Deux études sur la vénération du Prophète en islam : enjeux et perspectives de recherche (extrait du rapport de réunion, Iismm/Iremam/CetoBac)

Dr. R. Vimercati Sanseverino, chercheur postdoctoral à l’Université de Tübingen et chercheur associé à l’Iremam, a présenté les ouvrages d’Annemarie Schimmel (Und Muhammad ist Sein Prophet – Die Verehrung des Propheten in der islamischen Frömmigkeit, Munich 1981) et de Tilman Nagel (Allahs Liebling – Ursprung und Erscheinungsformen des Mohammedglaubens, Munich 2008). L’idée était de réfléchir, à travers l’analyse de ces ouvrages, sur l’intérêt scientifique d’une recherche sur la vénération du Prophète : qu’est-ce que cette thématique apporte à notre connaissance de l’islam et des sociétés musulmanes ? En quoi une étude de la vénération du Prophète répond-elle à un besoin de la recherche sur l’islam ? En outre, étant parmi les très rares ouvrages consacrés à ce thème, ils constituent une source essentielle pour l’élaboration des problématiques et des interrogations ainsi que pour la constitution du corpus. Enfin, les deux ouvrages sont représentatifs de deux approches à l’étude de la vénération du Prophète. Ils interrogent ce phénomène à la fois religieux, historique et social à partir de deux perspectives différentes, ce qui nous donne une idée des possibilités de recherche qu’il reste à exploiter. L’autre intérêt de les analyser réside dans le fait que les deux auteurs inscrivent leur recherche sur la figure prophétique dans l’actualité. Ils essaient de contribuer à certains débats publics autour de la relation de l’Occident avec l’Islam, voire de les influencer. La figure prophétique constitue pour eux un élément essentiel de ces débats, ce qui montre l’importance d’une recherche sur la vénération du Prophète, non seulement du point de vue du savoir érudit, mais aussi d’un point de vue sociétal.

Annemarie Schimmel (1922-2003), grande dame de l’islamologie allemande et reconnue au niveau international, a enseigné en Turquie, au Pakistan et à Harvard et jouit d’une grande popularité au sein du monde musulman (arabe, turc, indo-pakistanais).

Annemarie Schimmel
Annemarie Schimmel

Étant donné son parcours, elle est sans doute une figure singulière et originale, mais en même temps controversée, notamment en raison de son attitude compréhensive envers la fatwa de Khomeiny contre S. Rushdie. Sa culture académique est imprégnée de deux courants : d’une part la tradition orientaliste allemande – représentée par ses deux mentors H. Ritter et F. Meier – avec son approche philologique ainsi que son approche littéraire qui renoue avec la fascination pour le monde persan de la part d’écrivains comme Goethe ; d’autre part la phénoménologie (protestante) des religions dans la tradition de l’école de Marburg (R. Otto et F. Heiler) où elle a enseigné. Il s’agit dans ce cas d’une tentative de comprendre l’islam « de l’intérieur », c’est-à-dire du point de vue de l’acteur religieux lui-même. La recherche d’A. Schimmel porte sur le soufisme, sujet auquel elle a consacré une étude désormais classique (Mystical Dimensions of Islam), et plus spécialement sur Rūmī. La littérature indo-musulmane, surtout la poésie mystique, constitue le deuxième volet de sa recherche, le troisième étant l’art islamique, en particulier la calligraphie. Globalement, on peut conclure qu’elle s’est intéressée aux formes d’expression de la religiosité musulmane. Ceci est particulièrement visible dans ses Edinburgh Lectures où elle dresse un aperçu phénoménologique du sacré en islam. Généralement, ses ouvrages se caractérisent par un style d’écriture accessible, ce qui correspond à un souci pédagogique et interculturel : Avec son travail, elle souhaite contribuer à la Völkerverständigung, « la compréhension mutuelle entre les peuples ».

Son ouvrage « Et Muhammad est Son prophète » – La vénération du Prophète dans la piété musulmane s’inscrit dans cette optique interculturelle. L’auteur désire remédier à ce qu’elle qualifie de mécompréhension de l’Occident à l’égard de la vénération musulmane du Prophète. De même, elle précise vouloir poursuivre la recherche entamée par l’ouvrage de Tor Andrae, historien des religions et théologien protestant : La personne de Muhammed dans la doctrine et la croyance de sa communauté, publié en 1918 à Stockholm (Die Person Muhammeds in Lehre und Glaube seiner Gemeinde). Il s’agit de compléter ce travail par l’étude des expressions poétiques de la vénération du Prophète. L’ouvrage aborde en effet les aspects doctrinaux, rituels, littéraires et parfois historiques liés à la vénération du Prophète. Il y est question de la valeur sotériologique du modèle muhammadien, des miracles attribués au Prophète, de la conception théologique du statut exceptionnel du Prophète, notamment la problématique du rapport entre l’humanité du Prophète et sa réalité métahistorique et spirituelle, des conceptions soufies du Prophète et du rôle de sa vénération dans la spiritualité musulmane, des festivités consacrées à la célébration de certains événements de la vie du Prophète, de la poésie consacrée à la louange du Prophète, en particulier la poésie vernaculaire du monde turc et indo-musulman, du rôle de la vénération du Prophète dans le renouveau du soufisme au XIXe siècle et de la prophétologie de Muḥammad Iqbal. L’auteur explique ces phénomènes liés à la vénération du Prophète comme l’expression du désir des croyants de se rapprocher du Prophète après la disparition physique de celui-ci.

Tilman Nagel (né en 1942) est lui aussi une figure importante de l’islamologie allemande.

Tilman Nagel
Tilman Nagel

Héritier d’une tradition de recherche liée à Rudi Parret, il s’inscrit dans une approche philologique et doctrinale et dans une perspective historico-critique. D’après certains de ses dires, il conteste la validité des sciences sociales (autrement dit de la sociologie et de l’anthropologie) pour comprendre le monde musulman. A la différence de Schimmel, Nagel a passé toute sa carrière académique en Allemagne. Il a traité d’une multitude de sujets, parmi lesquels la relation entre politique et communauté, l’histoire de la théologie et du droit musulmans ainsi que le rationalisme en islam au XIe siècle. En 2008, un an après son départ en retraite de l’université de Göttingen, il publie deux ouvrages sur le Prophète : une étude biographique de plus de 1000 pages et une étude de l’histoire de la conception sunnite du Prophète, le Mohammedglauben (« la croyance en Muhammad »).

Si Nagel aussi souhaite compléter l’ouvrage de T. Andrae, c’est dans une optique différente de celle d’A. Schimmel. Son analyse critique et historique de la littérature sunnite sur le Prophète vise à retracer le processus d’une progressive deshistorisation de la figure prophétique. Cette idéalisation est vue comme une volonté de transformer la figure prophétique en une réalité purement dogmatique, voire métaphysique dans le cas du soufisme, hors de portée de toute remise en question. L’étude Le bien-aimé d’Allah – Origine et modalités de la croyance en Mohammed se propose d’éclaircir de cette façon « pourquoi le musulman se réfère plus au Prophète qu’à Dieu dans tout ce qu’il fait». L’ouvrage est conçu en deux parties. La première étudie les fondements théologiques de la « croyance en Mohammed ». L’auteur s’attache à montrer que le Prophète monopolise l’accès à la connaissance de l’ordre divin et que cette fonction centrale et médiatrice du Prophète est intrinsèque à la structure même de l’islam. Il aborde ensuite l’argumentation théologique mise en œuvre pour prouver la légitimité de ce monopole prophétique. La « croyance en Mohammed », et donc en son monopole de la parole divine, a pour but, selon l’auteur, d’affirmer le croyant dans la conviction de la primauté de l’islam et de la communauté musulmane vis-à-vis des autres religions et communautés. La deuxième partie porte sur les diverses formes de « l’omniprésence du Prophète » dans l’islam sunnite. L’auteur identifie le Kitâb al-Shifâ du Cadi Iyâd comme ouvrage qui a réussi à imposer à la pensée musulmane une conception dogmatique du Prophète et des devoirs du croyant envers lui. La prochaine phase de la « croyance en Mohammed » serait celle d’une mise en avant de la dimension métahistorique, c’est-à-dire cosmologique et métaphysique, du Prophète dans la littérature dévotionnelle et soufie. Cette littérature exigerait une imitation inconditionnelle du modèle prophétique et affirmerait une conception complètement détachée de la réalité historique de la figure muhammadienne.

Comme dans l’ouvrage d’A. Schimmel, le livre de T. Nagel veut s’inscrire dans l’actualité et se situe explicitement dans les débats actuels sur l’intégration des musulmans dans les sociétés occidentales. T. Nagel postule qu’une intégration n’est possible que si les musulmans acceptent, grâce à un travail de réhistorisation de sa personne, de relativiser et de rationaliser l’autorité normative du Prophète. En établissant un lien entre la « croyance en Mohammed » et l’idée d’un présumé exclusivisme religieux de l’islam, l’auteur voit dans cette croyance la raison de ce qu’il considère comme l’incapacité de l’islam de se reformer et de s’adapter à un contexte séculier.

Pour conclure, il reste à dire que les deux auteurs soulignent l’importance et l’actualité de la recherche sur la vénération du Prophète. Pour l’un, il s’agit de remédier à ce qu’elle considère comme la mécompréhension occidentale à l’égard de la vénération du Prophète, notamment dans le contexte de l’affaire Rushdie, et pour l’autre, il s’agit, dans l’esprit d’une Aufklärung historico-critique, de mettre le doigt sur l’importance que la dogmatisation et l’idéalisation de la figure prophétique revêtent pour l’intégration des musulmans en Europe.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *