Compte Twitter de Jamal Khashoggi

Cerner l’affaire Jamal Khashoggi

Lecture dans la pensée et l’engagement d’un journaliste libéral disgracié


Par Moustapha Bassiouni
Docteur en Science politique, Sciences Po Lyon/Triangle, Sciences Po Aix/IREMAM1

« La parole est plus tranchante qu’un sabre affûté. »
Hakim Meysari, poète persan, Xe siècle

L’assassinat du journaliste libéral Jamal Khashoggi en octobre 2018 peut s’expliquer par sa tendance à rompre avec une obligation relevant des pratiques de l’autoritarisme politique saoudien. Il a enfreint le principe de la totale loyauté imposée par l’élite royale au monde journalistique et intellectuel, notamment en période de crise. En s’affranchissant de la tutelle politique sur les médias, en particulier, et sur la société, en général, le collaborateur du Washington Post, réfugié aux États-Unis, a commis l’impardonnable. Il a fait prévaloir la libre expression de ses positions et sa neutralité professionnelle, contrariant ainsi les orientations de la politique des gouvernants.

La nouvelle donne en Arabie saoudite est caractérisée par la multiplicité de choix politiques en faveur de l’infitâh (ouverture) sociale et culturelle, sous l’égide de Mohammed Bin Salman (MBS), l’homme fort du régime2. Mais les campagnes répressives successives depuis 2017 dans les milieux de la société civile ont gravement affecté sa stature comme réformateur et promoteur d’un islam wasatî (modéré). Finalement, c’est le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi, survenu le 2 octobre dans le consulat de son pays à Istanbul, qui a exposé brutalement le revers du changement mis en œuvre par l’héritier du trône saoudien. Cette affaire a permis surtout de mettre en évidence la rigidité politico-sécuritaire du pouvoir du jeune émir ; elle illustre les paradoxes de la modernisation salmanienne en cours. L’intellectuel libéral a payé le prix de l’exercice de sa liberté d’expression en contrariant les diktats d’un pouvoir en crise. Dans l’actuelle Arabie post-wahhabite, la libération de la société du puritanisme wahhabite depuis 2016 va de pair avec la remise en question de l’héritage religieux de l’État saoudien et…paradoxalement avec la répression brutale de la parole politique.

Un libéral de la cour… tombé en disgrâce

Jamal Khashoggi incarnait un libéralisme d’ordre politique ; sa pensée associait la critique du fondamentalisme salafiste d’obédience wahhabite et la modernisation tous azimuts de la monarchie, y compris la priorité de réforme de son système politique3. Il s’est ainsi positionné à l’encontre des libéraux socio-culturels proches du régime qui, eux, favorisent massivement ses mesures d’infîtâh. Les évolutions qu’a connues sa vie professionnelle peuvent livrer des explications quant à sa fin tragique dans la métropole turque.

L’« enfant de l’establishment » et les prémices d’une rupture consommée

Jamal Khashoggi a déclaré maintes fois qu’il se refusait le statut de mu‘ârid (opposant) hostile aux Al-Saoud4. Le chroniqueur du Washington Post faisait autrefois partie de leur système médiatique. Dans les années 1990, il a collaboré avec Asharq Al-Awsat qui appartient au clan Salman. Ex-rédacteur en chef du quotidien Al-Watan en 2003 et 2007-2010 sous le patronage du prince Khaled Al-Faisal ; directeur de la chaîne Al-Arab en 2015 fondée par le prince Al-Walid Bin Talal ; chroniqueur d’Al-Hayat, journal saoudo-panarabe basé à Londres dont l’actionnaire est le prince Khaled Bin Sultan, Khashoggi a été de surcroît proche de l’ancien roi Abdallah. Il a également intégré l’appareil diplomatique de la monarchie entre 2004 et 2007 comme conseiller médiatique du prince Turki Al-Faisal alors ambassadeur du royaume à Londres et puis à Washington.

Sa rupture avec la famille royale a débuté en 2011. Elle a été provoquée par son enthousiasme explicite pour les révolutions du « Printemps arabe », contrairement à la mobilisation d’une élite politique déterminée à contrer l’exportation de la ferveur contestataire en Arabie. Les victoires démocratiques des Frères musulmans, notamment en Égypte, étaient alarmantes pour les dirigeants5. La mise en place de gouvernements fréristes a constitué une donne politique régionale déstabilisatrice pour le système autocratique de Ryad. C’est au cours de cette période mouvementée marquée par la chute de certains despotismes dans le monde arabe que Khashoggi a commencé à prendre ses distances avec ses « patrons » de la classe royale. En effet, en décidant de s’exprimer indépendamment, il a contrarié leurs intérêts et les orientations de leurs politiques. Le choix de favoriser son indépendance vis-à-vis des diktats gouvernementaux a été largement instrumentalisé par ses détracteurs. Dans la campagne diffamatoire déchainée sur les réseaux sociaux à son encontre, le journaliste disgracié était méthodiquement présenté comme un dissident à la solde des ennemis de l’État saoudien et agissant contre les intérêts de son peuple. Traité de « collaborateur du Qatar, prêt à tout vendre pour l’argent », il a été qualifié d’« intru naturalisé qui a défiguré l’image de l’Arabie, en servant les agendas des renseignements étrangers, car sa loyauté n’est pas pour la watan [patrie] »6. En Arabie, les médias sont des auxiliaires de la puissance politique ; ils prennent part aux confrontations locales et extérieures de ses détenteurs royaux avec leurs rivaux. Le manquement à cette obligation « patriotique » est sanctionnable. Khashoggi semblait en avoir fait les frais à commencer par la censure qu’il a subie, dès novembre 2016, par tous les médias sur injonction politique. Finalement, il a pris le chemin de l’exil aux États-Unis de peur d’être arrêté par les autorités, quelques jours après être interdit le 16 septembre 2017 d’écrire dans Al-Hayat sur ordre de son propriétaire.

S’affranchir de la tutelle politique sur les médias : un enjeu médiatico-politique

Khashoggi s’est détaché de la sphère d’un personnel journalistique clientélisé et inféodé à la famille royale qui justifie vigoureusement ses politiques et ses partenariats avec les Américains. C’est le cas par exemple du Saudi Research and Marketing Group. Propriétaire d’une quinzaine de publications quotidiennes et hebdomadaires dont Asharq Al-Awsat, ce réseau d’entreprises saoudiennes, basé à Londres, est dirigé depuis 2013 par le frère de MBS, le prince Turki. Khashoggi a dès lors bravé la tutelle politique sur les médias saoudo-panarabes qui caractérise le système néo-patrimonial saoudien7. Une telle stratégie mise en œuvre à la fin des années 1970 entretient deux exigences : « filtrer » et retransmettre une information conforme aux politiques gouvernementales, et contrecarrer les idéologies menaçantes (comme le nassérisme, le baathisme, le khomeynisme, etc.) et des contestations qui s’expriment via les différents canaux de communication, notamment les chaînes satellitaires et la presse écrite et électronique8.
En désertant, le journaliste emportait avec lui des « secrets » de grande importance qui pouvaient servir les rivaux potentiels de la famille royale. Il connaissait des rouages du monde des médias de la monarchie, de l’influence des capitaux de ses princes sur le traitement de l’actualité, ou de l’interdépendance historique entre son élite politique et le clergé wahhabite depuis 1744 (le pacte signé entre l’émir d’Al-Dir’iyah Ibn Saoud et le cheikh Ibn Abdel Wahhab). Il était surtout au courant des faiblesses d’une famille régnante fragilisée tant par ses dissensions intérieures que par les bouleversements régionaux comme la rivalité avec l’Iran khomeyniste ou la crise intense avec les Al-Thani de Doha9. Il a abordé les multiples défis contemporains auxquels était confrontée la monarchie saoudienne dans ses ouvrages « Relations critiques – l’Arabie après le 11 septembre », « L’occupation du marché saoudien » et « Le Printemps arabe : le temps des Frères musulmans ». Comme le fait remarquer Ali Al-Dubisi, directeur de l’Organisation saoudo-européenne des droits de l’homme à Berlin, le régime redoute particulièrement les opinions de personnes ayant fait partie de son appareil médiatique avant de l’abandonner. En s’installant en Occident, celles-ci deviennent dès lors réellement embarrassantes, étant libérées des règles contraignantes que leur imposaient les actionnaires politiques des médias10. Les prises de positions libérales de Khashoggi ont représenté une forme de rébellion intellectuelle. Il a bénéficié de la multiplication de l’offre médiatique dans le monde arabe qui a entrainé la libération de la parole critique. Al-Jazeera a joué un rôle déterminant en la matière depuis son lancement en novembre 1996. En s’érigeant en tribune pluraliste et ouverte aux oppositions locales réprimées ou censurées dans leurs pays, la chaîne qatarie a réussi à briser la stratégie hégémonique saoudienne dans l’espace médiatique panarabe11.

S’exprimer librement à l’encontre de l’agenda du pouvoir

Le contexte des révolutions populaires éclaté en 2010 a marqué un tournant dans l’itinéraire professionnel de Jamal Khashoggi. Une nouvelle phase a ainsi commencé au cours de laquelle il a rompu avec la tradition de la pleine allégeance imposée par les Al-Saoud à leur personnel médiatique. Le journaliste a désobéi aux orientations de leur politique par ses prises de position sur trois axes thématiques : l’islam politique, la démocratie et la politique étrangère.

Contre la « diabolisation » politique de l’islamisme frériste

Dans une de ses dernières interviews, Khashoggi a abordé la conflictualité des liens entre les Al-Saoud et les divers courants islamistes, en critiquant tout particulièrement l’aversion intense que l’élite régnante entretient envers l’islam politique. Il a notamment mis en lumière les contradictions d’une telle politique à l’égard de ses anciens protégés, en l’occurrence les Frères musulmans égyptiens ainsi que leurs adeptes locaux en Arabie et dans les sociétés du Golfe. « L’Arabie qui s’en prend à l’islam politique est dans la réalité le père et la mère de l’islam politique ; le royaume a été fondé sur cette idée[Il faisait allusion au pacte historique signé entre l’émir Ibn Saoud et l’imam Ibn Abd Al-Wahhab au XVIIIe siècle]12 ». C’est sous le poids de cette divergence que le journaliste est entré en conflit avec le pouvoir. Ses opinions sur les groupes islamistes dans le monde arabe ont été perçues comme une approbation de leurs logiques et modes d’action. Khashoggi n’a pas hésité à s’exprimer en faveur des oulémas de la Sahwa islamique arrêtés entre septembre 2017 et juillet 2018 sur fond de tension avec le Qatar et de critiques visant la politique étrangère saoudienne, comme les cheikhs Salman Al-Awda et Safar Al-Hawali13. Les deux dignitaires, considérés comme les représentants de la pensée des Frères musulmans en Arabie, ont été accusés d’avoir sympathisé avec le régime de Doha et d’avoir dénoncé la diplomatie pro-américaine de la monarchie14. À titre d’exemple, Al-Awda avait commis l’ « erreur » de s’être félicité – hâtivement, le 8 septembre 2017, sur Twitter d’un contact téléphonique effectué entre le Mohammed Bin Salman et l’émir Tamim du Qatar. Il y voyait le précurseur d’une réconciliation saoudo-qatarie15. Or son optimisme a entrainé sa détention, car le gouvernement a démenti officiellement tout éventuel règlement de la crise qatarie. Apportant son plein soutien à l’ancien militant sahwî, Khashoggi a tacitement critiqué les méthodes répressives de MBS à l’égard des islamistes : « Notre pays et ses hommes ne méritent pas cette ambiance d’intimidation et de détention. Il y a forcément un malentendu16. »

« Depuis notre première rencontre aux États-Unis il y’a environ vingt ans, j’ai beaucoup de respect pour [Salman Al-Awda], c’est un homme courageux et tolérant. » Tweet de Jamal Khashoggi publié le 6 février 2012 au sujet de sa récente entrevue avec l’ancien leader de la Sahwa islamique. Capture d’écran par l’auteur. Source : https://twitter.com/JKhashoggi/status/166754814875803648, consulté le 2 mars 2019.
« Depuis notre première rencontre aux États-Unis il y’a environ vingt ans, j’ai beaucoup de respect pour [Salman Al-Awda], c’est un homme courageux et tolérant. » Tweet de Jamal Khashoggi publié le 6 février 2012 au sujet de sa récente entrevue avec l’ancien leader de la Sahwa islamique. Capture d’écran par l’auteur. Source : https://twitter.com/JKhashoggi/status/166754814875803648, consulté le 2 mars 2019.

L’aversion du gouvernement à l’encontre du journaliste s’est d’ailleurs accrue après avoir reconnu les victoires électorales des islamistes en Égypte et en Tunisie. Khashoggi voyait dans la légitimation de leur militantisme politique la condition d’une réelle réforme politique dans le monde arabe17. Le régime a alors orchestré une campagne de communication dénonciatrice, attisée par un patriotisme exalté, à l’encontre de celui que le prince héritier aurait qualifiait d’« islamiste dangereux »18. De grands éditorialistes ont contribué à diffuser cette « accusation » en pointant du doigt la collusion du journaliste avec la Confrérie. Abd Al-Rahman Al-Rashed, directeur d’Al-Arabiya (la rivale d’Al-Jazeera), l’a qualifié de « frériste ayant rejoint son camp19. »

L’analyse de Khashoggi tranchait fortement avec la ligne éditoriale dominante de l’establishment médiatique saoudien. Un puissant courant libéral nationaliste a piloté la couverture des échéances électorales dans les pays du « Printemps arabe ». La presse saoudienne a « diabolisé » le triomphe des islamistes. Pour le journaliste Mshari Al-Dhaydi, il s’agissait du « Printemps des Frères20. » Cet ancien salafiste, « repenti » au début des années 2000, visait avant tout à discréditer les mouvements contestataires qui, selon lui, ont mis en jeu les fondements de l’État. Youssef Al-Dini s’est également exprimé en ce sens : « Le principe de la citoyenneté constitue la principale composante de l’État-nation qui est en train de s’effondrer sous les coups du projet de l’islam politique. La bataille du « Printemps arabe » était particulièrement menée contre l’État21. » Sous l’impulsion des libéraux pro-gouvernementaux, le discours médiatique insiste sur l’opposition de deux logiques : la révolution populaire qui entraine le changement par le « bas » et la survie de l’État souverain et stable. Le rédacteur en chef d’Asharq Al-Awsat Tarek Al-Homayed, farouche détracteur du « Printemps arabe » et des gouvernements islamistes comme en Égypte, en Tunisie et à Gaza, a rappelé la conception politique du processus de changement. L’islâh (réforme) doit impérativement émaner du « haut », et ce pour la sâlih al-‘âm (intérêt général). Selon lui : « Les réalités nous montrent que c’est à l’État de diriger les réformes22.» Une argumentation contestée par Jamal Khashoggi. En traitant des révolutions populaires arabes, il questionnait les perspectives de démocratisation dans son propre pays.

Plaider pour la réforme politique en Arabie saoudite

Les articles de Khashoggi, ses tweets et interventions télévisées se sont articulés autour d’un constat politico-institutionnel. Un nouveau système politique héréditaire et pyramidal a été mis en place et il est désormais monopolisé par le clan Salman. La collégialité familiale caractéristique du pouvoir semble être abandonnée. « [Mohammed Bin Salman] conduit l’Arabie au pouvoir d’un seul homme (…) Il a créé un climat d’intimidation et de peur. », a déclaré Khashoggi depuis la capitale américaine sur les retombées de cette profonde transformation structurelle de l’appareil décisionnel de l’État23. Rejetant toute perspective de renversement de la dynastie gouvernante, scénario « dangereux voire impossible et nul ne l’envisagera », il a réaffirmé son militantisme pacifique : « J’appelle juste à la réforme du système politique24. » Un tel processus de changement s’avère d’ailleurs indispensable pour lutter contre la corruption galopante de certains princes faute de transparence financière en Arabie. Ce fléau est à l’origine du gaspillage des ressources nationales dans l’administration publique et les transactions commerciales et militaires opaques du gouvernement. «La famille royale est la source de la corruption », a-t-il affirmé lors d’un colloque du Arab Center tenu à Washington en novembre 201725. Khashoggi a multiplié ses appels à une transition démocratique allant de pair avec les réformes économiques26.

« Près de 400 milliards de dollars ont été gaspillés durant les deux dernières décennies (…) l’Arabie a été sclérosée par l’inflation de la bureaucratie et de la corruption. » Interview de Jamal Khashoggi, le 22 novembre 2017, pour l’émission « Bila hudûd » (Sans limites) de la chaîne qatarie Al-Jazeera. Capture d’écran par l’auteur. Source : https://www.youtube.com/watch?v=3MAoM-1ddDg, consulté le 2 février 2019.
« Près de 400 milliards de dollars ont été gaspillés durant les deux dernières décennies (…) l’Arabie a été sclérosée par l’inflation de la bureaucratie et de la corruption. » Interview de Jamal Khashoggi, le 22 novembre 2017, pour l’émission « Bila hudûd » (Sans limites) de la chaîne qatarie Al-Jazeera. Capture d’écran par l’auteur. Source : https://www.youtube.com/watch?v=3MAoM-1ddDg, consulté le 2 février 2019.

Il réclamait constamment la liberté d’expression : « Ce dont a besoin le plus les sociétés arabes27. » Bénéficiant d’une importante visibilité sur la scène médiatique et académique américaine, l’intellectuel saoudien avait donné une base organisationnelle à son engagement en faveur de cette liberté fondamentale dont il s’est vu priver par les autorités saoudiennes. En janvier 2018, il a fondé le think tink Democracy for the Arab World Now (DAWN) à Delaware pour promouvoir la démocratie et la liberté de presse en Arabie et dans le monde arabe. Son plaidoyer pour la réforme des institutions étatiques et la participation citoyenne au processus décisionnel a ainsi pris de l’ampleur à la faveur de cette initiative associative. C’est ce que redoutait le plus la classe royale. Elle voyait dans l’action d’un ressortissant expatrié un double défi potentiel à relever tant sur le plan politico-sécuritaire (légitimité et stabilité politique mises en jeu) qu’intellectuel et idéologique (principes démocratiques prêchés librement depuis les États-Unis)28. Les critiques de Khashoggi, ciblant la concentration des pouvoirs dans les mains de Mohammed Bin Salman et le verrouillage des actions la société civile, ont marqué le point culminant de sa rupture avec le régime, d’autant plus qu’il a dénoncé les contradictions de l’opération de réforme en cours29. Il a souligné l’écart entre l’infitâh sociale et culturelle de l’émir, d’une part, et son despotisme politique, d’autre part. Khashoggi a résumé la nouvelle donne dans l’Arabie post-wahhabite de MBS : « [Celui-ci] veut récolter les avantages de la modernité dans le monde développé, comme les technologies de la Silicon Valley, les salles de cinéma et autres, mais en même temps, il veut gouverner comme son grand père [Abd Al-Aziz, le roi fondateur du royaume en 1932]30. »

Désapprouver la politique étrangère des Al-Saoud

La rupture avec la tradition de la soumission totale des médias aux choix de l’élite royale s’est encore illustrée en matière de politique extérieure. Khashoggi s’est ainsi démarqué de la ligne journalistique générale qui soutient inlassablement la position gouvernementale dans la crise qatarie. Il s’est prononcé en faveur de la fin du blocus du Qatar.

« La crise qatarie a affecté l’image des Saoudiens ». Interview de Jamal Khashoggi, le 29 octobre 2017, pour l’émission « Bila quyûd » (Sans contraintes) de la chaîne BBC Arabic. Capture d’écran par l’auteur. Source : https://www.youtube.com/watch?v=d5hVJpeVlII
« La crise qatarie a affecté l’image des Saoudiens ». Interview de Jamal Khashoggi, le 29 octobre 2017, pour l’émission « Bila quyûd » (Sans contraintes) de la chaîne BBC Arabic. Capture d’écran par l’auteur. Source : https://www.youtube.com/watch?v=d5hVJpeVlII

Il a également contrarié une autre orientation controversée de la politique régionale de son pays, à savoir la relation avec Israël qui n’est plus un sujet tabou. Le thème de la tatbi‘ (normalisation des relations) devient à présent de plus en plus visible dans le débat public comme en témoigne l’hashtag « Ryad est plus important qu’Al-Quds [Jérusalem] » qui circule depuis 2017 sur Twitter31. Jamal Khashoggi a pris le contre-pied des arguments favorables à une telle entente de circonstances : les contacts saoudo-israéliens serait un « grand mal à laquelle il faut barrer la route » par la mobilisation des « Saoudiens contre la tatbi‘ »32.

« L’Arabie n’a aucun intérêt dans une relation avec Israël (…) Elle doit clarifier sa position à l’égard de la cause palestinienne et d’Al-Quds [Jérusalem] » Capture d’écran par l’auteur. Source : « Bila hudûd », Al-Jazeera, op. cit.
« L’Arabie n’a aucun intérêt dans une relation avec Israël (…) Elle doit clarifier sa position à l’égard de la cause palestinienne et d’Al-Quds [Jérusalem] » Capture d’écran par l’auteur. Source : « Bila hudûd », Al-Jazeera, op. cit.

Plus généralement, Khashoggi s’est clairement opposé à la politique d’alliances de la monarchie saoudienne. Ayant fustigé l’héritage autocratique de l’ancien président égyptien Hosni Mubarak, renversé par les mouvements contestataires en février 2011, il a sensiblement enfreint les diktats d’un pouvoir venant à la rescousse du raïs du Caire et redoutant une contagion révolutionnaire en Arabie. Les éditoriaux de la presse saoudienne ont reflété cette mobilisation pour maintenir les alliances proche-orientales traditionnelles de la monarchie. L’avènement des islamistes en Égypte était en effet une question de sécurité nationale pour les Saoudiens. « Les Égyptiens pourraient pleurer demain face au sort de leur pays alors tiraillé entre les Frères musulmans et les salafistes qui, eux, guettent le pouvoir dans ce chaos engendré par les jeunes rêveurs. Le rêve ne construit pas les États33 », a mis en garde Tarek Al-Homayed.

« La volonté de lutter contre le « Printemps arabe » a provoqué le chaos dans la région. J’aurais souhaité que le régime saoudien ait embrassé ce soulèvement populaire, et non le combattre en y voyant un complot car c’est bel et bien un fait réel (…) L’Arabie soutient Al-Sissi sur la base suivante : « Le diable mais jamais les ikhwan. » » Autrement dit, tout sauf les Frères musulmans au pouvoir en Égypte. Interview de Jamal Khashoggi pour l’émission d’ « Al-Jazeera mubashar » (Al-Jazeera en direct), le 5 janvier 2018. Capture d’écran par l’auteur.
اSource: https://youtu.be/T_VEp6pPiK8, consulté le 28 mai 2019.

Khashoggi fut un des rares journalistes saoudiens à avoir stigmatisé les dérives répressives de la présidence d’Abd Al-Fattah Al-Sissi, fidèle allié de l’Arabie34, qui s’est emparé du pouvoir après avoir destitué, en juillet 2013, Mohammed Mursi, le président frériste élu en juin 2012. Il a surtout déploré l’avortement de l’expérience démocratique égyptienne, ce qui a consacré la prédominance de l’alternative militaire avec l’appui politico-médiatique saoudien35. Il a maintes fois exprimé sa position hostile au renversement du pouvoir des ikhwan égyptiens. En effet, l’intervention des militaires dans le jeu politique a entrainé la chute de la démocratie née du soulèvement populaire de la Place Tahrir. Pour lui, « L’Égypte a ainsi raté une opportunité de sa nahda [renaissance]36. » Par ailleurs, les attaques du journaliste à l’égard du Président des États-Unis ont porté une remise en question d’un pacte hautement stratégique pour la sécurité de la famille régnante, et qui a pris une forme de dépendance saoudienne de la politique américaine au Moyen-Orient : « A-t-on réellement profité de Trump ? (…) Ne serait-il pas temps de reconsidérer notre plein appui sur lui ?37», s’est-il interrogé dans un de ses tweets.

« La chose la plus insoutenable c’est de perdre sa liberté (…) C’est d’avoir ce ressenti d’être incapable de s’exprimer librement alors que tu aimes le pays, le roi et le prince héritier. » Capture d’écran par l’auteur. Source : « Bila hudûd », Al-Jazeera, op. cit.
« La chose la plus insoutenable c’est de perdre sa liberté (…) C’est d’avoir ce ressenti d’être incapable de s’exprimer librement alors que tu aimes le pays, le roi et le prince héritier. » Capture d’écran par l’auteur. Source : « Bila hudûd », Al-Jazeera, op. cit.

Ni sa bonne foi et ses déclarations d’apaisement ni son ancienne proximité avec certains princes influents de Ryad n’ont protégé Jamal Khashoggi de la brutalité de la puissance politique. Il a apparemment transgressé un fondement de la mise sous tutelle politique de la société qui exigeait la loyauté absolue des citoyens et bafouait leur libre arbitre. « Ou vous êtes avec nous, ou vous êtes contre nous. »

Conclusion prospective

L’affaire Khashoggi révèle encore une fois l’hostilité éprouvée par l’élite régnante envers les mouvements de l’islam politique, en général, et leur principale force historique, les Frères musulmans, en particulier. Il s’agit d’un marqueur de sa politique depuis trois décennies, comme en a témoigné la déclaration du prince régent lors d’une visite officielle aux États-Unis. Bin Salman a défini les menaces potentielles pour l’intérêt national de son pays : « Le triangle du mal comporte l’Iran, les Frères musulmans et les organisations terroristes38. » Cependant, l’avenir politique du royaume est en proie à d’incertitudes émanant de tensions intra-dynastiques grandissantes. De nombreuses voix s’élèvent au sein de la famille royale en faveur d’une alternative politique qui préserverait l’intérêt national39. Le roi Salman ne peut rester insensible aux oppositions grandissantes de factions royales rivales s’estimant marginalisées par son fils. Serait-il en mesure de reconsidérer son choix en nommant un autre successeur au trône raisonneur et lucide ? Le retour imprévu de son jeune frère modéré Ahmad Bin Abd Al-Aziz40 de son exil à Londres a coïncidé avec la constitution, en novembre, d’un front de princes envisageant d’entraver l’intronisation du jeune émir41. Une nouvelle bataille de succession pourrait se jouer dès maintenant au sein de la Maison des Al-Saoud ?



Citer ce billet
La rédaction (2019, 1 juillet). Cerner l’affaire Jamal Khashoggi. Les carnets de l'IREMAM. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qfbe

  1. *Photo à la une : compte Twitter de Jamal Khashoggi. Capture d’écran par l’auteur. Source : https://twitter.com/jkhashoggi?lang=fr, consulté le 16 mars 2019. []
  2. Friedman Thomas, « Saudi Arabia’s Arab Spring, at Last », The New York Times, 23 novembre 2017. []
  3. Selon lui, « L’Arabie a besoin de se libérer de la doctrine radicale salafiste qui, grâce à l’accord de l’État, l’a gouvernée pendant 30 ans. » Interview pour la Deutsche Welle, 25 octobre 2017 : https://www.dw.com/ar/جمال-خاشقجي-لـdw-من-الصعب-على-السعودية-أن-تتبرأ-من-الوهابية/a-41110920?fbclid=IwAR1suw-ZjXw-iGspp9WXjHzxHt8bq YDPOK-j8bi0Cnsv9_yToOFUVT4qAm4, consulté le 16 octobre 2018. []
  4. Interview pour Al-Hurra, 30 août 2017 :https://www.facebook.com/alhurra/videos/282391305709853/?t=9, consulté le 19 janvier 2019. []
  5. Le divorce entre la famille royale et la Confrérie a débuté lors de l’invasion du Koweït en 1990. Le prince Nayef, le ministre de l’Intérieur de l’époque, a rappelé le communiqué de Bagdad dans lequel un groupe de leaders fréristes a approuvé l’agression irakienne lors de son meeting avec Saddam Hussein, en affichant sa farouche opposition à l’appel du roi Fahd à l’intervention militaire américaine. En effet, le pouvoir saoudien a pris conscience tardivement de l’ampleur de l’influence des islamistes dans les différents secteurs d’activités en Arabie. Il s’est notamment alarmé des conséquences menaçantes de leur puissance en termes d’organisation, d’endoctrinement et de mobilisation. Selon l’ancien prince héritier, les ikhwan, aspirant au pouvoir, sont « la source de tous les maux dans le monde arabe ». Al-Siyassah, 18 décembre 2002. Voir aussi Abdallah Bin Bijad Al-Otaibi, « Al-ikhwan al-muslimûn wa al-sa‘ûdiya : al-hijra wa al-‘ilaqa » [Les Frères musulmans et l’Arabie saoudite : le refuge et la relation], in Al-ikhwan al-muslimûn fi al-khalîj [Les Frères musulmans dans les pays arabes du Golfe], ouvrage collectif, Dubaï, Markaz al-mesbar lil dirassât wa al-buhûth, 2013, pp. 7-51. []
  6. Ce dernier tweet dénigrait les origines lointaines turques de Khashoggi. Cité par Al-Jazeera, 20 septembre 2017 : http://www.aljazeera.net/news/reportsandinterviews/2017/9/20/بعد-انتقاده-السعودية-الهجوم-يتواصل-على-خاشقجي, consulté le 25 janvier 2019. []
  7. Il s’agit d’un système politique autoritaire caractérisé par l’extrême faiblesse des contre-pouvoirs institutionnels. Les élites gouvernantes entretiennent la confusion entre les sphères publique et privée, décident seuls en s’arrogeant à peu près toutes les prérogatives et distribuent de façon discrétionnaire promotions et privilèges. Voir Eisenstadt Shmuel, Traditional Patrimonialism and Modern Neopatrimonialism, Beverly Hills, California, Sage Publications, 1973. []
  8. El-Oifi Mohammed, « Identité nationale et opinion publique en Arabie saoudite », Maghreb-Machrek, n° 188, Été 2006, pp. 119-136 ; voir aussi, du même auteur, « Discours médiatique saoudien et médias panarabes », Confluences Méditerranée, n° 61, Printemps 2007, pp. 87-99. []
  9. Le pouvoir qatari est accusé par l’Arabie et les pays du blocus de mener, depuis la fin des années 1990, une politique régionale et médiatique hostile à leur égard et de soutenir les groupes islamistes militants, notamment lesFrères musulmans. Le 5 juin 2017, l’Arabie, soutenue par ses alliés égyptien, émirati et bahreïnien, a décidé d’isoler le Qatar en lui imposant un blocus aérien, maritime et terrestre. []
  10. In https://www.facebook.com/ar.qantara.de/videos/551646611943102/?t=7, consulté le 7 décembre 2018. []
  11. Pour plus de détails sur ce thème, voir Lamloum Olfa, Al-Jazira, miroir rebelle et ambigu du monde arabe, Paris, La Découverte, 2004, p. 11 et pp. 30-41. []
  12. Interview pour l’émission de Nour Khanem sur Syrie TV le 25 septembre 2018 : https://www.youtube.com/watch?v=lVzhsDnzUMs&feature=youtu.be&fbclid=IwAR2hIhlawUIsiOCy6c_TG4-78MyH7SCPwSsF1Rwb26jH5FhnH2w5_aHFB6M,consulté le 28 octobre 2018. []
  13. Dès 1990, les sahwiyîn critiquaient vertement le stationnement des troupes américaines sur le sol saoudien. Influencés par l’idéologie des Frères musulmans, ils ont mis la légitimité de la famille royale à l’épreuve en dénonçant sa décadence morale et sa corruption financière. Plaidant pour la réislamisation aussi bien de la société que de la politique étrangère du royaume, les oulémas ont exigé le retour du royaume aux enseignements de l’imam Ibn Abd Al-Wahhab. Durement réprimés et emprisonnés en 1994, mis en liberté en 1999, les militants wahhabites étaient finalement contraints de se soumettre à l’autorité royale tout en intériorisant leur ferveur contestataire. Voir Lacroix Stéphane, Les islamistes saoudiens : une insurrection manquée, Paris, PUF, 2010, surtout chap. IV, pp. 181-236 ; Al-Rasheed Madawi, Contesting the Saudi State. Islamic Voices from a New Generation, Cambridge/New York, Cambridge University Press, 2007, pp. 65-101. []
  14. Les écrits du cheikh Al-Hawali portent d’acerbes critiques à l’égard de la politique des Al-Saoud, en général, et de leur alliance stratégique avec les Américains, en particulier. Son dernier livre « Les musulmans et la civilisation occidentale » qui a provoqué son arrestation le 12 juillet 2018, dénonce ouvertement les accords d’achat d’armes colossaux conclus lors de la visite de Donald Trump à Riyad deux mois plus tôt. Les séminaires qu’il anime (tous publiés en version sonore sur son site) vont en ce sens, comme « Pourquoi fait-on appel à l’Amérique ? ». Voir http://www.alhawali.com/main/2274-2–لماذا-نستدعي-أمريكا-.html, consulté le 24 août 2018. []
  15. In https://twitter.com/salman_alodah/status/906280562956132352?lang=fr, consulté le 12 décembre 2017. []
  16. Tweet du 10 septembre 2017 : https://twitter.com/JKhashoggi/status/906968974189109260, consulté le 12 octobre 2018. []
  17. Khashoggi Jamal, « The U.S. is wrong about the Muslim Brotherhood – and the Arab world is suffering for it », The Washington Post, 28 août 2018. []
  18. The Washington Post, 1er novembre 2018. []
  19. Tweet du 19 septembre 2017 : https://twitter.com/aalrashed/status/910144530791374848, consulté le 5 octobre 2017. []
  20. Al-Dhaydi Mshari, « Al-khalîj, hadîqa wasat harîqa » [Les pays arabes du Golfe, un jardin au sein de l’incendie], Asharq Al-Awsat, 23 octobre 2012. []
  21. Al-Dini Youssef, « Al-dawula « al-mukhtatafa » » [L’Etat « détourné »], Asharq Al-Awsat, 22 mai 2013. []
  22. Al-Homayed Tarek, « Al-mara’a al-saʿûdiya…haqâ’iq wa awhâm » [La femme saoudienne…réalités et illusions], Asharq Al-Awsat, 13 janvier 2013. []
  23. Interview pour France 24 English le 16 novembre 2017 : https://m.france24.com/en/20171116-interview-jamal-khashoggi-saudi-arabia-crown-prince-mbs-corruption-purge-lebanon-hariri?fbclid=IwAR2LzHMSJfcWC DbuY4PM22GrK_b63UhzKH-OuHU7MsYFw5tryxLtRPrfX2s, consulté le 25 janvier 2019. []
  24. Interview publiée après son assassinat. Newsweek, 18 octobre 2018. []
  25. In http://arabcenterdc.org/events/shake-up-in-riyadh-regional-and-international-implications/, consulté le 17 janvier 2019. []
  26. Il a évoqué ce thème lors de sa participation au séminaire « Saudi Arabia : Can Economic Reform Succeed without Political Change ? » organisé le 28 septembre 2017 par l’université de Stanford. []
  27. Article publié après son assassinat. Khashoggi Jamal, « What the Arab world needs most is free expression », The Washington Post, 17 octobre 2018. []
  28. Salem Ola, « Mohammad bin Salman Is Scared of Saudi Expats », Foreign Policy, 9 octobre 2018. []
  29. Khashoggi Jamal, « Saudi Arabia wasn’t always this repressive. Now it’s unbearable », The Washington Post, 18 septembre 2017. []
  30. Newsweek, op. cit. []
  31. In https://www.facebook.com/aljazeerachannel/videos/10156402075859893/?t=1, consulté le 15 septembre 2018. []
  32. Il réagissait âprement à la visite du général retraité Anwar ‘Eshqi à Jérusalem le 22 juillet 2016 au cours de laquelle il avait rencontré des membres du gouvernement Netanyahou et des députés de la Knesset. Khashoggi a fait référence à ce hashtag appelant à sanctionner les partisans de la tatbi‘ et à bloquer tout contact avec les responsables israéliens au nom de la solidarité avec les Palestiniens. Tweet du 31 juillet 2016 : https://twitter.com/jkhashoggi/status/759669203989389312, consulté le 7 janvier 2019. []
  33. Al-Homayed Tarek, « Misr wa bukâ’ al-rajul al-‘ajûz » [L’Égypte et les larmes du vieil homme], Asharq Al-Awsat, 13 décembre 2011. []
  34. « La règle de la police égyptienne est : « Tu manifestes, on te tue ». » Tweet du 5 avril 2015 : https://twitter.com/JKhashoggi/status/584707078641623041, consulté le 22 janvier 2019. []
  35. Khashoggi Jamal, « Nihâyat al-rabî‘ al-‘arabî…wa lakin la ‘awda ila al-warrâ’ » [La fin du Printemps arabe, mais pas de retour en arrière], Al-Hayat, 2 février 2013. []
  36. Interview pour l’émission de « Bila quyûd » de la chaîne BBC Arabic, op. cit. []
  37. Tweet du 30 septembre 2018 : https://twitter.com/JKhashoggi/status/1046516173163175942? fbclid=IwAR18iL_BSgo Bng6SBiqyopkMsu W2bm9qMpjUm8JUny820UwbOF__7f6SDOk, consulté le 5 janvier 2019. []
  38. Goldberg Jeffrey, « Saudi Crown Prince: Iran’s Supreme Leader « Makes Hitler Look Good » », The Atlantic, 2 avril 2018: https://www.theatlantic.com/international/archive/2018/04/mohammed-bin-salman-iran-israel/557 036/, consulté le 5 avril 2018.  []
  39. Lacey Robert, « What next for the House of Saud ? », The Telegraph, 20 octobre 2018. []
  40. Membre influent du Conseil d’allégeance (Hay’at al-bay‘a), structure dynastique mise en place en 2006 par le roi Abdallah et chargée de déterminer la succession au trône d’Arabie saoudite par le biais d’une série de concertations et de consensus. Ahmad a ouvertement désapprouvé la désignation par le roi Salman de son propre fils en juin 2017 au poste de prince héritier, et ce après l’éviction de l’ancien prince héritier Mohammed Bin Nayef. The New York Times, 3 octobre 2018. []
  41. Reuters, 19 novembre 2018 : https://www.reuters.com/article/us-saudi-khashoggi-royals-exclusive/exclusive-after-khashoggi-murder-some-saudi-royals-turn-against-kings-favorite-son-idUSKCN1NO2KP, consulté le 20 novembre 2018. []