La militarisation du Sud de l’Empire : l’exemple du Fezzan libyen pendant la gestion coloniale de l’Italie et de la France de 1935 à 1951

Le Fezzan a joué pendant plusieurs siècles un rôle important en tant que zone intermédiaire entre Tripoli et l’Afrique noire ; la région, traversée par de nombreuses routes commerciales, profita du passage de marchandises et d’esclaves provenant des pays de l’hinterland. D’un point de vue géographique, il s’agit d’un groupe important d’oasis du Sahara central, situé sur le méridien de la Tripolitaine et du lac Tchad reliant le bilad al-Sudan avec la Méditerranée. Une zone d’échanges et de contacts entre trois groupes nomades (les pasteurs arabo-musulmans du nord, la confédération des Touaregs Ajjer de l’ouest tandis qu’au sud, la zone touche une partie du parcours de certaines fractions de populations noires appelées Tebou), des groupes sédentaires habitant dans des villages tels que Mourzouk, Brak et Sebha et des agriculteurs d’oasis vivant dans des hameaux de huttes de palmes. Les organisations sociales et spatiales liées au commerce transsaharien ont disparu avec l’affirmation du dernier Tanzimat ottoman (1835) et la prise de Tripoli par les Italiens (1911) : la région perdit de son importance et s’appauvrit progressivement. Elle fut occupée militairement par l’Italie seulement au début des années 1930 par la colonne Graziani, dans le cadre des opérations de reprise d’autorité et de création du nouveau Quatrième rivage de l’Empire. L’administration coloniale créée par Italo Balbo décida de diviser les territoires méridionaux libyens en quatre sous-commandements, gérés à partir de la fin de 1934 (par le  Décret Royal n° 3 décembre 1934/XIII n° 2012 , « Territorio Militare del Sud ») depuis Hun, dans la Jufrah, par un commandement général ; le Fezzan historique était situé pour les Italiens dans trois de ces avant-postes : Brak, Ghat et Murzuch. Chacun de ces trois sous-commandements comprenait des mudiriyyat  (cinq à Brak, quatre à Ghat et à Murzuch) ; les commandants y exerçaient le pouvoir politique, administratif et militaire, assistés d’adjoints et avec l’aide de certains carabiniers, tandis que le mudir représentait le lien entre la population fezzanaise et l’administration militaire ; il y avait quatre médecins militaires italiens à Brak, Ghat, Sebha et Murzuch. Concernant la scolarisation, on comptait quatre écoles italo-arabes et des kuttab, fermées au début de 1940 ; l’école était dirigée par un enseignant métropolitain et un enseignant  arabe.

Subdivisions provinciales de la Libye à l’époque de l’administration d’Italo Balbo (1934-40)
Source: ASMAE, Affari politici 1934-55, Elenco III cartone 54 fascicolo 20.

 

Une fois que la France occupa la région lors de l’épopée de la colonne Leclerc (1943), de petites garnisons de militaires européens vainqueurs de la seconde guerre mondiale se substituèrent les unes aux autres pour essayer de construire un hinterland d’Empire. Les courriers des ambassades commençaient à dessiner le futur du pays. Une nouvelle politique d’assistance et de scolarité vit le jour tandis que la France pensait développer au Fezzan, rebaptisé « Territoire du Fezzan-Ghadames » et divisé en quatre unités et sous-unités administratives (« regroupant la Haute administration de Sebha et les Divisions d’al-Chati, Oubari et Mourzouk »[1]), une administration militaire à l’algérienne : elle tenta d’inscrire la région, d’intérêt stratégique renouvelé, dans une perspective de gestion unitaire saharienne, en construisant un espace colonial cohérent afin d’en tirer parti pour la construction d’une Union française. Les officiers, aidés d’unités méharistes, avaient mission de préparer l’annexion du Fezzan aux Territoires du Sud, visant à créer un espace « aux dimensions d’un Empire modernisé, dont Sebha constituerait une plaque tournante aérienne et routière[2]».

Carte géographique de la Libye. En rouge: limites du Territoire du Fezzan-Ghadames géré par la France de 1943 à 1956.
Source: ANOM/CAOM, 81F/980, Administration du Fezzan, suivi, situation politique 1951.

A partir d’une réflexion sur la conception historique de l’Empire colonial et de ses marges du Sud, il s’agira de démontrer comment fut gérée la région d’un point de vue de l’administration coloniale, comment fut vécu le passage militaire d’un colonialisme à l’autre, comment se développèrent les relations politiques et humaines dans le cadre fezzanais, à travers des microhistoires d’avant-postes.

.

Le choix de la période

A partir de la normalisation de la situation coloniale suite à l’occupation des troupes militaires, j’ai décidé de faire commencer la réflexion scientifique une fois que le moment colonial administratif devient une fonction active. C’est ainsi qu’en ce qui concerne la période italienne, j’ai choisi de faire partir l’analyse chronologique au moment de la constitution de la Libye italienne, c’est-à-dire quand le Gouverneur Italo Balbo dessine la structure territoriale et provinciale libyenne vers la moitié des années 1930. L’occupation française qui y succéda, toujours caractérisée par une gestion militaire mais avec des objectifs d’Empire différents, était liée dans un premier temps (1943-49) à une politique de développement et d’assistance du Fezzan et ensuite à l’introduction d’un système politique d’implication indigène par la création d’un régime transitoire (élection de Ahmad Sef en-Naceur) avant la proclamation de la monarchie (fin 1949-déc 51) dans le cadre de l’internationalisation onusienne de la question libyenne. Bien-sûr il faut souligner que la constitution de l’Etat senoussi ne signifia pas la fin de la présence française au Fezzan, qui se termina en 1956 après de difficiles négociations avec la nouvelle monarchie (Traité d’amitié et de bon voisinage).

.

Le choix du pays et de la région

La Libye a toujours été l’objet d’un déficit d’intérêt de la part de l’historiographie et de la communauté académique par rapport aux autres pays du Maghreb, et son histoire contemporaine ne fait pas exception. Seulement pour n’en citer qu’un exemple récent, en ce qui concerne son histoire moderne, « beaucoup de questions et de problèmes nécessitent encore plus d’efforts d’études et de recherches, à la lumière de la connaissance des documents devenus disponibles à l’intérieur et à l’extérieur du pays […] Si l’on ajoute à ce qui est disponible en Libye, les documents existants à Istanbul, en Italie, en France, à Malte et en Allemagne ainsi que dans certaines pays arabes, il est certain que la simple élaboration d’une bibliographie relative à ce riche patrimoine scientifique nécessiterait les efforts de plusieurs institutions[3]». Les motivations qui ont conduit au choix de la région sont liées à la marginalisation progressive de la périphérie impériale dans le cadre des études coloniales : les ouvrages qui traitent de la Libye coloniale et les pistes d’enquête explorées jusqu’ici ont toujours mis l’accent sur les questions de la territorialisation et de l’occupation du littoral plutôt que du désert colonial.

.

Pour la création d’une histoire de la colonisation d’hinterland

La réflexion historique que nous présenterons sur cette région du sud-ouest libyen aussi mystérieuse que méconnue et sur cette période de dualisme de gestion militaire et coloniale européenne souhaite ouvrir de manière ambitieuse une chaîne d’enquêtes sur les « Suds de l’Empire »,  oubliés parfois de l’historiographie de la colonisation qui a préféré se concentrer sur l’analyse des espaces remplis et étroits  septentrionaux, occupés pour la construction d’une administration du pouvoir direct, par rapport aux périphéries des espaces vides et élargis, contrôlés par des politiques indirectes et de délégation.

.

L’expérience de terrain et la méthodologie

Compte tenu de la continuité temporelle des événements et de la succession historique du passage de l’administration militaire italienne à l’administration française au Fezzan, quels sont les éléments de rupture et de continuité entre les deux moments coloniaux ? Quel héritage a laissé cette double militarisation coloniale dans le cadre de la construction politique de l’Etat libyen indépendant de 1951 et de ses limites ? Pour essayer de répondre à ces questions on a envisagé une méthodologie transversale sur un corpus ponctuel de sources d’archives écrites. Ces sources consistent en actes, chartes, rapports, correspondances politiques, (rares) photographies et correspondances privées qui seront collectés et organisés sous la forme d’une base de données relationnelle et qui seront comparés à la base scientifique formée par des études récentes et moins récentes (la soi-disant littérature scientifique). Outre les travaux liés à l’analyse de documents historiques et géographiques, le projet s’appuiera aussi, compte tenu de la proximité relative de certains événements et de l’importance croissante des sources orales dans le cadre de l’historiographie contemporaine, sur la réalisation d’une série d’interviews (en particulier des descendants des militaires italiens et français et des fezzanais qui ont vécu celle période-là) pour être inclus dans le produit final. Grâce au soutien de l’IREMAM et de l’Ecole Française de Rome j’ai eu la possibilité de me déplacer jusqu’à présent dans plusieurs archives françaises et italiennes à la recherche de documentation sur la présence coloniale au Fezzan et sa valorisation spécifique durant la période 1935-1951. La difficulté pour un chercheur qui veut travailler sur ce sujet est multiple : d’abord l’organisation des archives en Italie concernant l’expérience coloniale n’est pas encore très bien inventoriée et elle reste divisée entre deux sites principaux. Dans l’ Archivio Centrale dello Stato – ACS, se trouve une partie du fonds de l’ancien Ministero dell’Africa Italiana – MAI  (une archive secrète et 53 enveloppes de son Cabinet avec la documentation de la période 1922-1939), de l’ETAL- Ente turistico alberghiero della Libia, une institution pour le développement du tourisme colonial en Libye créée par Italo Balbo en 1935, des Tribunaux spéciaux pour la défense de l’Etat italien en Libye et des tribunaux extraordinaires de guerre, ainsi que des fonds liés à des personnalités de l’époque coloniale italienne telles que Rodolfo Graziani et Pietro Badoglio. Dans l’Archivio Storico Diplomatico du M.A.E italien au Palais de la Farnesina (ASMAE) se trouvent les correspondances des ambassades, les sources des relations politiques de l’Italie à l’étranger, y compris les questions coloniales (Serie Affari Politici), la deuxième section du fonds M.A.I. (il s’agit de cinq volumes sur les activités de cet établissement de 1855 à 1962). En outre, en se référant à une époque coloniale de gestion militaire, on pourra obtenir des informations précieuses auprès de l’Archive de l’Etat-majeur de l’Armée italienne – AUSSME (une nouvelle mission à mener en 2013). En France l’organisation des archives est plus homogène et grâce à la présence d’instruments de recherche en ligne (par exemple les listes des inventaires et des documents visuels IREL et ULYSSE aux ANOM/CAOM à Aix-en-Provence), on peut connaître à l’avance l’origine des sources à retracer. Concernant le Fezzan, la France ayant chargé l’Algérie de son administration, la plupart des documents ont été retrouvés évidemment dans les inventaires du Ministère d’Etat pour les affaires algériennes. Une autre adresse utile, toujours pour des questions qui portent sur le lien étroit entre la militarisation et la présence effective de la France en Libye du Sud et que je découvrirai bientôt, se trouve à Paris-Vincennes (il s’agit du Service historique de la Défense-SHD) : une recherche rapide en ligne m’a aidé à retrouver des inventaires sur l’administration du Fezzan, d’où l’importance de se rendre in situ.

 

 Le manque d’images sur la construction de l’œuvre coloniale au Fezzan

L’image photographique a toujours représenté une annexe complémentaire de l’information documentaire pour fixer le cadre historique ; d’ailleurs l’époque coloniale a été souvent caractérisée par la célébration de la construction progressive du « génie occidental » qui justifiait sa présence à l’extérieur et qui allait de pair avec les nombreuses études de missionnaires, géographes, ethnologues, archéologues et agronomes, dont les ouvrages étaient très remarquables d’un point de vue scientifique même si leurs objectifs participaient au développement des affaires coloniales (concernant le Fezzan il ne faut pas oublier les missions de la Reale Società Geografica Italiana qui ont accompagné la prise du pouvoir effective du fascisme à partir du début des années 1930 : Lidio Cipriani, Antonio Mordini, Paolo Graziosi, Roberto Corti, Edoardo Zavattari, Vittorio Erspamer, Biagio Pace, Giacomo Caputo, Francesco Beguinot, Elio Migliorini mais surtout les études des oasis fezzanais menées par Emilio Scarin[4]. Du côté français nous pouvons bien-sûr nous référer aux études menées par Jean Despois et pilotées depuis Alger vers la moitié des années 1940 sous l’égide de l’Institut des Recherches Sahariennes).

La militarisation coloniale successive du Fezzan par l’Italie et la France semble représenter un cas intéressant de manque de projection de l’image du bâtiment colonial sur le territoire pour confirmer la version qui nous a été fournie par le document d’archive, qu’il s’agisse de l’expérience italienne ou de la française.

Deux militaires italiens près de Mourzouk (1941).
Source: archive photographique de l’AIRL (Association des Italiens rapatriés de la Libye).

.

Les missions dont nous venons de parler ont produit des images remarquables sur les villages et les types du Fezzan (dans le cas italien on peut les retracer aussi directement en ligne par le réseau de la Società Geografica Italiana), mais je n’ai pas encore réussi à identifier de preuve visuelle de l’existence architecturale d’un développement colonial du désert, même limitée par rapport aux projets du littoral. Pour n’en citer qu’un exemple récent, j’ai pu consulter aux ANOM/CAOM un album photographique sur « l’œuvre française au Sahara[5] », pas encore inventorié en ligne, et je n’ai trouvé que cinq photos sur le Fezzan, qui ne sont pas assez liées aux éléments recherchés.

A la lumière des relations entre certaines institutions libyennes, françaises et tunisiennes (voir l’ouvrage Une histoire méconnue – les relations libyo-françaises au Fezzan de 1943 à 1956[6] paru cette année sous l’égide de l’IRMC) et donc entre les deux côtés de la Méditerranée, on espère renforcer la possibilité d’étendre, de manière progressive, la connaissance de l’histoire de la Libye et les opportunités d’échange entre les chercheurs de ces pays, à la recherche des diversités et des corrélations scientifiques qui, pour le Fezzan, se cachent encore sous la rahla d’un travail inachevé.

 

 


[1] El-Hindiri Saïd Abderrahmane, l’Administration française au Fezzan (1943-1956), dans Ouannes M. et Denieuil P.N (éd.), Une histoire méconnue. Les relations libyo-françaises au Fezzan de 1943 à 1956, Tunis, Cérès éditions, 2012, p. 76

[2] Martel André, La Libye 1835-1990 : essai de géopolitique historique, Paris Presses universitaires de France 1991, p. 158

[3] Ed-deek Mahmoud Ahmed, Motivations et ambitions françaises dans le Sud et l’Ouest de la Libye, dans Ouannes M. et Denieuil P.N (éd.), op. cit., p. 34

[4] Scarin Emilio, Le oasi del Fezzan : ricerche ed osservazioni di geografia umana, Bologne, Zanichelli 1934

[5] ANOM/CAOM, ICO 8Fi/288

[6] Ouannes M. et Denieuil P.N (éd.), op. cit., 371 p. français/arabe

 

Pour citer ce billet : Palmieri Tommaso, « La militarisation du Sud de l’Empire : l’exemple du Fezzan libyen pendant la gestion coloniale de l’Italie et de la France de 1935 à 1951 », Carnets de l’IREMAM, 16 janvier 2013. [En ligne] http://iremam.hypotheses.org/1578 (date de consultation)

 


Tommaso Palmieri

Doctorant de l'IREMAM en cotutelle avec l'Université de Pise (Italie)

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.