AntiAtlas des frontières : une expo chercheurs, artistes et nouvelles technologies

Une visite avec Cédric Parizot (CNRS/IREMAM/IMéRA), coordinateur de l’ensemble du projet de l’antiAtlas.

Ce billet s’adresse à celles et ceux qui ne pourront visiter d’ici le 1er mars 2014 cette exposition où chercheurs, artistes et nouvelles technologies se côtoient autour de la notion de frontières … ainsi qu’à celles et ceux qui auront la chance de se rendre à La Compagnie, lieu de création, 19 rue Francis de Pressensé, 13001 Marseille, (du jeudi au samedi de 15h à 19h) pour en appréhender les enjeux.

***

Faisant suite à une première exposition qui s’est déroulée au Musée des Tapisseries à Aix-en-Provence du 1er octobre au 3 novembre 2013, ce second rendez-vous présente des oeuvres originales, qui seront, par la suite, virtuellement pérennisées et consultables en ligne sur la galerie du site dédié à l’ensemble du projet antiAtlas des frontières. Ce billet ne présente qu’un échantillon des oeuvres exposées, celles en lien très étroit avec le monde arabe et musulman.

000_AntiAtlasPourquoi entreprendre un anti-atlas des frontières ?
Pour créer du désordre social et politique

Le site de l’exposition  http://www.antiatlas.net/ donne le ton : « […] Conçu au départ comme un projet de recherche exploratoire, l’antiAtlas est devenu une expérimentation dans le sens artistique du terme. Le fait de réunir des chercheurs en sciences humaines, en sciences dures, les professionnels du contrôle (douaniers, militaires, industriels) et les artistes au cours de dix séminaires de recherche (2011-2013) a non seulement permis de confronter différentes approches des frontières mais a également conduit des expériences transdisciplinaires (jeux vidéo basés sur des faits observés, cartographie participative, représentation graphique ou fictionnelle de données d’enquête, etc.), où la frontière vécue a trouvé des voies de représentation originales.« 

Comment rendre l’invisible visible ?

L’exposition s’appuie indéniablement sur l’innovation transmedia engagée. Tous les supports sont bons pour atteindre cet objectif : jeu vidéo, sites web et plateformes citoyennes, créations plastiques, photographies, films, interview de chercheurs.
Expérimenter d’autres formes de restitution de la recherche pour communiquer autrement avec la société, alimentant ainsi une nouvelle visualisation et de nouveaux objets de recherche, est le leitmotiv commun à l’ensemble des acteurs de l’antiAtlas.

* Quand le jeu video devient un media de la frontière
Comment rendre sensible, au-delà de la conceptualisation, le quotidien des Palestiniens et la singulière réalité du partage de l’espace (mur, checkpoints volants, absence de signalisation sur les routes…) tout en évitant la facilité du pathétisme affecté ? L’expérience du jeu vidéo Crossing Industry, réalisé par l’atelier hypermédia de l’École Supérieure d’Art d’Aix-en-Provence sous la direction de Douglas Edric Stanley et à partir des enquêtes de terrain de Cédric Parizot (anthropologue) offre une approche particulièrement innovante… écoutons plus en détails Cédric Parizot, coordinateur de l’ensemble du projet de l’antiAtlas et maître d’oeuvre du jeu video

 

Entretien réalisé avec Cédric Parizot (24/01/2014, 8mn, © Sabine Partouche)

* Des photos d’art pour parler « frontières »
Ce magnifique cliché noir et blanc, exposé en très grand format, de Stephanos Mangriotis, photographe d’origines greque et sud africaine, égare subtilement le spectateur par l’illusion de la sérénité qui s’en dégage. Peut-être est-ce lié à l’usage du noir et blanc ou à la présence d’une mer calme que l’on peut admirer tout en écoutant un enregistrement sonore spécialement composé pour la photo… ?
L’œuvre Europa inch’ Allah, 2009-2010, constitue un ensemble de photographies sur la migration et le vécu des migrants aux portes de l’Europe. Patras, ville portuaire à l’ouest de la Grèce, concentre de nombreux migrants, venus d’Afghanistan, d’Irak, d’Iran, d’Érythrée, de Somalie, du Soudan, d’Algérie et du Maroc. Ils guettent le moment adéquat pour se cacher dans un camion afin de monter à bord d’un bâteau pour l’Italie. C’est ainsi qu’ils attendent des mois, voire des années, pour passer cette étape de leur voyage clandestin. Stephanos Mangriotis a également rassemblé son travail dans un ouvrage : Europa inch’Allah, 2011, Images Plurielles.

Europa inch' Allah, 2009-2010, Stephanos Mangriotis
Europa inch’ Allah, 2009-2010, Stephanos Mangriotis

 

* Des plateformes web interactives et militantes pour définir les frontières à partir de veilles factuelles
Recenser, cartographier, puis représenter… pour comprendre et voir autrement les frontières de l’Europe, cet Eldorado fortifié et rêvé par de nombreux êtres humains sont les objectifs des deux plateformes présentes dans l’exposition.

– Migreurop http://www.migreurop.org/ et la Carte dynamique des étrangers détenus aux frontières des États[1]La carte des lieux de détention est à la base du projet d’établissement d’une cartographie dynamique de l’enfermement des étrangers. L’idée est de présenter une analyse cartographique et dynamique des camps contemporains à différentes échelles (carte régionale, européenne, …). Le projet ambitionne également de proposer des outils pratiques tant pour les détenus que pour les familles ou amis qui souhaiteraient contacter des proches.

– WatchtheMedhttp://watchthemed.net/, plateforme en ligne pour cartographier les violations des droits des migrants aux frontières maritimes de l’Union européenne, réalisée par Forensic Oceanographie (Université de Goldsmiths à Londres). Cette action citoyenne, « Tour de contrôle civile » pour observer la Méditerranée, est née en 2011 suite à la mort de 1500 personnes tentant de fuir la Libye. Son objectif : documenter les incidents en mer en puisant dans de nombreuses sources tels que les images satellites, les signaux de détresse des gardes de côtes, les informations données par les marins et les témoignages des migrants.

* Architecture, données GPS, images de synthèse et cinéma expérimental :
Dépasser le réel des frontières pour mieux s’en approcher

DAAR, Decolonizing Architecture

– DAAR, Decolonizing Architecture, http://www.decolonizing.ps/site/battir-3/, est un collectif artistique et architectural basé à Beit Sahour (Palestine). En septembre 1993, à Washington, Israéliens et Palestiniens déclaraient officiellement la fin des hostilités et l’amorce de négociations de paix. Ce processus a donné lieu au redécoupage des Territoires Palestiniens occupés par Israël, définissant trois types de zones en Cisjordanie: la zone A, placée sous administration de l’Autorité palestinienne nouvellement créée, la zone B placée sous contrôle civile palestinien et sous contrôle militaire israélien, la zone C, restant sous contrôle israélien. En 2000, quand le processus de négociation échoua et que cette organisation spatiale, conçue au départ comme temporaire, s’est solidifiée en une géographie éclatée faite d’interdiction multiples, un quatrième type de zone a été découvert : celle comprise entre la largeur des lignes séparant ces zones. D’une épaisseur de moins d’un millimètre sur une carte à l’échelle de 1:20000, elle s’étend sur un espace de 5 mètres de large dans l’espace réel. Le projet DAAR se focalise sur cette épaisseur de la ligne dont le tracé évolue le long des limites des villes et des villages palestiniens, à travers les champs d’olives et les vergers, les jardins, les crèches, les stades de football, les mosquées ainsi que dans un large château récemment construit.

– Le film SAMIRA (Emborders 1), Nicola Mai (Italy/UK/France), 2013

10_AntiAtlas

Samira[2] est la première de quatre installations formées de deux écrans qui constituent le projet de réalisation cinématographique/de recherche Emborders, qui sera finalisé entre 2014 et 2015. Au cours des trentre dernières années, les flux migratoires se sont accrus et diversifiés. Les politiques néolibérales ont inclus le genre et la sexualité parmi les critères d’éligibilité à la protection humanitaire, tout en restreignant l’accès aux marchés du travail dans le Nord. C’est pourquoi la protection humanitaire et le droit d’asile sont devenues des frontières stratégiques, donnant (ou refusant souvent) l’accès aux droits de l’Homme et au marché du travail. Emborders questionne la façon dont les frontières humanitaires sont inscrites dans le corps et la subjectivité des migrants grâce à la réalisation, l’incorporation et l’internalisation de discours standardisés et européo-centrés de victimisation, vulnérabilité et de caractérisation du genre/sexe. En utilisant des acteurs professionnels pour mettre en scène des vraies personnes, ainsi qu’en juxtaposant les différentes versions du soi qui sont mises en évidence par l’analyse ethnographique et les frontières humanitaires, le projet questionne également les revendications d’authenticité, d’objectivité et de crédibilité qui sous-tendent à la fois l’action humanitaire et la recherche scientifique.

Sélection d’ouvrages

Pensée comme un « café littéraire », où l’on peut prendre le temps de circuler au fil des oeuvres, de s’installer, de penser et de comprendre nos frontières, cette exposition est sans aucun doute un lieu pour en ressentir ses effets. Une visite à ne donc pas manquer et à poursuivre avec les ouvrages suivant :

13_AntiAtlas

A l’ombre du Mur. Israéliens et Palestiniens – Entre séparation et occupation, 2011, S. Latte-Abdallah et C. Parizot (dir.), Arles, Actes Sud.
Europa inch’Allah, 2011, Stephanos Mangriotis, Images Plurielles.
Histoire politique du barbelé [Poche], 2009, Olivier Razac, Champs « Essais ».
Théorie du drone, 2013, Grégoire Chamayou, La Fabrique éditions.
L’obsession des frontières,2007, Michel Foucher, Perrin
Une occupation civile : La Politique de l’architecture israélienne, 2004Rafi Segal (Sous la direction de), Eyal Weizman (Sous la direction de), Paul Virilio (Préface), Muriel Gilbert (Traduction), Tranche de villes.

 

 


[1] Olivier Clochard (Migrinter) en collaboration avec Agathe Etienne, David Lagarde et Louise Tassin, Nicolas Lamberte et Ronan Ysebaert (Riate).
[2] Samira a été produit par l’IMéRA et SATIS (respectivement l’Institut Méditerranéen d’Etudes Avancées et le Département Sciences Arts et Techniques de l’Image et du Son de l’Université Aix-Marseille).

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *