Révolutions et élection en Tunisie. Le réveil d’une société résistante

« Un Américain demande à un Tunisien quelles sont ses ambitions dans la vie. Celui-ci répond : ‘avoir une maison, un boulot, construire une famille’. L’américain lui objecte : ‘je t’ai demandé tes ambitions pas tes droits !’ »[1]

« Chaque jour j’entends parler d’une affaire montée de toutes pièces.
Pourtant le pouvoir sait qu’il s’agit là d’un citoyen honnête.
Regarde les flics taper sur les femmes voilées.
Est-ce que tu accepterais ça pour ta fille ? (…)
Il y a ceux qui volent aux yeux de tous.
Tu sais très bien qui sont ces gens.
Beaucoup d’argent devrait aller aux projets, aux réalisations,
aux écoles, aux hôpitaux, aux logements.
Mais les fils de chien avec l’argent du peuple
ils se remplissent le ventre, ils volent, ils pillent, ils se servent,
pas un siège ne leur échappe. Le peuple a tant à dire
mais sa voix ne porte pas. S’il n’y avait pas cette injustice,
je n’aurais pas besoin de parler », chanson de rap, El Général, « Rayes Lebled », 2010 (traduction de l’arabe) 

« Je suis de ceux qui sont libres et n’ont pas peur. Je suis de la voix de ceux qui ne renoncent pas. Je suis une épine dans la gorge de l’oppresseur. Je suis l’âme de ceux qui n’oublient pas. Je suis la voix de ceux qui ne meurent pas. Je suis les libres du monde uni, Je suis libre et ma parole est libre », extrait de chanson d’Emel Mathlouthi « klemti hourra » 2009 (traduction de l’arabe)

Le 21 décembre dernier, la Tunisie choisissait son deuxième président après la révolution de 2011. Le vote au suffrage universel a tranché en faveur de Béji Caïd Essebsi, ancien ministre de l’Intérieur sous le régime de Habib Bourguiba.

Cet article est le résultat de mon terrain de campagne durant la période électorale octobre-décembre 2014. Ces observations attentives et impliquées du quotidien jusque dans les coulisses du processus politique ont aussi été rendues possible grâce aux rencontres et à la réflexion effectuées pendant six années de recherche en Tunisie. Mon choix s’est porté principalement sur le suivi de la campagne du candidat Moncef Marzouki. J’ai pu assister à des réunions de campagne de son comité de soutien et au travail du comité local de la Manouba.

Ce moment électoral a validé un processus engagé depuis janvier 2011, celui de l’entrée de la Tunisie dans le jeu démocratique. Cependant, cette expression du politique ne date pas de 2011. La dictature a produit, contre son gré, des luttes de résistance, qu’elles soient off-shore depuis l’exil et les rencontres politiques qu’il a permis, ou en Tunisie, par les réseaux de sociabilité des prisonniers politiques ou par les initiatives discrètes de simples citoyens (Geisser et Gobe, 2006).

Permises par la libération du débat démocratique de 2011, différentes visions politiques s’expriment publiquement. Lors de la campagne présidentielle de 2014, ce sont deux visions politiques aux antipodes, deux visions de la société, du monde et de l’Homme qui marquent le débat : celle que soutient Béji Caïd Essebsi et celle que défend Moncef Marzouki. Cette aurore du « politics as usual » (Burgat, 2006) éveille des craintes parce qu’elle surgit brusquement, sans distance de sécurité et s’exprime dans des antithèses caricaturales (jusque dans des détails vestimentaires, par exemple le refus de porter la cravate par Marzouki versus le port de la cravate mauve arborée par BCE). Ce jeu politique « bipolarisé » représente pourtant l’avènement du jeu politique, à cinquante ans de distance.

Le pluralisme politique réaffirmé lors des élections législatives du 26 octobre 2014 dévoile les contrastes politiques et sociaux de la société tunisienne. Ils apparaissent aujourd’hui, brutalement, dans ce pays qui fut artificiellement dépolitisé par la chape de plomb des dictatures, puis par l’euphorie unanime autour de la révolution, et aussi par la peur du changement que cette dernière impliquait. Ce politique en latence avait pourtant eu la possibilité d’émerger dès l’indépendance. Il était d’ores et déjà pressenti dans la lutte opposant Bourguiba à Ben Youssef, mais fut instantanément éliminé du fait de la suppression physique d’un des deux camps, méthode qui par ailleurs donnera le ton des décennies suivantes de répression de toute opposition.

Alors que certains observateurs médiatiques et citoyens dépeignent depuis des mois une bipolarisation entre islam politique et défense du projet séculier de l’État construit par Bourguiba, la fracture s’avère d’une autre nature, celle d’un affrontement entre des forces révolutionnaires de la rupture et des forces rassurantes du passé (« retrouvons l’État d’avant », Béji Caïd Essebsi). Ces disparités ont été jusqu’à présent étouffées par l’autoritarisme persistant, reposant sur le dessein et le mythe de la « Tunisie homogène » et, plus récemment, par la révolution qui a paradoxalement nourri l’euphorie et la peur.

Les premières élections démocratiques de 2011 furent déjà le produit d’un équilibre des forces qui auraient pu prendre une forme violente (Meddeb, 2014). La période 2011-2014 marque ainsi la transition entre l’unilatéralisme de la phase autoritaire et le pluralisme de la phase politique. Elle représente l’institutionnalisation du conflit, sa reconnaissance et son acceptation.

Contexte d’une Tunisie prise en étau entre son histoire répressive et le contexte international

Si l’élection de Béji Caïd Essebsi en tant que président de la IIe république tunisienne a fait l’effet d’une bombe pour les partisans de son opposant Moncef Marzouki, tant Béji Caïd Essebsi représentait une figure de l’ancien régime, ce résultat tient d’explications politico-historiques. Parmi celles-là, citons l’histoire d’une domination (coloniale puis nationale), la longue et lente répression qui a instillé la peur de toute expression du politique, les fractures régionales et socio-économiques niées par le « modèle tunisien », la longue macération d’une dépendance à l’État mais encore l’assujettissement aux acteurs privés (Hibou, 2008). Le candidat aux présidentielles Béji Caïd Essebsi représente, pour ses électeurs, un véritable repère, un lien rassurant avec un passé identifié. Les arguments de vote focalisaient sur le « prestige de l’État » (hiba addaoula) qu’il vantait dans ses discours de campagne. Il rappelait cette figure tunisienne de ma`alem, un mélange de père et d’homme de poigne. Le duel entre les deux candidats ne s’est donc que peu joué sur un débat d’idées ; la rencontre télévisée entre les deux candidats a par ailleurs été officiellement refusée par Béji Caïd Essebsi.

Cette élection reflète une période de quarante années de délitement de la citoyenneté et de toute autonomie de la pensée politique, mais elle s’inscrit aussi dans les standards internationaux du politique que sont la professionnalisation du politique et l’élitisme. Enfin, cette élection s’inscrit dans le contexte géopolitique actuel de la région arabe plombée par des États autoritaires.

Traces de la pensée bourguibienne

Les lignes directrices du politique d’une nation s’élaborent au travers des « élites ». La notion d’élite renvoie à « l’influence et au statut [particulier] dont bénéficient certaines franges de l’establishment militaire, politique, bureaucratique, commercial et médiatique ».[2] En Tunisie, les élites historiques les plus influentes sont le fruit de la matrice bourguibiste qui est basée sur le trio nationalisme, laïcité et féminisme. Ces trois standards opèrent souvent en fusion. C’est le cas de la production littéraire de l’écrivaine Hélè Beji, alors engagée dans la campagne électorale pour le candidat Béji Caïd Essebsi. Ses écrits s’inspirent d’un féminisme nationaliste éradicateur de toute religiosité ostentatoire.

Cette écrivaine publie en novembre 2014 un essai panégyrique en faveur de son candidat. On peut y lire une sacralisation de l’Histoire, une injonction à aimer l’histoire de son pays – en glorifiant par exemple ses ancêtres sacrifiés pour l’indépendance – et une vénération de la patrie et l’État. Hélè Beji augure par là un nationalisme-élitiste dont l’anachronisme peut sembler déconcertant[3].

L’auteure critiquait pourtant le « nationalisme » dans son essai Le désenchantement national (1982). Mais ce positionnement s’insérait dans une critique du colonialisme comme principale cause d’un nationalisme aliénateur. Elle évoquait « l’aliénation des pays du tiers-monde au lendemain des indépendances », ce qui avait d’ailleurs fait son succès auprès des intellectuels français de gauche.
En 2011, Hélè Beji s’attaqua au signe ostentatoire de religion qu’est le voile (Béji, 2011). Elle reconnaissait son échec à comprendre le choix des jeunes femmes voilées dans un pamphlet qui aurait fait figure de confession islamophobe s’il s’était appliqué au contexte français. Ce positionnement fémino-nationaliste, bien qu’il reflète un contexte global de méfiance vis-à-vis de l’islam, renvoie en premier lieu à l’idéologie bourguibiste de dévoilement de femmes comme unique chemin d’accès à la modernité.

Des espaces d’expression et de rencontre laminés

Si cette frange élitiste a eu une influence certaine et a ainsi pu « parler » à la Tunisie, les Tunisiens, entre eux, n’ont eu que peu de moyens de se « connaitre ». Depuis l’indépendance, l’autoritarisme a restreint l’espace public et l’expression propres aux échanges et à la rencontre. Les différentes franges de la population, socioéconomique, générationnelle, régionale et autre, n’avaient ni l’espace nécessaire ni la possibilité démocratique de se « parler ». Comme conséquence, jusqu’à récemment, il n’y a concrètement et matériellement, que peu de lieux où se parler, où se rencontrer, confronter ses idées et ses points de vue. On a pu compter sur l’initiative des ciné-clubs, ces espaces de projections de films et de débats populaires assez répandus sur l’ensemble du territoire depuis 1950 et qui a attiré des classes sociales et des générations très variées. Mais un domaine artistique sous dictature n’a que très peu de marge de manœuvre. Toujours dans le domaine artistique, l’espace artistique El Teatro, créé à Tunis en 1987, réunit jusqu’à aujourd’hui des générations et des classes sociales différentes, mais est resté enfermé dans une idée politique particulière, celle de la gauche et de l’extrême gauche. En cela, ce n’était pas un espace de rencontre inter-partisane.

Aujourd’hui, et depuis trois ans, des espaces de dialogue inter-tunisien se créent petit à petit (à travers des initiatives citoyennes : cafés littéraires, théâtres, collectifs, etc.). De plus, ce « moment » tunisien de mise en branle démocratique des deux derniers mois a disséminé les graines d’un dialogue futur. Les débats inaugurés sur les réseaux sociaux, les rencontres offertes par la campagne électorale ont lancé des échanges intergénérationnel et interrégional. Encouragées par des parents qui se sont réveillés, les nouvelles générations entament un dialogue, un dialogue enfin possible jusque entre des franges islamiste et d’extrême gauche.

Les premiers espaces de dialogue inter-tunisien remontent à 2011. Ils furent inaugurés dans ce lieu symbolique qu’est l’agora de l’Assemblée constituante. Au sein de celle-ci, 217 citoyens députés, de toutes les régions, classes et générations, – et Tunisiens de l’étranger inclus (17 sièges consacrés) amorçant qui plus est un retour de la diaspora tunisienne, ont amorcé un dialogue nécessairement difficile et parfois houleux (voire par moment impossible, à l’instar de la poignée de députés qui avaient temporairement démissionné en juillet 2013 lors de la crise qui a suivi l’assassinat de Mohamed Brahmi). Mais en osant affronter le conflit et la politique dans ce qu’elle a de plus abrupt et fastidieux, ces citoyens ont assumé leur sacerdoce et en cela ils figureront comme des pionniers dans l’histoire de la Tunisie (Perez, 2013).

Ce sont donc des différences qui se sont exprimées ces dernières années, des individualités, des citoyens autonomes défendant un projet de société propre à leurs idéaux personnels. En cela, ils rompent avec la société que les autoritarismes successifs de Bourguiba et de Ben Ali ont toujours présentée comme « uniforme ».

La confrontation devient matériellement et démocratiquement possible entre les différentes franges de la société, chacun portant des expériences de la Tunisie radicalement différentes. Cette diversité presque culturelle ne prend pourtant que très peu en compte la question de la langue et de la culture berbère. Celle-ci ne fut pas un lieu de répression culturelle frontale comme cela a pu être le cas en Libye. Cette différence dépolitisée fut instrumentalisée par Bourguiba lui-même qui n’avait aucun complexe là-dessus ; Ben Ali a ensuite repris le flambeau en instituant son programme phare sur le « dialogue des civilisations » (hiwar al hadharat) dans lequel il a dépeint une société historiquement plurielle et fondamentalement homogène (Pouessel, 2012).

Retour de la diaspora. L’engagement politique comme lien retrouvé avec la Tunisie

La pluralité de la société tunisienne implique aussi une partie résolument là bien que physiquement absente, les « Tunisiens de l’étranger ». Le rapport spécifique au pays qu’implique la condition « diasporique » peut entraîner une déconnexion des citoyens aux problématiques de la Tunisie. Du fait de ne pas partager le vécu du quotidien et des émotions collectives qui entourent le jeu national, des Tunisiens de l’étranger n’ont ainsi pas toutes les cartes en main pour appréhender les subtilités du jeu politique du moment ; à l’instar d’une jeune Tunisienne de Toulon à la recherche d’arguments pour choisir son candidat le matin même du vote sur le groupe facebook Uni-T. De plus, pour ces populations d’Europe, résider dans une démocratie induit indubitablement un biais dans la perception de la situation tunisienne, une myopie ou une focale selon les parcours et les histoires migratoires.

Durant les mois qui ont précédé les élections, lors de la campagne de terrain, des militants pour Moncef Marzouki ont quitté famille et travail pour s’engager dans la campagne électorale. Le choix d’un candidat et l’implication nouvelle qu’ils ont mise dans le militantisme politique a représenté une voie de recouvrement du lien qu’ils entretenaient avec la société tunisienne[4]. Ce lien avait été jusque-là érodé par la distance et les préjugés qu’engendre la distance et distendu par le flou qu’implique toute situation dictatoriale. Ces préjugés fusent des deux côtés, tant de la part des Tunisiens en Tunisie que de la part des Tunisiens de l’étranger ; exemple en est les réactions parfois conflictuelles qui caractérisent leur rencontre. Dans certaines interactions du quotidien, ces derniers peuvent être catégorisés de ouled fransa (« enfants de la France ») par des locaux, et ainsi ramenés à leur condition d’étranger.

Pour les acteurs diasporiques déjà politisés avant cette période voire avant la révolution, la rupture politique augure d’une nouvelle manière d’appréhender sa relation au pays. Ces acteurs engagés ont apporté leurs compétences au service de la campagne, au service de leur pays. Ils se sont découverts eux-aussi en renouant avec ce qu’ils nomment et ne cesseront de nommer « leur pays ». Ils ont commencé ce travail d’adaptation aux contraintes locales, d’ajustement aux réalités socioculturelles de la Tunisie. Pour des jeunes Tunisiens venus de Paris pour militer en Tunisie, ou envisager de s’y installer, cela implique indubitablement des dissonances et un ensemble de réajustements à opérer.

Ce réveil d’une citoyenneté latente et vécue jusque-là à distance augure d’une redéfinition des rapports entre la Tunisie et sa diaspora. Le premier espace de participation des Tunisiens de l’étranger au jeu politique tunisien s’est ouvert en 2012 sur les bancs de l’Assemblée nationale constituante, avec toute la douleur qu’impliquait un tel passif et l’énergie qu’il fallait pour entamer une telle révolution. Karima Souid, députée de la circonscription France Sud fut attaquée pour son usage de la langue française au sein d’une séance plénière de l’assemblée. Elle fut contrainte à légitimer sa pratique des langues en évoquant publiquement l’histoire migratoire de la Tunisie lors d’une intervention publique caractérisée par un entre-deux langues français-arabe[5].

La présence de Tunisiens binationaux se confirme dans la nouvelle assemblée élue en octobre 2014 (Pouessel, 2014). Ils apportent une approche ambidextre aux enjeux politiques actuels tunisiens. Le fait d’appartenir à deux pays à la fois leur octroie une vision double pour répondre aux défis des problématiques locales. Au-delà, ils contribuent à redéfinir par le bas la relation entre l’Europe et la Tunisie et, en cela, à transformer la définition culturelle et territoriale de la nation tunisienne, une nation qui ne peut plus être définie en terme de frontières culturelle et géographique.

L’engagement d’une frange de la diaspora tunisienne va rencontrer d’autres implications sur le territoire tunisien. Motivée par la même aspiration de politique, une partie de la société se mobilise.

Une Tunisie mobilisée dans l’urgence

Militants marzoukistes, Bab Souika, Tunis, 9.11.2014, ‎©‎ Taoufik Ben Sassi
Militants marzoukistes, Bab Souika, Tunis, 9.11.2014, ‎©‎ Taoufik Ben Sassi

Face au risque du retour des caciques de l’ancien régime au pouvoir, un front de la société s’est resserré autour de Moncef Marzouki en quelques jours voire quelques heures. Un front en léthargie que l’urgence de la situation fait sortir de ses retranchements.

Les dernières semaines, et plus encore les derniers jours, de la campagne de l’élection présidentielle ont vu se manifester une accélération du retour des citoyens au politique. À un rythme quasiment minuté, j’ai observé des citoyens apolitiques s’engager, des jeunes du football se raccrocher à un candidat comme rempart ultime contre l’autre candidat perçu comme dangereux. J’ai été témoin du revirement de gens venant demander le débat, chercher l’information. J’ai recueilli des témoignages des jeunes de la gauche anti-islamiste, à l’instar d’une partie du milieu artistique tunisois, qui faisaient part du mauvais goût des affiches du candidat qui aurait été le leur s’ils n’avaient pas perçu des failles comme celle-ci. Enfin, j’ai écouté des anciens se « réveiller » et penser que peut-être c’était pour eux le moment de penser aux prochaine générations et de soutenir leurs aspirations démocratiques, ne serait-ce que par une aide matérielle et organisationnelle à la campagne.

De ce fait, l’opinion a tourné en quelques jours, dans une sorte de dernier sursaut face aux craintes de retour d’anciennes pratiques politiques et de l’annonce de la fin de la période de libertés offertes par la révolution de 2011. Réussissant à réunir presque 1,4 millions de voix, défi mathématiquement quasiment impossible à relever suite aux résultats des deux élections (législative et premier tour des présidentielle), la candidature Marzouki a bénéficié de l’engagement de citoyens passionnés. Effectuant un travail de fourmis, journalistes, blogueurs, artistes, militants politiques, etc. se sont unis dans une urgence, au-delà de la classe, du genre, de l’âge, et de la fameuse dichotomie qui fait si mal entre Tunisiens d’ici et Tunisien de là-bas (lbara), des stratifications effacées, gommées temporairement devant l’urgence de sauver ce qu’il était encore temps de sauver.

Solidairement, ce militantisme s’est matérialisé par le relais de publications, par des montages vidéos, l’élaboration de documents et d’informations à diffuser, la création d’événements (les « pots de départ »), de groupes (« terroriste et fier de l’être » suite à la catégorisation de « terroristes » des électeurs de Moncef Marzouki par Béji Caïd Essebsi), afficher son encre et le choix de son candidat, faire littéralement sa propre campagne virtuelle pour son favori, le faire blech flouz (sans argent). Au sein des réseaux de solidarité bénévole qui soutiennent, par exemple, la campagne de Moncef Marzouki, la solidarité éveillée dans l’organisation des meetings est allée au-delà d’une solidarité régionale ou familiale. Plus qu’un simple réveil de la citoyenneté, il s’est agi ici de la formation d’une politique par le bas

Des réseaux de connaissance se sont créés, des affinités révolutionnaires se sont découvertes et exprimées au-delà des âges, des classes ou du lieu de résidence. Ce fut aussi pour chacun un moment révélateur au cours duquel ses propres principes et ceux des autres ont été testés, mettant en péril des amitiés et des relations familiales. Un véritable mouvement de connaissance de soi et des autres après des décennies de clonage a pu émerger dans ce moment qui devint, aussi, un moment de réconciliation personnelle des Tunisiens avec eux-mêmes.

Le dévoilement de nouveaux réseaux de la société civile et artistique. Des compétences au service de la citoyenneté

Au sein de ces réseaux de connaissance, une scène artistique alternative et une partie de la société civile, restées jusque-là relativement non médiatisées, ont pu être mises en avant. Des artistes, journalistes, intellectuels nouveaux, ou restés dans l’ombre, ont pu saisir l’occasion historique de s’impliquer dans la campagne, chacun avec sa compétence.

L’état général de l’art en Tunisie est cantonné à des cercles clos tunisois essentiellement autour de la peinture et de la sculpture. L’absence de certaines disciplines artistiques clés de la modernité est patente, par exemple la capoeira, cette pratique artistique brésilienne qui est présente du Maroc au Liban. Au profit de la campagne, des artistes de la scène alternative ont pu être mis en avant (Dj, caricaturistes, humoristes, chanteurs, etc.). Ils sont originaires des régions de Gabès, Kasserine, Regueb, Sousse. Ces dernières années, si ils voulaient parler au monde, c’est-à-dire développer leur art et leur passion en côtoyant le milieu artistique international, ils ont dû se battre et ont réussi à voyager via des réseaux alternatifs et non plus par l’Institut français qui a été jusque-là un véritable tremplin des artistes en Tunisie. Ils vont en Allemagne, en Turquie et non plus, uniquement, en France. Par là, ils ont été amenés à apprendre l’anglais et non plus le français. Ils augurent d’un décrochage de la francophonie et de la France qui perdurera, et par là représente une première entrave à la pensée et certaines pratiques issues de la colonisation et de l’impérialisme politique et culturel hexagonal.

Dj Black Jack enflamma le meeting de Marzouki tenu à la coupole à Tunis le 14 décembre. Inaugurant un style novateur pour une rencontre politique en mixant de la house musique et faisant danser des familles et des militants politiques, cet artiste originaire de Gabès s’est engagé dans la campagne « parce que les gens ont la mémoire courte » (dixit). Cet artiste funambule incarne une Tunisie qui vogue entre plusieurs mondes. Il mixe dans les clubs branchés de la côte tunisienne et suit dans sa vie des principes islamiques (Pouessel, 2013).

Du côté de la société civile alternative, ces dernières années ont vu naître des projets locaux qui révolutionnent la Tunisie à l’échelle locale. Des projets autour de l’écologie, des nouveaux modèles d’agriculture, de la « démocratie participative », des nouvelles méthodes d’éducation, autant d’« initiatives discrètes qui impactent positivement la réalité »[6] que Teycir Ben Naser, journaliste franco-tunisienne réinstallée à Tunis depuis 2012, répertorie sur son blog hébergé par le blog collectif indépendant trilingue (arabe, anglais et français) Nawaat[7].

Autonomisation (temporaire) vis-à-vis des partis politiques historiques

Cette nouvelle façon de faire du politique est celle de la prise à bras le corps de la campagne par les citoyens. Parallèlement, il semble s’opérer un décrochage entre une classe politique qui est restée élitiste ne serait-ce qu’au niveau socioéconomique (d’accès aux richesses) et le « peuple », c’est-à-dire ceux qui jusque-là n’avait pas de voix. En effet, après de vaines oppositions censées décrire la situation tunisienne – islamiste/laïc ou ancien régime/révolution – la particularité de ce moment semble avoir été celle d’une certaine dissociation entre partis politiques et société. Car en réponse à la demande citoyenne de consignes de vote pour le second tour des élections présidentielles, l’absence quasi généralisée de recommandations dénote un « retrait» de la part des partis qui peut paraitre déconcertant face au « besoin de politique » d’en bas, qui plus est dans le contexte d’une société en transition démocratique.
L’injonction que l’on pourrait qualifier de « dabbrou rouskom ! » (débrouillez-vous !) qu’ont renvoyés les partis politiques tunisiens historiques (Ennahdha et le Front populaire) à leurs électeurs, qu’elle soit officielle ou officieuse, aussi brutale qu’elle ait pu apparaître, joue en fait encore un peu plus en faveur de la politisation des citoyens par le bas. Sur le long terme, ce retrait offre la potentialité de la construction citoyenne, autonome et libre de « partis politiques » à l’image de chacun ; des partis qui ne soient plus uniquement des partis créés de toute pièce par le pouvoir ou des partis d’opposition à l’ordre arbitraire. Ce sont peut-être même les citoyens qui ont dit « débrouillez-vous » aux partis politiques, mot d’ordre d’une Tunisie qui refuserait dorénavant de se mettre au pas d’un quelconque slogan, y compris celui des démocrates, progressistes et intellectuels autoproclamés.

Cela augure aussi et surtout d’une véritable entrée dans le politique, c’est-à-dire le fait de pouvoir sanctionner un parti qui ne répond plus à ses attentes. Pour preuve, les mouvements de protestations qui ont eu lieu dans certaines villes acquises à Ennahdha (Gabès, El Hamma) dès le lendemain de l’élection de Béji Caïd Essebsi. Au-delà de confirmer le fait que le suffrage de 2011 n’était ni identitaire ni rétrograde, ce vote puis sa relative sanction lors des législatives de 2014 annonce l’entrée de l’islamisme tunisien dans le jeu politique. Un mouvement islamiste qui, faut-il le rappeler aux plus réticents, n’a cessé de prouver son caractère démocratique[8]. Lors de la victoire de son opposant Nida Tounès aux élections législatives d’octobre 2014, Ennahdha a salué unanimement le résultat des élections.

Les projets sociétaux de partis politiques historiques comme Ennahdha ou le Front populaire sont relativement bien identifiés par les citoyens tunisiens depuis 2011 et avant. Moins connue du grand public, une pensée politique solitaire, qui avait tout de même déjà touché une partie de la population en 2011[9], trouve les conditions de son déploiement durant la campagne présidentielle de 2014.

Des droits de l’Homme au politique : naissance d’un nouveau courant de pensée tunisien

La pensée élaborée depuis trois décennies par Moncef Marzouki laisse place depuis trois ans à la naissance d’une vraie idéologie politique de gauche. Reprenant la définition socioéconomique, ce qu’il a nommé la « gauche sociale » se définit à contre-pied de la « gauche anti-islamiste ». Ce retour aux origines du socialisme, la lutte contre la pauvreté et les inégalités se déploie parallèlement à la profonde remise en cause de la gauche historique tunisienne aux yeux de l’opinion publique. Le parti de gauche historique, le front populaire, et la gauche résidente en France se désolidarisent de Moncef Marzouki en appelant à voter Béji Caïd Essebsi (quand bien même Marzouki les défendit durant des décennies de répression). Cette consigne de vote est apparue pour beaucoup de leurs sympathisants comme un coup dur et une véritable bombe, tant leur degré d’allergie à la figure de l’ancien régime est élevé, en raison notamment des années de répression opérées par celui-ci. Face à ces officiels de la « gauche », rares sont les hommes politiques qui ont soutenu officiellement Moncef Marzouki. Parmi ceux là (et aux côtés de Samia et Mohamed Abou, Mouldi Riahi et Abderraouf Ayadi), Moncef Marzouki a bénéficié du soutien de Ayachi Hammami. Il incarne la renaissance d’un front de gauche ; une gauche qui a dépassé son positionnement anti-islamiste pour un engagement social et démocrate[10].

Soutien indéfectible à la cause palestinienne (un drapeau de la Palestine est arboré dans chaque meeting politique), Moncef Marzouki est partisan de l’autonomisation vis-à-vis du Nord sans en renier ses apports. Il prône la décentralisation à tous les sens du terme : en 2012 et 2013, il missionne des spécialistes pour aller étudier les modèles de développement brésilien et équatorien, afin d’en ramener des réalisations adaptable au contexte tunisien. La députée Mabrouka M’barek en est le symbole. Cette élue de l’assemblée nationale constituante (2011-2014) est à l’origine des plus importants projets de loi relatifs à la décentralisation mais aussi à la transparence, à l’OpenGOv[11], à l’audit de la dette, et elle a lutté pour l’écriture et l’adoption de l’article 13 sur les ressources naturelles.

Moncef Marzouki propose la lutte contre la corruption et contre l’achat du peuple. Un des principaux slogans qui accueillit Moncef Marzouki dans ses visites de terrain fut « nous sommes venus te voir sans argent » (« jinék blech flouss »), un slogan dont on ne peut prendre l’entière mesure qu’en le replaçant dans le rapport mafieux de la politique à l’argent en Tunisie. L’appellation dont jouit Moncef Marzouki de la part de ses sympathisants d’« enfant du peuple » (weld echaab) dépeint cette désélitisation du politique qui s’est concrétisée par exemple par l’ouverture des portes de Carthage aux citoyens depuis 3 ans. Dans cette politique, le président a inauguré au cœur du Palais un musée au sein duquel sont exposés les cadeaux reçus par les chefs d’État.

Si sa pensée s’inscrit dans la « laïcité », il faut préciser qu’il s’agit d’une « laïcité » appliquée aux sociétés musulmanes[12]. Un syncrétisme entre la réalité d’une société arabo-musulmane et une théorie qui s’est épanouie en Occident. Farouche partisan des droits de l’Homme, il reconnaît que « contre l’extrémisme, oui [il est] extrémiste »[13]. Depuis 20 ans, il réfléchit à une conception « locale » des droits de l’Homme, une universalité qui prendrait en compte les réalités sociohistoriques des sociétés arabes. En cela il se veut porteur d’une rupture avec le politique de manière globale. Il arabise, voire même tunisifie le politique. Malgré son échec électoral de 2014, cela restera un des véritables « acquis » de la révolution.

Ses sympathisants ont nommé ce courant de pensée le « Marzoukisme », un terme apparu très tardivement, durant ce mois de décembre 2014. Cette idéologie cristallise tant d’attentes que suite à la période électorale, on peut imaginer qu’elle ne débouchera pas uniquement sur un parti politique mais donnera certainement naissance à un faisceau de partis, d’associations, d’initiatives, d’inspirations.

Militantes marzoukistes, Jendouba, 12.11.2014, ‎©‎ Taoufik Ben Sassi
Militantes marzoukistes, Jendouba, 12.11.2014, ‎©‎ Taoufik Ben Sassi

Si le « marzoukisme » s’est structuré dans l’urgence, pour comprendre la pensée qu’il propose, il s’agit de revenir sur le parcours particulier de son instigateur. Moncef Marzouki a longtemps résidé dans deux villes provinciales (Sousse et Strasbourg) et n’est donc pas issu de la centralité des capitales. Son histoire matrimoniale et sa descendance le lient à la France (ses deux filles sont binationales). De cette vie dans l’entre-deux constant, le docteur alsacien capitalise son parcours, ses origines d’un père résistant de Kebili dans le sud tunisien et ses rencontres internationales. Ce cheminement intellectuel solitaire s’est construit dans la lutte contre la dictature tunisienne.

Suite à son échec électoral, ses sympathisants entrent dans l’ère du « post-marzoukisme » qui est celle de dépasser le culte de l’homme pour la construction d’un « mouvement ». Un premier « Mouvement » est annoncé par Moncef Marzouki lui-même le 23 décembre lors de son discours d’adieu, le « Mouvement du peuple des citoyens » (haraka shaâb al mouwatinin). Annoncer la création d’un mouvement deux jours après une défaite électorale en dit beaucoup sur l’urgence de la situation : celle de devoir canaliser les énergies livrées à elle-même par la victoire de Béji Caïd Essebsi, et celle de n’avoir « plus de temps à perdre » et mettre sur pied une opposition face à des « nouveaux » dirigeants qui étaient, jusque-là, des rouages du régime qui a instauré l’autoritarisme.

Un travail de mémoire ajourné ?

Mais la Tunisie révolutionnaire aura-t-elle les moyens et la vertu de se plonger dans la relecture critique des dossiers de l’histoire politique des dernières décennies ?

Car si ces trois années tunisiennes, et plus encore ces deux derniers mois, ont permis de révéler des éléments non digérés de l’histoire, la volonté de se pencher sur les crimes commis durant les dictatures semble se heurter à bien des murs. Si le retour sur l’histoire de sa propre répression est vital pour pouvoir aborder l’avenir avec lucidité (Geisser, 2013), ce travail de mémoire semble en effet toujours en suspens.

Les principales, mais non uniques victimes, les militants du parti islamiste Ennahdha, n’ont pas émis de souhait officiel de revenir ni sur la volonté historique de restreindre les territoires de l’Islam ni même, de façon plus surprenante, sur la répression récente de l’islam politique. Le renversement de l’histoire qui a mené le parti Ennahdha au cœur du pouvoir aurait-il contribué à neutraliser le retour mémoriel, y compris sur sa propre répression ? Pour y répondre, il conviendrait aussi de resituer ce mouvement dans sa construction nationale d’autonomisation vis-à-vis de la « Oumma islamique » (Medini, 2013) et son ancrage dans l’histoire bourguibienne (Zederman, 2014).

Si en mai 2014, l’assemblée constituante a voté un texte qui légifère la mise en place de la « justice transitionnelle » en instaurant l’Instance Vérité et Dignité à l’instar de toute société post-autoritariste, il semble que ça ne soit pas sur ce biais, uniquement, qu’il faille compter. Depuis son lancement (décembre 2014), la justice transitionnelle butte en effet sur des barrières institutionnelles de la part de la nouvelle présidence. Et la prégnance de réflexes autoritaristes dans toutes les instances de la société, du premier ministère à celui de la justice, de l’intérieur et jusque dans l’assemblée avec le retour de caciques de l’ancien régime, ne semble pas laisser d’autre choix que de faire une croix sur la justice transitionnelle, ou tout du moins de l’ajourner. La Tunisie va poursuivre sa transition, envers et contre les atavismes de l’autoritarisme, mais, en ce qui concerne le fait d’examiner les violations commises depuis l’indépendance et d’en réparer les méfaits, cela passera, pour l’instant et peut-être pour les cinq prochaines années, par d’autres voies comme la voie artistique[14].

En cela la Tunisie se détachera des modèles sud-africains et autres matrices de « justice transitionnelle ». Des organisations tunisiennes au statut de think tank ou d’ONG s’impliquent déjà dans le recueil de témoignages ou se penchent scrupuleusement sur la loi organique de la Justice transitionnelle (the Center for Study of islam and Democracy, Tunis). Ces initiatives qui projetaient de travailler de pair avec l’Instance Vérité et Dignité (IVD), ou indépendamment, n’attendront pas le lancement et la bonne marche des travaux de l’IVD alors mis en péril.

Ce moment tunisien soumis à des enjeux et des défis nationaux, saurait-il parler pour d’autres ?

Dépasser le cas tunisien : comparer l’incomparable ?

L’expérience tunisienne s’inscrit indubitablement dans des critères mondialisés du politique. On perçoit l’alignement sur des injonctions occidentales jusque dans les critères de la campagne électorale ; à l’instar de la requête adressée aux candidats de publier leur dossier médical (requête refusée par Béji Caïd Essebsi).

Sur le plan socioéconomique, les revendications de justice et de dignité avaient déjà engendré des révoltes ou des revendications dans des régions industrielles en crise comme Redeyef et Gabès. Symbole d’un modèle de développement et d’industrialisation en crise, le groupe chimique de Gabès qui déverse une pollution colossale dans le golfe[15] représente une forme de revendication à l’appartenance locale et donc à la défense du terroir et la maîtrise des ressources locales. Elle représente par là même un point d’appui à des revendications sur le droit au travail, à la sécurité et à la santé dès les années 1980 (Carpentier, à paraître). Car « quelles que soient leurs formes ou leurs natures, ces revendications économiques et sociales sont éminemment politiques dans la mesure où elles remettent en cause un ordre (…) Rien n’est plus politique que les questions d’égalité, de justice sociale et de dignité et de reconnaissance qui ne se réduisent pas à des valeurs et des principes abstraits, mais s’incarnent dans des sentiments et des perceptions ancrés dans les pratiques quotidiennes, parfois dans les logiques de survie, parfois dans les logiques de normalité, parfois dans celles d’ascension sociale et de réalisation de soi » (Hibou, 2011, p. 24).

Si au premier regard, cette histoire en marche, avec ses bégaiements et ses espérances, est toute entière tunisienne, elle résonne en réalité beaucoup plus loin. Malgré les clivages, ceux de la culture et la nationalité, par-delà toutes les assignations respectives héritées du passé, ce décembre tunisien a, bien au-delà des frontières de la Tunisie, quelque chose de fondateur. Regarder aujourd’hui vers Tunis c’est admettre qu’idées et idéaux qui fondent notre espérance en un monde plus juste puissent venir du « Sud ». Au Sud de la Méditerranée, les pauvretés ne sont pas les seules à vouloir s’exiler en direction de l’Europe, des espérances tunisiennes sont aussi candidates à l’émigration.

En cela, ce moment tunisien appartient à tous ceux qui, ici ou ailleurs, entendent sortir de l’essoufflement des idées et de la manière de les articuler. Mais en première ligne d’observation se situe le monde arabe. La Tunisie représente un espoir pour l’opposition transnationale du monde arabe, empêtrée dans les régimes autoritaires et policiers. En cela, la société civile d’opposition tunisienne doit continuer de porter haut et fort les valeurs de la Révolution et de la démocratie car, si elle ne peut que subrepticement le voir, du Maroc à la Syrie, les yeux sont rivés sur elle.

Conclusion

Au-delà de ce texte fondateur qui est celui de la Constitution écrite en trois années pour protéger au maximum la démocratie, une « société civile » s’est construite qui n’a pas uniquement des objectifs purement politiques, mais est pétrie par la matrice de la citoyenneté, et aujourd’hui de la résistance. Elle opère au quotidien un travail de fourmi pour construire une société saine et critique sur elle-même. La Tunisie a vécu ce dernier mois une véritable accélération de l’histoire, tant se sont rejoués sous nos yeux les avancées et balbutiements des quatre dernières années, les peurs des dernières décennies et jusqu’à la domination coloniale. Et si cela est encore inaudible pour certains, ou «violent » iront-ils jusqu’à dire, le conflit est désormais un acquis de la révolution car « la démocratie n’est pas l’absence de conflits mais leur institutionnalisation » (Hibou, 2011, p. 25).

Nous n’avons que peu d’outils qui nous permettraient de réellement prendre la mesure de la viabilité du devenir de la « démocratie » en Tunisie, dernier bastion d’élections libres des pays ayant fait leur révolution en 2011/2012. La Tunisie avance sur un fil entre la poursuite de rapports de force historiques (corruption, etc.) et le déplacement de certaines lignes qu’a permis la rupture révolutionnaire de 2011 et qui induit de nouveaux espaces de libertés et de nouveaux réseaux. Ces changements marquent le futur du pays et des nouvelles générations, et ce jusqu’aux franges les plus estampillées par l’autoritarisme.

Mais pour sentir cela, c’est-à-dire soutenir sans juger ni classer dans le camp du bien ou du mal ou de l’avenir des « Arabes », encore faudrait-il s’extraire de quelques repères de pensée issus de l’orientalisme et de la pensée coloniale et envisager le fait qu’un autre schéma est possible, d’autres chemins d’accès au temps présent, aussi déroutants et parfois tortueux qu’ils puissent paraître.

Bibliographie

Béji Hélè, 2014, Béji Caïd Essebsi. L’inspiration tunisienne, Tunis, Collège International de Tunis.

—, 2011, Islam pride. Derrière le voile, Paris, Gallimard.

—, 1982, Le désenchantement national. Essai sur la décolonisation, Paris, Maspéro.

Burgat François, 1995, L’islamisme en face, Paris, La Découverte.

—, 2006, « Les mobilisations politiques à référent islamique », in Elisabeth Picard, La politique dans le monde arabe, Paris, Armand Colin, p. 79-100.

Carpentier Irène, à paraître, « Rapport de l’observatoire localisé de Chenini Gabès
23 octobre 2011 : Les ressorts d’une victoire éclatante du parti Ennahdha », in Alia Gana et Gilles Van Hamme, Processus électoraux et territoires en Tunisie et au Maghreb : Recherche comparative en géographie et en sociologie électorales (programme PROCELEC 2014).

Geisser Vincent, 2013, « Anti-islamisme/pro-islamisme : un clivage imaginaire porteur de violence(s) politique (s) ? », Conférence internationale « Violence et processus de transition », Conseil National pour les Libertés en Tunisie, Gammarth (Tunisie).

Geisser Vincent et Gobe Eric, 2006, « Des fissures dans la « maison Tunisie » ? Le régime de Ben Ali face aux mobilisations protestataires », L’Année du Maghreb, II : 353-414.

Hibou Béatrice, 2011, « Vers une autre représentation du politique », Economia, 13, p. 22-26.

—, 2008, « Nous ne prendrons jamais le maquis », Politix, 84-4, p. 115-141.

Marzouki Moncef, 2004, Le mal arabe. Entre dictatures et intégrismes : la démocratie interdite, Paris, L’Harmattan.

Meddeb Hamza, 2014, « The street, the ballot box and consensus: high-stakes elections in Tunisia », NOREF, Octobre.

http://www.peacebuilding.no/var/ezflow_site/storage/original/application/85e37cc6a36ab0ce0d104c1b14f575df.pdf

Medini Souhire, 2013, De la Umma islamique à la nation tunisienne ? Penser la dialectique islamisme/ nationalisme dans la construction idéologique d’Ennahdha, Mémoire de master en « Intégration et mutations en Méditerranée et au Moyen-Orient », Sciences Po Grenoble.

Perez Deborah, 2013, Être député en situation révolutionnaire. La fabrique du politique à l’Assemblée Nationale Constituante, Mémoire de master en Études politiques, Paris, EHESS.

Pouessel Stéphanie, 2014, « Tunisian elections: from the assembly of the revolution to the assembly of the restoration », EUDO observatory of citizenship (RSCAS, EUI).

http://eudo-citizenship.eu/news/citizenship-news/1294-tunisian-elections-from-the-assembly-of-the-revolution-to-the-assembly-of-the-restoration

—, 2014, « Mémoire de la répression en Tunisie. À propos de l’université des sciences islamiques de la Zitouna », Le Carnet de l’IREMAM, http://iremam.hypotheses.org/5500

—, 2013, « I’m Muslim don’t panik ! Déclinaison islamiste en Tunisie 2013 », Le Carnet de l’IRMC http://irmc.hypotheses.org/835

—, 2012, « Les marges renaissantes : Amazigh, Juif, Noir. Ce que la révolution a changé dans ce ‘petit pays homogène par excellence’ qu’est la Tunisie », L’Année du Maghreb, VIII.

Zederman Mathilde, 2014, Entre filiations, réappropriations et antagonismes : islamisme et bourguibisme en Tunisie, Mémoire de master en Études politiques, Paris, EHESS.


[1] Anecdote relatée par Jilani, 1er janvier 2015, Sousse (Tunisie). Jilani, 30 ans, appartient à cette génération bafouée par la dictature, à qui on a offert à manger mais volé toute propension à devenir quelqu’un. Malgré tout, le sarcasme de cette anecdote témoigne d’un prometteur recul sur soi-même.

[2]Azmi Bishara poursuit ainsi sa définition : « Seule une minorité parmi ces groupes a accepté le processus démocratique ainsi que ses conséquences ou a même consenti à l’idée de partager le pouvoir avec des partenaires politiques différents. Malgré leur rhétorique libérale contre les islamistes, ces groupes ont également fait preuve d’indifférence à l’égard des violations des droits humains et des libertés civiles », http://www.alaraby.co.uk/english/comment/a294004e-793e-47d4-97e3-8ab8bee5899b#sthash.7p6TSLYH.dpuf (ma traduction).

[3] « La Révolution, pour ne pas devenir l’annonce de sombres temps, après avoir été le sourire de l’étonnement de l’histoire sur elle-même, trouve avec Béji Caïd Essebsi, dans la leçon de l’histoire, une clé politique. Au-dessus de la politique, par-delà le politique, il y a l’autorité de l’histoire. Si cette autorité n’existe pas, si les anciens opposants à Bourguiba veulent à nouveau faire l’impasse sur l’œuvre de l’indépendance, si ils ne sont pas capables de se l’approprier et de l’aimer, s’ils ne ressentent pas au fond d’eux cette lueur de gloire anonyme qui brûle comme le souvenir de leurs parents et de leurs ancêtres, eux non plus l’histoire ne les retiendra pas. Qu’ils se montrent plus humbles devant elle, qu’ils réécoutent la plainte blessée de la Patrie dans le sanglot inlassable des petites gens : « hé, ne sommes-nous pas tous des Tunisiens ? » (Hélé Béji, 2014).

[4] Voir à ce sujet le colloque organisé récemment par le programme WAFAW, coordonné par Claire Beaugrand et Vincent Geisser, intitulé : « Diasporas, migrants et exilés : quels rôles dans les révolutions et les transitions politiques du monde arabe », 16-17 octobre 2014, Tunis.

[5]  « Nous, députés, représentons tous les Tunisiens, nous représentons aussi les Tunisiens de l’étranger, et les deuxième et troisième générations ne savent pas parler arabe, l’arabe dialectal et l’arabe littéraire, ils ne savent pas écrire l’arabe, et aussi nos parents, nos anciens, excusez-moi je ne trouve pas le terme en arabe, n’ont pas étudié, n’ont pas été à l’école pour la plupart, et ils ne comprennent pas l’arabe littéraire », Karima Souid (ma traduction), séance plénière du 8 décembre 2011, ANC, Bardo. https://www.youtube.com/watch?v=zuo-HVj-7kA

[6] Présentation du blog de Teycir Ben Naser, http://nawaat.org/portail/author/teycir-ben-naser/

[8] Cheikh Rached Ghannouchi en 1991 : « Nous sommes prêts à respecter n’importe quelle majorité sortie légalement des urnes, quand bien même serait-elle communiste », Interview à l’hebdomadaire algérien Horizons (in Burgat, 1995).

[9] Le parti de Moncef Marzouki, le Congrès pour la République (CPR), remportent 29 sièges sur les 217 lors de l’élection de l’assemblée nationale constituante, une première démocratique en Tunisie.

[11] Le principe de l’OpenGov est basé sur une philosophie d’ouverture des lieux du politique aux citoyens (comme par la diffusion en direct des travaux de l’assemblée). Elle se base sur une culture de transparence et la restitution aux citoyens des instances du politique. Ainsi, le « droit de savoir » restitué au citoyen permet de réduire la corruption, de rétablir l’égalité et, au-delà, grâce à ce recouvrement de dignité, il permet au citoyen de prendre de meilleurs décisions pour sa propre vie, sa famille, sa communauté.

[12] Moncef Marzouki explique sa théorie dans plusieurs de ses ouvrages. Ici, après avoir démontré que la laïcité française s’insérait dans une histoire nationale propre, il précise : « à la question, comment peut-on être laïque en terre d’islam, la réponse est qu’on ne peut pas l’être, à moi de l’être à la façon d’un corps étranger dans un organisme. La vraie bonne question est plutôt : comment défendre en terre d’islam non la forme, mais l’essence des valeurs défendues en France sous la bannière de la laïcité, ailleurs sous d’autres bannières, à savoir l’égalité et la liberté ? » (Marzouki, 2004, p. 140)

[13] Discours de Moncef Marzouki, meeting de la coupole, Tunis, 14 décembre 2014, https://www.youtube.com/watch?v=WzQuoXVgMHY

[14] Le 7e art semble ouvrir le bal : en janvier 2015, le réalisateur  Moncef Barbouche présente sa dernière création, « Conflit », le premier film qui revient sur la répression sous Ben Ali. Il met en scène les mécanismes insidieux de l’autoritarisme, la torture, les familles déchirées par l’emprisonnement d’un des leurs, l’exil forcé mais aussi l’organisation souterraine de réseaux de résistance et le soutien organisationnel apporté par les Tunisiens de l’étranger.


2 réflexions sur « Révolutions et élection en Tunisie. Le réveil d’une société résistante »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *