Le « modèle turc », un serpent de mer polymorphe

Visite d'Erdogan en Tunisie en septembre 2011
Visite d’Erdogan en Tunisie en septembre 2011

En 2010, on trouvait une Turquie triomphante, affichant « de longue » des bilans économiques rutilants, surfant sur une crise qui frappait nombre de ses partenaires, désormais assez familière des notions de démocratisation pour se positionner en militante des droits de l’Homme envers la Palestine, tançant publiquement ses interlocuteurs (Davos, février 2009), se réclamant face à Israël du respect du droit international (Mavi Marmara, mai 2010), bravant le Conseil de Sécurité de l’ONU par sa proposition d’arbitrage en faveur du nucléaire civil iranien, optant à l’évidence pour une visibilité de plus en plus affirmée.

Les printemps arabes et l’expérience turque

Début 2011, comme en écho, les printemps arabes commençaient à bruire de l’intérêt que leur inspirait l’expérience turque. Le « modèle turc »   devenait alors une appellation de plus en plus courante, autant réclamée par certains interlocuteurs arabes que proposée par certains officiels turcs.

La « rue arabe », mesurée pour la première fois par une vaste enquête de l’Université du Maryland (UMD Poll : Egyptians See Military Putting Brake on Revolution, 2 :1, 23 november 2011), affichait ses espoirs et sa confiance dans la conduite des affaires par Ankara, vantait l’émergence d’un nouveau charisme dans la personne de R.T. Erdogan, promettant un nouveau leadership. Lui-même, dans une tournée qu’il voulut triomphale en Egypte, Libye, Tunisie (septembre 2011), mit en scène les multiples résultats de sa gestion, de son gouvernement : il proposa une audacieuse conciliation, qu’il venait incarner, entre un islam (croyance, foi, observance) dont il était tacitement un acteur reconnu, et la laïcité, dispositif nécessaire à ses yeux pour gérer les nombreux problèmes d’une pluralité sociale en plein désenclavement politique.

Toute cette effervescence était mise en musique par une nouvelle ligne diplomatique élaborée par l’académique A. Davutoglu, promu ministre des Affaires étrangères en mai 2009, jouissant d’une bonne communication autant auprès des pays du Proche Orient que vers ses interlocuteurs occidentaux (au premier chef, les USA). Ce contributeur méthodique se distinguait par une remarquable mise en cohérence des capacités et des intentions nationales, par un enrichissement du champ diplomatique par des notions culturelles polyvalentes (islam, passé ottoman, territoires d’empire, millet), soutenu par des réconciliations inédites et par un réel impact fédérateur sur la région, autant en actions de médiation, en actions de promotion que par l’édification de constructions politiques et juridiques nouvelles. Davutoglu, dans la « doctrine » qu’il avait définie, avait inventé des concepts innovants tels que la « profondeur stratégique » associés à des slogans percutants (le « zéro problème » avec les voisins, une diplomatie « pro-active ») qui coloraient à son avantage la nouvelle direction politique et symbolisaient un cheminement renouvelé et performant. La Turquie semblait alors jouir non seulement d’une vision mûrie de son rôle et de ses atouts mais aussi des conditions favorables à les mettre en pratique.

C’est cet état de fait qui présida à la mise en place de notre séminaire IREMAM/MMSH intitulé « Le monde arabe au miroir de la modernité turque » où nous avons décliné sur deux années (20 séances, oct. 2010-juin 2011 et oct. 2011–juin 2012), du point de vue turc et du (multiple) point de vue arabe, les modalités de ce succès et des échos qu’il trouvait d’abord auprès des différents interlocuteurs concernés puis, dans la deuxième année, auprès des processus révolutionnaires.

Certes, le « modèle » comportait certaines ambiguïtés. Il était difficile de faire l’exact départ entre une contribution politique nouvelle (celle d’un apport innovant de l’AKP) à l’évolution politique turque, entre le choix d’un camp délibéré (le camp arabe – ou musulman) face à l’Occident, en tous cas face à Israël, ou la mise en perspective plus diffuse d’une Turquie qui, certes, réaffichait une référence à l’histoire ottomane, impériale et musulmane, mais sur fond d’un acquis substantiel et désormais irréversible de sécularisation, celui qui lui assurait déjà une insertion réussie dans la mondialisation. Dans toutes ces évaluations, l’argument économique – qui n’a jamais été perdu de vue par l’AKP – restait-il le nerf de la guerre ou bien faisait-il une part toujours plus belle à une idéologie réislamisante ?

Sur fond d’évaluation ambiguë et confuse, on s’accordait néanmoins sur un bilan très positif de l’expérience, support crédible de la promotion internationale affichée d’un hypothétique modèle turc. Autant les Etats-Unis que les pays arabes, ou les nouveaux partenaires de la Turquie (percée diplomatique spectaculaire durant la dernière décennie en Afrique noire, sahélienne et musulmane), – sauf peut-être l’Europe (mais cette réticence fut aussi sans doute utile au processus) – misaient sinon s’interrogeaient sur l’émergence d’un acteur régional doté d’une capacité à influer en profondeur et peut-être durablement sur le règlement d’une situation chaotique. Dits avec les mots de Davutoğlu, la Turquie semblait avoir acquis la capacité d’un acteur régional polyvalent qui, inscrit dans la mondialisation, pouvait avoir une incidence directement « globale » car peu à peu détenteur des moyens de faire émerger au rang de partenaire collectif, une région proche ou moyen-orientale qui trouvera naturellement sa place et son rôle dans l’équilibre mondial.

Une deuxième phase, celle des printemps arabes parut aller vers la concrétisation de ce « modèle turc », d’abord à travers les déclarations explicites de certains leaders arabes éminents puis surtout par l’accession majoritaire et légitime au pouvoir des courants islamistes modérés comme Ennahda en Tunisie et les Frères Musulmans en Egypte, qui y faisant publiquement référence. C’est fort de ces assurances que Erdogan trouva argument à sa grande tournée de septembre 2011 et put oser recommander la laïcité comme  perspective institutionnelle d’avenir pour l’Egypte, compatible avec une affirmation de religiosité et idoine à un développement harmonieux et « démocratique » des ouvertures politiques en cours.

Un modèle en perdition ?

Cet épisode fut en réalité le début d’une certaine décrue, ravivant illico une prévention ancienne contre une Turquie « athée ». L’argument d’une possible compatibilité entre la laïcité et la persistance d’une référence islamique ne fut pas cru. Ce fait déclencha un inconfort symptomatique de toute une série de décalages qui allaient se révéler peu à peu.

En fait, la Turquie de l’AKP avait pu se prévaloir d’une image libérale parce qu’elle négociait en premier lieu avec des pouvoirs autoritaires auxquels elle offrait la promesse d’une solution économique, et sur lesquels un discours démocratisant pouvait valoir comme moyen de pression et de justification. La Syrie de Bachar avait tout à fait pu s’en accommoder.

Premier décalage, la Turquie adopta face aux révolutions arabes  une attitude qui ne lui permit pas de donner une réponse unique à toutes les occurrences de ce soulèvement, ni unanimement typique de son discours. Et on vit en Egypte, au Yemen, en Syrie et en Libye des différences de réaction, de traitement qui tinrent aux particularités des relations entamées avec les différentes autorités. La Turquie hésita même parfois, comme en Libye, au vu des intérêts engagés (marchés en cours évalués à 30 milliards $ et 30 000 travailleurs turcs présents sur le territoire libyen) à mettre le régime en accusation.

Deuxième décalage, les révolutions renversaient de fait les données acquises. A partir du moment où se libéraient des espaces politiques internes à une société en soulèvement, où émergeaient de nouveaux acteurs, l’intérêt d’un modèle extérieur s’amenuisait car il ne pouvait plus, au-delà de certains mots d’ordre globaux, épouser complètement les perspectives nouvellement ouvertes. La où s’élargissait la pluralité des revendications, un modèle pré-posé devenait fatalement réducteur.

Plus globalement, les slogans percutants de la diplomatie pro-active ont perdu leur pertinence. Le zéro problème avec les voisins non seulement n’est plus d’actualité mais les tensions ont graduellement effacé tous les acquis tangibles que cette diplomatie avait pourtant réussi à organiser. La situation, au mieux avec l’Irak de Al Maliki jusqu’en 2011, soudain s’est tendue. La Syrie, le meilleur témoin des efforts de réconciliation, a sombré dans la guerre civile et le pouvoir réserve maintenant ses nouvelles foudres à l’ancien ami. Le Liban, pertinent aux yeux de l’AKP pour la pluralité politique qu’il véhicule, répercute dans des troubles internes les tensions régionales. En Egypte, l’AKP, au départ très actif dans le départ de Mubarak, hésite désormais entre la dynamique révolutionnaire et le soutien à ce qui lui est fondamental à savoir la permanence d’une autorité centrale ; autrement dit l’AKP en revient à vanter les forces armées… dont il combat pourtant l’influence chez lui.  Bien sûr, l’ombre de l’Iran s’est faite grandissante, et face à lui, la profondeur stratégique, comme attitude de règlement diplomatique garant d’une pacification, s’est délitée, allumant au contraire d’autres lignes de conflit que Davutoglu avait jusque là ignorées, celles d’une rivalité interne au monde musulman entre chiites et sunnites, celles d’une fracture réelle dans cette solidarité mythique propre à la communauté islamique sur laquelle misaient Davutoglu et l’AKP. Non seulement les circonstances ont échappé aux prévisions mais elles infirment le raisonnement tenu jusque là, réfutant ses arguments principaux, au point que l’on parle aujourd’hui ouvertement du fiasco de cette diplomatie.

Le projet économique lui-même, socle matériel le plus prometteur car conceptuellement le plus accessible, a lui aussi sombré. La promesse d’une prospérité partagée n’a pas freiné les conflits sociaux, tribaux, communautaires, ethniques. Or la Turquie de l’AKP, d’une part, a besoin de ses exportations et rien ne compense aujourd’hui la part grandissante du marché proche-oriental (il y a bien l’Afrique noire où elle tente de se déployer – visite d’Erdogan en février 2013 -, mais là encore, son domaine d’intervention est précisément cette Afrique sahélienne que la présente expédition française au Mali, mobilise justement contre les dangers de l’islamisme), d’autre part, elle est une grande consommatrice d’énergie qu’elle obtient actuellement principalement d’Iran et de Russie, deux interlocuteurs qui lui font face dans la question syrienne. Donc, pour des raisons sécuritaires, la Turquie préfère rejoindre le camp américain dans le déploiement d’un bouclier anti-missile, ce qui veut dire qu’elle est obligée de se réaligner sur un camp et d’abandonner sa prétendue autonomie de décision, mais elle doit en même temps conserver la proximité de l’autre camp et peut-être rester dans une sorte de dépendance sur le moyen terme.

Enfin, autre question plus imprévisible, la question kurde qui déborde définitivement du cadre national (Kurdistan iranien, irakien, syrien sans parler de ses ramifications dans le Caucase) et impose à la Turquie des positionnements contradictoires (refus d’un Kurdistan autonome et pourtant soutien très actif de la zone indépendante du nord Irak, essentiellement kurde), révèle actuellement  l’écart entre un externe et un interne : l’AKP, dans  l’incapacité à régler la situation sur le plan intérieur, réprime largement toute expression contestataire alors qu’il prône à ses interlocuteurs extérieurs démocratie, tolérance et pluralisme. Sa crédibilité est alors fortement remise en cause.

Actuellement, la zone de turbulence est énorme et la Turquie de l’AKP voit compromise son action autant en termes d’espace régional d’intervention, de supports politiques qui visent à inventer une compatibilité nouvelle entre islam et universalité de concepts « modernes » tels que démocratie, Etat de droit, respect des libertés publiques et individuelles, indispensables à une bonne introduction à la mondialisation.

L’échec paraît-il pour autant aussi définitif ? Ce n’est pas dit. Deux facteurs me semblent porteurs d’autres développements, au-delà du constat fait aujourd’hui.

Modèle turc ou modèle AKP ?

Le premier est le fait que le sort de la Syrie va conduire probablement à une mobilisation multilatérale, plus ou moins interventionniste, de reconstruction de ce pays, en prolongement de celle de l’Irak, à la recherche d’un mode de sécurisation de cette zone sur la base d’une réorganisation politique (Etat de droit ?) et territoriale apte à maintenir le calme. Une zone où devront de surcroît être sécurisés les rapports à Israël, la relation à l’Iran et la zone d’extraction énergétique. Il y a là une articulation qui devrait conduire à une sollicitation (mobilisation ?) plus grande des soft et hard powers de la Turquie.

La Turquie, puissance régionale de proximité, relativement extérieure aux polarisations locales car émargeant sur plusieurs registres à la fois sans y être dans un rapport exclusif, intéressée au premier chef par une pacification de la région (but du dispositif Davutoglu), Etat intermédiaire ou Etat pivot,  est là elle-même impliquée dans une reconfiguration régionale qui devrait privilégier l’équilibre des forces sur d’autres enjeux que de rivalité, de concurrence ou d’hégémonie. On peut faire appel à elle non seulement du point de vue de la reconstruction (capacité économique, financière, technologique, entrepreneuriale) mais aussi du point de vue de la surveillance, de la capacité d’intervention (civile et militaire), comme poste relais aux logistiques occidentales (OTAN) et énergétiques (BTC  et Nabucco), comme autorité de surveillance, mais aussi comme dotée d’un entregent potentiel, culturel, politique, confessionnel,  envers tout son environnement immédiat et moins immédiat. Là, la redéfinition de la place géostratégique de la Turquie à partir de critères géographiques, historiques et culturalistes, située en relation à la globalisation, telle que faite et énoncée par Davutoglu, constitue une référence encore utile et largement utilisable.

Autrement dit, même si la construction fédératrice AKP est aujourd’hui perturbée par des circonstances qui semblent l’infirmer, la capacité d’action et la propension turque à jouer un rôle utile perdurent et continuent à donner à ce pays, et à lui voir reconnaître, un rôle de médiateur dont les potentialités sont multiples. Sans doute faudra-t-il recollationner la série de ces compétences moins désormais en termes de fédération civilisationnelle essentialiste autour de l’islam qu’en termes de rationalisation globalisante, probablement autour de l’aménagement d’une zone d’échange économique. Les inspirations que l’AKP tirait de l’expérience de construction européenne, à l’usage du Proche Orient, restent vraisemblablement valides.

Mais les dirigeants AKP sauront-ils prendre suffisamment de distance par rapport à cette valorisation du paramètre islamique qu’ils mettent en scène depuis qu’ils sont au pouvoir – sans doute pour une bonne part, un affichage du positionnement face aux Occidentaux – ? La question est ouverte… Il est sûr que, pour atteindre la taille critique des pays émergents (BRICS) à laquelle aspire visiblement l’AKP au pouvoir (Erdogan vient de lancer l’idée de l’admission de la Turquie à l’OCS – Organisation de Coopération de Shanghai – février 2013), la Turquie doit élargir sa sphère d’influence ou d’intervention, autrement dit alourdir son rôle et sa représentation en termes d’équilibre des forces ; or, la sphère la plus accessible semble bien encore la zone proche-orientale où une argumentation culturaliste, arabe ou musulmane, paraît donc de première utilité.

L’autre dimension d’un rebond possible de l’influence turque réside à mes yeux, s’il n’est pas uniquement conjoncturel, dans le naufrage proclamé des tentatives d’installation au pouvoir des islamistes modérés, dont on dénonce en interne comme en externe, l’incapacité à être efficace, à se saisir des problèmes fondamentaux de société et d’économie, celle de sortir du dogmatisme pour trancher et adopter des options politiques et institutionnelles pragmatiques, à pratiquer des ouvertures politiques sans retomber dans les habits éculés de l’autoritarisme ni sans être les otages de l’islam radical ou salafiste. Au-delà de la seule compétence d’équipes gouvernementales ou de la maturation des expériences, l’échec des islamistes modérés pose une question plus profonde; celle de la capacité de l’islam – ou de l’islamisme – à sortir de l’idéologique, du dogmatique (c’était déjà le discours d’A. Gül dès son adresse en 2003 à ses pairs de l’OCI ; en 2013, il leur recommande encore la démocratisation comme condition d’accès indispensable à l’ère de la modernité) à gérer des sociétés dans leurs environnements régional, international, obligés non seulement de compter avec la pluralité sociale mais d’envisager son passage au pluralisme politique, à sortir des logiques communautaires ou communautaristes, à se définir positivement et non négativement contre d’autres, à envisager des constructions sociopolitiques plus larges que la seule observance des règles de la sharia.

Plutôt que d’un modèle turc, plus  loin que les seuls éléments comptables d’un bilan économique positif, faudra-t-il alors parler d’un « modèle AKP », de son pragmatisme, de sa capacité à franchir des barrières conceptuelles, à mettre en place des paradigmes nouveaux, à faire des compromis politiques voire des bricolages idéologiques où des valeurs conservatrices peuvent, associées à des dynamiques modernisantes, tenir compte des évolutions sociale, économique, technologique réelles avec lesquelles négocier des innovations pratiques en termes politiques à partir de références plus fluides, celles de la démocratie, de la société civile etc… Ce qui marque la gestion AKP est sa familiarité avec le cosmopolitisme, via cette dimension libérale qui combine forcément une dose de libéralisme politique avec le libéralisme économique, au moins pour garantir à l’agent économique sa « liberté » d’entreprendre. Sans doute, l’intangibilité des consultations électorales est-elle un impératif suffisant pour l’AKP à jouer les ouvertures, d’autant qu’il en tire son principal titre de légitimité. Sans doute, la sécularisation en cours depuis maintenant 90 ans est-elle aussi un paramètre incontournable pour un pouvoir qui affiche sa modernité et sa proximité sociale. Et sans doute encore, ne faut-il pas oublier tous les acquis des périodes précédentes, réseaux économiques et commerciaux, marchés ouverts dans des cadres diplomatiques antérieurs (OTAN ? ONU, FMI), souvent vers l’Occident et sans lesquels l’AKP n’aurait pu fonctionner (la Turquie redemande un siège au Conseil de Sécurité des NU pour 2015-2016).

Il n’en reste pas moins que, globalement, la Turquie apparaît comme le seul interlocuteur proche-oriental à avoir la capacité de concevoir des projets politiques larges, à échafauder des constructions multilatérales, transnationales du type marché commun, à anticiper des espaces intégrés à dynamique collective et concertée, construits sur des bases juridiques élaborées, solides, crédibles, à avoir une capacité d’articulation des intérêts entre plusieurs partenaires, une vision large développant l’idée d’interactivité, établie sur un droit ou une règle collective. Nul doute que joue là la reconnaissance par la Turquie non seulement des exigences internationales mais aussi la sensibilité aux exigences mondialistes ou « globales », la familiarité avec les critères économiques, juridiques, politiques de cette globalité. D’ailleurs, à l’intérieur même de son fonctionnement, la Turquie de l’AKP ne compte pas que des acteurs islamiques, pieux ou voilés mais dispose d’un large spectre de collaborations.

Ombre au tableau, néanmoins : présentement, l’AKP affiche des raideurs politiques dans le traitement de ses affaires internes et plus spécialement de la question kurde. Le penchant charismatique d’Erdogan ravive la tradition d’un pouvoir autoritaire (on en est même venu à parler d’un islam « kémaliste »). Et le danger existe que la tendance à la personnalisation du pouvoir, en cours sous la forme d’une révision constitutionnelle et d’une présidentialisation du régime, coupe l’AKP de sa capacité antérieure aux compromis et lui donne une lecture de plus en plus simpliste d’une légitimité mesurée à la seule détention d’une majorité absolue jusqu’ici incontestée. C’est une dérive qui a déjà valu un coup d’Etat à une première expérience décennale d’un pouvoir libéral (1950-1960), dont l’AKP actuel s’inspire beaucoup. Mais, pour l’heure, on sait l’armée passablement contrainte sous la pression d’un pouvoir politique. Pouvoir civil ou pouvoir AKP ?

 

Pour citer ce billet : Groc Gérard, « Le ‘modèle turc’, un serpent de mer polymorphe », Carnets de l’IREMAM, 7 mars 2013. [En ligne] http://iremam.hypotheses.org/2190 (date de consultation)

 


Gérard Groc

En savoir plus sur Gérard Groc sur le site de l'Iremam.

More Posts - Website

Une réflexion au sujet de « Le « modèle turc », un serpent de mer polymorphe »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *