Archives ouvertes… Quand Hyper articles en ligne (HAL) rencontre Aix-Marseille Université ‎‎(AMU)‎

– Par Laurence Lablache et Sabine Partouche –

Jeudi 9 octobre 2014, nous avons assisté à une réunion d’information/sensibilisation au dépôt dans HAL[1]. Ce billet fait suite aux intéressants débats entre les participants et tente de synthétiser les spécificités de la version 3.0 et du nouvel espace HAL-AMU[2].

***

Hal1Le 14 octobre dernier, la version 3.0 de HAL a été lancée. À l’instar d’autres universités et institutions, Aix-Marseille Université a rejoint l’univers de l’archive ouverte avec ses 24 661 références d’articles dont 7 591 en plein texte[3] et ses 77 laboratoires référencés dont 14 constitués en collection.

Hal2Dès janvier, AMU va inciter les chercheurs et les enseignants-chercheurs à déposer leur production scientifique en proposant, dans un premier temps, des sessions d’information et de formation au dépôt[4], puis, en incitant financièrement ces dépôts dans HAL par l’octroi d’un bonus recherche additionnel[5] aux unités de recherche (5% à partir de 2016).

Au-delà des financements, pourquoi déposer sur HAL-AMU ?

Plusieurs bonnes raisons pourraient encourager les chercheurs et enseignants-chercheurs à se lancer dans l’aventure :
– Pour déclarer la paternité des textes et des données de la recherche.
– Pour signaler une page de publications et obtenir un archivage ainsi qu’une citabilité pérenne des articles déposés (url pérenne).
– Pour exporter les références bibliographiques vers Ribac, Zotero, Excel…
– Pour bénéficier d’une meilleure visibilité de sa production grâce au référencement de HAL dans les moteurs de recherche scientifique (Google Scholar, BASE, Isidore …)
– Pour créer une page profil chercheur, un cv.
– Pour associer l’identifiant unique de HAL à d’autres identifiants que les chercheurs possèderaient déjà sur Facebook, Twitter, ORCID
– Pour être interconnecté avec d’autres plateformes d’archives ouvertes telles que OpenAire[6] (Open Access Infrastructure Research for Europe) et OpenAIREplus[7] pour les données de la recherche et basculer ainsi à l’échelle européenne en un seul clic.
– Pour ouvrir des collections thématiques dans le cadre de colloques, de revues, … et centraliser une production commune.
– Pour obtenir des statistiques et une géolocalisation de la production d’une unité.
– Pour bénéficier du très bon classement de HAL dans la liste des archives ouvertes et conforter cette position (5e sur 157 au Ranking international).

Hal4

Quels documents, quelles versions déposer sur HAL ?

Outre vos articles, vous pouvez charger d’autres documents tels que : les HDR, cours, posters, mais aussi les données primaires de la recherche et les brevets.

Pour les publications, trois types de versions peuvent être déposés sur HAL :
– La version « auteur » avant expertise (preprint avant peer reviewing).
– La version « auteur » validée après expertise mais avant éditorialisation (postprint après peer-reviewing).
– La version éditeur, version mise en page (postprint).

Pour en savoir plus, consulter la rubrique relative aux questions juridiques :
https://hal.archives-ouvertes.fr/page/questions-juridiques

C’est la dernière version déposée qui apparaît par défaut ; même si les versions précédentes peuvent être consultées via un menu déroulant, une seule version est accessible à l’écran dans un premier temps. Le dépôt sur HAL présente ainsi l’intérêt de faciliter la détection du plagiat.

Quel droit, quelle licence ?

Pour qu’un article puisse être déposé en toute légalité, il faut l’accord du détenteur des droits, c’est-à-dire soit l’auteur (et les co-auteurs dans le cas d’une production collective), soit l’éditeur[8]. Vous pouvez consulter les portails Heloïse (éditeurs français), ou Sherpa/romeo (éditeurs anglophones) ou Dulcinea (éditeurs espagnols) pour connaître les politiques des éditeurs en matière de dépôts d’articles. Un petit conseil : pensez en amont à négocier avec vos éditeurs vos droits d’auteur en matière d’édition électronique.

Zoom sur la licence Creative Commons (cc)

Si vous déposez un document non publié ou publié par un éditeur pratiquant l’Open Access, vous pouvez choisir en toute liberté d’appliquer une licence cc.

Si votre publication est déjà en libre accès, vous devez appliquer la même licence que celle mentionnée sur le site de l’éditeur ou sur le pdf de la version publiée (cette indication figure le plus souvent en bas de la 1re page).

Pourquoi choisir cette licence ?
Si vous souhaitez : partager et faciliter l’utilisation de votre création par d’autres, autoriser gratuitement la reproduction et la diffusion (sous certaines conditions), accorder plus de droits aux utilisateurs, faire évoluer une œuvre et enrichir le patrimoine commun, économiser les coûts de transaction, alors la licence cc est faite pour vous !

Hal5

***

En résumé, HAL dans sa version 3.0 propose une ergonomie améliorée et de nouvelles fonctionnalités[9]. À noter cependant que, par rapport à la version précédente, les collections sont difficilement repérables. Néanmoins pour un laboratoire, la collection reste un outil facile pour rassembler, archiver, présenter et mesurer (à travers ses statistiques) la production scientifique.

Une dernière interrogation demeure : Quid des unités qui ont déjà développé leur propre système d’archivage de leur publication ? Comment récupérer des bases de données parfois conséquentes et les exporter vers HAL ?

Pour toute question, un seul contact : Marlène Delhaye, Responsable des ressources documentaires numériques & open access au Service Commun de la Documentation, marlene.delhaye@univ-amu.fr

Une seule adresse
http://hal.archives-ouvertes.fr/UNIV-AMU

À vos marques…, prêts ?, déposez !


[1] Nous remercions Emma Bester pour son intéressante présentation autour de l’archive ouverte ainsi que Marlène Delhaye pour sa collaboration à la rédaction de ce billet.

[3] Chiffres extraits de  la présentation du Groupe de travail Archives ouvertes. Projet de référencement bibliographique de la production scientifique d’AMU :
http://allsh.univ-amu.fr/sites/allsh.univ-amu.fr/files/annexe_2_-_archives_ouvertes.pdf

[4] Comme c’est d’ailleurs déjà le cas avec la charte des publications AMU. Petit rappel aux publiants de l’Iremam pour signer vos publications : Iremam, UMR7310, Aix Marseille Université/CNRS, 13094, Aix-en-Provence, France.

[5] Une formation est organisée par le Labex Med le 2 décembre à Aix-en-Provence à la MMSH (http://labexmed.hypotheses.org/1007).

[8] Remarque : si la publication émane d’un projet contenant des clauses de confidentialité car élaborée dans le cadre de projets de R&D ou de brevets, l’accord du financeur s’avère également nécessaire.

[9] Comme, par exemple, faire apparaître la barrière mobile de vos documents (que HAL nomme embargo).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *