Le « Temps de la coopération » est arrivé…

À propos de la parution d’un livre et d’un film
Le temps de la coopération. Sciences sociales et décolonisation au Maghreb [1] – 

Aux portes de l'université pendant le festival panafricain, Alger 1969
Aux portes de l’université pendant le festival panafricain, Alger 1969

La parution d’un ouvrage collectif est toujours le moment d’un inévitable regard en arrière où se conjuguent un réel soulagement et des doutes tardifs quant à l’ensemble des choix qui ont permis que l’entreprise arrive à son terme. Sentiments d’autant plus mêlés a fortiori lorsque, par certains aspects, le projet s’éloigne d’une entreprise académique classique.

C’est en partie le cas de la publication dont il est question ici : à l’origine, un programme de recherche lancé en 2008 au sein de l’IREMAM[2] et intitulé dès le départ « le temps de la coopération au Maghreb ». Plus en amont encore, un texte publié par Jean-Robert Henry dans l’Année du Maghreb qui s’interrogeait sur « La recomposition des savoirs au Maghreb à l’époque de la coopération ». De nombreuses réactions à ce texte provenant de ceux qui avaient été les acteurs de la coopération universitaire franco-maghrébine dans les années 1960-1970 suggéraient que le besoin – et le désir – de revenir sur cette époque était réel. Il prenait même un certain caractère d’urgence si l’on considérait que la plupart de ces acteurs avaient dépassé l’âge de la retraite voire étaient pour certains disparus.

Conseils au coopérant, par Négib Bouderbala
Conseils au coopérant, par Négib Bouderbala, 1971

Cette période dite de la coopération ne se laisse pas saisir facilement du fait de l’ambiguïté même du projet, déjà perçue et analysée à l’époque. Au moment où les pays du Maghreb se libéraient l’un après l’autre de l’emprise coloniale, la mise en place simultanée d’une politique de coopération avec la France était pour le moins paradoxale[3]. C’était particulièrement sensible en Algérie, où le flux des rapatriés et militaires qui regagnaient massivement la métropole à l’issue d’une guerre impitoyable croisait celui des milliers de jeunes diplômés qui traversaient en sens inverse la Méditerranée, censément porteurs d’un espoir de réconciliation, de reconstruction et de développement partagé. Dans les rangs même de ces jeunes coopérants, les attaques contre ce qui pouvait être perçu comme une nouvelle forme de domination ne manquaient pas (voir ci-contre les planches inédites de caricatures dans le style de Wolinski dessinées en 1971 par le sociologue Négib Bouderbala, alors coopérant tunisien au Maroc). Mais même si la problématique du maintien d’influence n’était évidemment pas absente des préoccupations des anciennes puissances coloniales, s’en tenir à une telle lecture de la coopération en terme de « néocolonialisme », empêcherait de rendre compte d’un processus bien plus complexe et contradictoire.

Cette coopération fut intense – et numériquement conséquente – dans l’enseignement supérieur, lieu par excellence où se négociaient des éléments de rupture et d’héritage avec le passé. Les ambitieux projets de société qui se formulaient alors au Maghreb trouvaient inévitablement leur prolongement dans les questionnements des sciences sociales. Quel bilan intellectuel et humain peut-on tirer aujourd’hui de ces années singulières de la coopération qui ont marqué ceux qui les ont vécues ?

Histoire orale, histoire intellectuelle

Pour tenter de répondre, cet ouvrage conjugue deux approches, d’histoire orale et d’histoire intellectuelle. Une longue enquête par entretiens filmés en vidéo a été menée entre 2008 et 2011 auprès d’une soixantaine d’universitaires français et maghrébins, témoins de cette période. Le matériau brut de ce corpus (qui reste ouvert à tous les enrichissements) a vocation à être conservé par les Archives départementales et par la phonothèque de la MMSH. Seule une telle source, confrontée aux écrits et aux productions, mais aussi aux tentatives de rationalisation a posteriori des acteurs concernés pouvait permettre de reconstituer, à travers une pluralité de parcours individuels, le processus de recomposition des savoirs en sciences sociales, mais aussi de construction d’un nouveau regard porté sur les sociétés de l’Afrique du Nord, et par ces sociétés sur elles-mêmes. Au delà de cet objectif premier, un tel corpus de sources orales pouvait également permettre d’éclairer la dimension proprement humaine et sociologique de cette période de la coopération de façon à pouvoir être utilisé, le cas échéant, dans le cadre de recherches ultérieures sur cette période.

Ci-dessous, quelques minutes extraites de l’un des entretiens réalisé avec François Burgat, coopérant en Algérie entre 1973 et 1980 (8mn, © François Siino)

DVD film Cooperation
DVD film Cooperation

C’est à partir de cette enquête qu’à été réalisé le film « Coopérations », joint au volume. L’exercice, réalisé par Sébastien Denis était ardu : 1h30 tirée de plus d’une centaine d’heures de rushes (éléments non montés) selon un montage chrono-thématique qui prend la forme dense et sensible d’une narration collective, mais basée sur des expériences individuelles irréductibles les unes aux autres. Le film est publié en même temps que le livre. Initialement prévu comme une partie du dispositif audiovisuel entourant le programme Le temps de la coopération, les images sont devenues partie intégrante de la restitution du travail de recherche.

Les sciences sociales à l’épreuve de la coopération

Les contributions à l’ouvrage s’emploient quant à elles à analyser la dimension collective de l’expérience de coopération dans les sciences sociales et ses effets sur l’évolution des disciplines. Ces contributions s’inspirent partiellement de celles retenues pour un colloque organisé en octobre 2009, même si la liste des participants au colloque et celle des auteurs du présent ouvrage ne se recouvrent pas totalement.

Une partie des textes rassemblés concernent des savoirs contestés, déstabilisés ou marginalisés par la décolonisation. Il s’agit essentiellement ici de l’histoire, objet de corrections et de relectures, et de l’anthropologie, stigmatisée pour son usage colonial.
D’autres s’attachent au contraire à des disciplines valorisées car considérées comme étant par essence les sciences sociales du « développement » : l’économie, la géographie et la sociologie. Si les deux premières ont été largement légitimées et aspirées vers le haut par les théories du développement et par les besoins de mise en valeur des pays maghrébins, la sociologie a été davantage l’enjeu de tensions et de polémiques dans la mesure où elle touchait aux rapports très sensibles bien que peu dicibles entre pouvoirs et sociétés. Avec le recul, le refuge de la recherche sociologique vers le  « terrain » en Algérie et au Maroc constitue une expérience plus féconde que les brillants débats théoriques des premières années de la coopération.
Enfin, il fallait aussi faire cas de disciplines en prise et aux prises avec la construction de l’État. Il s’agit là de savoirs universitaires qui ont été renforcés ou vivifiés par la mise en place des nouvelles structures étatiques. C’est le cas exemplaire du droit, interne ou international, refondu au service des objectifs de transformation de la société, mais aussi soumis en tant qu’instrument de pouvoir et du pouvoir à un processus de critique intellectuelle. C’est également dans ce contexte qu’émergent, au Maghreb comme en France, de nouvelles interrogations sur le politique, voire, face à des situations très éloignées des normes en usage dans les démocraties du Nord, des façons radicalement nouvelles d’aborder la science politique.
Dans un premier temps, le déploiement de tous ces savoirs faisait peu cas de la question linguistique ou voulait croire à sa neutralité. Or, la politique d’arabisation et les réformes universitaires ont ramené cette question à l’ordre du jour avec plus ou moins de soudaineté selon les pays et dans des conditions qui ont rarement été analysées. Trois textes apportent à ce sujet des témoignages et des éclairages précieux.

Une reconstruction du regard savant

Ces deux approches – histoire orale et histoire intellectuelle – s’éclairent l’une l’autre de façon originale dans la mesure où les contributeurs à ce volume sont aussi pour la plupart des acteurs de cette période. Leur statut de spécialistes des sciences sociales donne à leurs témoignages oraux ou écrits une tonalité particulière qui n’oppose pas la mémoire et l’histoire, mais incite à replacer chaque destin individuel dans une aventure intellectuelle commune qui a fortement contribué à la reconstruction d’un regard savant sur le Maghreb.

Car si le statut de coopérant n’a pas en tant que tel créé d’effet générationnel identifiable, les témoignages des jeunes intellectuels qui en ont fait l’expérience confirment néanmoins un fait notable : le temps de la coopération a été l’une des matrices majeures de la formation de ceux qui allaient devenir dans les décennies suivantes, les spécialistes français du Maghreb, et plus largement du monde arabe. De ce point de vue, leur expérience est à rapprocher de tous ceux qui ont vécu une autre forme de coopération scientifique en animant, à la même époque et plus tard, les centres français de recherche dans le monde arabe (au Caire, à Beyrouth et Damas). Nombre d’entre eux ont d’ailleurs connu successivement les deux expériences, dans une série d’aller-retour entre la France, le Sud et l’Est de la Méditerranée. C’est de ce vivier que sont sortis la plupart de ceux qui ont occupé des fonctions de recherche et d’enseignement au sein d’institutions de recherche sur le monde arabe et musulman en France, qui les ont eux-mêmes parfois créées, et, à un moment où à un autre, les ont dirigées. Pour ne prendre qu’un seul exemple, l’historien André Raymond, coopérant en Tunisie (1957-59) a dirigé par la suite l’Institut Français d’Etudes Arabes de Damas (1969-75), fondé l’Institut de Recherches et d’Etudes du Monde Arabe et Musulman d’Aix-en-Provence dont il a été le premier directeur (1986-89). On voit ainsi comment le déplacement géographique de la coopération peut s’avérer le prélude de vocations dans lesquelles le contexte, l’engagement politique et les options épistémologiques se combinent pour produire des parcours intellectuels originaux.

Ci-dessous, montage d’un entretien avec André Raymond, filmé dans le cadre de l’enquête en avril 2010, quelques mois avant sa disparition (41mn30, © François Siino)

Les auteurs du Temps de la coopération :
Madjid Benchikh, Chantal Bernard, Négib Bouderbala, Jean-Philippe Bras, Omar Carlier, Salem Chaker, Marc Côte, Sébastien Denis, Daho Djerbal, René Gallissot, Gilbert Grandguillaume, Jean-Robert Henry, Claude Journès, Aïssa Kadri, Ahmed Mahiou, Paul Pandolfi, Jean Péneff, Marc Riglet, Daniel Rivet, Paul Siblot, Rachid Sidi Boumedine, François Siino, Jean-François Troin, Jean-Claude Vatin.

Le temps de la coopération
Ouvrage Le temps de la coopération

 

 

 

 

 

 

 


[1]. L’ouvrage est dirigé par Jean-Robert Henry et Jean-Claude Vatin, en collaboration avec François Siino et Sébastien Denis. Il a été conçu par le service des publications de l’IREMAM sous la responsabilité de Sabine Partouche et publié par les éditions Karthala (coll. IREMAM-Karthala).

[2]. En partenariat avec Satis (le département de cinéma d’Aix-Marseille Université), les Archives départementales des Bouches-du-Rhône, l’IISMM et l’association Mémoires méditerranéennes.

[3]. Voir par exemple les réflexions de Bruno Etienne dans « La coopération culturelle franco-maghrébine 1967 », Annuaire de l’Afrique du Nord, vol.6, Paris, Editions du CNRS, p. 115-160, 1968.

Pour citer ce billet : Siino François, « Le ‘Temps de la coopération’ est arrivé… », Carnets de l’IREMAM, 19 octobre 2012. [En ligne] http://iremam.hypotheses.org/618 (date de consultation)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *