WAFAW : When Authoritarianism Fails in the Arab World. Un programme Iremam, Ifpo et CERI financé pour 4 ans par le Conseil européen de la recherche (ERC)

par François Burgat (Iremam) –

WAFAW Logo 2013Le lancement à Amman, les 5 et 6 octobre 20131, du programme WAFAW et l’entrée en fonction à l’IREMAM et au CERI/Sciences Po, à partir du 1er janvier 2014, de quatre des huit premiers chercheurs (doctorants et post-docs) recrutés sur crédits européens donnent ici l’occasion de présenter brièvement les ambitions scientifiques et les défis organisationnels de cette recherche collective. Celle-ci fédère trois laboratoires (Iremam, Ifpo et Ceri) et plusieurs chercheurs d’institutions partenaires grâce à un financement obtenu auprès du Conseil Européen de la Recherche (ERC) et couvrant une période de quatre ans. Ce billet entend également valoir encouragement pour les chercheurs, jeunes et moins jeunes, à se familiariser avec les termes du défi essentiel que représente l’obtention de tels financements européens, difficiles d’accès mais vitaux pour le champ scientifique et les disciplines concernés.
L’effort des équipes scientifiques rattachées à des institutions françaises est d’autant plus opportun que, compte tenu de la relative timidité de leurs demandes, nos laboratoires demeurent, à ce jour, nettement sous-représentés dans les budgets de la recherche européenne, par rapport aux contributions versées par Paris.
En avril 2011, encouragé puis soutenu par le CNRS2, avec cinq des chercheurs ou futurs chercheurs du département d’études contemporaines de l’Ifpo (Laurent Bonnefoy, Vincent Geisser, Yves Gonzalez Quijano, Nicolas Dot Pouillard et Claire Beaugrand)3, j’ai présenté, en tant que Principal investigator, une candidature à une Advanced Grant4 de l’ERC.
La thématique scientifique retenue entendait inscrire mes recherches personnelles sur les courants islamistes dans la conjoncture des protestations « printanières » qui commençaient à transformer en profondeur le paysage politique de la Tunisie, de l’Égypte, de la Libye, du Bahrein, du Yémen et de la Syrie. Pour multiplier les angles et les méthodes d’approche, chacun des Core-researchers mobilisés était invité à croiser cette variable islamiste avec ses propres thématiques : regain des polarisations politiques (des courants islamistes jusqu’à la gauche ou aux partis déchus) mais également impact sur les dynamiques migratoires Nord/Sud et sur les diasporas en Europe, impact de la place croissante prise par les technologies numériques, configuration des variables économiques nationales et internationales, recomposition régionale et glissement des frontières internes propres à chaque société, etc.

En 2011, la première expression du programme réussit à passer la barre de l’admissibilité. Mais elle échoua dans la phase d’admission. Avec les encouragements renouvelés du CNRS, il est alors décidé de représenter le projet en y intégrant à sa première version les remarques constructives émises par le panel de six rapporteurs mobilisés par l’ERC. La candidature soumise en avril 2012 l’est par une équipe renforcée de Stéphanie Latte-Abdallah et de deux chercheurs étrangers « invités permanents », Sari Hanafi de l’Université américaine de Beyrouth, qui s’intéresse à la production académique sur les printemps arabes, et Salwa Ismaïl de la School of Oriental and African Studies de Londres qui enrichit l’équipe de ses travaux sur la dimension de « genre » des mobilisations protestataires. Notre proposition franchit cette fois, en novembre de la même année, la barre de l’admission5.

L’importance de la dotation de l’ERC va permettre de fournir à l’équipe de recherche une logistique précieuse (missions de terrain, assistants de recherches, manifestations scientifiques) sur une durée de quatre ans. Mais elle offre surtout la possibilité de recruter, sur contrat CNRS de trois années, trois doctorants et, sur contrat bi-annuel, 5 chercheurs post-doctorants. Elle permet également d’envisager le soutien ponctuel de jeunes chercheurs intéressés par les thématiques et les problématiques du dépassement et de la transformation de l’autoritarisme dans le monde arabe.

Au lendemain de l’excellente nouvelle de l’admission, pour arriver à l’étape jordanienne fondatrice de la « réunion de lancement », il restait encore à parcourir, pendant plus d’une année, un long chemin administratif et comptable. À ce stade, Laurent Bonnefoy, chercheur à l’Ifpo-Territoires palestiniens, en instance de recrutement au CNRS et d’affectation au CERI, a accepté de me seconder. Myriam Catusse, nouvellement nommée à la tête du département des Études contemporaines de l’Ifpo, rejoignait l’équipe des Core-researchers. Avec le soutien précieux de la cellule valorisation de la direction régionale Provence et Corse du CNRS, et tout particulièrement de Juliette Espié, le porteur et les membres du programme ont pris connaissance des exigences très spécifiques de l’Union européenne, très vigilante sur le respect des procédures qui garantissent la bonne utilisation des fonds affectés à la recherche et notamment « son auditabilité ». Il convenait non seulement de se familiariser avec des exigences éthiques dont le formalisme pouvait paraître inhabituel à bon nombre de chercheurs de terrain, en sciences sociales, mais également avec la meilleure façon de démontrer aux instances européennes la volonté et la capacité de l’équipe à les respecter. Un comité de suivi éthique, formé à cette fin, sous la présidence de Bertrand Badie, et composé d’Alain Dieckhoff (CERI), d’Eberhard Kienle (Ifpo) et de Gema Martin Munoz (Université autonome de Madrid) y veille désormais6. Il a fallu par ailleurs construire l’infrastructure budgétaire détaillée accommodant les différentes lignes de la dotation et, pour ce faire, préciser les relations entre les laboratoires partenaires7. La satisfaction de ces préalables a permis la signature en août 2013 entre l’Union Européenne et le CNRS, institution gestionnaire du financement, d’un Grant Agreement et l’affectation à partir du 1er septembre 2013 des premiers moyens budgétaires à l’équipe. Thibaud Fournet (Ifpo Amman) a apporté son talent à la réalisation du logo du programme et Guillaume Vialet à la construction du site Internet http://www.wafaw.org inauguré début novembre 2013.

Il restait, au cœur du lancement du programme, à recruter les nouveaux chercheurs, post-docs et doctorants. Ce fut fait, pour les quatre premiers (les quatre suivants devant rejoindre l’équipe en 2014 et 2015) au terme de l’examen de près de 40 dossiers. Dix d’entre eux furent auditionnés fin septembre à Aix-en-Provence (en direct ou par Skype) et la sélection fut entérinée à Amman par un ultime tour de table avec l’ensemble de l’équipe. Dans la catégorie des post-docs, entreront ainsi en fonction, le 1er janvier 2014, Julien Pélissier et Amin Allal (à l’IREMAM) et Marie Vannetzel (au CERI). Robin Beaumont, doctorant à l’EHESS, bénéficiera pour sa part d’un financement de trois ans.

Politique, économie et dynamiques régionales des printemps arabes

KickOff Wafaw 1La première journée du Kick off meeting d’Amman a permis notamment de faire bénéficier les membres de l’équipe d’une série de formations essentielles. Furent ainsi abordées les exigences administratives de suivi des projets européens par Juliette Espié, la sécurité informatique par Arnaud Cruzel et, grâce à Bruno Dewailly, les possibilités infinies des outils de l’univers « Wiki » – dans tout le spectre de la circulation et du partage de l’information scientifique d’une part, de la valorisation de la recherche d’autre part.

La seconde journée de la rencontre a permis de préciser et de coordonner les champs de recherche respectifs. Quatre axes principaux ont désormais vocation à structurer le déploiement du programme, sans préjuger de collaborations transversales qui sont particulièrement encouragées. 

1) La repolarisation des arènes politiques
(François Burgat avec notamment Claire Beaugrand, Robin Beaumont, Laurent Bonnefoy, Nicolas Dot-Pouillard, Sari Hanafi, Salwa Ismail, Stéphanie Latte-Abdallah et Marie Vannetzel).

À l’échelon national mais également régional, et quel qu’ait été leur destin respectif, les soulèvements de 2011 ont profondément redessiné les lignes de partage entre appartenances et alliances, transformant de façon souvent radicale les ressources et les stratégies, nationales et internationales, de tous les acteurs concernés. C’est le cas bien sûr au sein des partis un temps « uniques » ou hégémoniques qui doivent se reconstruire dans des stratégies d’opposition. C’est le cas de leurs ex-opposants, des courants islamistes dont la branche « frériste » a accédé, ici et là, au pouvoir ou des Salafis, émergeant de leur apolitisme, qui se sont mobilisés aussi bien aux côtés de leurs prédécesseurs islamistes en politique que contre eux, aux côtés de leurs plus virulents adversaires. Défaites dans les urnes, les gauches, alors même qu’elles avaient opéré une stratégie d’alliance avec les islamistes au cours de la première moitié des années 2000, réactivent souvent leur ancienne opposition aux courants religieux. Désormais, elles hésitent entre affirmer leur propre voix, sans garantie de victoire électorale ou, le plus souvent, s’accoler plus ou moins ouvertement aux forces issues des anciens régimes. Des alliances improbables ont vu le jour : un président français hué à Tunis a pu se faire acclamer à Ben Ghazi par des révolutionnaires « barbus ». L’Europe s’est décidée à parler aux opposants de ses anciens alliés autoritaires. Dans l’arène internationale, les fractures existantes sont apparues avec plus de netteté, mettant a l’épreuve les alliances régionales : l’axe turco-qatarien a d’abord paru avoir l’intuition du sens de l’histoire et des révolutions avant que le conservatisme mené par l’Arabie Saoudite ne réaffirme sa pré-eminence avec le retournement de situation en Égypte et l’enlisement en Syrie. Dans un contexte autre et face aux menaces de troubles dans le Golfe, comme au Bahrein, les six pétromonarchies ont néanmoins montré un front uni.
Un peu partout, l’atténuation de l’effet homogénéisant de l’autoritarisme tend à redonner aux appartenances infra-nationales, ethniques, confessionnelles ou régionalistes, comme le montrent notamment les situations syrienne ou libyenne, une valeur refuge – quand ce n’est pas le régime autoritaire qui, ébranlé comme en Syrie ou au Bahrein, joue lui même la carte confessionnelle ou ethnique. La question du genre redevient elle-même l’objet d’une importante polarisation et de diverses stigmatisations.
Enfin, trois années à peine après leur naissance, les dynamiques fondatrices du printemps tunisien sont déjà affectées par des logiques de reflux contrerévolutionnaire. En Égypte avec un contre coup autoritariste, mais également sur la scène syrienne où, après la passivité de l’Europe face à la mise à mal du processus de transition démocratique égyptien, le désengagement croissant des sponsors occidentaux de l’opposition « islamiste » a d’identiques allures de revirement.
En Palestine, les stratégies carcérales de la puissance occupante comme celles de l’autorité nationale offrent un prisme original à l’étude de recompositions politiques qui travaillent aussi bien la sphère israélienne du régime postmoderne de séparation et d’occupation que celle de la société politique et civile palestinienne. En Cisjordanie comme à Gaza s’affirment des demandes de démocratisation.

2) L’entrée en politique des diasporas arabes : héritages militants et nouvelles dynamiques de mobilisation
(Vincent Geisser avec notamment Claire Beaugrand, François Burgat, Stéphanie Latte-Abdallah, Amin Allal et Nicolas Dot-Pouillard).

Les interactions entre les printemps arabes et l’Europe sont multiples. Passé le réflexe protectionniste du Nord devant une possible accélération des flux migratoires Sud/Nord, il s’avère que les transitions politiques affectent le rythme et la nature des flux migratoires de manières moins linéaires que dans le seul sens redouté par les Européens.Protester
Une autre interférence importante tient au fait que, en Europe, les communautés issues de l’immigration “arabe” tendent, depuis la dynamique printanière, à s’engager dans les processus protestataires et, au-delà, plus ou moins directement, dans l’action politique au sein de leurs pays d’origine. Elles rompent ce faisant avec l’attitude de désengagement et d’apathie qui leur était traditionnellement attribuée. Les acteurs diasporiques et migratoires montrent une capacité remarquable à connecter les espaces et à expérimenter au service des transitions et des révolutions de « nouveaux » terrains de lutte, de mobilisation et d’expression publiques, que les situations autoritaires d’antan leur avaient en partie fermés. Dans le cas du Bahrein, la mobilisation d’une diaspora composée des anciens exilés politiques notamment en Europe du Nord (Royaume-Uni, Danemark) contribue à mettre en porte-à-faux les politiques étrangères occidentales face à la répression du régime.
Ce retour des acteurs diasporiques a de multiples effets : diversifiant l’origine géographique des nouvelles élites politiques, il pourrait à terme nourrir des conflits de légitimité avec les acteurs nationaux, voire générer des réflexes protectionnistes visant à disqualifier l’affirmation politique des émigrés dans leur tissu politique d’origine.

3) Les variables économiques et sociales du dépassement (ou de la résilience) de l’autoritarisme
(Myriam Catusse avec notamment Amin Allal, Salwa Ismail et Julien Pélissier).

Si la thématique de la crise économique et sociale traverse les soulèvements arabes de 2011 et influence certaines des contre-mobilisations qu’ils ont suscitées (depuis les plans d’urgence sociale des gouvernements algérien ou saoudien jusqu’aux contre-mobilisations de milieux économiques inquiets, en passant par l’effervescence des protestations qui se poursuivent de manière plus ou moins médiatisée dans les usines égyptiennes et tunisiennes, autour de l’inflation, pour l’emploi, etc.), la plupart des travaux sur ces dynamiques se sont efforcés d’éviter ce que M. Dobry, dans sa sociologie des crises politiques, appelle le « piège de l’étiologie » : la recherche de pré-conditions (ici socio-économiques) aux crises politiques et aux révoltes. Bien que souscrivant à cette approche, cet axe de recherche explorera le poids de variables socio-économiques dans les re-polarisations militantes en cours. Non pas comme inscrites dans des logiques mécaniques présidant au passage à l’acte protestataire (ou, pour d’autres auteurs à la possibilité d’une « démocratisation » des régimes), mais comme des éléments majeurs dans l’expression de revendications et dans les formes que prennent les mobilisations et le militantisme.
L’arrivée des islamistes au pouvoir n’a pas manqué de susciter des interrogations sur leur capacité à gérer la question économique et, le cas échéant, à la tonalité propre que pourrait apporter leurs références en la matière. À l’exception notable du terrain de la « finance islamique », il est pour l’heure fait peu de cas de cette dimension de la transition pourtant essentielle pour la compréhension des dynamiques contemporaines dans le monde arabe.

4) De la nouvelle culture numérique à une nouvelle culture politique ?
(Yves Gonzalez-Quijano, avec notamment Laurent Bonnefoy, Sari Hanafi, Stéphanie Latte-Abdallah et Marie Vannetzel)

Wafaw YGPlutôt que de s’inscrire dans la logique dichotomique des « cyber optimistes » vs. les « cyber pessimistes » née de la lecture de la centralité de la variable « numérique » des printemps arabes, il sera donné dans cet axe de recherche la priorité à l’interrogation de la dimension disruptive des technologies de l’information, c’est-à-dire aux conséquences de l’essor d’une nouvelle culture numérique sur la perception, la construction et les usages du politique.

Il s’agira donc moins de mesurer l’impact libérateur du web que d’analyser des pratiques numériques variées développées par l’ensemble des acteurs politiques au cours des phases de mobilisation mais également de façon plus pérenne. Quelles sont ses implications sur la formulation des appartenances, notamment au sein des différents courants de l’islam politique, sachant que ces derniers sont rarement évoqués sous ce prisme modernisateur qui est presque toujours associé aux seules mobilisations « libérales » ?

Au mois de février sera annoncée la première conférence internationale où les chercheurs de WAFAW communiqueront le premier bilan annuel de leur action. Elle se tiendra en Tunisie, avec plusieurs partenaires locaux et régionaux, dont l’IRMC, à la fin du mois d’octobre 2014.



Citer ce billet
La rédaction (2013, 17 décembre). WAFAW : When Authoritarianism Fails in the Arab World. Un programme Iremam, Ifpo et CERI financé pour 4 ans par le Conseil européen de la recherche (ERC). Les carnets de l'IREMAM. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qfa7

  1. Le meeting de lancement s’est déroulé en présence d’Eberhard Kienle, directeur de l’Ifpo (laboratoire d’affectation de cinq des Core-researchers du programme) et de Karima Dirèche, directrice de l’IRMC de Tunis. Ces Umifre apportent, tout comme le CEFAS, le Centre Jacques Berque et le CEDEJ, leur logistique administrative aux recherches de terrain menées dans le cadre de WAFAW. []
  2. Emilie Floch, à la DR-CNRS de Rennes, ainsi qu’Isabelle Mermet-Guyennet, secrétaire générale adjointe de l’Ifpo, ont apporté un appui technique essentiel à l’élaboration de la candidature puis à son suivi. Qu’elles soient ici chaleureusement remerciées. []
  3. Alors Senior analyst à l’International Crisis Group, recrutée depuis lors à l’Ifpo Territoires palestiniens. []
  4. http://erc.europa.eu/publication/erc-grants-top-researchers-all-over-world-0 []
  5. En 2012, 14,1% des 2 269 dossiers évalués par l’ERC ont été sélectionnés pour une Advanced Grant []
  6. Suivant les conseils du CNRS, la méthodologie du programme a, au préalable, été approuvée par le Comité d’évaluation éthique de l’INSERM, présidé par Christine Dosquet. []
  7. L’IREMAM accueille ainsi le porteur du projet et une gestionnaire, Layla Khalaf (membre de l’équipe administrative de l’Ifpo à Damas entre 2009 et 2013) et au premier janvier 2014 deux des trois premiers chercheurs post-docs. Le CERI reçoit pour sa part une chercheure post-doc. La réglementation interdisant l’affectation de chercheurs à l’étranger, l’Ifpo, laboratoire d’affectation de 5 des Core-researchers se voit attribuer l’autonomie de gestion d’une partie de la dotation. Les doctorants sont pour leur part affectés dans leur laboratoire d’inscription en thèse. []