Révolutions arabes à distance : redessiner les contours de l’engagement des diasporas, exilés et migrants dans le monde arabe

Compte rendu de la conférence WAFAW
– Par Claire Beaugrand (Ifpo, Territoires palestiniens)
et Vincent Geisser (Ifpo, Beyrouth ; CNRS) –

Le programme WAFAW (When Authoritarianism Fails in the Arab World)[1] a tenu, en partenariat avec l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman d’Aix-en-Provence (Iremam) et l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (Irmc), son premier colloque annuel, les 16 et 17 octobre 2014 à la Bibliothèque nationale de Tunis. Sous la direction scientifique de Claire Beaugrand et Vincent Geisser (chercheurs à l’Institut français du Proche Orient, Ifpo), il avait pour thème : Diasporas, migrants et exilés : quels rôles dans les révolutions et les transitions politiques du monde arabe ? Le colloque scientifique a été prolongé par une table-ronde « acteurs/chercheurs des diasporas », co-organisée avec la Jasmine Foundation[2].

 WafawTunisie1

Le choix de la Tunisie, comme pays hôte de la rencontre, n’était pas anodin : elle est le seul pays du monde arabe, où le mouvement protestataire est parvenu à la fois à faire tomber le dictateur, à engager une réforme profonde des institutions et à se préserver relativement d’épisodes de violence de masse pour se réapproprier l’espace politique longtemps confisqué. Le colloque s’est déroulé dans le contexte particulier de la campagne électorale pour les scrutins législatif et présidentiel d’octobre et de novembre, les premières élections libres depuis la promulgation de la nouvelle Constitution du 26 janvier 2014.

WafawJasmineFondation

Si de prime abord, le rôle des diasporas, des binationaux, des descendants de migrants, des réfugiés et des exilés dans les protestations sociales, les transitions politiques et les restaurations autoritaires du monde arabe peut paraître périphérique par rapport à celui des « acteurs de l’intérieur », sur lesquels s’est concentrée toute l’attention médiatique et scientifique, il n’en demeure pas moins éclairant pour la compréhension des transformations et des recompositions en cours.

D’abord, parce que bon nombre des gouvernements de transition en sont issus, à commencer par la Tunisie ou la Libye ; en outre, pour ceux qui, de la Syrie au Bahreïn, continuent à lutter contre les régimes en place, les réseaux de militants à l’extérieur du pays constituent une ressource et une composante majeures du combat politique, qui n’échappe d’ailleurs pas aux velléités de contrôle et à la capacité de répression des États (Dana Moss).

Ensuite, parce que l’effondrement ou la « fissuration » des systèmes autoritaires a conduit à un questionnement profond sur la nature du lien citoyen (et national) et, en particulier, sur les rapports qu’entretiennent les résidents à l’étranger avec leurs États (d’origine ou d’accueil), qu’ils soient binationaux ou non. Dans le contexte de bouleversements politiques qui touche la région depuis 2011, les diverses sociétés arabes sont traversées par des débats visant à redéfinir la place, légitime ou suspecte, de ces acteurs qui agissent, s’activent, se mobilisent à distance : dans les cas tunisien et libyen, les forces vives de l’extérieur ont été mobilisées pour participer à la transition et contribuer à l’élaboration du nouveau système politique et économique du pays. En Tunisie, les anciens exilés et les binationaux « qui doivent toujours montrer patte blanche » (Elyes Ghanmi) ont dû œuvrer, lors des controverses et des polémiques publiques suscitées par leur retour, pour se définir comme acteurs légitimes en promouvant une interprétation inclusive de la citoyenneté, avec cette victoire juridique qui permet constitutionnellement à un binational d’être candidat à la présidence de la République pourvu qu’il renonce à son autre nationalité une fois élu (Nadia Tarhouni). Dans d’autres cas, au contraire, les débats publics ont abouti à un repli sur une définition davantage exclusive du couple citoyenneté/nationalité, stigmatisant la double appartenance comme manque de loyauté au Bahreïn (Claire Beaugrand, 2014, p. 292), ou entrave à la participation politique, dans le cas d’un parent ou conjoint de candidat à la présidentielle en Égypte. Néanmoins, l’événement révolutionnaire et ses développements brutaux avec l’effondrement de certaines structures étatiques et la réduction du politique à la violence, en Syrie notamment, a aussi suscité une forme d’engagement violent au sein d’une partie des membres des diasporas – sans bien sûr que le phénomène djihadiste ne s’y limite – qui a répondu à la question du lien citoyen par son rejet absolu et l’adhésion à la forme transnationale ressuscitée du califat défini par son opposition aux fondements et principes de l’État nation constitutionnel et démocratique (François Burgat).

WafawTunisie5

Enfin, avec le télescopage des révolutions et les phénomènes contre-révolutionnaires, en particulier en Égypte, c’est la carte migratoire globale de la région qui a été redessinée, les trajectoires d’exil ayant largement évolué au fil des réalignements d’alliances régionales. Les relations extérieures et les politiques migratoires des États arabes ont dû s’adapter au nouveau contexte régional en pleine effervescence, notamment l’Égypte, pays d’émigration et aussi d’accueil de nombreux réfugiés (Gerasimos Tsourapas, Maai Youssef).

À la lueur de ces changements, l’objectif scientifique du colloque international et plus largement de l’axe du programme WAFAW est de revisiter les classifications et les catégories migratoires telles que « diaspora », économique ou politique, « immigrés » ou « exilés », dont la signification a été largement mise à l’épreuve par les phénomènes révolutionnaires et protestataires. Le postulat de départ est que la faillite de l’autoritarisme a fait voler en éclat des représentations dichotomiques simplistes qui ne faisaient que servir les intérêts des régimes en place et assurer leur préservation et leur survie. Corollaire de la confiscation de l’espace politique et des opportunités économiques, des décennies durant, l’idée s’était ancrée que les termes de « migrants/immigrés/émigrés » présupposaient une relation de rupture entre pays d’origine et d’accueil. Cette disjonction minimisait, voire rendait invisible, l’attachement des expatriés à leur pays de départ, au profit de discours sur leur prétendu manque d’intérêt politique ou leur dépolitisation, ou encore sur leurs motivations principalement financières et/ou familiales. Par exemple, au cours de la Table-ronde sur la dimension économique de la diaspora, Elyes Jeribi, entrepreneur franco-tunisien (LINKAO) témoigne en ce sens : à la sortie de son cursus à l’École polytechnique, un officiel tunisien lieu aurait conseillé « pour servir au mieux ta patrie, reste à l’étranger et envoie des devises ». La limite entre engagement politique et économique en diaspora est désormais brouillée, les immigrés « économiques » et leurs héritiers faisant irruption sur la scène politique comme électeurs et candidats dans les circonscriptions de l’étranger ; la diaspora copte aux États-Unis, bien qu’arrivée pour des raisons économiques, a graduellement scellé une alliance avec les groupes évangéliques et de droite néo-conservatrice pour s’octroyer un rôle politique et véhiculer le paradigme orientaliste de la « persécution » des Chrétiens d’Orient (Nadia Marzouki). À l’inverse, les exilés dits « politiques » ont pu infliger des dommages financiers par des appels au boycott (du Grand Prix F1 de Manama, par exemple) ou annulation de contrats.

 WafawTunsie3

De même, objet de multiples instrumentalisations de la part des États à des fins de propagande nationaliste, les notions d’allégeance et de double allégeance ont fait place à de nouvelles façons de concevoir les relations des individus aux États et aux sociétés dans leur diversité linguistique – les contributeurs à la conférence ayant noté la multiplicité des termes employés, notamment en arabe, pour signifier la présence à l’étranger.

En évaluant au plus près dans leur complexité les modes de participation des acteurs diasporiques aux processus politiques arabes, les contributions, réunissant des cas d’études allant du Maroc au Bahreïn en passant par l’Égypte, la Syrie et la Tunisie ont permis, d’aller au-delà d’une conception binaire caricaturale des espaces et des territoires de l’engagement divisés entre intérieur/interne et extérieur/externe. Pour Ala’a Shehabi, universitaire et militante de la seconde génération de l’opposition bahreïnienne, l’exil n’est pas subi comme une rupture mais est un soutien « complémentaire au mouvement de l’intérieur ».

Les nouvelles opportunités du « retour »

Le déverrouillage de certains champs politiques arabes et le démantèlement des réseaux clientélistes dominant l’économie ont accéléré les opportunités du retour.

La Tunisie post-Ben Ali a vu le retour de nombreux cadres politiques ou entrepreneurs économiques décidés à mettre à profit les compétences et le savoir-faire qu’ils ont accumulés à l’extérieur. Pour la vice-présidente de l’Assemblée nationale constituante, Meherzia Labidi, les diasporas constituent de véritables « forces de proposition » : dans le domaine économique, l’atout que représente la position d’interface des entrepreneurs diasporiques s’est traduite, par exemple par la promotion de la Tunisie aux États-Unis comme un pays ayant le potentiel d’être un « hub régional » (Mohamed Malouche, représentant de l’association Tunisian American Young Professional). En véritables « entrepreneurs politiques », au sens où ils possèdent une « connaissance des procédures de décision collective et des procédures administratives [les] prédispos[ant] à la recherche de profits politiques » (Facchini, 2006), deux directeurs de campagne de candidats à la présidentielle conviés à notre Table-ronde sur la dimension politique de la diaspora (Elyes Ghanmi et Zied Miled) affirment que la principale motivation de leur retour était de participer au laboratoire politique de la transition arabe que représente la Tunisie.

Cette expérience tunisienne de retour d’élites bâtisseuses d’un nouvel ordre a au moins eu un précédent dans le monde arabe, comme l’a montré Xavier Guignard dans le cas de la Palestine. Dans les années 1990, l’Autorité palestinienne fraîchement créée, avait invité des diplômés de la diaspora à venir constituer un réservoir d’experts en vue de préparer aux négociations finales. Ce précédent montre que la réinsertion ne va pas de soi : le retour a souvent été conçu comme temporaire, étape dans une carrière internationale, ce qui rapproche ces returnees des expatriés plus que des Palestiniens. De fait, la transformation du capital humain accumulé à l’étranger en légitimité dans le pays du retour n’est pas automatique : les exilés libyens de Londres, ancienne bourgeoisie évincée par le régime de Kadhafi, ne parviennent pas, depuis leur retour, à combler la distance qui les sépare du reste de la société tribale et clanique (Timothy Poirson). En Tunisie même, si l’expérience à l’étranger peut jouer un rôle essentiel de communication des idées islamistes à l’international par une maitrise des codes culturels et linguistiques des médias mainstream (Stéphanie Pouessel, Mohamed El Oifi), l’ostracisme, vécue comme une dégradation sociale, « ne constitue pas en soi une ressource électorale – à l’inverse du nom de famille attaché à un lieu » (Déborah Pérez). Sur ce plan, les sociabilités notabiliaires et élitaires restent influentes après la Révolution, malgré l’expérience de la souffrance et le statut de « première victime » de la dictature.

Militantismes à distance : entre héritages et nouvelles formes de mobilisations

Dans le sillage des révolutions tunisienne et égyptienne de 2011 et des mouvements protestataires touchant l’ensemble de la région arabe, et quelle qu’en soit leur issue, de nombreuses mobilisations ont eu lieu à l’étranger, réunissant des acteurs hétérogènes dans une même effervescence démocratique. Dans le cas des Égyptiens en France, la phase consensuelle et euphorique du mouvement a ensuite fait place à un phénomène de dé-socialisation et de fragmentation (Celia Lamblin). En dépit de cette difficile structuration, les mobilisations qui sont apparues au moment de l’ébranlement des autoritarismes arabes, n’en marquent pas moins un passage au politique pour bon nombre d’acteurs diasporiques : ceux-ci ont créé de nouveaux collectifs associatifs et politiques, dont la forme et l’orientation dépendent du contexte institutionnel du pays d’accueil (Lea Mueller-Funk) et qui entendent être reconnus à la fois sur les scènes politiques intérieures et dans les sociétés d’accueil, comme c’est le cas du Conseil des Tunisiens de l’étranger (Wajdi Limam).

Toutefois, ces nouvelles organisations n’émanent pas uniquement d’un élan révolutionnaire sur le registre romantique : dans bien des cas, elles sont héritières de longue expérience d’organisation et de luttes dans les pays d’émigration qui n’étaient pas toujours visibles (Antoine Dumont). Les anciens « immigrés » se sont découverts une identité de « diaspora », « Le mot « anobli[ssan]t » en quelque sorte la collectivité et efface le caractère dépréciatif du qualificatif « immigré » » (Cuche, 2001, p. 15). Partout, y compris dans le cas où le régime contesté n’a pas entamé de processus de réforme, les mouvements protestataires ont suscité un nouvel élan de « nationalisme à distance », au-delà des cercles déjà politisés et en exil, comme ce fut le cas au Bahreïn où la répression de 2011 a encore contribué à élargir les catégories socioprofessionnelles touchées par l’exil (Claire Beaugrand). Dans ce dernier cas et dans d’autres, le retour de balancier autoritaire a donné une saillance renouvelée aux groupes d’opposition à l’étranger : la « répression transnationale » des régimes autoritaires libyen, syrien et yéménite ont affecté jusqu’à la forme des activités de leurs communautés à l’étranger (Dana Moss), alors que dans le cas des Syriens d’Amérique du Sud, en majorité pro-Bashar, le régime baasiste a tâché de capitaliser sur ce soutien transnational pour renforcer sa position en Syrie et au niveau international (Cécilia Baeza).

Une des formes nouvelles prises par l’engagement à distance est le regain de participation des acteurs diasporiques aux processus électoraux, dont la signification a totalement changé avec l’ouverture des espaces politiques locaux. Si jusqu’à récemment les élections étaient considérées par les migrants comme des modes de participation largement inutiles, car contrôlés et détournés par les anciens régimes autoritaires (bourrage des urnes, trafic des résultats, mobilisation clientéliste des électeurs…), et par conséquent marquées par une faible participation et une forte abstention – comme c’est encore le cas de l’élection présidentielle algérienne totalement verrouillée (Warda Hadjab) –, les nouvelles échéances électorales ont retrouvé une nouvelle acuité, dessinant une géographie du vote à distance comme pour l’élection tunisienne de 2011 (Thibault Jaulin), premier pas scientifique vers l’établissement des facteurs expliquant cette nouvelle carte électorale.

Loin de « l’invasion migratoire » annoncée, la nouvelle carte des migrations au Moyen-Orient

 WafawTunisie4

Enfin, les processus révolutionnaires et leur traitement par la violence ont, à leur tour généré de nouvelles vagues d’exil et de fuite. La solidarité avec les nouveaux venus, volontaire ou forcée, a surtout été une affaire régionale (Catherine Wihtol de Wenden) : malgré l’accélération relative des tendances migratoires de Syriens vers la Turquie, de Libyens en Tunisie et de Tunisiens en Italie et en France, « l’Union européenne, qui a mis l’accent sur la construction démocratique dans les régions en proie aux révolutions arabes, n’a pas été en mesure de fournir de solutions aux mouvements migratoires de court et de long terme et a réaffirmé ses positions antérieures de renforcement des contrôles ». De fait, à l’opposé des discours alarmistes sur « l’invasion migratoire », ce sont bel et bien les pays arabes et la Turquie qui ont montré la plus grande solidarité face à l’afflux de réfugiés, certes, mais aussi face à la traque des dirigeants islamistes. Les Syriens qui ont fui en Égypte ont été accueillis sur la base de « rencontres aléatoires », à défaut de politique claire de la part des autorités égyptiennes (Gerasimos Tsourapas), et en l’absence de réels liens politiques structurant qui auraient unis les ressortissants et opposants des deux pays (Maai Youssef). Le rôle de la Turquie, État non arabe, est apparu comme incontournable dans la recomposition régionale : d’abord parce ses procédures administratives simplifiées ont permis l’implantation d’hommes d’affaires syriens (Ching-an Chang) et ensuite parce que les entrepreneurs islamiques visant un marché régional tâchent de présenter leur pays sous un jour attractif pour leurs coreligionnaires arabes dans une région troublée (Dilek Yankaya) ; c’est enfin la destination choisie par les membres des Frères musulmans fuyant l’Égypte où le mouvement aux ressources mises à l’épreuve se recompose – et se divise (Marie Vannetzel).

Ces nouvelles approches sur le rôle des binationaux, exilés, réfugiés, etc., interrogent la façon dont les sciences sociales appréhendent et analysent les diasporas : le supposé désintérêt des migrants pour les scènes politiques et le champ économique de leurs États d’origine a cédé pour laisser place à un regain de mobilisation complexe et évoluant au gré de la situation intérieure, la frontière entre migrants économiques et exilés politiques s’est révélée elle-même très mouvante servant, des objectifs de confiscation de l’espace contestataire dans les pays d’origine et d’intégration dans les pays d’accueil. La prétendue rupture entre les acteurs de l’intérieur et de l’extérieur a montré ses limites, de même que les conceptions classiques des appartenances et des allégeances nationales, longtemps perçues comme exclusives et statiques. Une illustration paroxystique de ce phénomène nous est notamment fournie par les mouvements jihadistes, dont le recrutement dans les sociétés européennes et arabes se fonde précisément sur le dépassement des catégories juridiques d’appartenance aux États-nations (François Burgat).

Les chantiers de recherche et de réflexion défrichés par le programme WAFAW ne soulignent pas seulement combien les acteurs diasporiques ont une capacité à connecter les espaces et à expérimenter de « nouveaux » terrains de lutte, de mobilisations et d’expression publiques, ils ont aussi fait émerger une nouvelle génération de chercheurs aux prises avec les dynamiques régionales, se refusant à tout simplisme, abordant chacun des acteurs politiques, islamistes ou non, dans toute leur complexité.

 WafawJasmineFondation2

Bibliographie

Beaugrand Claire, « In and Out Moves of the Bahraini Opposition: How Years of Political Exile Led to the Opening of an International Front during the 2011 Crisis in Bahrain », in Omar al Shehabi, Adam Hanieh and Abduhadi Khalaf, Transit States: Labour, Migration & Citizenship in the Gulf, Londres, Pluto Press, 2014, p. 289-322.

Cuche Denys, « Diaspora », Pluriel-Recherches. Vocabulaire historique et critique des relations interethniques, Cahier n° 8, Paris, L’Harmattan, 2001, p. 14-23.

Facchini François, « L’entrepreneur politique et son territoire », Revue d’Économie Régionale & Urbaine 2/ 2006 (juillet), p. 263-280. URL : www.cairn.info/revue-d-economie-regionale-et-urbaine-2006-2-page-263.htm. DOI : 10.3917/reru.062.0263.

Geisser Vincent, « Quelle révolution pour les binationaux ? Le rôle des Franco-Tunisiens dans la chute de la dictature et dans la transition », Migrations Société, n° 143, vol. 24, 2012, p. 155-178.

Geisser Vincent et Kelfaoui Schérazade, « La nation d’origine réinventée. La persistance du ‘mythe national’ chez les Français originaires du Maghreb », Confluences Méditerranée, 2001/4, n° 39, p. 27-35. DOI : 10.3917/come.039.0027.


[1] Dirigé par le politologue François Burgat, directeur de recherches au CNRS et financé par le Conseil européen de la recherche (ERC), ce programme de quatre ans lancé en octobre 2013, vise à mobiliser, tout en ne cessant de les interroger, les méthodes, les concepts et les paradigmes des sciences sociales pour rendre compte des profonds changements et recompositions politiques initiés par les révolutions tunisienne et égyptienne à l’échelle du monde arabe. Voir http://www.wafaw.org

[2] Institution de recherche pluridisciplinaire privée, dont l’objectif est de contribuer à la construction de la société démocratique naissante en Tunisie. http://www.jasmine-foundation.org/en/


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *