C’est quoi le « THATCamp », Paris 2012 ?!

Par Sabine Partouche,  Danielle Rouvier et François Siino –

 

The Humanities And Technology Camp (THATCamp) est une « non-conférence » sur les Digital humanities dont la première édition s’est déroulée en 2008 au Center for History and New Media (CHNM) de l’Université George Mason à Washington. Deux étudiants qui revenaient d’un colloque particulièrement ennuyeux ont pris l’initiative d’organiser leur non-conférence… et depuis, plusieurs ThatCamp ont vu le jour sur la scène internationale.

Les 25 et 26 septembre 2012 ont marqué la deuxième rencontre parisienne organisée par le CLEO/OpenEdition et soutenu par le CNRS, l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, l’Université d’Aix-Marseille, l’Université d’Avignon, le TGE Adonis, le Campus Condorcet, le Centre Virtuel pour le Connaissance de l’Europe, la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, la Fondation Maison des Sciences de l’Homme, le Réseau des URFIST, le Centre pour la Communication Scientifique Directe, l’Association for Literary and Linguistic Computing.

« THATCamp », mode d’emploi

 Après une brillante non conférence inaugurale de Paul Bertrand[1], intitulée « Les Digital humanities sont-elles solubles dans le steampunk[2] ? », 25 propositions d’ateliers ont été brièvement présentées par celles et ceux qui souhaitaient voir discuter de thématiques particulières. Un programme final composé de 20 ateliers a été ensuite établi selon les votes de l’ensemble des participants.

Chaque participant a pu suivre à la carte 4 sessions au cours de la seconde journée.

Nous avons assisté aux ateliers suivants :

  • Comment écrire pour un carnet de recherche ? (Pierre Mounier)
  • Rôle et enjeu du design graphique (Nicolas Thély, David-Olivier Lartigaud et Gilles Rouffineau)
  • Les réseaux sociaux numériques de chercheurs en SHS : pour qui, pour quoi, comment ? (Nicolas De Lavergne et Olivier Le Deuff)
  • Ouverture des données en SHS (Elifsu Sabuncu et Antoine Blanchard, Cynthia Pedroja et Anne-Laure Stérin)
  • Sciences participatives : perspectives de croisement en sciences et citoyens (Jean-Pierre Girard)

En amont de ces journées, un Bootcamp a été organisé, suivies en aval d’un Codesprint (pour les codeurs) et d’un Booksprint(pour les éditeurs/rédacteurs) qui verra l’édition numérique et papier des « non-actes » de cette deuxième non conférence parisienne, accessible en ligne et disponible également en format Epub.

Une alchimie harmonieuse entre recherche, technique et diffusion où l’ensemble des  acteurs de la production scientifique dialoguent ensemble.

À noter la parution de la deuxième édition du Read/Write Book textes réunis par Pierre Mounier (accessible en texte intégral).


[1] Professeur d’Histoire Médiévale à l’Université de Louvain-la-Neuve.

[2] Genre littéraire de science fiction (http://fr.wikipedia.org/wiki/Steampunk).


Une réflexion sur « C’est quoi le « THATCamp », Paris 2012 ?! »

Les commentaires sont fermés.