Les relations franco-israéliennes pendant la guerre du Liban (1975-1990) au regard de la politique arabe française initiée à partir de 1962

Présentation de l’avancement des travaux de Roland Lombardi, doctorant IREMAM

.

Ruines romaines de Byblos, le Liban à la croisée des civilisations. © Roland Lombardi 2012
Ruines romaines de Byblos, le Liban à la croisée des civilisations.  ©Roland Lombardi 2012

.Au-delà de mon intérêt personnel pour les questions touchant le Moyen-Orient, l’histoire des relations franco-israéliennes ainsi que la « politique arabe » de la France, ce sujet de thèse est né de plusieurs observations.

De nombreux chercheurs ont déjà évoqué et travaillé sur la nouvelle « politique arabe » de la France initiée par le général de Gaulle à l’issue de la guerre d’Algérie. Je pense à Jacques Frémeaux, Jean-Paul Bled, Maurice Vaïsse, André Nouschi ou encore Henry Laurens. Par ailleurs, les relations entre la France et Israël ont aussi été l’objet de nombreuses recherches de chercheurs français et israéliens. Je pense ici aux Israéliens Michel Bar-Zohar, Tsilla Hershco ou encore Myriam Rosman. Du côté français, je songe en premier lieu aux récents et importants travaux de Frédérique Schillo et notamment sa thèse, publiée en 2012, sur la politique française à l’égard d’Israël de 1946 à 1959.

.

J’ai moi-même rédigé, dans le cadre de mon Master sous la direction de Robert Ilbert (2009), un mémoire sur Israël et la guerre d’Algérie (1954-1962), regard et implication de l’Etat hébreu dans le conflit, édité aux éditions Prolégomènes avec pour titre : Israël au secours de l’Algérie française, l’Etat hébreu et la guerre d’Algérie 1954-1962. J’avais alors modestement approfondi les travaux de Ian Black et Benny Morris notamment, Israel’s Secret War: A History of Israel’s Intelligence Services (Grove Weidenfeld, 1991) en évoquant, grâce en partie à des archives encore inexploitées (ANOM, Aix-en-Provence), l’intérêt que portaient les responsables israéliens sur les évènements en Algérie et surtout l’implication directe mais fort méconnue des services israéliens dans le conflit lui-même.

Mais à l’issue de ce travail et ayant alors observé que les travaux cités plus haut traitaient séparément l’histoire des relations franco-israéliennes et la politique arabe de la France, je décidai, malgré mes obligations professionnelles, d’envisager une thèse afin de mettre en perspective et d’évoquer les possibles interactions de ces deux sujets, ce qui ne fut fait que trop partiellement dans les recherches précédentes. Je suis donc entré en relation avec le Professeur Philippe Cassuto. Responsable, entre autre, de la formation continue d’Aix-Marseille Université et intéressé par mon profil atypique de cadre en entreprise reprenant ses études, il consentit à devenir mon directeur de thèse.

.

Définition et problématique du sujet

Dès lors, un sujet faisant en quelque sorte suite à mon Master s’est imposé. Mais comment définir le sujet, le problématiser et cadrer l’objet de ma recherche ?

Tout d’abord, je partis du constat suivant : pour mener à bien cette politique arabe, les gouvernements français (de Gaulle et ses successeurs) ont dû, dans une certaine mesure d’abord, puis clairement par la suite, équilibrer les liens de la France entre Israël et le monde arabe, et par conséquent estomper (à partir de 1959) puis mettre un terme (1967) à « l’idylle » entretenue depuis plusieurs années avec Israël. Mais en définitive, ce n’est qu’avec la fin de la guerre d’Algérie (1962) que la réconciliation franco-arabe s’amorce réellement et que les liens avec Israël vont commencer à se distendre. Je décidai donc que mon sujet porterait sur une analyse croisée de ces relations franco-israéliennes et de cette politique arabe de 1962 à 1990.

Pourquoi 1990 ? Et bien, car durant la période qui nous concerne se produisit un évènement majeur qui pourrait alors être considéré comme l’épicentre de notre travail. Cet évènement fut la guerre du Liban (1975-1990). En effet, étudier la guerre du Liban qui lie dans un même faisceau des éléments apparemment hétérogènes – la France, Israël, le Liban, la politique arabe française – autour d’un épisode clé et déterminant au Moyen-Orient (1990 étant la date officielle de la fin du conflit libanais mais aussi une date charnière dans l’histoire du Moyen-Orient), serait une occasion inédite d’aborder et de comprendre l’histoire, la nature, la forme et les évolutions de la politique de la France au Levant, tout en examinant les constances et surtout les changements dans les relations entre Paris et Jérusalem.

Par ailleurs, le Liban reste et fut longtemps, un élément majeur dans la politique régionale de nombreux pays du Proche-Orient (Syrie, Iran…). Il est bien sûr aussi l’endroit où se focalisa durant la période en question (1970-1990) la confrontation est-ouest. Mais surtout, le Liban, touché par une guerre civile et des guerres d’influences étrangères de 1975 à 1990, fut l’objet d’une implication importante notamment pour les deux pays qui nous intéressent, à savoir, Israël et la France. Pour cette dernière, pays historiquement et culturellement proche du pays du Cèdre, le Liban est le théâtre où se manifesta l’ultime influence de Paris dans la région.

Quant à l’Etat hébreu, l’opération « Paix en Galilée » de 1982 au Liban, se révèlera, comme nous le verrons dans nos travaux, être moins une intervention militaire visant à éradiquer l’OLP du territoire libanais que la première étape pour la mise en place de la première politique régionale, certes critiquable, mais néanmoins ambitieuse et d’envergure de l’Etat hébreu.

Dans ce contexte, il semblait alors vraiment intéressant de réfléchir d’abord sur le regard et l’implication de la France dans le drame libanais, puis quelles furent, par conséquent, ses relations avec l’Etat hébreu, devenu un des principaux acteurs du conflit.

Enfin, notre étude sera ainsi l’occasion de faire un premier bilan à la fois de cette politique arabe française et des relations avec Israël, et en définitive, nous permettra de nous poser la question sur l’état actuel de l’influence de la France au Liban comme dans toute la région.

.

Méthode de travail

Mes premiers entretiens avec le Professeur Cassuto ont induit un premier constat : de par mon cursus particulier, j’avais de très grosses lacunes en méthodologie. De plus mes obligations professionnelles me prenaient beaucoup de temps. Néanmoins, ma première année de doctorat (2010-2011) fut consacrée à la lecture de sources universitaires et d’ouvrages généraux traitant des relations de la France avec le monde arabe et Israël, du Liban, de la guerre de 1975 à 1990, de biographies des divers acteurs régionaux ainsi que de travaux sur l’opération « Paix en Galilée ». Puis, c’est à la constitution et au tri de la bibliographie et des sources, ainsi qu’au classement de mes notes de lecture que je me suis attelé.

La seconde année (2011-2012) fut, elle, dédiée à la prise de contacts et à des rencontres avec divers spécialistes des questions liées à mon sujet mais aussi avec des acteurs ou des témoins importants de la période. Ensuite, nous nous sommes livrés à la consultation des archives du Ministère de la Défense à Vincennes et de celles du Quai d’Orsay à la Courneuve. Mais surtout, il nous paraissait évident, au Professeur Cassuto comme à moi-même, qu’un séjour au pays du Cèdre se révélait être incontournable. Le principe de ce voyage d’étude avait pour double but de découvrir physiquement, pour mieux l’appréhender, ce pays ainsi que ses habitants, et de rencontrer des universitaires, spécialistes du Liban et de la période mais aussi et surtout, des Libanais, de tous bords, ayant été témoins pendant la guerre civile, de près ou de loin, du sujet concernant mes travaux.

Informée de mes intentions, Mme Ghislaine Alleaume, directrice de l’IREMAM, a approuvé ce voyage et a eu la gentillesse de faire participer notre laboratoire aux frais des vols.

En concertation avec le Professeur Cassuto, le programme de ce voyage d’étude a été établi de manière à préserver un équilibre entre les visites destinées à la découverte du pays et le séjour à Beyrouth consacré aux divers entretiens prévus.

Deux voyages d’étude furent organisés (en février/mars 2012 puis en juin 2012) et furent donc très profitables et très instructifs. Je remercie fortement l’IREMAM de m’avoir aidé à les réaliser. Bien sûr, découvrir le Liban fut l’occasion de m’imprégner de l’ambiance du pays, de découvrir ses habitants, leurs différentes confessions et la complexité des alliances politiques, toujours aussi vivace aujourd’hui.

Les divers et nombreux contacts sur le terrain se sont révélés être des témoins importants et de riches sources pour mes recherches, notamment concernant le point de vue chrétien et plus particulièrement maronite, mais aussi musulmans et chrétiens, spécialistes de la question ou encore militants pro-palestiniens et membres des partis progressistes libanais durant le conflit. Toutes ces personnes, historiens (Mme Longuenesse et M. Burgat, Georges Corm…), témoins (Lina Murr-Nehme…), combattants (proches collaborateurs de Yasser Arafat ou de Béchir Gémayel…), journalistes (Fady Noun, Elie Fayad…), diplomates (Marcel Laugel, Alain Chouet…), pendant le conflit libanais, ont été d’une aide précieuse puisque, tout en relevant l’originalité de mon travail, elles ont pu répondre à des questions encore inédites et apporter un éclairage certain pour la problématique de mon sujet.

Enfin, cette dernière année (2012-2013) est l’occasion d’effectuer un dernier travail de terrain puisque nous avons prévu en mai et juin un séjour en Israël qui me permettra de finaliser mon travail sur toute la partie de mes recherches concernant l’Etat hébreu (consultation des archives nationales de l’Etat hébreu, rencontre avec des acteurs militaires et politiques de l’époque étudiée et aussi avec des spécialistes israéliens de la question…).

.

Perspectives

On ne peut comprendre ce qui se passe aujourd’hui au Moyen-Orient sans qu’une lumière plus précise ne soit jetée sur ces événements et sur les interactions étatiques qui les ont portés. Notre travail, je l’espère, sera pionnier et innovant. Il permettra peut-être de mieux éclairer la complexité de la situation et les multiples fils qui tissent ce nœud de rencontres et d’interférences que constitue le Moyen-Orient.

J’espère que mes recherches pourront aussi apporter un regard nouveau et inédit ainsi qu’un éclairage sur cette période (1970-1990) à la fois proche et charnière mais encore très floue.

Dernier point important, nous avons l’humble ambition que cette nouvelle étude puisse permettre à la communauté des chercheurs de bénéficier d’une analyse originale et pertinente sur l’histoire de la politique méditerranéenne française et fournisse des clés pour appréhender les relations intercommunautaires et interétatiques contemporaines dans cette région.

 

Pour citer ce billet : Lombardi Roland, « Les relations franco-israéliennes pendant la guerre du Liban (1975-1990) au regard de la politique arabe française initiée à partir de 1962 », Carnets de l’IREMAM, 18 mai 2013. [En ligne] http://iremam.hypotheses.org/2668 (date de consultation)

 


Une réflexion au sujet de « Les relations franco-israéliennes pendant la guerre du Liban (1975-1990) au regard de la politique arabe française initiée à partir de 1962 »

  1. Connaissant vos précédents travaux, les ayant appréciés, je vous dit une nouvelle fois bravo pour toutes les démarches et le travail accompli. Je ne doute pas de la pertinence du résultat.
    Amitiés.

    Yves

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *