Erdogan : l’ambivalence d’une victoire

La victoire de l’AKP et de Erdogan, lors du referendum du 15 avril dernier (2017), est incontestable. Les chiffres pour le Oui atteignent 51,41% des suffrages, ceux pour le Non 48,59%, pour une participation globale chiffrée à 85,43% (une des plus fortes depuis l’arrivée au pouvoir de l’AKP) ;  la question posée par le referendum a donc été approuvée à la majorité absolue. Pourtant, on ne peut s’empêcher de trouver cette victoire fragile car ambivalente.

D’abord, elle est courte, là où Erdogan lui-même attendait 60% de votes positifs. Courte en regard de l’importance de l’enjeu, puisqu’il s’agit non seulement de modifier le texte de la constitution de 1982 (cela, on l’a déjà fait maintes fois) mais d’instaurer un pouvoir personnel fort, cumulant presque tous les rouages de la prise de décision entre les mains d’un véritable leader présidentiel de plus en plus affranchi des contrôles du parlement et des autres contre-pouvoirs, une autorité qui procèdera de plus d’un modèle hybridé puisque le Président, redevenant chef de parti, disposera de toute la logistique de cet appareil et n’est plus tenu à la neutralité : son arbitrage sera donc un arbitrage partisan. Et tous les réseaux du parti, jusqu’aux plus petite localités[1], deviennent ipso facto des auxiliaires directement liés à la pratique exécutive. Une victoire courte, cela veut dire d’abord qu’une masse substantielle des électeurs, même minoritaire, a refusé ce choix  puisque sur 47,5 millions de suffrages exprimés, la différence n’est que de 1,37 million.

Cette victoire est courte aussi lorsqu’on prend en compte tous les moyens mobilisés par le camp du Oui pour assurer le monopole de son message (presse, télévisions, inégalité des temps de paroles, reportages d’actualité ouvertement partisans, mobilisation des administrations locales – préfets, sous-préfets –, des mosquées, des établissements scolaires, des circuits associatifs, caritatifs, mais aussi tous les obstacles dressés au nom de l’ordre public à l’expression du Non (députés embastillés, autorités locales mises sous tutelle, meetings interdits, expressions muselées a priori au motif d’assimilation de l’opposition au terrorisme). Il a fallu à la résistance s’organiser pour s’exprimer, mais aussi accepter les risques de la position adoptée : elle s’exposa aux innombrables incarcérations, démissions, renvois, expulsions que les audacieux ont encourus[2], souvent en dépit du droit et de la régularité juridique.

De plus, cette courte victoire est entachée du soupçon de fraude puisque, le dépouillement à peine entamé, le Conseil Supérieur des Élections (YSK) acceptait – répondant à une demande qui lui était faite – de valider les bulletins d’urnes non scellées par certains bureaux de vote (mühürsüz pusulalari), tenus depuis toujours pour invalides. Ces bulletins ont été ensuite inclus sans autre formalité dans le décompte final, ce qui en rend l’estimation quantitative impossible. Le parti d’opposition CHP l’évalue à 2,5 millions, mais sans aucune preuve réelle. Toujours est-il qu’il y aurait là un procédé facile de bourrage d’urne. L’ONG Hayir ve Ötesi signale pour sa part 961 urnes livrant 100% de bulletins Oui, dans des communes ordinairement acquises à l’opposition. Ajoutons que les observateurs étrangers envoyés par l’OSCE et le Conseil de l’Europe, parfois refoulés par la police, ont jugé les conditions du vote très discutables.

Au-delà des modalités pratiques de la campagne, cette victoire paraît aussi fragile car, pour avoir personnalisé à l’extrême les arguments du Oui et réduit l’enjeu à une modification des équilibres de pouvoir au profit d’un dirigeant politique clairement identifié, du nom de R. T. Erdogan, ce referendum a en fait unifié une opposition massive, à peine minoritaire, sur une proposition unique : le refus de la dévolution du pouvoir à cette personne et des aménagements institutionnels liés à cette intronisation d’un sultanisme que le commentaire politique en Turquie dénomme de plus en plus du vocable d' »erdoganisme ». En juin 2015, lors d’élections législatives, une majorité d’opposition avait fait trébucher pour la première fois depuis 2002 l’AKP (±60% contre 40%) ; mais la division des options avait rendu impossible, à partir du cadre parlementaire, toute organisation d’une alternance vivable et n’avait pas su traduire en alliances politiques le renversement des scores. Et on sait, depuis, comment le pouvoir en place, par élection anticipée, a par la suite travaillé les divergences de stratégie pour retourner le sort des urnes, récupérer non seulement 10% des voix (novembre 2015) mais aussi la pleine disposition du calendrier politique pour organiser ce dernier referendum, jusqu’à obtenir cette courte majorité. Aujourd’hui, il y a, nous semble-t-il, une langue commune à tous ces opposants, celle d’un refus exprimé dans les mêmes termes simplifiés du Non. De fait, la forme plébiscitaire en stigmatise le gagnant.

Le décompte des suffrages exprimés illustre différemment cette idée d’une désaffection croissante des soutiens et conforte celle de l’ambivalence des résultats. Lorsqu’on considère le fait que l’alliance conclue, après juin 2015, entre l’AKP et le parti nationaliste MHP, sur fond de refus d’un règlement de la question kurde (alors que celle-ci avait été une pièce forte de l’espoir mis en Erdogan et de sa capacité d’innovation), alliance sans laquelle on n’aurait pu procéder à ce referendum (vote préalable indispensable du parlement) et qui aurait pu ou dû prendre la forme d’une somme arithmétique des 49% des voix AKP et des 12% des voix MHP, on observe qu’elle n’a presque aucun impact sur les résultats obtenus. L’approche globale est bien sûr théorique (on parle d’un déficit de 10%[3]) mais région par région, on voit que là où le parti nationaliste avait des scores substantiels, ceux-ci disparaissent purement et simplement du score final[4]. À Kayseri, ville musulmane, le Oui obtient le score confortable de 67,75%, mais aux élections de novembre 2015, l’AKP avait fait 65,6% et le MHP 18,4% ; à Trabzon, le Oui atteint les 66,4% là où la somme des voix AKP (66%) et MHP (13%) aurait du dépasser largement ce chiffre. On peut en conclure que la faille est d’abord celle du parti nationaliste, qui connaît en effet des divisions internes, mais c’est aussi à travers une telle alliance et les mots d’ordre autoritaires et exclusifs qu’elle s’est donnés, que l’AKP perd sa souplesse et son aura auprès des milieux urbanisés qui se détournent aujourd’hui de lui.

Résultats généraux du referendum (source : Internethaber du 17/04/2017)
Répartition du Non par province (source : bianet.org)‎

En complément des comptes globaux, un regard sur la carte des résultats, en comparaison des élections antérieures, souligne une autre fragilité. Certes, les départements du Non recoupent grandement d’une part les provinces kurdes du sud-est qui, régulièrement depuis 2002, affichent leur désaccord électoral (législatifs mais surtout municipaux), d’autre part les rivages méditerranéens et égéens du sud et de l’ouest anatolien qui sont restés aux mains du parti kémaliste et regroupent les populations les plus riches, mieux en lien avec le cosmopolitisme économique ou touristique ; sauf que la bande côtière du désaccord s’est étoffée et inclut désormais l’arrière pays de ce littoral. Si une expression du refus émerge aussi à la frontière géorgienne, une évolution beaucoup plus significative concerne les grandes villes : Istanbul, Ankara, Izmir, Antalya, Adana, Mersin ont cette fois voté Non[5]. Or, ce revirement a une importance certes factuelle mais surtout symbolique. Lorsqu’en 1994, le parti islamiste Refah accéda enfin à des majorités concrètes, il s’est agi de victoires d’abord municipales, et la sidération vint du fait que les villes les plus civilisées, les mieux équipées en termes de modernité, « tombaient » sans que l’on en ait eu le moindre soupçon, aux mains des conservateurs « obscurantistes ». Erdogan devint maire d’Istanbul et, fort de la nouveauté de son style, commença là sa longue carrière politique et y acquit non seulement pour les observateurs internes mais aussi extérieurs, l’aura d’un islamiste moderniste et démocrate, capable de conciliations jusque-là inédites. Indéniablement, ce fut un argument fort d’une victoire plus large de ce parti à l’échelon national (vainqueur aux législatives de décembre 1995, puis victoire AKP de novembre 2002). Encore aujourd’hui, Istanbul, Ankara ont conservé leurs municipalités islamistes. Et, depuis son émergence, Erdogan n’a pas moins ménagé ses faveurs pour sa ville (Erdogan lors de la victoire de 2002 : « Nous ferons en Turquie ce que nous avons fait à Istanbul ») qu’Istanbul n’a failli dans le soutien qu’elle lui a toujours garanti. Pourtant, cette fois, le vent a tourné et un refus s’exprime.

Qu’est-ce à dire ? Que les forces non islamistes se redressent et coalisent mieux leur résistance contre le pouvoir en place ? Que les équilibres sociologiques changent et que le camp conservateur, transporté des campagnes vers la périphérie des grandes villes par les mutations issues du virage mondialiste de la Turquie des années 80, et qui avait justement donné le surprenant succès urbain de l’AKP, perd de sa consistance ? Ou plus important, et l’observation de l’actualité conforte cette hypothèse, que les milieux conservateurs en tant que tels, désormais forts des acquis économiques, sociaux et symboliques que leur a garantis les gouvernements AKP, supportent mal désormais un autoritarisme émergeant autant que les a-coups de ses revirements politiques voire de ses alliances diplomatiques ? Üsküdar, longtemps fief de l’AKP a cette fois voté Non ; l’arrondissement de Fatih à Istanbul, parangon du fondamentalisme, donne le Non à 48%. Sans doute faut-il garder à l’esprit la lutte tardive (fin 2013) mais implacable entre l’AKP et le mouvement islamiste de Gülen. En tous cas, nombre d’intellectuels musulmans, autrefois partisans mais entrés depuis en opposition contre le gouvernement, sont aujourd’hui en prison, associés sans plus de nuance au camp des terroristes. Nous mentionnions plus haut l’importance factuelle de cette évolution. Quelques chiffres sont significatifs : les départements « nonistes » de l’ouest représentent entre autres 81% des revenus fiscaux et 60% du PIB de la Turquie.

Lorsqu’on se penche plus sur le détail des résultats, on est surpris par un autre constat. Alors que les Kurdes sont globalement convaincus de terrorisme latent, que l’expression de leurs revendications culturelles, sociales, politiques est largement assimilée à du sécessionnisme, et que c’est sur cette affirmation que s’est déclenchée dans l’été 2015 une quasi guerre civile dans le sud-est qui a grandement renfloué l’AKP dans le second scrutin de novembre 2015, c’est curieusement dans les départements kurdes, globalement affiliés au Non, que le Oui vient paradoxalement opérer ses poussées les plus considérables et apparemment aux dépens de parti pro-kurde HDP. Mais encore faut-il signaler que ce sont les départements où des urnes non scellées ont été le plus souvent comptabilisées et que cela s’inscrit dans une baisse générale des suffrages exprimés dans ces régions, sans doute du fait de l’exclusion a priori des leaders hors de la course. Ajoutons que les secteurs qui ont subi de plein fouet les excès de la répression et les destructions de quartiers (Silopi, Sur à Diyarbakir, Cizre, Semdinli) ont massivement voté Non. Pourtant d’aucuns se sont demandé si le vote kurde n’avait pas sauvé le referendum[6] ?

Ailleurs, la vulnérabilité issue de ces résultats est perceptible à l’attitude du vainqueur. Le fait d’embarquer immédiatement l’actualité politique sur un nouveau referendum (sur la restauration de la peine de mort, cette fois) montre combien, au prononcé d’une victoire, l’assise que se conçoit le nouveau pouvoir repose encore et toujours sur une mobilisation sans cesse ré-enclenchée plutôt que sur des acquis dont il disposerait et ferait profiter le pays. Le fait n’est pas neuf et lorsqu’on fait la liste des élections depuis l’accession au pouvoir de l’AKP, on en trouve, sur 15 ans, 14 bien comptées, ce qui en indique la valeur instrumentale (on comprend ainsi mieux l’intérêt de ce nouveau présidentialisme de vouloir s’appuyer sur un appareil partisan qui a jusque-là remarquablement fonctionné mais sur lequel il n’y a curieusement que peu d’études faites). Or, parmi toutes ces élections municipales, législatives, présidentielles dont les résultats affleurent, bon an mal an, les 50%, les referendums jusque-là proposés (innovation AKP) et touchant directement aux institutions (2007 : élection du président de la République au suffrage universel assorti de la réduction de son mandat ; 2010 : démocratisation des circuits de l’appareil judiciaire) ont été de francs succès livrant des majorités alors inégalées (63% et 58%). Aujourd’hui, le dispositif se grippe. Le referendum actuel touche aux institutions mais il n’est pas démocratisant : il ne fait que 51% des voix ; qu’en sera-t-il du prochain qui ne sera ni institutionnel ni démocratique ?

Risquons une hypothèse. Erdogan a salué les résultats de referendum comme l’avènement d’une Turquie nouvelle. De lui, le propos est déjà ancien et perd un peu plus encore de crédibilité. L’évolution montre assez que le régime a abandonné tout désir de séduction au profit de la seule coercition. Pourtant il se peut que ce ne soit pas un vain mot, non pour l’AKP mais dans l’optique d’une contestation juste minoritaire, pour laquelle tous les verrous actuels ne laissent plus d’issue que la recherche d’une formule nouvelle, nécessaire à contourner les multiples obstacles. L’opposition pèse lourd désormais dans les départements urbanisés, développés où la participation fut en hausse, en contact avec une certaine ouverture. Depuis janvier dernier de nombreuses initiatives même individuelles, même locales, créent un continuum d’effervescence dont la force tient certes plus de la témérité que des répercussions enregistrées (cf. le site bianet.org tient à jour un recensement méticuleux de ces événements plus ou moins isolés). Mais c’est sans doute là, au moment où les partis sont entravés, que, dans une pratique de résistance amplifiée par un maillage transversal et massif des réseaux qui témoignera d’une solidarité cumulative, une opposition moins partisane et plus libérale mais tenace pourrait trouver  l’amplitude significative et réveiller cet esprit de Gezi (mouvement contestataire surprise qui, au printemps 2013, a enflammé la Turquie et particulièrement les villes autour du parc Gezi de Taksim-Istanbul), dont on a beaucoup parlé mais qui jusque-là était resté sans retombée comptable. Nous l’avons dit, Erdogan est redevenu chef de parti ce qui, certes, dynamise et recadre son camp ; mais cela unifie aussi forcément la contestation  qui non seulement n’a plus qu’une seule cible mais sait aussi que toute la politique converge désormais dans une stratégie qui se rétrécit peu à peu : hormis le cumul des pouvoirs entre les mains d’un seul, où toutes les institutions deviennent aujourd’hui parties prenantes de la poussée autocratique, les perspectives sont closes. Sans espace de neutralité, sans lieu de contestation, sans espoir d’arbitrage, là où tous les appareils seront constitutionnellement interdits ou inféodés, le plus simple désaccord se voit forcé de devenir opposition : on ne peut plus être que mobilisé dans une seule alternative, ou pour ou contre. Vu les résultats du referendum, la partie est risquée.

[1] Au 21 janvier 2017, le Procureur de la République publiait les chiffres des trois principaux partis politiques. AKP : 9,4 millions de membres, le CHP 1,2 millions, le MHP 0,4 million. On mesure le différentiel.

[2] Depuis le coup d’État du 15 juillet 2016, le nombre de démissions, détentions, suspensions dépasse, à la date du 21 avril 2017, les 160 000 fonctionnaires. 12 000 enseignants kurdes, 24 maires et maires adjoints ont été suspendus. Source Wikipedia :  « 2016-2017 Turkish purges »)

[3] « KONDA’dan detayli Referandum sonuçlari Analizi », sur bianet.org, le 02/05/ 2017.

[4] Selon certaines interprétations, 90% des électeurs MHP auraient voté Non (cf. Trabzon Internet Gazetesi : « En çarpici referendum sonuç analizi » du 02/05/2017).

[5]  Voir : rusencakir.com/Tum-boyutlariyla-referandum/6441, du 17/4/2017.

[6] « Evet, Kürtler sayesinde mi cikti ? HDP Mardin milletvekili Mithat Sancar ile söylesi », Türkiye Genel, Medyascope.tv.


Gérard Groc

En savoir plus sur Gérard Groc sur le site de l'Iremam.

More Posts - Website

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *