De la thèse à l’ouvrage

Au-delà de la question générale de l’après-thèse se pose la question du devenir de la thèse, une fois celle-ci soutenue. Après l’euphorie de la fin, les doutes de ce qui a l’air d’un nouveau commencement…Ma situation personnelle de docteure toute fraîche  m’a inspiré ce billet, dans lequel je vous propose quelques réflexions et conseils glanés ici et là sur la question qui va désormais me tarauder un petit bout de temps: comment transformer une thèse en ouvrage publiable et si possible publié?

Sans vouloir présenter une panoplie complète de conseils au docteur « désespéré« , je reprendrai certaines idées de l’éditeur James Currey qui me paraissent particulièrement utiles, mais surtout, applicables à l’ensemble des disciplines académiques. La différence majeure entre une thèse et un ouvrage réside dans la fonction et le public-cible de ces deux types de production. La première est rédigée à l’attention de quelques examinateurs (dont le nombre peut varier entre trois et huit) dans l’objectif de démontrer les compétences scientifiques du candidat. A travers sa thèse, le doctorant montre qu’il est capable de formuler une problématique, de mener une recherche pour y répondre et de présenter ses résultats de manière claire et argumentée.  Il doit signifier ses connaissances sur la production académique existant dans son domaine de recherche. La thèse est dans une large mesure un examen qui, une fois réussi, octroie au thésard une place reconnue dans la communauté scientifique. A l’inverse, un ouvrage est destiné à des centaines, des milliers, voire des millions (soyons fous) de lecteurs. Pour intéresser un (relativement) large public, il doit être à la fois moins spécialisé, plus accessible et plus intéressant à lire qu’une thèse. En résumé, la thèse est rédigée pour des personnes qui en savent beaucoup plus que le doctorant, alors que l’ouvrage est écrit à l’attention de lecteurs qui en savent beaucoup moins. Évidemment, le remodelage d’une thèse dépendra largement du type d’éditeur choisi (du plus académique au plus « commercial » en passant par des éditeurs intermédiaires).

Gardons donc à l’esprit que la thèse, après avoir été travaillée durant de longues années et soutenue durant quelques heures au maximum, ne doit être vue que comme la première version du manuscrit sur lequel se basera l’ouvrage futur. D’où peut-être le désespoir (ou la dépression post-soutenance) du jeune docteur qui doit encore fournir un travail de longue haleine pour arriver à ses fins (mais quelles sont-elles enfin?!).  Voici, pour ne pas sombrer totalement, quelques recommandations pratiques de James Currey à méditer lors de la rédaction de la seconde version du manuscrit:

  • réfléchir sur la pertinence de la problématique et sur la manière par laquelle vous y avez répondu (trouvez-vous cela encore satisfaisant un an après la soutenance?)
  • réorganiser la structure de la thèse
  • identifier les passages à développer, en supprimer d’autres (l’état de la recherche et les questions non abordées dans la thèse par exemple)
  • synthétiser le propos pour réduire les dimensions du manuscrit
  • alléger l’appareil de notes et le dispositif démonstratif/illustratif qui sous-tend l’argumentaire
  • retravailler les transitions entre chapitres/parties afin de les rendre plus attrayantes, fluides, pour le lecteur
  • nettoyer le manuscrit des jargons inutiles, simplifier l’expression
  • pour un ouvrage en anglais: préférer le « je » au « nous » (écrivez en tant qu’auteur, pas en tant qu’autorité abstraite ou en tant que comité!)
  • à l’instar d’un bon roman, un ouvrage devrait avoir un début, un milieu et une fin (pensez à la structure narrative de l’ensemble)

La troisième (et finale, ouf!) version du manuscrit sert à affiner le style de langue, vérifier toutes les références et obtenir les autorisations nécessaires à la reproduction de documents/illustrations/sources.

Et pour finir sur une note optimiste: ce travail de remaniement est supposé permettre au jeune docteur, après y avoir consacré plusieurs années de sa vie (et pas des moindres), de se libérer du « carcan » du format de la thèse!  James Currey ne se prive pas de nous le rappeler, les meilleurs ouvrages produits à partir de thèses ne gardent souvent de celles-ci que le sujet (et encore)…

A suivre.

 

Pour citer ce billet : Seri-Hersch Iris, « De la thèse à l’ouvrage », Carnets de l’IREMAM, 14 juin 2012. [En ligne] http://iremam.hypotheses.org/56 (date de consultation)

 


Iris Seri-Hersch

Iris Seri-Hersch est Maître de conférences en histoire contemporaine du monde arabe au Département d'études moyen-orientales, Aix-Marseille Université et chercheuse à l'IREMAM à Aix-en-Provence, France. Ses travaux portent sur l'histoire contemporaine du Soudan et de l'espace israélo-palestinien. Elle s'intéresse aux problématiques coloniales et impériales, aux questions éducatives, aux pratiques historiographiques, aux mémoires sociales et aux processus d'appropriation spatiale sur ces terrains en conflit.

More Posts - Website

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.