La REMMM au MuCEM : une table ronde autour des Cinémas arabes du XXIe siècle

Par François Siino et Sabine Partouche –

couv_134_RemmmLa parution du dernier numéro de la Revue des Mondes Musulmans et de la Méditerranée (REMMM) autour des Cinémas arabes du XXIe siècle. Nouveaux territoires, nouveaux enjeux a précédé de peu la seconde édition des Rencontres internationales des cinémas arabes organisée à Marseille par AFLAM (du 8 au 13 avril 2014). L’occasion était belle de faire se rencontrer chercheurs, réalisateurs et un public cinéphile, captivé par le très beau programme concocté par l’équipe des Rencontres.
C’est dans le superbe cadre offert par le Mucem que s’est déroulée la table ronde du 10 avril autour de la question des « Frontières du cinéma ». Animée par Sofiane Hadjadj, cette matinale réunissait Agnès Devictor, responsable scientifique de ce numéro de la revue, ainsi que plusieurs des auteurs :  Anaïs Farine, Laure Fourest, Solange Poulet et Tahar Chikhaoui (tous deux étant par ailleurs organisateurs des rencontres).

Le débat s’est ouvert sur un panorama d’interrogations : qu’est-ce qui fait cinéma aujourd’hui ? Comment montre-t-on le cinéma ? Où le montre-t-on ? Où sont les frontières ? Quels enjeux artistiques et sociopolitiques ? Avec quels financements ? Sofiane Hadjadj pointe un constat global : à l’évidence, les frontières se brouillent. Frontières géographiques et nationales, car les réalisateurs circulent, de même que les financements, et bien sûr les images. Mais aussi frontières artistiques, lorsque  l’image animée se voit appropriée par des plasticiens de tous horizons et d’univers artistiques variés.

Dans une première séquence gros plan, Agnès Devictor, coordinatrice de ce dossier thématique de la REMMM, intervient à propos de l’émergence de cette thématique des frontières des cinémas arabes.

Zoom sur deux contributions : Anaïs Farine et Laure Fourest

Anaïs Farine, doctorante en Études cinématographiques et audiovisuelles à l’Université Paris III, est l’auteur de l’article intitulé Aux frontières poreuses des cartes palestiniennes et de l’art contemporain. Dans ce texte, elle montre comment  certains artistes contemporains palestiniens se saisissent de la carte comme motif (simple présence de carte traditionnelle dans l’espace des œuvres) ou comme modèle conceptuel structurant leurs travaux. À travers l’analyse des vidéos M* of Bethlehem [Ayreen Anastas, 2003], Red, Dead and Mediterranean [Akram Al-Ashqar, 2006], et We Began by Measuring Distance [Basma Al-sharif, 2009], elle étudie le déplacement des frontières artistiques ainsi que des représentations de l’espace géopolitique dans les images en mouvements palestiniennes contemporaines. En interrogeant les différents dispositifs mis en place par les trois artistes pour se réapproprier le territoire en lui donnant un sens et une unité, cet article indique que ces œuvres, parce qu’elles répondent avec une grande subtilité aux préoccupations spatiales d’une certaine mouvance de l’art contemporain, sont devenues incontournables.

Laure Fourest, doctorante en Études politiques à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS, Paris), travaille sur la construction du milieu cinématographique palestinien contemporain en Cisjordanie et la contribution des films produits depuis la seconde Intifada à la formulation du récit historique palestinien. Auteur de l’article La Palestine comme écran, ou comment passer « de l’autre côté du miroir », elle souligne que l’indétermination qui entoure le terme de « Palestine », provoquée notamment par la disparition de son référent géographique depuis la création de l’État d’Israël, a généré une multitude de représentations concurrentes qui ont fait de ce terme un écran. Ce dernier révèle la complexité des enjeux géopolitiques qui s’y cristallisent, mais rend extrêmement difficile la formulation d’un récit et d’une représentation palestiniens propres. Travailler sur la production cinématographique palestinienne revient à s’interroger sur la manière dont les cinéastes composent avec les multiples représentations de leur terre et de son peuple telles qu’elles sont produites par l’Autre, qu’il soit Israélien ou occidental. Cet article s’appuie sur l’un des dispositifs les plus convaincants de cette production : dans Port of Memory [2009], Kamal Aljafari s’empare de séquences de films israélien et hollywoodien réalisés à Jaffa dans les années 1970 et 1980 qui en ont relégué sa présence palestinienne hors-cadre. Interrogeant cette représentation mutilée du lieu, il propose de rectifier ces images par les moyens du cinéma, faisant de la mémoire visuelle de l’Autre le lieu de son expression artistique et politique.

Quand le cinéma entre au Musée

Agnès Devictor revient sur l’une des conséquences du brouillage des frontières artistiques. Le cinéma d’aujourd’hui n’est plus seulement projeté dans les salles obscures. Il s’expose aussi dans les musée, autre espace du « voir ensemble ». Certains artistes, y trouvent un débouché nécessaire pour leurs expériences formelles et une considération que l’industrie cinématographique leur refuse parfois.

 Paroles de plasticienne, Randa Maddah, réalisatrice de « Light Horizon » « أفق خفيف »
Autre intervenante dans cette table ronde, Randa Maddah est syrienne, originaire de Majdal Shams, un village du Golan occupé. Diplômée du département des Beaux-Arts de l’université de Damas en 2005, elle est membre fondateur du centre culturel Fateh el-Mudarres, situé dans sa région natale. Elle répond aux questions sur son travail de cinéaste.

 En guise de conclusion, son premier court-métrage « Light Horizon » « أفق خفيف », tourné en 2012 sur les hauteurs du Golan, est un beau témoignage cinématographique sur la façon dont une douce obstination  parvient à créer de l’intime au cœur d’un paysage marqué par la violence et la guerre.

Randa Maddah, « Light Horizon » « أفق خفيف », Publiée le 22 sept. 2012. « Project filmed in: »Ain Fit, Syrian village destroyed by the Israeli forces in 1967, Project by Randa Maddah, occupied Golan heights 2012 تم تصوير هذا المشروع في قرية « عين فيت » السورية التي دمرت من قبل قوات الاحتلال

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *