Le droit d’appartenir. Liens sociaux et inscriptions locales en Méditerranée

Par Isabelle Grangaud, en collaboration avec Thomas Glesener –

Le champ des possibles, par Artefactica
Le champ des possibles, par Artefactica

Ce projet de recherche s’inscrit dans le prolongement d’un séminaire que Simona Cerutti et moi-même animons depuis plusieurs années à l’EHESS (Paris) et qui, sous divers angles, s’est questionné sur les droits de l’appartenance locale. Cette thématique a par la suite rencontré les préoccupations de l’historien Thomas Glesener, (TELEMME) dont les travaux portent entre autres sur la mobilité des élites dans le monde hispanique (XVIIe-XVIIIe siècle). C’est donc d’un commun accord, et en s’ouvrant à d’autres disciplines – l’anthropologie, la sociologie et la science politique – que nous avons décidé de présenter ce projet sur « le droit d’appartenir » en mars 2012, en réponse à l’appel à proposition du LabexMed piloté par la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme. Il a été accepté avant l’été par le Comité scientifique du Labex et voudrait préfigurer à terme un Groupement de recherche international (GDRI).

Problématique

L’inscription dans un tissu social local peut-elle fonder l’appartenance à une communauté politique ? Les revendications locales pour définir l’accès à la citoyenneté, ou à certains droits d’une communauté politique donnée, se multiplient aujourd’hui (mouvement contre les expulsions, vote des étrangers en France, mobilisations locales pour le droit au travail en Tunisie, etc.). Villes, collectifs de voisins, associations de parents, se retrouvent à la pointe de mobilisations sociales pour faire reconnaître à l’échelle nationale des droits qui ont été octroyés par l’usage et les pratiques sociales à l’échelle locale. Aujourd’hui, l’attention des médias et des sciences sociales est attirée par cette actualité, présentée bien souvent comme une conséquence récente de la mondialisation et de la résurgence de nouvelles formes de revendications identitaires. Or, ces mouvements rappellent plus généralement que la définition des frontières de la communauté politique n’a jamais été totalement le monopole de l’État. Bien souvent lorsque les administrations centrales paraissent agir souverainement en matière d’attribution des droits citoyens, elles entérinent au moins en partie des situations d’inscription locale dans des tissus sociaux, façonnée notamment (mais non exclusivement) par les relations familiales, la formation, le travail etc. Plutôt qu’une analyse en termes identitaires, ces revendications demandent à être abordées sous l’angle des droits conférés, construits, suscités par l’insertion dans un espace social donné. Posé en ces termes, la dimension conjoncturelle et située de ces manifestations mérite d’être reconsidérée ; elle appelle une analyse pouvant tout à la fois embrasser le temps long et prendre en compte des espaces politiques et culturels différents dans une perspective comparative.

Ce projet se propose d’explorer le poids des liens sociaux, localement inscrits, dans la construction des droits d’appartenance à un espace politique, une communauté, une ville, un État, un Empire, au sud comme au nord de la Méditerranée. Il entend mener l’analyse en privilégiant une interdisciplinarité tout à la fois attentive à restituer les processus sur la longue durée (diachronie) et à en apprécier la pertinence à l’aune de la comparaison (synchronie).

Comparaison, diachronie, interdisciplinarité

Placer le curseur au niveau de la construction des liens sociaux pour évaluer les modalités d’affirmation – de revendication – des droits de l’appartenance constitue un angle d’attaque qui permet la comparaison entre des sociétés historiquement, politiquement et culturellement très différentes, et invite à son renouvellement. En effet, une telle approche permet de mettre en regard des pratiques, des actions, des revendications qui, par delà des configurations institutionnelles apparemment incomparables, construisent des objets dont on peut rendre compte des convergences sans pour autant écraser, ou gommer les différences.

Le cadre Méditerranéen dans lequel nous entreprenons ce travail collectif n’a pas pour objet d’en restituer la cohérence spécifique. Plutôt, il évite les oppositions généralement consenties d’emblée en guise de prémisses dans les constructions des appartenances : ici le prisme religieux, là le prisme de la modernité étatique ; ce, pour mieux interroger les formes de communication que d’une société à une autre, et d’une époque à une autre, les objets ainsi construits soulignent.

Ce projet n’entend pas seulement privilégier la dimension synchronique, il souhaite encore prêter attention au déploiement diachronique de la question qu’il pose. Les spécialistes des sociétés anciennes sont d’emblée familiarisés avec le principe de la coexistence d’une variété de sources de droit. Dès lors, la confrontation de sociétés d’époques différentes autour de revendications de droits qui, pour s’énoncer en des termes différents, montrent des rapprochements saisissants, sera au cœur de l’approche collective défendue ici. Il ne s’agira donc pas d’identifier des scansions temporelles qui caractériseraient des types de revendications et conditionneraient des évolutions linéaires calquées sur l’essor des administrations centralisées. A l’inverse, l’adoption d’une perspective diachronique visera, en élargissant sensiblement l’espace chronologique, à interroger les conditions de l’actualisation récurrente des revendications affirmant la capacité des liens sociaux à créer des droits.

Telle que nous l’avons envisagée la question de la formalisation des droits de l’appartenance est en mesure de rassembler une multiplicité d’approches disciplinaires par delà la variété des configurations de terrains propres aux historiens ou aux sociologues, aux anthropologues ou aux politistes. Aussi l’enjeu d’un tel projet est-il non seulement de faire dialoguer des chercheurs d’horizons disciplinaires divers, mais encore de faire émerger les apports d’une telle confrontation. Nous serons attentifs à rendre compte de la dimension heuristique de ces croisements, et de leurs capacités à dessiner, par delà la multiplicité des terrains et des approches, des enjeux communs de savoir.

Le contexte scientifique et institutionnel

Ce projet est porté par Thomas Glesener, historien, maitre de conférences à l’Université d’Aix-Marseille et rattaché au laboratoire TELEMME et par Isabelle Grangaud, historienne, chargée de recherches au CNRS et rattachée au laboratoire de l’IREMAM. Il se veut structurant en termes de collaborations scientifiques et interdisciplinaires au sein et en dehors du périmètre du LabexMed. Il s’articule en effet autour d’une collaboration étroite entre deux laboratoires de la MMSH (IREMAM et TELEMME), auxquels sont associés l’IDEMEC, le CERIC et le CHERPA. Il associe d’ores et déjà une équipe dont les membres sont issus de différentes disciplines, et qui sont universitaires, chercheurs, post-doctorants et doctorants. Il s’articule par ailleurs avec des partenaires nationaux et internationaux (à Paris, au Liban, en Égypte, Italie, Tunisie, Turquie) qui mènent des projets du même type.

Ce réseau international cherchera à se matérialiser dans la création d’un GDRI dont la candidature a été déposée en avril 2012. A moyen terme, ce projet a vocation à se prolonger également dans des réponses à appels à projets internationaux (ANR, ERC) que l’on entreprendra en 2013.

En attendant, les objectifs à plus court terme sont les suivants :
• Préparation de deux réunions de mise en route avec les membres participants. Elles seront l’occasion d’établir un outillage conceptuel commun, de constituer une bibliographie et de préciser les modalités concrètes du travail en commun.
• Organisation d’un séminaire interdisciplinaire à caractère exploratoire : ce séminaire mensuel se déploiera sur 6 séances de 4 heures. Les séances seront consacrées à des discussions autour de lectures communes et à des communications présentées par des intervenants, locaux ou extérieurs.
• Organisation d’une journée d’études faisant le bilan de la première année de travail et ouvrant des perspectives sur les prolongements.
• Publication d’un dossier dans une revue à partir d’une sélection de contributions présentées au séminaire ou lors de la journée d’études
• Fédération d’un réseau entre chercheurs en sciences sociales sur le site d’Aix, élargi au réseau des partenaires nationaux et internationaux déjà existant.

Objectifs à moyen terme :
• Réponse à des appels à projets internationaux (ERC et/ou ANR)
• Animation d’un carnet de recherche en ligne
• Coordination d’activités de recherche (séminaires, tables rondes, colloques)
• Diffusion et mise en valeur des recherches à l’échelle internationale (panels)
• Développement de projets éditoriaux

Les participants au projet

Ilsen About (Historien, Post-doctorant, LabexMed, IDEMEC) travaille sur la position juridique et réglementaire des populations tsiganes dans l’Europe méditerranéenne entre 1880 et 1930. Centré sur l’étude des mobilités transfrontalières, son projet examinera l’échange international des techniques de surveillance, l’évolution comparée des statuts concédés aux communautés ainsi que les pratiques policières du contrôle et les mécanismes qui conduisent à l’exclusion à la fois sociale et juridique des populations tsiganes.

Amin Allal (Politiste, Doctorant, IEP d’Aix-en-Provence, CHERPA) travaille sur les mobilisations pour le droit à l’emploi dans le bassin minier de Gafsa dans le Sud Ouest Tunisien. Il se propose d’analyser les recompositions à l’œuvre d’une appartenance commune: le « peuple des mines ». Trop hâtivement réduite à une résurgence de conflits tribaux, cette appartenance est le produit de mémoires (parfois concurrentes) issues d’une longue histoire de luttes nationalistes et syndicales (dans le cadre de la Compagnie des Phosphates de Gafsa) aujourd’hui mise à l’épreuve de pratiques protestataires (depuis 2008) dont les « jeunes chômeurs » de la région sont les fers de lance.

François Dumasy (Historien, Ecole Française de Rome) travaille sur l’histoire urbaine en Afrique du Nord sous domination coloniale. Il se propose de travailler sur les transformations juridiques et économiques du foncier en lien avec les logiques d’appartenances des différents acteurs, notamment à Tripoli et à Alger.

Myriam Catusse (Politiste, CNRS, IREMAM) travaille sur différentes expressions d’une question sociale dans le monde arabe contemporain, et notamment au Maroc puis au Liban. Elle propose d’étudier dans le cadre du projet la confrontation de différentes revendications au droit à la ville, dans un quartier de Beyrouth, en gentrification rapide. Droits fonciers, urbanistes, en usage sont mobilisés – voire formalisés ou réinventés – par les propriétaires, les habitants, les promoteurs immobiliers pour faire valoir leurs appartenances ou leurs propriétés, dans le cadre d’une concurrence exacerbée pour l’occupation d’un territoire, mais aussi dans le cadre d’une société politique où les définitions de la citoyenneté sont largement disputées.

Thomas Glesener (Historien, Université d’Aix-Marseille, TELEMME) travaille sur la mobilité des élites dans le monde hispanique (XVIIe-XVIIIe siècle). Il propose de s’interroger sur les processus de reconnaissance et d’équivalence des statuts sociaux à l’œuvre dans les processus d’intégration des personnes mobiles à l’échelle locale.

Isabelle Grangaud (Historienne, CNRS, IREMAM) travaille sur les stratifications sociales dans les sociétés urbaines du Maghreb central à l’époque moderne. Dans le cadre de ce projet, elle interrogera les liens entre les activités du bayt al-mâl à Alger, aux agents desquels incombaient le protection et la reconnaissance des droits de succession, et les ressorts par lesquels s’affirmaient les droits de l’appartenance.

Olivier Grosjean (Politiste, Université d’Aix-Marseille, en délégation au CNRS – CERIC) travaille sur les mobilisations kurdes en Turquie et en Europe. Dans le cadre de ce projet, il entend requestionner tout la fois le rôle de l’État dans la production des appartenances ethnico-religieuses et le poids des facteurs locaux dans le processus de construction et de fragmentation du nationalisme kurde.

Jérémie Foa (Historien, Université d’Aix-Marseille, TELEMME) travaille sur le protestantisme au XVI° siècle et dans le cadre de ce projet il étudiera comment des minorités religieuses sont exclues puis réintégrées dans leur communauté locale d’origine.

Alexis Rappas (Historien, Post-doctorant, LabexMed, IREMAM) travaille sur les colonialismes britannique et italien à Chypre et à Rhodes au XXe siècle. Il étudiera la reconstitution du politique à travers les réseaux diasporiques et les associations caritatives orthodoxes et musulmanes en contexte colonial.

Julien Saint-Roman (Historien, Doctorant, TELEMME) travaille sur les ouvriers de l’arsenal de Toulon autour de la Révolution. Il étudiera comment, lors de l’événement révolutionnaire, les travailleurs du port se sont immiscés dans les institutions locales anciennes, comme la municipalité et la Marine, et nouvelles, comme les clubs et les sections.

 

Pour citer ce billet : Grangaud Isabelle, «Le droit d’appartenir. Liens sociaux et inscriptions locales en Méditerranée», Carnets de l’IREMAM, 19 octobre 2012. [En ligne] http://iremam.hypotheses.org/603 (date de consultation)

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *