Ghazni Capitale de la Culture Islamique de la région asiatique 2013

Massullo_1

En 2013, lorsque Marseille-Provence était célébrée en tant que Capitale Culturelle Européenne, la ville de Ghazni, au-delà de la Méditerranée et des montagnes du Caucase, dans l’Afghanistan centre-oriental, était nommée par l’ISESCO (Islamic Educational and Scientific Organization) Capitale de la Culture Islamique de la région asiatique. La ville, située sur la route qui relie Kaboul à Qandahar, jouit d’un passé illustre et glorieux car, à l’époque médiévale, les Ghaznévides (fin 10e-début 12e siècle) l’avaient élue capitale d’un puissant empire qui s’étendait de l’Iran centre-occidental au sous-continent indien.

Avant l’arrivée de la Mission Archéologique Italienne en Afghanistan en 1956, les seuls vestiges connus de Ghazni étaient la partie inférieure de deux minarets en brique cuite, quelques monuments funéraires en marbre et un certain nombre d’éléments, également en marbre, faisant originairement partie de la décoration architectonique de monuments civils et religieux dont il ne restait plus aucune trace. Ces connaissances s’appuyaient principalement sur les informations fournies par les voyageurs de la fin de 19e siècle ainsi que sur les résultats obtenus par la Délégation Archéologique Française en Afghanistan (DAFA) qui en 1922, sous la direction d’André Godard, avait conduit une prospection dans la ville. Entre 1957 et 1968 la Mission Italienne a effectué cinq campagnes de fouille dans la plaine du Dasht-i Manara et de nombreuses prospections dans la ville et dans ses alentours. Ce qui a permis de réunir une documentation archéologique susceptible de fournir une aide importante à la reconstruction de l’historie de la ville de l’époque ghaznévide jusqu’à l’époque moderne. Les fouilles ont porté à la découverte d’un palais royal ghaznévide – avec son riche apparat ornemental en marbre, brique cuite et stuc – et d’une résidence privée de l’époque ghouride qui ont restitué plusieurs artefacts en céramique, pierre, métal et verre. Les prospections ont permis d’identifier de nombreux tombeaux disséminés dans les cimetières qui entouraient la ville. Les activités sur le terrain de la Mission, brusquement interrompues en raison des événements politiques survenus dans le pays depuis 1979, ont repris en 2002 et se poursuivent encore actuellement.

Ghazni : vue sur la plaine du Dasht-i Manara et les minarets de Ma‘sud III et Bahram Shah © IsIAO
Ghazni : vue sur la plaine du Dasht-i Manara et les minarets de Ma‘sud III et Bahram Shah © IsIAO

En 2004, l’IsIAO (Istituto Italiano per l’Africa e l’Oriente, Rome) a constitué le projet Islamic Ghazni (dirigé par le Pr. Roberta Giunta), dans le but d’étudier et de publier la totalité des données archéologiques et artistiques collectées au cours des années. Ce projet a porté à la création d’un archive informatisé qui compte plus de 12.000 fiches/objets, chacune accompagnée d’un riche apparat graphique et photographique qui était conservé dans les archives de la Mission à Rome. Le reclassement du matériel, la numérisation des photos et l’élaboration de nouveaux dessins ont souvent permis la reconstruction d’objets dont les fragments avaient été retrouvés dans différents endroits de la ville de Ghazni. Dès 2012, grâce à un financement de la Fondation Gerda Henkel, les membres de la Mission ont pu travailler à la création d’une base de données en ligne (Buddhist and Islamic Archaeological Data from Ghazni, Afghanistan. A multidisciplinary digital archive for the menaging and preservation of an endangered cultural heritage) qui inclura la section des éléments en marbre de l’archive informatisé sous-mentionné. Tous ces projets visent également à la formation de jeunes chercheurs afghans qui puissent collaborer à la conservation et à la valorisation d’un patrimoine historique et cultural d’importance capitale.

Ghazni : cimetière au nord du minaret de Bahram Shah © IsIAO
Ghazni : cimetière au nord du minaret de Bahram Shah © IsIAO

Les premiers résultats des recherches menées par la Mission ont parus dans de nombreuses publications. D’autres recherches sont encore en cours et font souvent l’objet de thèses doctorales. C’est le cas de l’étude des tombeaux de l’époque post-mongole (15e-18e siècles) que je conduis grâce à un doctorat en cotutelle entre l’Université Aix-Marseille et l’Université des études de Naples « L’Orientale » (sous la direction des Professeurs Frédéric Imbert et Roberta Giunta).

A l’occasion des célébrations de l’année 2013 – une dizaine de siècles après l’âge d’or de la ville – plusieurs initiatives ont été prises, suite à la cérémonie inaugurale qui a eu lieu à Ghazni le 13 avril et à Kaboul le 26 juin. La Mission a donné sa contribution à travers la création, à Ghazni, d’un nouveau musée pourvu d’une dizaine de salles d’exposition. Situé à proximité de la residence du gouverneur de la ville, ce musée réçoit une partie des objets d’époque médiévale exposés à l’origine dans le Musée Islamique de Rawza dans la partie septentrionale de la ville (musée qui avait été mis en place par la Mission Italienne en 1966 à l’intérieur du mausolée de ‘Abd al-Razzaq, puis fermé pendant les années 80). Une nouvelle exposition d’objets islamiques provenant de Ghazni (qui seront restorés pour l’occasion) aura lieu dans l’une des salles du Musée Nationale de Kaboul. L’inauguration de cette salle est prevue avant l’été prochain.

Ghazni : mausolée de 'Abd al-Razzaq © IsIAO
Ghazni : mausolée de ‘Abd al-Razzaq © IsIAO

Le 13 décembre a eu lieu à l’Université des études de Naples « L’Orientale » une conférence internationale (International Conference on the Safeguarding of the Afghan Cultural Heritage) organisée en collaboration avec l’UNESCO et la participation d’une importante délegation afghane. La manifestation comportait en outre une visite du Museo Orientale « U. Scerrato », musée crée l’année dernière dans des locaux de l’Université en l’hommage d’un fameux archéologue qui, entre autre, avait dirigé les fouilles de Ghazni à la fin des années 1950.

Une petite contribution aux célébrations de cette ville a été donnée par un groupe de quatre doctorantes (membres de la Mission Italienne ainsi que du projet Islamic Ghazni) à travers la participation au Colloque International Symposia IranicaFirst Biennal Iranian Studies Graduate Conference qui s’est tenu le 12 et 13 avril à l’Université de St. Andrews en Ecosse (UK). Je profite de ce compte rendu pour remercier Mme Ghislaine Alleaume, directrice de l’IREMAM, qui a soutenu ma participation à ce colloque. Les communications ont été insérées dans le cadre d’une discussion intitulée Islamic Ghazni : New Data and Research Perspectives, bien que portant sur des thèmes différentes : la poterie provenant des fouilles (Agnese Fusaro – Sapienza Università di Roma) ; l’utilisation de la langue persane dans l’épigraphie monumentale de Ghazni aux 11e-12e siècle (Viola Allegranzi – La Sorbonne nouvelle – Paris 3) ; les ziyarat, patrimoine historique et religieux (Valentina Laviola – Cà Foscari Università di Venezia) ; les tombeaux des 15e-18e siècles et leur apparat épigraphique (Martina Massullo – Aix-Marseille Université). Ces contributions ont rencontré un bon succès de public et ont donné la possibilité de montrer la variété et la richesse de la documentation archéologique d’une ville qui, malgré sa triste histoire et les profondes transformations, a su garder son importance à travers les siècles.

 

Pour citer ce billet : Massullo Martina, « Ghazni Capitale de la Culture Islamique de la région asiatique 2013 », Carnets de l’IREMAM, 16 decembre 2013. [En ligne] http://iremam.hypotheses.org/3861 (date de consultation)

 


Martina Massullo

Doctorante en Epigraphie Islamique à l'IREMAM (Aix-Marseille Université) dans la cadre d'une cotutelle internationale avec l'Université des etudes de Naples "L'Orientale" (Italie).

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *