236 p.

 Remerciements à la médiathèque de la MMSH qui a accueilli cet entretien dans ses locaux.


Une réflexion au sujet de « Saisir les sociétés arabes par la langue… Conversation avec Catherine Miller »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *