eBook : Humanitarian Crises and International Relations 1959-2013, Fabienne Le Houerou, Bentham eBooks

Humanitarian crises Le Houerou FabienneCe billet est une présentation du eBook paru en mars 2014 aux éditions BENTHAM Science :
Humanitarian crises and International relations 1959-2013, Fabienne Le Houérou.

***

Humanitarian crises and International relations 1959-2013, publié aux éditions BENTHAM Science, en mars 2014, tente de dresser un bilan historique des grandes crises humanitaires et leurs conséquences dans les relations internationales. Le livre est une synthèse qui s’appuie sur des sources diverses (écrites, orales et imagétiques) et dresse un tableau des « génocides comparés ». Il est question d’étudier des crises humanitaires dans un ordre chronologique ; le continuum temporel fait ressortir une mécanique de crise et  une logique de gestion de crise qui s’est progressivement « inventée » au fil du temps. En effet, l’empilement de ces crises – dans la durée – fait émerger la notion d’une « jurisprudence » de l’humanitaire. Chaque grave crise a créé un modus operandi ayant pour conséquence une gestion onusienne directement inspirée par le terrain. Les événements dramatiques de la Somalie de 1992-1993 influencent la façon dont l’ONU et la communauté internationale vont gérer le génocide rwandais en 1994. Le génocide rwandais va indirectement jouer dans la gestion de la crise du Darfour en 2003. De façon consciente : lorsque les journalistes évoquent le Darfour  comme « Another Rwanda » ; mais également de manière inconsciente lorsque la peur d’agir sur une nouvelle crise s’appuie sur le traumatisme de la dernière expérience. Aussi chaque crise étudiée séparément, dans le droit fil d’une continuité chronologique, fait ressortir la prégnance de l’expérience sur la théorie. L’influence de ces cas concrets impacte les relations entre les nations, ou ce que l’on désigne de façon floue « la communauté internationale », concept flottant qui se rapporte à un collectif mondial fondé sur des institutions internationales elles-mêmes reposant sur des valeurs universelles. Les réactions des Nations unies face aux crises humanitaires (auxquelles elles ont vocation de répondre) nous montrent un organisme hésitant, bureaucratique qui en fait toujours trop ou pas assez. L’action internationale arrive souvent trop tard et semble contre-productive.  L’étude chronologique des grandes crises humanitaires nous révèle également que seules les nations peuvent réellement mettre un terme à leurs propres conflits et qu’attendre une réponse circonstanciée des Nations unies se ramène à un leurre. Cette illusion est parfois dangereuse comme en témoignent les chapitres sur le Rwanda, la Yougoslavie (Sbrenica). Le génocide des Tutsi s’est terminé avec la prise de pouvoir de Paul Kagamé au Rwanda. L’ouvrage insiste sur le caractère local des réponses pour des crises (cf. chapitre sur l’Afghanistan). La crise congolaise  démontre que le génocide rwandais – en suspens – se poursuit indirectement dans une guerre complexe au Congo. Tout nous porte à considérer que le génocide semble plus « endormi » que résolu. Face à des incendies dont il est difficile de comprendre le savant enchevêtrement des différents combustibles (régional, ethnique, économique et militaire) la machine onusienne est forcément lente : elle implique un processus décisionnel au sein du conseil de sécurité qui peut être bloqué à tout moment par le simple veto d’un État membre. L’utilité de l’Onu est ainsi sujette à maintes critiques, mais en dépit de ses lourdeurs, l’auteur présente l’ONU comme un espace de médiation permettant l’existence d’un dialogue (même incertain) reposant sur des plateformes « de palabres » permettant à des groupes antagonistes de se rencontrer hors des espaces ravagés par des conflits meurtriers. L’addition de ces crises est lourde en pertes humaines et en déplacements de populations.  Plus de 10 millions de victimes et au moins 20 millions de déplacés de 1959 à 2013. Le livre insiste sur les grands perdants de ces crises, les réfugiés, qui,  jetés sur les routes du monde iront s’agglutiner dans des camps, parfois géants comme ceux du Darfour. Des camps qui sont construits comme des solutions temporaires mais qui finissent par durer et produire de l’urbain précaire. À la confluence de plusieurs disciplines cet ouvrage tente, au chapitre 10, une lecture genrée des victimes des conflits et de la migration forcée. L’auteur défait des allants de soi sur la situation des femmes réfugiées comme icône de vulnérabilité. Ce chapitre s’inspire des enquêtes filmées par l’auteur pour démonter que dans des situations de graves crises (Darfour, Yougoslavie, Rwanda, Congo) les viols ont été des armes de guerre : ils  ne se sont pas limités aux femmes. Enfants, hommes et même animaux sont l’objet d’abominables crimes. L’auteur  décrypte le moment génocidaire comme une séquence « extravagante » ou les rapports sociaux ordinaires sont brisés et les rôles traditionnels féminins/masculins complètement  ébranlés. Les femmes ne sont pas – contrairement à ce que nous disent les ONG et les rapports onusiens – les cibles  exceptionnelles des génocidaires. Le dernier chapitre renvoie au début du livre. En effet, le premier chapitre insiste, en amont, sur l’imprégnation religieuse des  sentiments humanitaires. Ce premier chapitre nous livre une lecture originale de la compassion comme valeur spirituelle quasi universelle transmise par les grandes religions du monde. Cette  compassion des peuples est savamment instrumentalisée pour justifier des opérations humanitaires/militaires. Le langage émotionnel vient renforcer  la  confusion entre humanitaire et militaire. L’analyse de l’instrumentalisation du langage humanitaire par le militaire est une des grandes qualités de ce livre notamment sur la crise du Darfour. Une séquence qui a été présentée comme un génocide par  les  grands médias nord-américains comme le New York Times alors que les crimes contre l’humanité commis au Darfour ne peuvent pas être juridiquement qualifiés stricto-sensu de génocide.  L’auteur évoque le concept d’ethnocide comme plus approprié pour les crimes massifs commis au Darfour ou au Tibet. Les batailles autour des mots et les enjeux dans l’utilisation du terme de génocide sont ainsi analysés tout au long de cet ouvrage comme un jeu de miroir où la médiatisation prend une place de plus en plus  grandissante. Les images, les films et la mise en scène des massacres deviennent déterminants dans le processus de caractérisation d’une crise.  Les acteurs d’Hollywood se seront mieux fait entendre sur l’ethnocide au Darfour que les professeurs de Harvard…

***

Liens utiles

Consulter la table des matières : http://benthamscience.com/ebooks/contents.php?JCode=9781608058341
Lire l’introduction : http://benthamscience.com/ebooks/9781608058341/Introduction.pdf
Commander l’eBook : http://benthamscience.com/ebooks/9781608058341/index.htm


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *