Nouvelles collections pour le service commun des Presses universitaires de Provence et d’Aix-Marseille (PUP/PUAM)

Catalogue PUP 2012Jeudi 15 novembre, Aix-en-ProvenceCharles Zaremba, directeur du service commun PUP/PUAM, a présenté les grands axes de la politique éditoriale du service commun d’Aix-Marseille université et plus précisément ceux des Presses universitaires de Provence. S’appuyant sur une équipe composée de trois pôles : administratif, éditorial et commercial et sur des services extérieurs, il a retracé le chemin éditorial emprunté par les propositions de publication reçues aux PUP/PUAM.

Panorama des collections. Nouveaux axes thématiques, nouveaux look

En 2011, les collections[1] ont été redéfinies. Chaque collection est dirigée par un ou plusieurs responsables et possède une identité visuelle propre. On notera que les couvertures et les maquettes intérieures ont toutes été graphiquement revisitées.

 

 Liste des collections et des responsables de collection

Archéologie méditerranéenne (Xavier Lafon, Dominique Garcia)
Arts (Sylvie Coëllier, Jean-Luc Lioult, Yannick Butel)
Confluent des sciences (Aline Durand, Claude Touzet)
Corps & Âmes (Anne Carol, Isabelle Luciani)
Epistémè (Éric Audureau, Igor Ly, Philippe Abgrall)
Héritages méditerranéens (Emmanuèle Caire)
Langues & Langage (Aïno Niklas-Salminen, Véronique Rey)
Manuels (Charles Zaremba)
La page & l’écran (Bernard Cousin)
Penser le genre (Randi Deguilhem, Laurence Hérault)
Psychologies (Mireille Bastien, Thierry Ripoll)
Senefiance  (Chantal Connochie-Bourgne)
Sociétés contemporaines (Noël Dutrait, Matthew Graves)
Le temps de l’histoire (Élisabeth Malamut, Gilbert Buti)
Textuelles (Perle Abbrugiati, Corinne Flicker, Jean Viviès)
Travail & Gouvernance (Ghislaine Gallenga, Gilles Paché)
En coédition PUAM : Espace & développement durable (Yvette Lazzeri)

 

Exemples de couvertures, Collection PUP

6 revues dont 3 en ligne

Bulletin d’histoire contemporaine de l’Espagne
Incertains regards
Travaux du Cercle linguistique d’Aix-en-Provence
Moussons

Méditerranée

Mediterranee116
Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée (REMMM)

Remmm131

Processus éditorial. Voyage au cœur des évaluations, des réécritures, des relectures…

L’embarquement commence à réception du texte[2], qui fait l’objet, au préalable, d’une double expertise (interne[3] et externe). Plusieurs aller-retour entre l’ (ou les) auteur(s) et les évaluateurs s’opèrent. Impossible de déroger aux nécessaires réajustements requis. En parallèle, un contrat d’auteur[4] est signé. Le voyage se poursuit avec, au cœur de la mise en page, de nouvelles relectures celles de l’ (ou les) auteur(s) et celles du service des PUP/PUAM pour d’ultimes améliorations. Les côtes approchent, c’est le bon à tirer (BAT) donné par les PUP/PUAM qui annoncent l’arrivée. L’impression et la fabrication[5] peuvent commencer. Le livre paraît.

Communication, diffusion et commercialisation. À la rencontre des lecteurs

Quatre mois avant leur parution, les titres avec leur nombre de pages, leur prix et leur table des matières sont annoncés au diffuseur[6]. L’Association française des presses universitaires (AFPU) assure avec les services de logistique de la SODIS (filiale de Gallimard) la diffusion. Cette dernière prend en charge la mise en place en librairie, le retour des invendus, le stockage, le pilonnage, la vente à un soldeur[7]. Les titres sont remis à la SODIS un mois avant l’annonce de leur parution. Les librairies conservent les titres durant environ 3 mois.

Un livre, combien ça coûte ?

En plus des coûts de structure, il faut compter 1 000 euros pour la mise en page d’un ouvrage de 300 pages auxquels s’ajoutent 2 000 euros de frais d’impression (pour 300 exemplaires) avec un prix de vente public de l’ordre de 26 euros. Le coût de commercialisation se répartit de la façon suivante : 20% pour la diffusion, 7% pour la distribution, 35% pour la librairie[8].

Un livre, combien de temps ?

À réception des textes, la durée moyenne d’un projet est de 9 mois.

Qui fait quoi ?

Les PUP assurent la préparation de la copie, la relecture, la PAO, l’achat des droits d’illustration en vue de leur reproduction, le BAT, l’interface avec les presses numériques, le dépôt légal, la diffusion, la vente au comptoir, la conservation de 10 exemplaires par titre, la promotion (Salon du livre, Salon du livre d’histoire, Salon du livre en sciences humaines), les supports de communication (flyers, marque-page, brochures), le service de presse, l’envoi aux auteurs[9].

Un bilan encourageant

Avec, pour 2011, 42 titres parus, pour 2012, 57 titres parus et 50 titres programmés pour 2013, l’offre éditoriale augmente. Le volume de production et des ventes associé à une diminution des retours permet une augmentation du chiffre d’affaires. L’élan pris se confirme.

En matière de politique électronique, le service commun des PUP/PUAM coopère avec le Centre pour l’édition électronique ouverte (Cleo) pour la mise en ligne des revues et le programme de numérisation du fonds à travers le projet d’Openedition Books.

À vos plumes, stylos ou claviers, vos travaux intéressent les Presses Universitaires d’Aix-Marseille !

Contact : pup@univ-amu.fr ou valerie.julia@univ-amu.fr

 

 


[1] À noter la publication d’ouvrages hors collections et la diffusion d’opuscules (ces derniers étant réalisés par les presses universitaires d’Avignon).

[2] Pour les thèses, qui nécessitent une réécriture en vue de leur publication, le rapport de soutenance doit être joint à la demande de publication.

[3] Sous l’égide des responsables de collection et du directeur des PUP/PUAM.

[4] Des droits d’auteur sont prévus dans le cadre d’une monographie à partir du deuxième retirage, c’est-à-dire du 301e  livre vendu (5 à 8%). Pour les ouvrages collectifs, pas de droits d’auteur.

[5] Les ouvrages sont fabriqués aux Presses numériques de U3. Il faut compter 2 à 3 semaines pour un premier tirage de 300 exemplaires. L’impression numérique par rapport à l’impression offset permet de procéder à un tirage moins important et de retirer si besoin les ouvrages avec plus de flexibilité. Son coût n’est pas dégressif en fonction de la quantité tirée.

[6] L’auteur doit fournir à cette fin deux textes de présentation de respectivement 400 et 800 signes.

[7] Service du livre universitaire (SLU) qui assure la vente de livres soldés pour une commission de 15%.

[8] Les auteurs peuvent chercher des financements externes (laboratoire, institutions, fondations externes…) mais il ne s’agit pas de publication à compte d’auteur.

[9] 15 exemplaires dans le cas d’une monographie, 2 exemplaires pour les ouvrages collectifs, 1 exemplaire au directeur de collection.

 

Pour citer ce billet : Partouche Sabine, « Nouvelles collections pour le service commun des Presses universitaires de Provence et d’Aix-Marseille (PUP/PUAM) », Carnets de l’IREMAM, 5 décembre 2012. [En ligne] http://iremam.hypotheses.org/1159 (date de consultation)

 



Citer ce billet
Sabine Partouche (2012, 5 décembre). Nouvelles collections pour le service commun des Presses universitaires de Provence et d’Aix-Marseille (PUP/PUAM). Les carnets de l'IREMAM. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qf95