L’islam en France… Quel(s) rapport(s) ?

En 2016 et 2018, deux rapports publiés sur l’ « islam français » et sur « la fabrique de l’islamisme » se proposent respectivement d’« imaginer une nouvelle organisation de l’islam en France » et de répondre « au développement de l’islamisme en France et en Europe ». Ces volumineux exposés (172 et 615 pages) sont tous deux signés par Hakim El Karoui, présenté comme un expert « Monde arabe, islam » sur le site de l’Institut Montaigne, think-tank libéral qui publie en ligne les deux volumes. Le contenu de ces deux rapports a été condensé sous forme d’essai grand public (prolongé d’un chapitre réglant des comptes avec des intellectuels en vue) et publié chez Gallimard en 2018 sous le titre « L’islam, une religion française ».
Cette production, abondamment relayée dans les médias, a suscité dans l’opinion débats et réserves. Comme la question de l’organisation de l’islam en France est à l’agenda gouvernemental, l’Iremam a décidé d’en suivre les péripéties, en y invitant les chercheurs intéressés d’autres laboratoires. Une première réunion s’est tenue à cette fin le 23 octobre 2018, autour des travaux de Hakim El Karoui. Y participaient Myriam Catusse, Philippe Cassuto, Franck Frégosi, Vincent Geisser, Jean-Robert Henry, Françoise Lorcerie, Ahmed Mahiou, Norig Neveu, Sabine Partouche, Thomas Pierret, François Siino et Nadjet Zouggar.
En voici un écho. Continuer la lecture de L’islam en France… Quel(s) rapport(s) ?

XXe Rencontres Dîwân, juin 2017, MMSH-MuCEM

   Les XXes Rencontres de l’association Dîwân se sont tenues à Aix-en-Provence (MMSH) et Marseille (MuCEM) les 28, 29 et 30 juin 2017. L’association Dîwân regroupe les doctorants travaillant sur les mondes arabo-musulmans médiévaux dans des établissements français. Continuer la lecture de XXe Rencontres Dîwân, juin 2017, MMSH-MuCEM

Des Turcs au Maroc : état des lieux d’un dispositif d’influence

Ce premier séjour de terrain au Maroc (financé par le programme WAFAW) avait pour objectif d’explorer l’impact de la crise politique et sociétale turque qui sévit depuis 2013 sur le dispositif d’influence turc au Maroc. S’inscrivant dans une étude sociologique de l’État turc ayant pour entrée la politique extérieure, il s’agissait d’interroger diplomates, enseignants et hommes d’affaires résidant au Maroc de sorte à retracer leur parcours individuel et afin de voir comment Continuer la lecture de Des Turcs au Maroc : état des lieux d’un dispositif d’influence

Erdogan : l’ambivalence d’une victoire

La victoire de l’AKP et de Erdogan, lors du referendum du 15 avril dernier (2017), est incontestable. Les chiffres pour le Oui atteignent 51,41% des suffrages, ceux pour le Non 48,59%, pour une participation globale chiffrée à 85,43% (une des plus fortes depuis l’arrivée au pouvoir de l’AKP) ;  la question posée par le referendum a donc été approuvée à la majorité absolue. Pourtant, on ne peut s’empêcher de trouver cette victoire fragile car ambivalente. Continuer la lecture de Erdogan : l’ambivalence d’une victoire

El Eulma (Algérie), anatomie d’une place emblématique du commerce transnational

Par Saïd Belguidoum[1], Saïd Chouadra[2], Nadir Alikhodja[3]

El Eulma est devenue la place emblématique du commerce transnational en Algérie. En une vingtaine d’années, ce qui était un petit marché de gros et demi-gros de la droguerie et de la quincaillerie s’est imposé comme le lieu incontournable de l’approvisionnement en biens domestiques et en petit outillage industriel de toute l’Algérie. Son souk « Dubaï », également appelé Shâra’ par la population locale, est la principale centralité commerciale des biens domestiques de tout le pays, attirant Continuer la lecture de El Eulma (Algérie), anatomie d’une place emblématique du commerce transnational

Fanny Colonna et les sciences humaines et sociales algériennes : une utopie en marche

Hommage à Fanny Colonna (1934-2014)

On sait comment la sociologie, qui fut parmi les disciplines les plus « choyées » par l’Algérie socialiste de Houari Boumediene, a été atrocement éprouvée par la mort, l’exil et la marginalisation depuis 1980. En effet, le terrorisme a ôté plusieurs vrais espoirs aux disciplines des sciences humaines et sociales ; certains sociologues ont eu la gorge tranchée, d’autres furent abattus à bout pourtant et plusieurs autres ont été poussés à l’exil. Presque en même temps, comme par malédiction Continuer la lecture de Fanny Colonna et les sciences humaines et sociales algériennes : une utopie en marche

Filmer les réfugiés

Ce billet est l’introduction de l’ouvrage qui vient de paraître aux éditions L’Harmattan, dans la collection « Mondes en mouvement », Filmer les réfugiés. Cinéma d’Enquête. Études Visuelles. Subjectivité Assumée. Documentaires. Films Ethnographiques. Ethno-fictions ou Ego-fictions ? par Fabienne Le Houérou.

***

Ouvrage Filmer les refugies F Le HouerouPersévérer à utiliser les images animées comme heuristique scientifique s’est heurté à de telles difficultés qu’il me semblait important de revenir sur cette méthodologie avec le plus d’exhaustivité possible en évitant les prétentions à la vérité absolue. Depuis que j’utilise des documentaires et des rushes filmés dans mes démonstrations scientifiques sur mes objets de recherche, je constate que tous les universitaires et chercheurs ont des idées bien arrêtées sur la science et sur la scienticité. D’aucuns s’accrochent à un inventaire ou à une nomenclature de normes qui seraient scientifiques en exclusion du reste. Cette attitude exclusive, pour rassurante et authentifiante qu’elle puisse être ne saurait toutefois demeurer fixe et figée. La science bouge, varie et se transforme, comme toute activité humaine. Elle ne procède pas d’un livre sacré et immuable mais d’un corpus de connaissances sans cesse renouvelé et récusé. Dans une navette qui va de l’exploratoire vers la preuve. Continuer la lecture de Filmer les réfugiés